Beach Boys Party

Cet album des Beach Boys est un genre de plaisanterie. A l’époque de son enregistrement, ils en avaient déjà publié neuf. L’appétit des maisons de disques étant pratiquement insatiable, un dixième était réclamé pour agrémenter l’été 1965. Brain Wilson, l’âme du groupe travaillait sur un projet qui aboutira au fameux « Pet Sounds », mais pour l’instant il était seulement en gestation. Que faire? Un album live existait déjà, un « Greatest Hits » possible, mais pas souhaitable. Finalement c’est un live en studio qui est retenu. Comme pratiquement tous les groupes, les Beach Boys, en dehors de leur répertoire personnel, jouent des chansons qu’ils aiment bien crées par d’autres artistes. Ce sera le fil conducteur de l’album, une douzaine de chansons venues d’ailleurs seront retenus sur le nombre initialement enregistré qui est supérieur. L’enregistrement lui-même a été fait dans les règles de l’art, mais un mixage sera concocté avec les bruits des conversations et de fond au final. Cela nous éclaire un peu sur ce qui intéressait le groupe à part leurs compositions. On y retrouve trois fois les Beatles et une fois Bob Dylan, pour les stars. Le reste est un panachage des quelques tubes qui furent assez populaires aux USA, les années précédentes. Par exemple, le mémorable « Mountain Of Love » de Harold Dorman, que notre superstar nationale adapta sous le titre « Les Monts Près Du Ciel ». Le « Alley Oop » des Hollywood Argyles rejoint « Papa Oom Mow Mow » des Rivingtons, ce dernier déjà détourné par les Trashmen pour « Surfin Bird ». Ils font quand même une intrusion dans leur répertoire avec un medley « I Get Around – Little Deuce Coupe ». Mais ce qui avait un peu commencé comme une plaisanterie va se transformer en or avec la dernière chanson de la face 2. En 1961, les Regents créent un hit assez vite oublié, avec une certaine Barbara Ann, qui a l’honneur d’une chanson. Cette chanson figure dans l’album, qui a sa sortie décontenance un peu les programmateurs radio. Il est vrai que certains titres ne sont pas très radiophoniques, alors ils diffusent plus volontiers « Barbara Ann » sur les ondes jugé plus digne d’écoute par une ménagère qui passe l’aspirateur ou le routier qui regarde le paysage. Il devient très populaire, ce qui oblige Capitol à le sortir en simple. Non seulement il devient le plus gros succès international du groupe à ce jour, mais il achève de donner un statut international aux Beach Boys et comme monument sixties dans leur pays. La France avec Martin Circus et « Marylène » sera la reprise qui marchera ici plus tard, aussi à l’heure du fromage pourrait-on dire.
Cet album est une curiosité qui ouvrira le chemin, pour une certaine mesure, à la chanson parodique version moderne. C’est assez courageux pour l’époque. A écouter avec humour.
La sélection qui vous est proposée en écoute va bien au-delà de l’album original. Elle comprend les titres originaux, les douze premiers, ensuite des chutes inédites et des « stack-o-tracks », c’est ce qu’on appelle du karaoké dans sa forme ancienne. Vous trouvez l’orchestration exacte des titres originaux, sans le vocal. Alors s’il vous prend l’envie de concurrencer Brian Wilson ou Mike Love, il y a tout ce qu’il faut. Vous accompagné par les Beach Boys, c’est possible.
Ecouter gratuitement et télécharger Beach Boys Party sur MusicMe.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s