En passant

Bas nylons et vinyles en fusion (6)

En 1985. deux ans après le volume 1, le label américain Rhino spécialisé dans la réédition tente une mission impossible, celle de sortir une compilation avec les pires titres jamais enregistrés. Le choix se porte sur des chansons s’étalant sur une petite vingtaine d’années précédant la compilation. Sur ce volume, il y a deux noms connus dont un l’est vraiment, les Troggs. Ce n’est pas à proprement parler une chanson, mais d’une ambiance de studio dans laquelle ils déconnent, sans oublier quelques obscénités au passage. Le second est Napoleon XIV qui eut un tube humoristique en 1966, *They’re Coming To Take Me Away, Ha-Haaa! » qui se vendit à un million d’exemplaires, le disque fut même édité en France. Il y a aussi une curiosité, Mrs Miller. Elle avait l’habitude avec sa voix stridente, de reprendre des chansons connues pour en faire des versions très personnelles. Elle gagna une certaine popularité et vendit assez bien ses albums., tout en animant des émissions de télévision. Elle mourut en 1997, âgée de 90 ans. Il faut constater que presque 40 ans plus tard, des titres qui pouvaient alors prêter à sourire, bénéficient d’une certaine aura aujourd’hui, même si certains sont encore indigestes.

Mrs. Miller – Downtown

Mickey Katz – K’nish Doctor

Barnes & Barnes – Party in My Pants

The Credibility Gap – Foreign Novelty Smash

The Halos – The Nag

Yogi Yorgesson – Who Hid The Halibut On The Poop Deck

Shad O’Shea – Goodbye Sam

Sticky Fingers – Candy Rapper

Debbie Dawn – Hands

Rockin’ Richie Ray – Baseball Card Lover

Little Roger And The Goosebumps – Fudd On The Hill (parodie Beatles)

Napoleon XIV- I Live In A Split Level Head

Wild Man Fischer – Young At Heart

Documents

Mrs Miller en action à la télévision.

Reprises des Beatles

La France n’a pas le monopole du disque de collection. Il existe ailleurs et même dans des quantités qui peuvent laisser la France loin derrière. Il n’y a pas de formule magique pour qu’un disque devienne un collector. Un des critères pour qu’il le devienne, c’est la rareté multipliée par son attrait pour les collectionneurs. Parmi les artistes, il faut distinguer ceux qui arrivent à franchir la porte du collectionneur, certains ne le sont peu ou pas, d’autres s’installent volontiers dans les discothèques personnelles. Ces critères sont très subjectifs, mais il est certain qu’il y a des disques qui atteignent des fortunes et d’autres dont on a de la peine à se débarrasser pour des sommes très modiques. Des artistes inconnus peuvent avoir des publications qui s’arrachent à prix d’or, tandis que des célébrités sont boudées par les collectionneurs. Nous allons nous promener régulièrement parmi certains de ces collectors internationaux dont vous ne soupçonnez peut-être pas l’existence, mais qui sont souvent des pièces qui se négocient à bon prix. Pour les albums je me contenterai d’un ou deux exemples et pour le reste l’intégralité des titres si disponibles sur Youtube. Vous ferez certainement des découvertes.

Tony Jackson Group – Portugal EP

Jusqu’à l’été 1964, Tony « Black Jack » Jackson fut le bassiste des Searchers et en partie chanteur solo. plutôt bon vocaliste d’ailleurs. Il quitta les groupe suite à une mésentente sur le style. Fort de sa gloire passée, il essaya d’imposer son propre nom à travers des formations comme Tony Jackson & The Vibrations ou Tony Jackson Group. Il n’y parvint pas et se retira du monde de la musique pour exercer divers métiers. Il tenta un retour dans la fin des années 1980, en se réappropriant le répertoire des Searchers où il apparaissant. Ce fut encore un échec, car les Searchers d’origine existaient toujours, ainsi que la formation du dissident guitariste de la première heure officiant sous Mike Pender’s Searchers. Trois formation avec le même répertoire cela faisait beaucoup pour les circuits nostalgiques. Cette tentative se termina définitivement en 1996 où il fit 18 mois de prison pour avoir agressé une femme. Il mourut en 2003, victime d’une consommation d’alcool pas toujours modérée.
Cette édition portugaise en EP est très recherchée, mais aussi très rare. Elle présente ses derniers enregistrements avant de quitter le métier pour longtemps, quatre reprises, Paul Revere & Raiders, Small Faces, Sam Cooke, Bob Dylan.

Portugal 1967 – Tony Jackson Group – Estúdio – EEP 50013. Meilleure enchère sur Ebay 2325 euros

Just Like Me

Understanding

Shake

 He Was A Friend Of Mine

Toujours la même chanson

Il est rare qu’une chanson ne soit jamais reprise si elle a eu un peu de succès. Quand on est lassé d’une version, il peut s’avérer plaisant d’en écouter une autre. Il arrivé même que l’on soit étonné par une reprise à laquelle on se s’attendait pas ou encore découvrir le créateur de la version originale. dont on ignore complètement l’existence. C’est un jeu où je me défends très bien. Alors selon ce principe, je vous propose en premier la version originale, en second une reprise française, et en troisième une autre version, que vous ne connaissez pas forcément.

Odetta – Santy Anno (1954), traditionnel, première version intégrale

Hugues Aufray – Sabtiano (1961)

Jefferson Starship – Santy Anno (2008)