En passant

Bas nylons et vinyles en fusion (38)

Des titres faisant partie du garage punk sixties. Mouvement né aux USA quand les adolescent rêvaient de « faire » de la musique. Des centaines réussirent à graver quelques titres principalement sur des petits labels locaux, parfois récupérés par les grandes compagnies. Musique essentiellement spontanée sans contrainte commerciale, mais qui parfois engendre des pépites qui auraient pu se vendre à des milliers d’exemplaires. La plupart de ces artistes sont restés dans l’ombre, mais une ou deux poignées réussirent à acquérir un statut de plus ou moins grande légende. Dans les batailles, la victoire finale récompense les généraux, mais sans les soldats ils n’existent pas.
Voici des sélections de ces pépites plus ou moins brillantes, tirées des centaines de compilations qui existent de cette musique. Ceux qui comme moi l’explorent depuis longtemps, souriront certainement à l’écoute d’un titre ou d’un autre, ils penseront comme moi qu’il n’est pas nécessaire d’être des millions à apprécier un disque pour qu’il soit meilleur qu’un autre.

Chapitre 6

The Dantes – Can’t Get Enough Of Your Love

Richard & Young Lions – Open Up Your Door

Shy Guys – Black Lightening Light

The Flares – I Found Out 

The Pastels – Cause I Love You

Amoeba – Lost Love

The Endd – Out Of My Hands

The Blizzards – I Will Love You

One Way Street – Tears In My Eyes

The Troyes – Love Comes, Love Dies

Documents

Des archives musicales, peu importe le pays, de la télévision ou autres durant les sixties

The Beatles – She Loves You (vrai live et belle ambiance, Manchester 1963)

The Motionsn – Shake & Every Step I Take, tv française 1966. A la guitare solo un certain Robbie van Leeuwen, futur Shocking Blue et compositeur du célèbre « Venus ».

La France n’a pas le monopole du disque de collection. Il existe ailleurs et même dans des quantités qui peuvent laisser la France loin derrière. Il n’y a pas de formule magique pour qu’un disque devienne un collector. Un des critères pour qu’il le devienne, c’est la rareté multipliée par son attrait pour les collectionneurs. Parmi les artistes, il faut distinguer ceux qui arrivent à franchir la porte du collectionneur, certains ne le sont peu ou pas, d’autres s’installent volontiers dans les discothèques personnelles. Ces critères sont très subjectifs, mais il est certain qu’il y a des disques qui atteignent des fortunes et d’autres dont on a de la peine à se débarrasser pour des sommes très modiques. Des artistes inconnus peuvent avoir des publications qui s’arrachent à prix d’or, tandis que des célébrités sont boudées par les collectionneurs. Nous allons nous promener régulièrement parmi certains de ces collectors internationaux dont vous ne soupçonnez peut-être pas l’existence, mais qui sont souvent des pièces qui se négocient à bon prix. Pour les albums je me contenterai d’un ou deux exemples et pour le reste l’intégralité des titres si disponibles sur Youtube. Vous ferez certainement des découvertes.

The Beatles – German EP

Dans la discographie allemande des Beatles, les EP’s sont moins nombreux qu’en Angleterre ou en France. L’un des plus recherchés et aussi un des plus rares est l’équivalent de la beaucoup plus courante édition anglaise avec les mêmes titres et les Beatles en photo. Il ne contient pas de succès mais magnifie trois reprises de standards du rock and roll comme il savaient si bien les faire. Sa rareté vient surtout du fait que la pochette n’est pas spécialement attirante, mais met en exergue « Long Tall Sally » qui constitue une des plus belles reprises de ce titre avec un Paul McCartney à coin pour les vocaux. Contrairement aux autres titres, elle faisait partie du répertoire live du groupe et était plus visible auprès des fans et constituait aussi pour le public allemand une sorte d’inédit contrairement à « Slow Down » et « Matchbox » qui figuraient sur l’album allemand « Something New ». Que la version anglaise soit plus courante s’explique aussi pas le fait que pour le pays, il s’agissait de titres qui ne figuraient sur aucun album ou single, donc vraiment des inédits. Prière de passer à la caisse.

Allemagne 1964 – The Beatles EP, Odeon -O 41 638. Meilleure enchère sur Ebay, 549 euros

Long Tall Sally

I Call Your Name

Slow Down

Matchbox

Documents

Beatles – Long Tall Sally, live Melbourne 1964

Beatles – I’m Down, un rock maison, Ed Sullivan Show 1965

Toujours la même chanson

Il est toujours curieux d’entendre une chanson que l’on connaît bien dans une autre langue. Le phénomène de reprendre une chanson connue dans une autre langue est un phénomène planétaire. La mélodie reste, mais la consonnance d’une langue peut lui donner une ambiance différente.

Une chanson emblématique des Rolling Stones du début. A tendance folk, c’est malgré tout une sombre histoire de fille qui fréquente un mauvais garçon, tout à fait dans la lignée de leur réputation à cette époque. Comme les reprises étrangères ne sont pas très nombreuses, j’ai mis à la fin deux version en anglais qui valent le détour.

Play With Fire

Les Rolling Stones, version originale (1965)
C’est une des chansons maison attribuées aux compositeurs Nanker – Phelge qui n’existent pas, mais qui représentaient en fait les cinq membres des Rolling Stones pour le crédit compositeurs. Elle fait toujours partie de leur répertoire actuel.

Les Spectres – Ce Jeu-Là  (1991)

en français

J.M. Baule – Jugando Con Fuego (2019)

en espagnol

Dan Tillberg – Ei Se Kesää Tee  (1979)

en suédois

Peter Schleicher – Roll Mi Net (1979)

en allemand


Twice As Much – Play With Fire – (1966)

en anglais

Mick Farren – Play With Fire (1976)

en anglais

2 réflexions sur “Bas nylons et vinyles en fusion (38)

  1. Bonjour M. Le Boss,
    Tout à fait, les EP’s Allemands,( Allemagne de l’ouest) ne sont pas beaux, mais difficile à trouver à un prix raisonnable, idem pour les Sp’s de l’ Allemagne de l’est ( en pochettes très fragiles)

    Belle brochette de reprises du titre des Stones .
    Celle en français des Spectres est vraiment pas terrible ……les autres sont guères mieux ….difficile de lutter contre Mick Jagger et sa voix très particulière .
    Certaines reprises des Beatles sont dans le même registre , mais ça reste toujours amusant à écouter ou découvrir .
    Bonne semaine
    cooldan

    • Hello Cooldan,
      L’Allemagne a un peu loupé le coche avec les Beatles, Pour les EP’s les pochettes sont en carton brut sans revêtement de cellophane, donc résistent mal à l’usure et ils sont tous ainsi. Presque impossible d’en trouver une copie en très bon état. Un ou deux présentent un petit avantage ils sont en stéréo. Heureusement d’autres pays, dont la France, ont fait du meilleur travail.
      La chanson des Stones n’a d’égal que leur propre version, c’est d’ailleurs une de mes préférées parmi tout leur répertoire, la première qui me vient à l’esprit quand j’ai envie de les écouter.
      Comme vous le dites pour les Beatles et autres, il faut parfois creuser très profond pour trouver une bonne reprise.
      Bonne semaine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.