Versions doublées…

Nombre de chanteurs ont enregistré dans une langue qui n’est pas la leur, souvent en n’ayant aucune notion de la langue dans laquelle ils chantent. Voici quelques uns de ces artistes qui tentèrent le coup avec plus ou moins de réussite.

Aux seigneurs les honneurs…

Les Beatles qui avaient appris trois mots d’allemand à Hambourg en profitent

Les Rolling Stones en italien

Neil Sekaka lui tâte de l’hébreu avec un des ses plus beaux slows

Paul Anka presque un habitué de l’italien

Gene Pitney au festival de San Remo avec une chanson qui fera (presque) la fortune de Richard Anthony une dizaine d’années plus tard.

En 1966, Les Yardbirds tentent la désastreuse expérience du festival de San Remo, en italien bien sûr.

Peu connus en France, Jay & the Americans ont pourtant enregistré dans notre langue un de leurs tubes

Les Searchers y vont aussi de quatre titres en français, malgré l’accent de Liverpool.

Idem pour les Hollies, mais avec l’accent de Manchester, ces titres sont restés longtemps inédits, refusés par EMI France

Sylvie en japonais

On a retrouvé par hasard deux titres de Johnny enregistrés partiellement en turc et publiés seulement dans ce pays. Il semble que l’intéressé avait complètement oublié qu’il avait fait cela.

France Gall fut une assez grosse vedette en Allemagne, alors dans la langue Goethe…

En japonais

Marjorie Noël fut une de ces chanteuses yéyé qui connut quelques succès en 1965-66 et se présenta à l’Eurovision. Néanmoins elle fut presque une grande star au Japon avec quelques uns de ses titres enregistrés dans la langue du pays et des productions originales pour le marché local. Lors d’un concert au Japon dont elle était la vedette, la première partie était assurée par… Charles Aznovous. Gravement blessé lors d’un grave accident de voiture en 1966, elle eut de la peine à refaire surface et abandonna sa carrière. Elle se maria, fonda une famille. Elle mourut prématurément en 2000. Elle est encore aujourd’hui populaire au Japon.

Je possède un document d’elle, un disque dédicacé à un certain Robert, trouvé dans un brocante pour trois fois rien. Souvenirs, souvenirs…

Richard Anthony fut un des coutumiers de l’enregistrement en langues étrangères. Il avait une bonne connaissance de l’anglais en ayant séjourné outre-manche en étant adolescent. Ici c’est un original pour le marché anglais, paroles de Richard Anthony, musique de Silvano Santorio qui fut son guitariste et aussi celui des Four Dreamers. Le titre fut aussi exploité par les musiciens d’Anthony pour un EP, sous le nom de Clan De Silvano. Je trouve que ce titre aurait mérité mieux, il avait un potentiel assez évident.

Retrouvailles en musique

Ils eurent une heure de gloire, il y a parfois très longtemps. Beaucoup ont complètement disparus, visuellement ou physiquement. D’autres sont encore là, se produisent encore, ont plus ou moins changé de binette. Sûrement quelques chansons qui ne vous sont pas inconnues pour certaines.

Les Zombies, tous les membres originaux, sauf Paul Atkinson décédé..

Les Moonkees, 2 membres originaux, c’est toujours ça

Peter Noone alias Herman’s Hermits, il a un peu pris de la bouteille…

Les Searchers tournent depuis 58 ans sans un instant d’arrêt…

Ray Davies et Mick Avory à la batterie, c’est presque les Kinks !

Brian Poole et les Tremoloes, mais oui ceux qui furent signés chez Decca à la place des Beatles…

Les Nashville Teens dont il ne reste guère que le chanteur Ray Philips

Brian Hyland et son éternel hit

Un autre infatiguable… Dion, quasi 60 ans de carrière et bientôt 80 ans! Et quand il s’ennuie, il enregistre des albums de blues…

Chubby Checker, il pète encore le feu!

Les Marcels, 55 ans plus tard…

Un des plus beaux tubes de la musique psychédélique, les Blues Magoos

Les Shadows Of Knight, pratiquement tous les membres originaux 50 ans après

Souvenirs des sixties j’écoute encore…

Quelques chansons typiques des sixties, surtout des faces B,  que j’ai découvertes à l’époque et qui sont toujours dans ma collection. On est en pleine Beatlemania et certains de ces artistes ont été aussi populaires que les Beatles, certains pendant au moins 2 minutes ! D’autres furent plus accrocheurs et presque égaux. Tous les artistes sont anglais.

Un monument des sixties…

Un de mes préférés à l’époque et pas tout à fait oubliés aujourd’hui. J’ai même eu le premier prix dans un concours organise par le fan club, il fallait dire pourquoi on les aimait, alors…

Comme d’autres étaient cons moi j’étais Merseybeats

Ils avaient du charme les Hollies, je veux bien sûr parler de musique, pour le reste à vous Mesdames de juger…

Un groupe qui avait une démarche très originale et des titres gros comme ça !

Une de ces face B que j’adorais…

Original… deux chanteurs !

Pour ceux qui connaissent, le Joe Meek Sound

Elle avait du coffre !

Pour moi c’est inoubliable…

La chanteuse aux pieds nus…

Certainement des poids plume de Liverpool, mais quelle belle balade !

Chansons que j’écoute de-ci de-là (6)

Comment oublier complètement cela ? Sans doute parce que c’est inoubliable !

En remontant aux sources de quelques titres qui sont bien plus connus par les autres que par le créateur, on peut parfois se dire que l’orignal n’est pas si mal et même très bien. Celui-ci est merveilleux!

Il m’arrive de ressortir ma collection de Cream et de me réchauffer quelques titres. Il y en a plusieurs, mais j’aime bien celui-là.

Il faut parfois revisiter les classiques, Ted Nudgent le faisait très bien en 1966 déjà…

Un album de blues un peu oublié et combien superbe a été enregistré en 1962 aux Trois Mailletz à Paris. Il y a Memphis Slim au piano, Willie Dixon à la contrebasse, Philippe Combelle à la batterie. Ca boogie woogie à tout va. Superbe !

Les chansons gentilles que j’ai adorées jadis et dont j’ai une certaine peine à me passer…

Une de ces chansons qui échappent passablement à ce que j’écoute habituellement. J’aime sans trop savoir pourquoi, sans doute les vocaux de Paul Jones, mais au fil des ans je remarque que je l’ai pas mal écoutée.

Je pourrais dire la même chose de cette chanson de Tom Jones, par ailleurs un chanteur très respectable au niveau de sa voix, j’aime bien cette histoire d’amour véritable surtout par l’ambiance. Par contre j’aime moins la version d’Eric Burdon et les Animals.

Il y a quelques chansons, et je ne suis pas le seul, qui rappellent une fille que l’on a bien aimée. C’est le cas de cette version de « Angelica » par les Sandpipers qui me ramènent à Palavas-les-Flots en été 1967, elle s’appelait France.

Il n’y a pas tellement de chansons qui sont capables de faire passer les grandes émotions, celle-ci en est une et cela vaut bien une écoute de temps en temps.

Les Mamas and Papas sont connus pour quelques hits incontournables. Mais il y a des chansons qui se cachent dans le discographie qui valent aussi leur pesant d’or. Celle-ci par exemple… c’est parfait !

Dans les années 50 à la maison on n’avait que la radio, mais elle marchait pratiquement à longueur de journée. Il était difficile d’échapper aux chansons de Dalida. Je n’ai jamais vraiment réussi, pour autant que j’en ai eu envie, à me passer d’elle. Alors de temps en temps, je ressors une de ses  galettes pour l’écouter, un peu comme un bon bourgeois irait se dévergonder dans un bal populaire. Il y en a au moins une vingtaine que j’aime bien. J’ai choisi un clip où elle est non seulement chanteuse, mais  très bonne actrice en enjôleuse.

Cela peut vous étonner mais j’ai une intégrale d’Edith Piaf dans laquelle on trouvait un enregistrement « sauvé » d’une chanson qui n’existait qu’en maquette. Je dois avouer que j’ai un faible pour cette mélodie de la grande chanteuse qui restera irremplaçable.

 

Musiques qui vous avez peut être écoutées autrement

Puisque notre rocker national est décédé, paix à son âme, revisitions sa discographie d’une manière un peu particulière. Beaucoup de ses succès, surtout ceux des années 60, sont des reprises de trucs anglais ou américains avec souvent les créateurs complètement inconnus des fans de Johnny. Certaines sont très faciles à situer, d’autres un peu moins, je vous laisse vous amuser.

chansons que j’écoute de-ci de-là (5)

Très souvent ou plus rarement, elles reviennent sur ma platine.

Faites votre marché musical, vous achèterez ou pas!

Les Rolling Stones et un de leurs plus fameux coup de baguette magique!

Mitch Ryder et un de ses plus grands disques, c’est toujours très plaisant a écouter!!!

Ca j’aime encore beaucoup…

S’il ne m’en restera qu’une de James Brown, ce sera celle-là.

Dans son premier album, les légendaires Savoy Brown nous proposent un de ces petits amusements en studio qui tient un peu de l’improvisation. C’est toujours aussi succulent!

Un de mes premiers goûts d’Espagne…

Les Kinks avaient un compositeur de talent dans leurs rangs, pas besoin de trop faire de reprises, pourtant leur premier disque en fut une, celle de « Long Tall Sally » de Little Richard. Sans doute pas la meilleure, les Beatles en firent une fantastique à peu près en même temps, mais celle des Kinks est la plus originale…

A propos des Beatles, l’une des plus belles…

Un des deux ou trois titres des Monkees que je kiffe toujours et je crois que c’est encore parti pour longtemps…

Dans la seconde moitié des années 60, Donovan était presque un incontournable. Je fus d’abord séduit par « Hey Gyp » puis dans son répertoire par « Gold Watch Blues », un plaisant titre folk. Pour les connaisseurs cette chanson a été adaptée en français par Long Chris « Première Interview ».

La première chanson de Brel qui entra dans ma discothèque ne fut pas interprétée par lui mais par la reprise de « Grand Jacques » que firent les Sunlights après « Le Déserteur ». C’était une bonne initiative. Dommage que par la suite ce groupe sombra dans une facilité dont ils semblent encore être fiers aujourd’hui. Je poste la chanson malgré un son pas terrible.

A propos de Brel, une des plus charmantes versions anglaises de sa pièce maîtresse « Ne Me Quitte Pas », par Terry Jacks