En passant

Bas nylons et distractions

*****

Affiches  d’une époque où le cirque et le music-hall étaient une distraction courante. Pour attirer le spectateurs, de belles affiches attiraient l’oeil du passant. En voici une série, toutes entre avant 1900 jusqu’à la Belle Epoque. Très souvent les artistes furent passablement ignorés. Il n’en reste pas moins qu’elles suscitèrent bien des rêveries. Cliquer pour agrandir.

En passant

Information

Bonjour à tous,

WordPress a complètement changé l’organisation de la rédaction des posts. Il se peut que dans les prochains jours, il s’en passe des vertes et des pas mûres. Je suis loin d’être un débutant dans le domaine, mais il y a quand même deux ou trois choses qui me déconcertent et il faut que j’étudie cela de plus près. Dans l’immédiat, il devrait pas y avoir trop de problèmes, j’ai déjà quelques articles qui sont prêts, mais c’est la rédaction des nouveaux qui risque de me faire sortir une série de jurons dont j’avais oublié l’existence.
Il y a déjà eu pas mal de mécontentement sur les forums et cela risque de continuer. Il est vrai que par certains côtés, on peut faire des choses plus tape à l’oeil, mais c’est souvent au détriment de la simplicité d’utilisation. Des choses que l’on faisait en un clic en demande deux ou trois maintenant. C’est sans doute cela le progrès !

Premier ennui constaté, ce post devait être ligne ce matin à 6h00, la programmation a échoué, alors je le mets manuellement ce soir.

 

A bientôt !

En passant

Inventaire musical à la Prévert (31)

Second volet de l’exploration du label suisse Splendid. Des trois albums qui sont le plus prisés par les collectionneurs, nous avons vu dans l’article précédent celui du groupe Pacific Sound. Dans l’odre de parution vient celui qui est consacré au groupe After Shave. C’est également un groupe presque régional, de Berne plus exactement, mais assez différent musicalement de la précédente publication de label. Nous sommes en 1972 et il y a une musique qui commence à montrer sérieusement le bout de son nez, le hard rock. Le style est en gestation depuis l’apparition de groupes comme Blue Cheer qui posent quelques pavés sur la route. A l’instar de ces derniers, After Shave fonctionne aussi en trio, guitare, basse, batterie. ce sera la règle pour les enregistrements sur Splendid, Par la suite After Shave évoluera autant en nombre qu’en changement de personnel. A cette époque, il y a peu de groupes en Suisse qui peuvent prétendre faire du hard rock, celui-ci en est un des rares exemples, et c’est plutôt réussi. En 1972 paraîtront un album et un single avec deux extraits. Suivra un single l’année suivante avec deux nouveaux titres, ce qui marquera la fin des publications de Splendid. Le groupe ne cessa pas d’exister, l’année suivante ils vont à Antibes enregistrer un nouvel album qui ne trouvera pas d’éditeur sur le moment. En 1989, Il finit par être publié en Italie et en édition limitée. En 1996, le groupe publia également en édition limitée un album live. Jusqu’à récemment, le groupe se produira occasionnellement lors de concerts. Il aura surtout manque à cette formation au potentiel certain, un label qui puisse les pousser en avant et assurer une promotion plus visible. Contrairement à Pacific Sound, les publications dans d’autres pays ne furent pas au rendez-vous. Tout ce qui existe d’eux pendant les années fastes est publié en local, excepté un obscur disque publicitaire paru en 1971 en pressage allemand, avec deux titres que l’on retrouvera plus tard dans les enregistrements Splendid.

Single Splendid 1972, titres figurant sur l’album.

Sweet Home.

Near The Sun.

Single Splendid 1973, titres ne fugurant pas sur l’album.

War Maker.

One Of The Best.

Album Splendid 1972, reste de la discographie, hors singles.

Him.

Paper Woman

Ride, Ride, Ride.

Amsterdam In My Living Room.

Pink Rose.

Sunflower.

Publié en 1971, cet EP comprend deux premiers enregistrements d’After Shave et deux du groupe Voice. Il s’agit d’un disque publicitaire en lien avec le groupe alimentaire Bahlsen, probablement un cadeau joint à un achat. Nous y trouvons dans deux versions différentes, deux titres qui seront repris sur l’album Splendid et sur le second single.. Historiquement c’est la première publication.

Amsterdam In My Living Room.

One Of The Best.

Une curiosité du label. Au tournant des seventies, avec le succès du groupe hollandais Ekseption, il y eut quelques tentatives de reprendre de la musique classique en arrangements plus ou moins pop. Splendid s’inséra dans ce courant avec un artiste du nom de Jacques Erdos, un Parisien assez connu dans les milieux du classique. Il s’agit probablement d’une reprise sous licence d’un disque paru en France. C’est sans doute une des plus belles raretés du label, mais sans valeur de collection.

*****