En passant

Bas nylons et garage du peuple

Note de service : cette fois-ci c’est officiel, mon vieux PC a rendu l’âme, qu’il repose en paix ! Ceci dit, cela me demande un gros travail pour configurer le nouveau. J’y bosse, mais il se pourrait que vous rencontriez quelques interruptions dans le service, mais ce n’est pas encore certain. J’ai quand même une bonne nouvelle à vous annoncer, j’ai fini par trouver une place de parc pour ma bagnole, bien à moi, rien qu’à moi ! A bientôt pour de nouvelles aventures.

We The People, groupe très apprécié est originaire d’Orlando, en Floride, et malgré son manque de succès national à l’époque, il est aujourd’hui considéré comme faisant partie de la même ligne que The Chocolate Watchband, Standells, Music Machine, etc. Cette opinion est tout à fait justifiée, car leurs 45 tours révèlent une profondeur et une diversité de talents, du punk rauque de « When I Arrive » ou « You Burn Me Up And Down » aux ballades mélodiques à la dérive comme « St. John’s Shop » et « The Day She Dies ». We The People possède également une qualité unique dans l’écriture de ses chansons, avec « My Brother The Man », « Mirror Of Your Mind », « In The Past » et de nombreuses autres qui se distinguent par leur attrait.
Il apparaît assez logique que le label Eva s’intéresse à compiler la discographie du groupe en 45 tours parus sur Challenge et RCA Victor. Même si le succès du groupe se limita surtout à la Floride, il est un de ces actes majeurs plus ou moins honorés à l’époque par la scène garage US. Ils furent même présentés en France sous forme de deux EP’s publiés par London, la sous-marque de Decca plus ou moins dédiée à éditer pour la France les licences étrangères. On poussa même la plaisanterie à faire enregistrer à la chanteuse belge Delphine, deux adaptations françaises sur le play-back original, ce que le groupe découvrit bien plus tard. C’est un cas unique, un chanteuse francophone accompagnée (involontairement) par un authentique groupe garage américain. Autant dire que les fans collectionneurs du groupe s’arrachent cette pièce. Aux enchères, les copies peuvent même dépasser celles des originaux, pourtant déjà très cotés. Une copie du simple belge s’est vendue à plus de 700 euros, somme assez folle pour un 4 tours publié en pleine époque yéyé.
Le groupe exista de 1965 à 1970. Le nom est tiré des trois premiers mots de la constitution américaine, une idée assez originale. Leur discographie contient pratiquement que des titres originaux de grande classe, aux sonorités variées. Une revisite discographique qui s’impose.

Mirror Of Your Mind
(You Are) The Color Of Love
You Burn Me Up And Down
He Doesn’t Go About It Right
In The Past
Lovin’ Son Of A Gun
St John’s Shop (1st Version)
Declaration Of Independence
Follow Me Back To Louisville
Love Is A Beautiful Thing
The Day She Died
When I Arrive
Ain’t Gonna Find Nobody (Better Than You)
St John’s Shop (2nd Version)

Voici ces deux fameux titres transformés en « La Fermeture Eclair » pour « In The Past » et « Ne T’en Va Jamais » pour « St John’s Shop ». Publié par Decca France en 1967. Le single belge ne comprend que « La Fermeture Eclair ».

La Fermeture Eclair
Ne T’en Va Jamais

PERLES DE GARAGE HORS DU TEMPS
Une sélection de titres garage arbitraire.

The Birdwatchers – Girl I News For You, Floride, 1966. Un hit en France par la reprise de Mardi Gras
The Soup Greens – That’s Too Bad. New York, 1965
Unrelated Segments – It’s Unfair, Michigan, 1967