En passant

Inventaire musical à la Prévert (86)

The Everly Brothers – The Hit Sound – Warner Bros US – WS 1676, publié en 1967

On a tous une chanson des Everly Brothers dans la tête, même sans savoir qu’elle est d’eux. Sans doute une des plus belles discographies de la musique moderne, tout est bien et beau. Bien entendu. ils furent une source d’influence incontestable à partir de 1957. les harmonies vocales notamment. Oublions un peu les succès, certains sont incapables d’aimer quelque chose qui ne passe pas par la radio, et rappelons-nous qu’ils furent aussi de redoutables arrangeurs, encore plus quand ils s’intéressaient aux chansons de autres. Un album, parmi d’autres, qui illustre bien le propos est « The Hit Sound » paru en 1967. A travers douze reprises de chansons parfois très connues, ils ajoutent cette petite pincée d’épices qui rend le plat si savoureux. C’est parfois presque une réécriture, et quand cela n’est pas le cas ce n’est pas une copie au carbone. S’il ne fallait donner qu’un exemple figurant sur l’album, il suffit de prendre « The House Of The Rising Sun (Le Pénitencier), c’est bien un des rares cas, excepté les versions folk, qui ne reprend pas l’arrangement des Animals. C’est la même chanson, mais c’est différent. Je ne sais pas si « là-haut » ils chantent avec les anges, mais je doute que les choeurs célestes puissent se passer d’eux.

Blueberry Hill

I’m Movin’ On

Devil’s Child

Trains And Boats And Planes

Sea Of Heartbreak

Oh Boy !

[I’d Be] A Legend in My Time

Let’s Go Get Stoned

Sticks And Stones

The House Of The Rising Sun

She Never Smiles Anymore

Good Golly Miss Molly

Documents

Documents
Live en 1984 – Lucille

Live en 1985 – Bye Bye Love

Live – On The Wings Of A Nightingale, une chanson que Paul McCartney avait écrite pour le duo.

Collectors made in France

Voici une idée de recherche pour ceux qui fouillent les puces dans l’espoir de trouver une pièce intéressante à revendre. Il s’agit d’un coffret de 7 albums consacré à Mozart, publié en 1956 par Pathé et interprété par l’Orchestre de Chambre Fernand Oubradous. Très souvent la musique classique au niveau des pièces de collection n’a rien à envier à la musique plus moderne. Ici, il s’agit même d’une sorte de record pour une pièce éditée en France, tous styles confondus. La rareté de cette pièces peut s’expliquer par le fait que c’est un coffret qui contient sept 33 tours, ce qui devait quand même représenter une somme assez rondelette en 1956. Tous les fans de Mozart ne pouvaient pas se permettre ce genre de folie, qui devait représenter une belle entaille dans un mois de salaire pour un employé lambda. Je le sais par expérience, le classique est souvent prisé par une certaine bourgeoisie, des gens qui ont en principe quelques moyens financiers à disposition. Il y a quand même eu 30 enchères pour ce disque. J’ai bien entendu seulement mis un extrait du coffret. Bonne chasse !

Mozart – Pathé – DTX 191-197, publié en 1956, meilleure enchère sur Ebay 10716 euros.

Mozart – Symphonie Concertante, extrait de l’album

Envies de découvrir autre chose ?

La musique n’a pas de frontières. S’il y a bien un point où je suis très éclectique, c’est assurément la musique. Entre un disque de hard rock et un opéra, pour moi c’est de la musique. C’est la différence qu’il y a entre un plat de haricots et un entrecôte bordelaise, les deux pris dans leur contexte propre peuvent s’avérer délicieux. Je fouille, j’écoute, je trouve, et puis quelquefois je tombe sous le charme. C’est pour moi une quête permanente.
Je vous invite à partager ces découvertes au hasard. Des artistes qui ne font pas forcément la une des médias, mais qui ne sont pas dépourvus d’un certain magnétisme ou plus simplement nous présentent une belle vision musicale.

Ouvrons une fois de plus nos oreilles pour écouter de la musique en tant que langage universel. Les Séfarades furent un peuple d’origine juive ibérique qui vécurent en Espagne jusqu’é la fin de 15ème siècle, avant d’être chassés par la reconquête chrétienne. Les connaisseurs en histoire savent qu’en Espagne vécurent en bonne intelligence jusqu’à cette période, un melting pot de culture issu de la tradition juive, musulmane, chrétienne. La échanges culturels furent nombreux et la musique n’échappa pas à cette tendance. La musique séfarade en illustre très bien l’aboutissement. On y retrouve notamment l’influence de la musique arabe. Heureusement elle a survécu dans sa tradition et on la retrouve aujourd’hui dans le répertoire de nombreux artistes. Elles sont pour la plupart dans la langue d’origine un mélange d’hébreu et de langues latines ou même en arabe, c’est bien la preuve qu’ils la ressentent comme appartenant à leur terroir.

Chansons Séfarades

El Rey Di Francia, une des chansons les plus connues de cette tradition, interprété ici par le groupe Griselidis, originaire de Provence. La voix de la chanteuse est juste merveilleuse.

Yamma Trio -Sien Drahmas Al Dia

Amina Alaoui – Hika Mia

Al Andaluz Project – La Galana Y El Mar

Ana Alcaide – Luna Sefardita