Inventaire musical à la Prévert (16)

Introduction aux sixties suisses

Nous avons assez longuement parlé du contexte musical des sixties en Allemagne. Dans une moindre mesure, la Suisse a été aussi une scène musicale active durant la même période. Vous savez sans doute que le pays est divisé en trois régions linguistiques, allemand, français, italien. Naturellement, la partie germanique regarde plutôt vers l’Allemagne, les autres vers les pays parlant la même langue, la France, l’Italie. Géographiquement en étendue de territoire, presque les deux tiers du pays sont de langue allemande. Sur le tiers restant on trouve à l’ouest la partie francophone pour environ 75%, et au sud pour 25% se situe le Tessin, un canton de langue italienne. L’étendue de la scène musicale est proportionnelle à l’étendue de la surface linguistique. La partie germanique fut de loin la plus remuante, on y retrouve quelques artistes qui font aujourd’hui partie d’une caste qui est reconnue sur le plan international, même si leur succès national fut à l’époque diversement récompensé. Langue maternelle aidant, la plupart se convertirent assez facilement à l’anglais pour leur enregistrements, ce qui leur assurera plus tard un débouché certain dans le monde des collectionneurs et des nostalgiques. La plupart des publications sont aujourd’hui de jolis collectors.
Pour la partie francophone, les choses sont un peu différentes, les artistes cherchaient plus à obtenir un débouché en France et signer avec un label français, certains y parvinrent d’autre pas. Le Golf-Drouot à Paris fut presque un passage obligé. Parmi ceux qui réussirent, le premier fut Larry Gréco. Il réussit plutôt bien et finit même par faire partie du clan Hallyday en composant notamment pour lui « Un Ami Ca Na Pas De Prix ». Les Faux Frères lui enchaînèrent le pas, ils seront plus tard les fondateurs en Suisse du label Evasion. En 1963, c’est au tour des Aiglons et leur fameux « Stalactite » de réussir un hit dont la réputation s’étendit en Europe et même aux USA. Ce sont les premiers artistes « rock » suisses a cartonner au niveau des ventes. Pascal Krüger sous le nom du Petit Prince enfant chanteur et haut comme trois pommes, eut même le privilège de chanter en duo avec Frank Alamo. En 1966, une chanteuse plus dans le style variétés, Arlette Zola, connut quelques honneurs dans le hit parade de « Salut les Copains ». Les publications pour la partie italophone sont presque inexistantes, durant les sixties aucun artiste à succès n’a vraiment émergé de cette partie du pays, ils tentaient leur chance plutôt en Italie.
Une autre facette qui aura une certaine importance, celui des maisons de disques. Elles sont peu nombreuses et plus présentes du côté germanique. Toutefois, les grands labels avaient une représentation locale, EMI, Decca, Philips, Barclay. Certains de ces labels éditaient leurs productions pour le marché local, mais servaient aussi parfois de force d’appui pour venir en aide aux pays voisins, surtout l’Allemagne, quand une vente s’emballait et que l’on avait de la peine à approvisionner les rayons de disques du pays concerné. Par exemple, il existe un EP typiquement suisse de Richard Anthony avec « J’entends Siffler Le Train », une grosse vente à l’époque. Un autre avantage pour le client indigène, la pays n’ayant pas vraiment de production locale, on trouvait facilement les pressages venus de France, d’Allemagne, d’Angleterre, des USA, le tout parfois très mélangé dans les vitrines des disquaires. Pour les Rolling Stones ou les Beatles, les pressages venus de divers pays se côtoyaient joyeusement dans les bacs, il n’y avait que l’embarras du choix. Il existait aussi un club nommé EX Libris qui permettait, exclusivement à ses membres, de se procurer des publications propres à ce club en relayant les pressages des grandes maisons de disques. Il était axé à 90% sur le disque classique, mais le reste concernait la variété en général. Fait extrêmement intéressant pour les collectionneurs, une poignée de ces publications ont un parfum de collector. Dans certains cas, elles ne se distinguent que peu des publications officielles, seule la mention « Club Edition » fait la différence. Dans d’autres cas, les pochettes sont propres à cette édition et c’est là que cela devient intéressant. S’il s’agit d’un disque de Mireille Mathieu, cela n’ajoute pas grand chose à une édition courante, mais quand il s’agit des Beatles ou des Rolling Stones, c’est un peu le nirvana, et ce genre de publications existe.

Deux exemples.

Edition EX Libris de l’album « Help », un copie s’est vendue 2000 euros sur Ebay en 2016.

Edition EX Libris de l’album « After Math, les copies peuvent atteindre les 600 euros.

Dans une production plus standard et germanique, il faut mentionner en premier le label Layola, actif vers le milieu des sixties. A l’initiative d’un industriel, John Lay, ce label publia quelques dizaines de disques, albums, singles, dont certains sont très prisés des collectionneurs, spécialement ceux qui concernent le rock ou le beat. Dans la partie française, fondée par les deux Faux Frères, le label Evasion destiné fut en premier lieu destiner à assurer la suite de leur carrière après leur départ de chez Barclay. Mais il a aussi publié des disques qui sont de beaux collectors. Encore une fois c’est au-delà du disque de variété qu’on les trouve, dans les production pop, rock, ou folk. Pour le reste, citons encore VDE, très tourné vers la musique classique; Eurex et ses quelques productions beat; Turicaphon, une maison qui a beaucoup pressé de disques pour le compte de musiciens amateurs. Il ne faut pas se leurrer, les jeunes achetaient plutôt de la musique qui leur plaisait, mais en niveau de ventes pour les publications « made in Switzerland », les records se trouvent certainement dans la musique folklorique suisse, très prisée des aînés et personnes bénéficiant d’un certain pouvoir d’achat. Ils prisent aussi le fameux Yodel, cette manière typique de chanter et qui constitue en Suisse un art à part entière. On en retrouve même des traces dans le folklore américain. C’est en quelque sorte la musique country des Suisses. Il est rare qu’un disque produit localement fasse un succès sur le plan national. Encore une fois l’appartenance linguistique joue un rôle prépondérant. Une des notables exceptions se produisit en 1970. Un groupe germanique dans le style troubadour, les MInstrels, créa un tube qui ravagea le territoire national, « Grüezi Wohl Frau Stirnimaa ». Chanté en dialecte suisse allemand, une langue qui s’éloigne assez de l’allemand d’Allemagne, il est un mélange de musique folklorique suisse avec une touche de square dance américaine. Il s’en vendit plus d’un million d’exemplaires, c’est à dire qu’à l’époque un Suisse sur six l’acheta, on pourrait dire un par famille. Ceux qui connaissent la chanson de Richard Anthony « Bien L’Bonjour » n’ont qu’à se dire que c’est la même, c’est une adaptation française du titre.

Mais trève de plaisanterie, arrêtons-nous d’abord sur le label Layola, basé en Suisse alémanique.

The Sevens – Ce groupe s’est peu à peu hissé comme un des plus légendaires des sixties suisses dans un contexte international. C’est aussi un des plus prolifiques en discographie. Leur seul et unique album en 1966 est un gros collector, qui peut atteindre et dépasser les mille balles. Musicalement, ils partagent une partie de leur discographie dans une série de singles avec la reprise de certains succès de l’époque, mais aussi de quelques originaux bien tournés dans un style qui peut rappeler plus les Rolling Stones que les Beatles, le garage punk US. La plupart de leurs disques originaux sont des pièces très prisées des collectionneurs du genre. Dans un marché de collectors qui tend à se tasser, ils font le contraire. Des pièces qui se vendaient il y a trente ans quelques dizaines d’euros se vendent aujourd’hui 4 ou 5 fois plus cher. Ils furent assez populaires dans la partie germanique de la Suisse, mais presque inconnus dans le reste du pays. Ils n’arrivèrent pas à damner le pion à leur principaux rivaux, les Sauterelles, qui fut lui un groupe à succès sur le marché helvétique et dont la réputation déborda même sur l’Allemagne.

1965 – Premier single pour le label  Elite Special, une reprise de Balla Balla des Rainbows.

Discographie singles Layola. Tous des titres originaux composés principalement par le bassiste Michel Bovay, sauf mention contraire.

1965 – Premier single – Seven. Titre avec quelque réminiscences du fameux « Hoochie Coochie Man » de Muddy Waters.

Face B – In God We Trust.

1965 – Be My Loving Baby. Second single face A.

Face B – The Love Of A Bird.

1966 – Little Girl I Know. Troisième single face A.

Face B. My Mother.

1966 – Don’t You Fret. Quatrième single, reprise des Kinks, face A.

Face B – Panam, un instrumental.

1966 – I’m Not The Right. Cinquième single, face A

Face B – Run Me Down

Titres supplémentaires figurant sur l’album de 1966 et non publiés en singles.

I’m Gonna Dress In BLack. Reprise des Them, titre composé par M. Gillon qui est un pseudonyme pour Tommy Scott le producteur.

I’m Crying. Reprise des Animals.

Why Don’t You Love A Man Like Me. Original du groupe.

Pretty Little Angel. Original du groupe.

Talk About Her. Original du groupe.

You Should Know. Original du groupe.

What Can I Do. Original du groupe.

A suivre.

*****

 

2 réflexions sur “Inventaire musical à la Prévert (16)

  1. Bonjour M. Boss
    Une découverte entière….je ne connaissais pas the Stevens …c’est vrai, un style plus proche des STONES !
    bonne fin de semaine
    cooldan

    • Hello Cooldan,
      Vous êtes tout excusé, même en Suisse il y en a qui connaissent pas ou qui s’en rappellent. Le nom a surtout fait son chemin depuis que le groupe a été inclus dans la série « Pebbles » avec le volume consacré à la Suisse.Il est vrai que c’est assez proche des Stones, mais d’autres copiaient plutôt les Beatles. Vous ferez certainement d’autres découvertes dans les chapitres suivants.
      Bon week-end

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.