En passant

Bas nylons et une ville

*****

J’ai rêvé New York disait Yves Simon dans une de ses chansons. Je pense qu’il n’a pas été le seul et que bien d’autres l’ont fait aussi. Cela fit partie aussi des rêves de mon père, puisqu’il s’embarqua au Havre à destination de New York et y arriva le 2 octobre 1929. Si vous connaissez un peu l’histoire, c’est quelque jours avant le krach de la Bourse.  Pour les émigrants, cette ville était la principale destination, un peu le passage obligé vers un avenir que l’on espérait radieux. Son séjour fut assez bref, une dizaine de mois et retour à la case départ. Son New York il m’en a parlé en long, en large, et en travers. A cette époque, c’était déjà une ville tentaculaire, bâtie en hauteur. Mais qu’en était-il en 1900 ? Je suis parti en exploration et j’ai trouvé une série de photos datant d’un peu d’avant 1900. Le contraste est saisissant, si l’on peut deviner une ville très étendue, elle ne diffère encore pas trop d’une ville européenne pour le reste. Des maisons d’une hauteur normale, 7 ou 8 étages pour les plus hautes. Vous pourrez le constater par vous-même avec les photos suivantes.

 

J’ai retrouvé les listes des entrées à New York pour le 2 octobre où figure le nom de mon père.