En passant

Bas nylons et garage ici et là

Ce volume 11 de « Girls In The Garage » est très international. Il y a les USA bien sûr, mais aussi l’Angleterre, la Hollande, Porto Rico, le Canada. On y trouve quand même une célébrité Peggy March qui fit un tabac en 1963 avec « I Will Follow Him » (le Chariot de Petula Clark). Elle est ici avec un single enregistré pour le marché allemand. Très bon aussi la Canadienne Karo avec un morceau psyché de 1971, seul titre pas sixties. Egalement, les Clingers un band US entièrement féminin et en plus charmant.

MA SELECTION DE CET ALBUM

The Pussycats – I Want Your Love

Californie 1965

Little Pattie – He’s My Blonde-Headed, Stompie Wompie, Real Gone Surfer Boy 

Margo & The Marvettes – Say You Will

Emy Jackson – Crying In A Storm

The Villagers – He’s Not The Same

2 Of Clubs – My First Heart Break

Tammy Perro – Que Ladra No Muerde

The Fabulous Frauleins- Practice Of Evil

Linda van Dyck – Baby What Am I Doing

Peggy March – March Too Long Away

Jenny And The Rascals – Baby You Know,You Aint Right

Karo – Dans Le Ventre D’une Enorme Baleine

The Clingers – Gonna Have a Good Time Tonigh

Dans d’autres articles je vous présente des productions françaises qui eurent le privilège d’être publiés au format EP, c’est à dire quatre titres par disque, un phénomène typiquement français qui n’a pas vraiment un équivalent ailleurs pour les fifties et les sixties. Il en existe des milliers. Mais le 45 tours single existe aussi, souvent pressé en quantités moindre et surtout destiné à la promotion et pour les jukeboxes. Ceci perdura tout au long de la vogue du EP qui commença à décliner à partir de 1967. La publication en single devint la règle, sauf des exceptions de plus en pus rares. Pour certains artistes, ils sont devenus un objet de recherche par les collectionneurs, encore plus s’ils sont présentés dans une pochette avec une photo. les fans d’Hallyday connaissent bien la chose. Mais que ce soit avant, pendant, ou après 1967, quelques publications atteignent parfois de jolies sommes.

Ce 45 tours peut illustrer deux choses. La première, c’est que l’on peut être un producteur légendaire et être plutôt mauvais dans l’efficacité de la promotion de ses propres disques. Le seconde est plus proche de l’attirance que peut avoir le 45 tours simple face au EP’s. Ce fameux « The Trip » de Kim Fowley est une assez belle obscurité enregistrée en 1966, mais devenue absolument légendaire. Le label Vogue en France l’a publié dans les deux versions, single et EP. Si le EP peut friser les 700 euros, le single lui n’atteint que le dixième de cette cote. Evidemment le EP présente nickel avec une belle photo en couleurs de Kim Fowley, tandis que le single se contente d’une pochette générique. Et pourtant, je suis certain que le single est plus rare que le EP. Ainsi va le charme des pièces de collection. Une petite anecdote pour terminer. J’ai un pote musicien qui l’a rencontré tout à fait fortuitement. En rigolant, il lui a demandé s’il acceptait de le produire. Fowley très sérieux lui a répondu . « C’est 5000 dollars la journée. » Il est vrai que de se faire produire par lui, ne vous garantit pas de faire fortune, mais il est indéniable que cela va vous faire émerger de l’obscurité. Pour ce qui est de mon pote, quand on sait qu’un album ne se produit pas en une journée, autant dire que c’était un rêve inaccessible.

Kin Fowley – Vogue –INT. 800485050 – Publié en 1966, meilleure enchère sur Ebay 65 euros.

The Trip

Beautiful People

Garage Nouvelle Vague

Le mouvement garage engendré pendant les sixties n’est pas mort, sans qu’ils pullulent, il y a encore de nombreux artistes qui aiment reprendre ces chansons dans des versions carbones ou modernisées. En voici deux exemples.
Ce sont des reprises du groupe Renegades, très populaires en Finlande et en Italie. Ils ont su avec des classiques refaire de nouveau classiques.

A l’origine cette chanson fut crée en 1954 par Dickie Thompon. On la connait mieux par Bill Haley qui la reprend la même année dans une version assez pâle. En 1965, les Renegades la dépoussièrent complètement pour un faire une reprise endiablée qui fait référence. C’est à l’inspiration de cette version que les Fuzztones la remettent à l’honneur.

Les Renegades font de même avec le classique de Vince Taylor « Brand New Cadillac ». Cette fois-ci c’est le contraire, le rythme est ralenti mais c’est quasiment une réécriture qui en fera un titre qu’une pléthore d’orchestres mettent dans leur répertoire. Les Français de Boogaloo Band en font une reprise un peu plus pop.

2 réflexions sur “Bas nylons et garage ici et là

  1. Bonjour M. Boss,
    d’ici delà …de belles girls …en revanche je ne connaissais pas KARO une chanteuse francophone …dans le ventre d’une énorme baleine !!
    Bonne semaine
    cooldan

  2. Hello Cooldan,
    Si cela peut vous rassurer, je ne connaissais pas non plus Karo. Mais c’est aussi le but de ces compilations de nous faire découvrir ce genre d’artistes, Mais le sujet est presque infini il y a toujours un truc qu’on ne connait pas.
    Bon week-end

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.