En passant

Bas nylons et un subtil concombre

Je me devais de lui rendre un petit hommage, vous avez sûrement entendu parler du décès de Nikita Mandryka, le créateur du fameux et hautement comestible Concombre Masqué. Sans être un de ses amis proches, il se trouve que je le connaissais quelque peu et avait eu quelques échanges avec lui ces dernières années. Parler de lui après quelques images de pin ups, me paraît presque naturel, car je sais qu’ils les dessinaient très bien, il me l’a montré. J’en ai d’ailleurs une de lui qui trône dans mon bureau, mais celle-là je la garde pour moi, ainsi qu’un autre dessin plus philosophique.
Je peux dire que c’était une de mes idoles en matière de BD. Comme pas mal de gens de ma génération, on a assez vite eu marre de Tintin et compagnie, bien que l’on ne s’en lasse pas de les lire. Inutile de rappeler tout ce qu’il a fait, notamment avec Gotlieb, Bretécher, ce fameux trio un peu en marge, dont il était le seul survivant.
Vers la fin des sixties, notamment à travers le journal Pilote, on a commencé de dessiner autre chose que des petites bluettes pour adolescents. Roulés par cette vague sont apparus de bandes dessinées qui déconnaient bien, Gotlieb, Reiser, quelques autres, et bien entendu Mandryka, peut-être le plus secoué, enfin pas besoin de l’agiter avant l’emploi. J’ai tout de suite été séduit par son Concombre. Les personnages de Gotlieb ou Reiser évoluaient dans un monde plus ou moins réel dans des situations ubuesques, tandis que Mandryka plantait ses histoires et ses personnages un peu tarés dans des décors beaucoup plus déjantés. Come je suis assez rêveur, je m’évadais assez facilement dans ce monde fait d’absurde et de mots qui ne l’étaient pas moins.
J’ai eu un coup de chance, car un dessinateur qui le connaissait bien me l’a présenté, c’était plus facile. Restait à aborder le personnage, j’imaginais que cela ne serait pas facile, lui dire que j’étais un inconditionnel serait sans doute insuffisant. Mais cela fut en fin de compte assez facile, car j’ai aussi ma part d’absurdité et mon monde imaginaire, il a été assez vite réceptif à ma conversation. Nous avons philosophé pendant tout un après-midi, mais le deal constituait surtout à glisser des jeux de mots et des absurdités dans la conversation. J’avais fort à faire en face de lui, car il est bien rôdé dans cet exercice, mais je m’en suis sorti avec les honneurs et ses rires, Ce qui m’a le plus étonné, chose que je n’attendais pas du tout, c’est qu’il m’a demandé de rester en contact avec lui, ce que nous avons fait au cours d’échanges de temps en temps.
Salut Nikita, je continue à rêver sur tes dessins, je ne sais pas dans quelle dimension tu dessines maintenant, mais sûr qu’ils vont bien se marrer quand tu leur dessineras le monde d’où tu viens !

Un dessin rien que pour moi !

La Maître à l’oeuvre

Voeux qu’il m’avait envoyés pour 2019

Le temps qui passe nous chiffonne tellement qu’il serait bon de temps en temps de lui donner un coup de fer à repasser Emoji
Meilleurs voeux et un clin d’oeil dit la pièce d’un air attaché…

Si ma mémoire est bonne, quelques trouvailles faites de part et d’autre au cours de nos échanges

Je vais aller voir si j’essuie
L’afin justifie les moyens
La coiffeurs sont en évolution permanente
Chercher une anguille dans une botte de foin
En politique il n’y a que les idiots qui ne changent pas d’amis
Au cimetière c’est la loi du plus mort
La condensation c’est de la vapeur de con
La ménagère allait de plus mal en plus maux
La seule chose qu’il n’avait pas réussi à tromper c’était le temps
Qui n’a pas faim de sexe aime les plats toniques

En 1982, Mandryka chez Pivot
En 2016

8 réflexions sur “Bas nylons et un subtil concombre

  1. Bonjour Mr Boss,

    J’imagine que c’est toujours un moment magique quant on rencontre pour la première fois la personne que l’on a admiré pour son talent, d’abord, et pour sa personnalité, ensuite. Souvent les deux ne sont pas incompatibles et pour cause.
    La Bande à Reiser and Co… Je me souviens beaucoup plus de Gotlib, du temps où il dessinait le pince-sans-rire Gai-Luron, paru alors dans feu-Pif-Gadget, quant j’étais gamin. Ensuite, la série des Rubric-à-brac et les autres. Le dernier tome de ses planches inédites est paru (vers 2012-2014 ?) sous le titre « Inédits ».
    C’est toujours un plaisir de voir le « maître » à l’œuvre. On apprend aussi des petits trucs , des astuces quant à la coloration, ou les effets de style. Enrichissant.
    Merci pour cette rétrospective.
    Bon WE. Peter.

    • Hello Peter,
      En effet pour moi ce fut un moment assez magique, surtout que cette rencontre m’ouvrit la porte pour un peu plus qu’un simple échange de politesses. Le dessin de la pin up que je possède, il me l’a colorié devant moi au pinceau. C’était assez bluffant d’admirer sa manière de travailler, un travail d’une précision d’horloger. Enfin tout cela est à ranger dans les très bons souvenirs.
      Bon week-end

      • Hello Mr Boss,

        Oh oui, ce doit être époustouflant. La main glisse sur le papier et le tout est réalisé en tour de main… Si on essaie à son tour, c’est la Bérézina !!! Perso, l’aquarelle n’est pas ma tasse de thé. Avec cette technique, pas le droit à l’erreur. C’est quasiment irrattrapable ! Un geste parfait en somme. Du grand art en miniature. C’est ça les vrais artistes: la perfection dans le geste.
        Bon WE. Peter.

    • Hello Peter,
      La photo que j’ai prise illustre justement ce moment, mais il était en train de faire un dessin à l’encre, pas au pinceau. Mais la précision est le même. Le dessin qu’il m’a fait ne lui a pas pris plus de 3 ou 4 minutes. Enfin je le garde précieusement.
      Bon dimanche

  2. Bonjour,
    Mon adolescence s’est enrichie grâce à ces dessinateurs ; Gotlieb , Reiser, Mandryka, ( ce côté absurde me plaisait ) … Goscinny Uderzo, de côté sans être oublié : Hergé, Morris….etc !
    Bonne semaine
    cooldan

    • Hello Cooldan,
      J’ai toujours été partagé entre la BD classique et celle qui déconne bien. A part Mandryka, j’ai toujours suivi Gotlieb, Reiser, Wolinski. Sans collectionner, je dois à peu près tout avoir, des heures de lecture et de relecture et aussi de rires !
      Bon week-end

  3. Hello Messieurs,

    Je suis un lecteur occasionnel du magazine Fluide Glacial depuis un certain temps et je regrette le temps où les maitres de la BD atypique tel Gotlib, Ivars ou Coyote nous régalaient chaque semaine. C’est vrai qu’on laisse aussi sa chance aux jeunes auteurs mais, j’éprouve une certaine nostalgie de ne plus lire leurs planches dans leurs pages. Mais c’était avant. Bon WE. Peter.

    • Hello Peter,
      Le principal problème, c’est que la plupart des aniciens ne sont plus là. Evidemment le jeunes sentent cela un peu différemment, les problèmes basiques de la société sont bien différents. Je connais aussi Ivars, j’ai bu quelques verres avec lui, un mec très sympa et aussi pas mal déconneur. Maintenant, il fait surtout de l’auto édition, tout en publiant dans quelques magazines, mais il se débrouille bien car il est connu. J’ai aussi quelques dessins de lui dédicacés. Je l’ai connu grâce à un éditeur que je connais bien et pour qui je fais de temps en temps de la promo ou des chroniques au niveau texte pour ses publications. Enfin, il m’arrive même de trouver le temps de dormir…
      Bon dimanche

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.