En passant

Bas nylons et suite en Dahlia

Nous avons vu dans un article précédent l’affaire du Dahlia noir, sordide fait criminel que eut lieu au début de 1947 à Los Angeles. Ce crime est devenu tellement célèbre qu’il fait presque l’objet d’un culte. Une des raisons qui le poussa à la postérité réside surtout dans l’enquête qui fit que le ou les coupables ne furent jamais officiellement identifiés. Nous avons aussi résumé les conclusions qui amenèrent Steve Hodel, un ancien flic de Los Angeles à la retraite, à accuser son père d’être le meurtrier du Dahlia noir. Rappelons également qu’il partit sur cette affaire, suite à des photos qu’il trouva dans les affaires de son père, et qu’il identifia comme étant des portraits du Dahlia Noir, Elizabeth Short de son vrai nom. Dans son enquête minutieuse, il a enquêté sur plus de 300 meurtres quand il était flic, il reprend les faits tout en menant ses propres investigations. Il est sans doute un peu aidé, car le fait d’être le fils du possible meurtrier lui donne accès à des souvenirs, des témoignages, des documents plus faciles d’accès, même s’il n’a habité avec son père que durant sa petite enfance. Pour plus de détails sur les faits se reporter à cet l’article.

Une vidéo en introduction du sujet. C’est en grand format, cliquer. Attention, certaines faits peuvent choquer, mais c’est la réalité.

Je ne l’ai qu’effleuré dans la première partie, mais le livre de Steve Hodel parle aussi des autres meurtres qui eurent lieu à Los Angeles à la même période. Il soupçonne aussi son père d’être l’investigateur de certains d’entre eux. L’affaire du Dahlia noir fut tellement retentissante qu’elle occulta passablement toutes les autres, mais dans certains cas, il y a des similitudes dans la manière d’opérer. Il envisage aussi la possible participation de son père dans le meurtre de la mère de James Ellroy survenu bien plus tard en 1958, célèbre écrivain qui consacra un roman à l’affaire du Dahlia noir, oeuvre de fiction pour les personnages, mais qui serre les faits connus d’assez près. Nous allons en revisiter quelques uns.


Jeanne French – C’est le cas le plus célèbre après celui du Dahlia noir. Tout d’abord parce qu’il se produit moins d’un mois après le précédent et c’est celui qui a également une mise en scène très macabre qui lui valut le surnom de « meurtre au Rouge à lèvres ». C’est ce second cas qui mit la puce à l’oreille de la police, un meurtrier en série pourrait sévir à Los Angeles.
La victime est Jeanne French, née au Texas en 1902. Ce que l’on sait d’elle peut se résumer à une vie sentimentale mouvementée, elle se maria quatre fois, mais devint aussi une femme pilote d’avion en 1931, alors une spécialité pas si courante pour une femme. Son premier métier étant nurse, on la surnomma « nurse volante ». Elle fut aussi l’infirmière d’une sorte de célébrité, Marion Wilson. qui était la mystérieuse femme voilée qui allait chaque année fleurit la tombe de Rudolph Valentino, un mythe du cinéma muet. Il est aussi possible qu’elle a figuré dans des petits rôles au cinéma au tournant du parlant, mais non crédités. Ce qui est certain, c’est qu’elle fréquentait la bonne société de Los Angeles au moment de son meurtre.
Le matin du 10 février 1947, un ouvrier se rend à son travail. Il découvre dans un terrain vague, le cadavre d’une femme entièrement nue. Dans un geste faussement pudique et insolite voulu par le meurtrier, son corps est recouvert de sa robe et de son manteau. Ses chaussures sont soigneusement déposées à égale distance de chaque côté du cadavre, Si la découverte de celui du Dahlia noir ne fut pas un spectacle plaisant, la découverte de celui-ci ne lui cède rien en horreur. La police constate que le meurtre confine à la sauvagerie. Des marques de pieds et de talons se remarquent un peu partout sur le corps, comme si un fou furieux lui avait marché dessus dans l’intention de la mutiler encore plus. Il apparaît qu’on la frappée avec un outil lourd, éventuellement métallique. La victime semble avoir aussi été violée. Il est aussi établi que le cadavre ruisselant de sang, très probablement amené sur les lieux en voiture, a été traîné sur le sol car des traces de sang sont visibles dans les environs. Fait particulier à ce meurtre, à l’aide de rouge à lèvres le meurtrier a écrit des obscénités sur son corps « Fuck You » et en guise de signature les initiales « B.D. ». Il faut savoir un fait qui concerne la police. Après le premier meurtre, elle reçut plusieurs lettres et messages d’un mystérieux personnage qui prétendait être le meurtrier de Jeanne Short. Ils étaient signés « Black Dalia Avenger » et affirmait qu’il allait encore sévir et que l’on ne l’attraperait pas, ce qui pourrait expliquer le message écrit au rouge à lèvres. Les messages ainsi que les adresses manuscrits, ils ne le sont pas tous, feront l’objet d’une étude par Steve Hodel qui les comparera à l’écriture de son père dont il possède de nombreuses lettres. Pour lui c’est la même écriture, chose qui sera admise comme plus que probable par une éminente graphologue.

La scène du crime et les inscriptions retrouvées sur le corps écrites avec un bâton de rouge à lèvres appartenant à la victime.

Un article de journal relatant la découverte du cadavre, Il est dit dans le titre que l’endroit s’appelle « l’allée des amoureux », un lieu assez connu à Los Angeles, c’est le bois de Boulogne du coin. Aujourd’hui, c’est un quartier résidentiel

Image gauche. Premier suspect, le mari de Jeanne French, est très vite arrêté comme en atteste ce journal local. Même s’il n’était plus en bons termes avec sa femme, ils se sont vus la journée précédent le crime, il est assez vite écarté des suspects. Il a été établi qu’une voiture a servi lors du meurtre, il n’en possédait pas et ne savait pas conduire. Les empreintes de chaussures retrouvées près du cadavre ne correspondaient pas aux siennes.
Image droite. Autre article qui annonce ce nouveau meurtre faisant référence à celui du Dahlia noir. Pour la lecture les images sont cliquables.


Ce second meurtre fit bien entendu l’objet d’une enquête approfondie, dont on ne connaît pas les aboutissements, ni un coupable certifié. On soupçonna son dernier mari en instance de divorce avec elle, mais la piste tourna vite en impasse. Cependant de nombreux témoins affirment avoir vu Jeanne French le jour avant et pendant la soirée en compagnie d’un homme, parfois deux, dont l’un avait les cheveux et une moustache noirs, ce qui ressemble assez au portrait du père à Steve Hodel. Il apprendra lors de son enquête que son père deviendra par la suite le suspect numéro 1, et que pour ce second meurtre son ami Fred Sexton pourrait être de la partie. Mais comme je l’ai dit ailleurs, Hodel père connaissait un tas de choses sur un tas de gens, évidemment pas très reluisantes, et cela pouvait remonter jusque dans les plus hautes sphères de la police. Il est évident que tout ce beau monde avait de bonnes raisons de rester anonyme.

Jean Spangler – Un autre cas célèbre est celui de Jean Spangler. Elle est une actrice qui a déjà eu quelques petits rôles dans des films où figurent des stars. Elle n’est pas encore une vedette, mais sa carrière peut paraître prometteuse. Même si elle est encore jeune, née en 1923, elle est déjà mariée, divorcée et mère d’un enfant. Le 7 octobre 1949 au soir, elle quitte son domicile, et disparaît définitivement. On suspecte un meurtre, et on cherche un cadavre sans résultat. Une armada de policiers sont mobilisés. Seul indice matériel retrouvé, son sac à main est découvert dans un parc. Il a une poigné arrachée et est déchiré, ce qui pourrait indiquer qu’il y a eu une lutte. A l’intérieur on retrouve un billet manuscrit à l’intention d’un certain Kirk et qui mentionne le nom d’un docteur Scott. Ce sont les seuls indices certains qui ont trait à cette disparition. Même si l’enquête n’aboutit pas, elle cerne un peu mieux la personnalité de la disparue et aussi ce qu’elle a fait les heures avant sa disparition. C’est difficile en l’absence de cadavre de rechercher un meurtrier, mais l’enquête suit son cours. Pour les cinéphiles, le prénom de Kirk fait immédiatement penser à l’acteur Kirk Douglas. Il est en effet questionné, d’autant plus qu’elle est apparue dans un film où il avait la vedette. Il reconnaît tout au plus avoir eu une petite conversation avec elle sur un plateau de tournage, mais ne la connaît pas particulièrement. La piste tourne court, d’autant plus qu’il se trouvait loin des lieux lors de la disparition. Un autre acteur parmi ses partenaires de cinéma, l’acteur Robert Cummings, relate une discussion qu’il a eu avec elle quelques jours avant. Elle lui affirma qu’elle s’était lancée dans une aventure sentimentale et qu’elle s’amusait follement, mais ne lui a pas donné de nom précis. La mère de la victime est plus affirmative, elle est sûre que sa fille a été assassinée et donne le nom de ce qui à ses yeux est le meurtrier. Ce nom ne sera jamais révélé. Selon certains témoignages, elle ne dédaignait fréquenter certains personnages liés au milieu du gangstérisme. La veille de l’enlèvement, elle a été vue en compagnie d’un homme bien habillé conduisant une conduite intérieure noire. Le jour de sa disparition, vers 2h du matin, un journaliste qui la connaît la voit en compagnie de deux hommes devant un restaurant de Sunset Boulevard, elle semble se disputer avec eux. La patron du bistrot confirme sa présence dans les lieux, mais assise à une table avec un seul homme, dont le signalement pourrait correspondre à celui de la veille. C’est probablement la dernière fois qu’elle a été vue et reconnue.
Dans son livre où il revient sur cette disparition, Steve Hodel ajoute que le fameux docteur Scott pourrait être son père. Il mentionne deux faits que seul lui a remarqué, l’endroit où le sac fut retrouvé est celui où son père avait l’habitude de les déposer avec ses frères pour jouer et qui ne se trouve pas très loin de la maison où ils habitaient. Plus troublant, la disparition a eu lieu quelques heures après que son père soit relâché sous caution après son inculpation d’inceste envers sa fille Tamar. Jean Spangler savait-elle quelque chose et aurait pu le faire chanter ? Avait-elle aussi participé à l’une ou l’autre de ces parties fines qui se déroulaient dans la maison de son père ? La seule certitude que l’on peut avancer aujourd’hui, c’est c’est qu’elle est morte. Oui mais comment ?

Le fameux sac avec la lanière brisée et le détail du billet retrouvé à l’intérieur. Un article de journal qui traite de la disparition. On fait allusion au Dahlia Noir, même si cela date de plus de deux ans, c’est encore bien ancré dans la mémoire.

Geneva Hilliker Ellroy – Projetons-nous en 1958, c’est à dire à un moment où l’histoire du Dahlia noir, sans être oubliée, ne fait plus la une des journaux. Ce crime ne fit pas plus de bruit qu’un autre à l’époque, mais il sera mis en exergue des années plus tard. La victime en fut la mère d’un futur écrivain qui deviendra célèbre plus tard, James Ellroy. Il n’est pas sans rappeler ceux qui firent la une des journaux une dizaine d’années plus tôt.
Le matin du 22 juin, une femme est retrouvée morte dans un coin un peu isolé, près d’un terrain de sport situé dans les environs de El Monte en Californie. Cet endroit est aussi connu pour être un lieu où les amoureux vont se conter fleurette. La victime a été frappée à la tête, probablement pour lui faire perdre connaissance, afin de pouvoir l’étrangler. Une cordelette et un bas nylon paraissent avoir été employés. Des traces de sperme son retrouvées, il y a probablement eu viol. Son cadavre est recouvert de son manteau de la même manière que dans le cas du meurtre au rouge à lèvres. On ne retrouve ni sac, ni papiers d’identité, elle reste pour un temps inconnue. Son signalement est donné à la radio et un témoin parvient à l’identifier. On peut alors mettre un nom et savoir qui elle est. Agée de 43 ans, elle exerce la profession d’infirmière, est divorcée, et a un fils unique alors âgé de 10 ans. On parvint à obtenir quelques renseignements sur les heures qui précèdent le meurtre. Elle a quitté son domicile en voiture le soir précédent vers 20h30. Plusieurs témoins certifient l’avoir vue Elle est entrée dans un dancing en compagnie d’une autre femme, genre blonde avec un queue de cheval. Un homme d’apparence mexicaine s’est approchée d’elle, l’a aidé à enlever son manteau et a dansé avec elle, il est un peu moins de 23 heures. Selon les témoins les deux femmes semblent se connaître. Plus tard, une serveuse de drive-inn affirme avoir vu le couple, la blonde n’est plus là, par deux fois, la dernière vers 2h15. Elle affirme aussi que l’homme a le teint basané et reconnaît formellement Geneva Ellroy sur la photo. Un portrait robot de l’homme sera établi. Ensuite la trace se perd jusqu’à la découverte de son cadavre. Sa voiture est retrouvée près d’un restaurant après le meurtre.

Un article de journal relatant le meurtre de Geneva Ellroy, ici nommé par son surnom Jean. A côté c’est bien sûr James Ellroy jeune. Cliquer sur l’article pour le rendre plus lisible. C’est bien sûr en anglais.


Comme pour les autres meurtres, il n y a pas de coupable retrouvé. Il faut encore se référer au livre de Steve Hodel. Ici, il ne met pas catégoriquement son père parmi les suspects, il faut rappeler qu’en 1958, son père a quitté les USA. Mais il est avéré que pour ses affaires, il revient assez fréquemment en Californie. Par contre, d’après le portrait robot, cela pourrait bien ressembler à Fred Sexton, ami intime de son père.
Cette histoire fit beaucoup pour le futur James Ellroy auteur de romans noirs. Mais il ne vint au roman que vers la trentaine, Il mena d’abord une vie errante, testant un peu tous les substances licites et illicites, sombrant dans la délinquance, plus par frissons de goûter à l’interdit que par perversité. Fasciné par le Los Angeles de l’après guerre, ses romans ne sortent pas vraiment de cet espace temps. Il fut le premier mettre en musique littéraire l’histoire du Dahlia noir. Il refait une chronologie de l’enquête, mais invente des personnages fictifs pour son déroulement, n’hésitant pas à noircir l’histoire et les caractères. De même, il écrira l’histoire du meurtre de sa mère dans « Ma part d’ombre ». C’est certainement un des maîtres du genre. Son livre peut se confronter à celui de Steve Hodel pour ce qui est des péripéties du meurtre de Jeanne Short. Quand il commença d’écrire son livre, Hodel ne connaissait pas celui d’Ellroy paru 10 ans avant. L’ayant lu, il reconnaît que son travail est très minutieux vu sous l’angle du déroulements des faits. Pour sa part, Ellroy reconnaît la qualité de celui de Hodel, dans un reportage sur le sujet, il parle de « nous ».

Dans son livre, Steve Hodel a établi un classement dans lequel il range les meurtres non résolus survenus entre 1940 et 1960, vus sous l’angle de l’éventuelle participation de son père à ces meurtres. Le classement commence par certain, probable etc…
Elisabeth Short et Jeanne French font partie de la première catégorie, Geneva Ellroy de la seconde. Je tiens à préciser que son livre est sans doute l’étude la plus sérieuse faite sur le sujet, elle s’étale quand même sur près de 600 pages. Le fait que son auteur est un ancien policier de la brigade criminelle de Los Angeles montre qu’il a une certaine habitude et maîtrise de la chose. Bien entendu, le livre connut un grand succès, mais il fut aussi décrié par certains, l’accusant d’invention et d’arranger les faits. Disons pour faire simple, qu’il faudrait pour le prouver démontrer que c’est faux en démontant une à une ses affirmations et preuves. Evidemment, accuser son père d’être un meurtrier en série n’est pas un fait banal. Meurtrier, il ne l’est peut-être pas, mais ce qui est certain c’est que ces morts découverts ne sont pas des suicidés. On peut aussi faire appel à la psychologie en la mettent en parallèle avec ces affaires.
Certains de ces meurtres peuvent ressembler à une pièce de théâtre avec une mise en scène macabre. Il y a probablement plusieurs metteurs en scène dans certains cas. Les principaux furent George Hodel, sans doute le principal meneur, Man Ray, et surtout Fred Sexton. Leurs rôles vont de possibles comparses à celui d’inspirateurs. Tous les trois sont des amateurs d’art et plus spécialement des admirateurs inconditionnels du marquis de Sade. Ray et Sexton sont des artistes confirmés et connus. Ce n’est pas le cas de George Hodel, il est reconnu comme un virtuose du piano, mais ne s’est jamais produit en tant que tel. S’il est un personnage en vue à Los Angeles, c’est surtout comme médecin de la bonne société. En commettant des meurtres particulièrement sadiques, sans négliger un sens de la mise en scène, a-t-il trouvé le moyen de se hisser dans cette notoriété ? On peut admettre à regrets que ces meurtres furent exécutés dans une sorte de folie artistique très malsaine, une forme revendiquée de génie dans le meurtre. Mais un génie n’est rien s’il n’est pas reconnu comme tel. A la fin des années 1940, quand cela commença à chauffer un peu trop, ils se dispersèrent comme une bande moineaux, à peu près certains de rester impunis. Il vaut quand même mieux laisser passer l’orage. On peut supposer qu’à la fin de sa vie, George Hodel regretta de ne pas être reconnu comme génie criminel, mais que la postérité pourrait arranger la chose. Sachant son fils fin limier, il aurait volontairement laissé traîner quelques indices, notamment la photo du Dahlia noir retrouvée dans son petit carnet avec des photos personnelles, sachant que cela allait intriguer son flic de fils. S’il mordait à l’hameçon son génie criminel serait éventuellement enfin reconnu. Et surtout là où il est parti il ne risquait plus rien.


N’oublions pas de mentionner le livre de Stéphane Bourgoin « Qui a tué le Dahlia Noir ? » paru en 2014, qui prétend avoir résolu le meurtre du Dahlia noir. Une équipe de journalistes a mené une sérieuse enquête sur l’auteur et a révélé que c’est un mythomane. A part certains faits vérifiables sur la passé des criminels, qui font partie des déductions et constats des enquêtes policières, tout le reste semble douteux. Il en va de même sur son livre consacré au Dahlia noir, le cas n’est pas résolu. Ses conclusions n’ont jamais été certifiés par le FBI contrairement à ce qu’il prétend. Il y a sans doute une information qui doit être vraie dans ce qu’il affirme, il est né le 14 mars 1953. Dans ce cas, il est né le même jour que moi et nous avons exactement le même âge. Enfin pour ce qui est de mon cas, je certifie que c’est l’exacte vérité.
C’est toujours un exercice de haute voltige de rechercher le passé des gens et ce qu’ils ont fait tel ou tel jour quand on n’était pas là pour le voir ou qu’ils ne sont plus présents pour le raconter. C’est pour cela que le livre de Hodel me semble digne d’intérêt. Il se trompe peut être sur certains points. Mais si j’avais lu son récit comme une oeuvre de fiction, arrivé à la conclusion, je me dirais que ça tient bien la route.

Sources Wikipédia, archives, Steve Hodel pour certaines anecdotes.

6 réflexions sur “Bas nylons et suite en Dahlia

  1. J’attendais la suite de l’article précédant avec impatience. Je ne suis pas déçus. Très bon travail. Terrible.
    Vous avez bien fais de mentionner qu’il fallait faire attention à Bourgoin.
    J’ai appris beaucoup de choses, très bien écrit.
    Il est terrible de savoir que ces crimes resteront impunis mais nous n’oublierons pas les victimes.

    • Hello Jaskiers,
      Merci de votre retour.
      Dans le cas Bourgoin, je peux admettre qu’on puisse avoir de la curiosité pour les faits criminels, mais de là à se faire tout un cinéma et prétendre que l’on en a interviewé des dizaines, il y un pas que je ne franchis pas. Ce qui me déçoit le plus, c’est tout le crédit qu’on lui a apporté dans ses apparitions télévisées, « l’expert » en affaires criminelles dont aucun journaliste n’a remis en cause les dires. De plus, il s’est fait du fric en racontant des salades,
      Comme vous le dites, ce qu’il ne faut pas oublier ce sont les victimes, ce sont elles qui sont le plus à plaindre. Quant à nous, le plus regrettable, c’est de constater que la police peut être inefficace ou alors protéger des criminels, ce qui est probablement le cas dans certaines de ces affaires.
      Je reviendrai sur d’autres cas ayant eu lieu à Los Angeles dans un futur article, il me faut rechercher d’autres documents pour en parler,
      Bon week-end

      • Exactement. Je crois qu’il a même inventé des fausses histoires, notamment, il a prétendu qu’une de ses ex-petite amie avait été assassiné par une tueur en série. Il a avoué avoir inventé cette histoire de toute pièce et maintes autres.
        Le cas du Golden State Killer est terrifiant. J’ai dans ma pile à lire l’ouvrage de Michelle McNamara, qui est devenue tellement obsédée par l’affaire qu’elle en est morte… Le golden state Killer a été démasqué peu de temps après, un policier…
        Écrirez-vous sur le Tueur du Zodiac ?
        Merci pour votre réponse et j’attends vos prochains articles avec beaucoup d’intérêts.
        Un bon week-end à vous aussi.

      • Merci de votre réponse.
        Bourgouin a presque tout inventé, sauf l’eau chaude.
        Le Zodiac, pourquoi pas ? Vous me donnez des idées, je cherche parfois des sujets et en voilà un. Je ne dois pas avoir trop de peine à trouver de la documentation là-dessus. J’ai bien entendu entendu parler de ce tueur, je dois même avoir lu quelque chose il y a quelques années. Il y a aussi « Les Tueurs de la lune de miel », une histoire assez célèbre à la fin des années 1940 en Floride.
        Michelle McNamara, je ne connais pas, mais je vais chercher ce livre, cela peut aussi être intéressant.
        Encore merci et très certainement $ bientôt

      • Pour le tueur Zodiac, je vous conseil le film « Zodiac » avec Mark Ruffalo, Jake Gyllenhaal et Robert Downey Jr. Le film est tiré du livre éponyme (qui est d’ailleurs aussi dans ma pile à lire). Dernièrement, il y a quelques mois, un de ses message codé a été décodé. Malheureusement, cela n’a pas apporté grand chose à l’enquête.
        Je ne connais pas « Les tueurs de la Lune de miel ». Je vais y jeter un coup d’œil.
        Merci pour cet échange.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.