En passant

Bas nylons et vinyles en fusion (41)

Des titres faisant partie du garage punk sixties. Mouvement né aux USA quand les adolescent rêvaient de « faire » de la musique. Des centaines réussirent à graver quelques titres principalement sur des petits labels locaux, parfois récupérés par les grandes compagnies. Musique essentiellement spontanée sans contrainte commerciale, mais qui parfois engendre des pépites qui auraient pu se vendre à des milliers d’exemplaires. La plupart de ces artistes sont restés dans l’ombre, mais une ou deux poignées réussirent à acquérir un statut de plus ou moins grande légende. Dans les batailles, la victoire finale récompense les généraux, mais sans les soldats ils n’existent pas.
Voici des sélections de ces pépites plus ou moins brillantes, tirées des centaines de compilations qui existent de cette musique. Ceux qui comme moi l’explorent depuis longtemps, souriront certainement à l’écoute d’un titre ou d’un autre, ils penseront comme moi qu’il n’est pas nécessaire d’être des millions à apprécier un disque pour qu’il soit meilleur qu’un autre.

Chapitre 8

Dark Horsemen – You Lied

Huns – Destination Lonely

Symbols – Give Me Time

The Kings Ransom – Shame

Art Guy – Where You Gonna Go

Seventh Cinders – You Take Me For Rides

The Syndicate – She Haunts You

Palace Guards – Sorry

The Stumblin’ Blox – It’s Alright

Burgundy Blues – I’ll Get You Back Again

Documents

Des archives musicales, peu importe le pays, de la télévision ou autres durant les sixties

Jefferson Airplane live 1970– Eskimo Blue Day

Jefferson Airplane live 1970 Woodstock – Somebody To Love

La France n’a pas le monopole du disque de collection. Il existe ailleurs et même dans des quantités qui peuvent laisser la France loin derrière. Il n’y a pas de formule magique pour qu’un disque devienne un collector. Un des critères pour qu’il le devienne, c’est la rareté multipliée par son attrait pour les collectionneurs. Parmi les artistes, il faut distinguer ceux qui arrivent à franchir la porte du collectionneur, certains ne le sont peu ou pas, d’autres s’installent volontiers dans les discothèques personnelles. Ces critères sont très subjectifs, mais il est certain qu’il y a des disques qui atteignent des fortunes et d’autres dont on a de la peine à se débarrasser pour des sommes très modiques. Des artistes inconnus peuvent avoir des publications qui s’arrachent à prix d’or, tandis que des célébrités sont boudées par les collectionneurs. Nous allons nous promener régulièrement parmi certains de ces collectors internationaux dont vous ne soupçonnez peut-être pas l’existence, mais qui sont souvent des pièces qui se négocient à bon prix. Pour les albums je me contenterai d’un ou deux exemples et pour le reste l’intégralité des titres si disponibles sur Youtube. Vous ferez certainement des découvertes.

Robert Johnson – US 78 tours

Les fouilleurs de puces qui achètent une pile de vieux 78 tours en pensant avoir touché le gros lot vont assez vite déchanter. Même s’il s’agit de disques qui ont 80 ans, il y peu de chances de trouver des pièces de collection d’un bon prix. Même Charles Trenet ou Edith Piaf ne valent que quelques euros. Par contre, il y a un genre qui offre des merveilles, c’est le vieux blues en pressage d’origine, le plus souvent ce sont des pressages américains. La rareté de ces publications vient surtout du fait que les tirages furent publiés en petites quantités et mal distribués. Rappelons qu’il y a 100 ans la musique noire était surtout une musique de ghetto qui franchissait peu ses frontières. A moins d’avoir un amateur qui en a rapporté des copies en France, il y a peu de chances de les trouver ici.
Robert Johnson est une authentique légende du blues qui a inspiré des milliers de musiciens. Sa courte carrière, il est mort à 27 ans en 1938, ne réussit pas à faire de lui une star de son vivant, il resta peu connu mais sa notoriété grandira considérablement après sa mort. Posséder un 78 tous de lui publié de son vivant est une gageure, d’où les prix élevés qu’ils peuvent atteindre.

USA 1937 – Robert Johnson, Conqueror 8871. Meilleure enchère sur Ebay, 11142 euros

I Believe I’ll Dust My Broom

Dead Shrimp Blues

Documents

Cream dans deux reprises de Robert Johnson

Crossroads

Four Until Late

Toujours la même chanson

Il est toujours curieux d’entendre une chanson que l’on connaît bien dans une autre langue. Le phénomène de reprendre une chanson connue dans une autre langue est un phénomène planétaire. La mélodie reste, mais la consonnance d’une langue peut lui donner une ambiance différente.

Une des chansons les plus connues de Ray Charles. Il popularisa la chanson en retravaillant la version du compositeur Percy Mayfield sur un tempo plus rapide qui sera repris pratiquement dans toutes les adaptations. Sur Youtube, c’est de loin le clip de Ray Charles le plus regardé et écouté.

Hit The Road Jack

Percy Mayfield, première version enregistrée version originale (1960)

La version de Ray Charles (1961)

Richard Anthony – Fiche La Camp Jack  (1961)

en français

Jack van Doorn – Komm Trink Aus, Jack (1961)

en allemand

John Foster – Dove Vai Jack (1962)

en italien

David Avidan (1966)

en hébreu

Mo’ Horizons – Pé Na Estrada  – (2002)

en portugais

Monica Zetterlund – Stick iväg Jack (1962)

en suédois

2 réflexions sur “Bas nylons et vinyles en fusion (41)

  1. Bonsoir M. Le Boss,
    11142 € aux enchères pour le 78 tours de Robert Johnson , on commence à atteindre des sommets !!
    Les déclinaisons du titre « Hit The Road Jack  » en différentes langues est intéressante , chaque langue apporte un petit plus .
    Bonne semaine
    cooldan…

    • Hello Cooldan,
      Le jour où j’en trouve une copie, je pars en vacances aux Caraïbes.
      Ray Charles reste un grand interprète, assez bizarrement ce sont plutôt ses reprises qui cartonnent plus que ses propres compositions . à l’inverse elles sont reprises par une pléiade d’artistes. Enfin c’est un artiste incontournable.
      Bonne suite de semaine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.