En passant

Bas nylons et oeil derrière la webcam

*****

J’en ai déjà parlé quelquefois, j’adore aller me  promener à travers le monde via les webcams. Je trouve toujours étonnant de visionner un petit coin perdu à des milliers de kilomètres de mon domicile. Avec le temps, d’innombrables caméras sont venues s’ajouter à celles qui étaient plus ou moins présentes il y a vingt ans. Voir des gens passer dans la rue dans un bled perdu du Colorado ou de l’Alabama peut constituer une plaisante curiosité. Parfois on aperçoit de drôles de choses, insolites ou pathétiques. Par exemple, cette personne assassiné dans un coin de rue, dont on voyait encore les traces de sang sur le trottoir. Je n’y aurais pas prêté attention si un visiteur n’avait pas mentionné le fait dans un commentaire. Tout aussi pathétique, ce clochard assis dans un petit square de New York en plein pic du Covid, alors que les rues étaient à peu près désertes. Il y avait un peu de neige, il faisait nuit, il était seul, habillé avec des hardes hétéroclites, un sac avec toute sa maigre fortune posé à côté de lui. Il ne se doutait pas qu’il était observé, attendant on ne sait quel miracle, ah si les caméras pouvaient distribuer quelques pièces envoyées par un ami inconnu.
Les USA sont particulièrement bien montés en réseaux de caméras, il y en a dans tous les états, très souvent dans un but touristique, histoire de présenter les lieux. C’est un pays où il y a mille choses à voir, mais selon mes habitudes quand je visite un pays, je suis plus attiré par l’authentique, le vie profonde et traditionnelle, du moins ce qu’il en reste. Aller lorgner les fesses sur les plages de Floride ne m’intéresse pas trop, je préfère aller discuter avec un petit artisan local. La seule concession que je pourrais faire à la modernité , c’est le parcours musical et les endroits qui sont entrés dans la légende. Un des points très intéressants du pays, c’est la diversité des paysages, chaque état a ses particularités, à priori toutes intéressantes. Mais je ne suis pas un montagnard pour rien, les paysages entourés de montagnes sont ma vraie passion. Il y a deux états qui ont retenu mon attention, le Wyoming et le Montana, deux endroits où l’on a l’impression d’être un peu dans nos Alpes. En plus, ils sont peu peuplés, Wyoming moins de 600000 pour une surface un peu plus grande qu’un tires de la France;  Montana, 1 peu plus d’un million d’habitant pour une surface de deux tiers de la France. On respire et les espaces sont grands. Allons explorer un peu quelques endroits tels que je les ai vus à travers une webcam.

Wyoming.

Extraordinaires couleurs d’automne, on dirait que c’est en or.

Photo nocturne par soir de pleine Lune.

Même endroit au lever du jour.

 

Vermont.

Californie.

Floride.

Montana.

Dakota du Sud

Oregon.

New Hamshire. 

Un élevage de toutous.

Michigan.

Massachusetts

Illinois.


Alasaka

8 réflexions sur “Bas nylons et oeil derrière la webcam

  1. Hi, Mister Boss,
    A very beautiful trip in these American countries. From the United States, I know only New York with a lot of emotions in front of the Dakota building and the mosaic tribute to John Lennon in Central Park.
    Have a nice day
    Greetings
    cooldan

  2. Bonjour Messieurs,

    Merci pour ces splendides cartes postales dépaysantes.
    Les Etats-Unis sont gigantesques et divers en surface : entre le Maine (du français : le Maine) de la taille de la Corse et le Texas (mot signifiant « ami » ou « allié » en Amérindien) qui équivaut à une fois et demi la taille de la France…
    Les états de Rocheuses sont magnifiques mais avec une population très éparpillée. Au 17è siècle, les Français explorèrent les USA en naviguant sur le Mississippi (« Père des fleuves » en Amérindien). Et leur chef, Robert Cavelier de La Salle baptisa en 1682 cet immense territoire, en hommage à son roi Louis XIV, sous le nouveau nom de « Louisiane » et qui couvrait environ une douzaine d’Etats (dont le Colorado et le Wyoming) avec son port à l’embouchure, devenu célèbre : la Nouvelle-Orléans, qui concentra longtemps la majorité des Francophones des USA, que les Yankees surnommèrent ironiquement « Cajun ». La France conserva jusqu’en 1803 ce territoire. Jefferson, alors ambassadeur des USA, vint négocier
    à Paris avec Napoléon 1er uniquement l’achat de la Nouvelle-Orléans pour des raisons économiques et stratégiques. Au final, Napoléon, qui recherchait surtout des financements pour ces guerres et, désintéressé stratégiquement de cette conquête lointaine, vendit la « Louisiane  » à la jeune République pour 15 millions de dollars de l’époque. Ainsi, 60 millions de Francs tombèrent dans les caisses de l’Etat. Une manne pour payer les frais de ses ambitions politiques. L’Amérique française ne servait en rien les intérêts politiques du Premier Consul. L’Europe seule lui importait. Hélas. De nos jours, nous n’aurions plus de problèmes d’énergie avec les champs pétrolifères de l’actuelle Louisiane. Mais ceci serait une
    autre histoire… Amicalement. Peter.

      • Bonjour Mr Boss,

        L’Alaska fut au départ une colonie commerciale de l’empire tsariste. Puis en 1867, le Tsar décida de vendre ce territoire immense car trop éloigné de la capitale et jugé peu rentable pour le pays.
        Les Etats-Unis s’en portèrent alors acquéreurs pour la somme de 7 millions de dollars sur proposition du sénateur Seward. Le Congrès renâcla mais la vente fut conclue. Trente ans plus tard , des prospecteurs chanceux y découvrirent de l’or . Ce qui créa un mouvement de foule venue de tout le continent et d’ailleurs. Cet épisode servit de trame à l’un des premiers longs métrages de Chaplin « La ruée vers l’or » (« Gold Rush »). Avec les îles Hawaï, l’Alaska fut l’un des deux derniers états à intégrer l’Union. Dans les années 1960, des gisements de pétrole y furent découverts sur ses côtes . Lors de la Guerre Froide, la présence de l’URSS aux portes des USA aurait compliqué une situation déjà tendue si l’Alaska était resté aux mains des Soviétiques…comme quoi, le hasard fait bien les choses.
        Amicalement. Peter.

      • Hello Peter,
        Ils doivent encore en rigoler les Américains. Mais je trouve assez marrant que ka Russie et les USA ne sont en fait séparée que de quelques dizaines de kilomètre par le détroit de Béring.
        Bonne suite de semaine.

  3. Bonjour Mr Boss,

    La dernière photo a un effet un peu comique : les deux grands oursons attendent que Maman Ourse leur serve leur déjêuner. « Restez tranquille, les enfants ! C’est bientôt prêt !  » La Nature nous étonnera toujours.
    Amicalement. Peter.

    • Hello Peter,
      Je pense que chez les ours, ce sont les femmes qui s’occupent des repas, pendant que le mâle fait la sieste. Enfin, je crois qu’il n’y a pas que chez les ours.
      Bonne semaine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.