En passant

Bas nylons et cases à lettres

*****

Une autre grille de mots croisés proposée par Peter Pan. Merci à lui. Vous pouvez agrandir l’image en cliquant dessus. Solutions tout en bas de la page, ainsi que des extraits de films concernant notre vedette mystérieuse.

UN PEU D’HUMOUR

Un cruciverbiste un peu spécial.

Quelques belles définitions de mots croisés…

Piano : Moins cher quand il est droit
Diamantaire : Suit le cours des rivières
Age : Ne reste pas longtemps ingrat
Jarretelle : Tient le bas en haut
Déchetterie : Où ça amène la benne
Mite : Fait son chemin dans les affaires

Faites travailler vos méninges avec ces définitions qui pourraient se trouver dans une grille de mots croisés. Elles sont personnelles et plus ou moins humoristiques et pas toujours faciles. Solutions en-dessous

1 – Aujourd’hui elle a perdu son latin (5 lettres)
2 – Sensé prévenir le mal quand on en dispose (6 lettres)
3 – Peut ramasser du blé par beau temps sans être agriculteur (12 lettres)
4 – On est bien obligé d’y assister quand ce sont les siennes (11 lettres)
5 – Sans doute un fils de flûte (7 lettres)
6 – Ca n’a rien à voir (7 lettres)
7 – Il peut péter quand on l’allume (3 lettres)
8 – C’est à table qu’il ne faut pas le perdre (7 lettres)
9 – Avec lui on peut recommencer à mordre (7 lettres)
10 – Quand il est perdu c’est définitif (5 lettres )
11 – Manque de peau (4 lettres)
12 – C’est quand il est blanc que c’est raté (4 lettres)
13 – Matière pour les héros (6 lettres)
14 – Le vin y reste plus volontiers que nous (6 lettres)
15 – Quand on l’est ce n’est jamais avec des petits pois (6 lettres)
16 – Quand il est dans la forêt on ne pense pas à appuyer dessus (10 lettres)
17 – Elle peut être sale tout en étant propre (5 lettres)
18 – On peut la vendre très cher sans toutefois en tirer profit (4 lettres)
19 – Elle aime se prendre un vent (8 lettres)
20 – Sol de magistrat (7 lettres)
Solutions : 1 Messe – 2 Vaccin – 3 Investisseur – 4 Funérailles – 5 Flûtiau – 6 Aveugle – 7 Feu – 8 Appétit – 9 Dentier – 10 Temps – 11 Pelé – 12 Chou – 13 Etoffe – 14 Carafe – 15 Pigeon – 16 Champignon – 17 Gueule – 18 – Peau – 19 Eolienne – 20 Parquet

L’Armée des Ombres – Trailer
Les Granges brûlées – Trailer
Casque D’or – Extrait
Petite interview
Solutions


En passant

Bas nylons et le garage à Kenny

Cliquez sur une image pour les voir en taille originale.

Poursuite des explorations effectuées dans les années 80 par le label français Eva. Cette fois-ci, Kenny The Kasuals un pur groupe texan. Le label ne consacra pas moins de deux albums et un EP afin de retracer l’histoire phonographique du groupe, dont certains titres sont communs aux deux publications:
La première époque du groupe se situe entre 1964 et 1967, période durant laquelle ils enregistrèrent ce qui constitue le contenu des albums Eva, originalement publiés par le label texan Mark. Ils se reforment en 1981 et sous diverses incarnations se produisent occasionnellement jusqu’en 2019. Leur principal titre de gloire réside dans le fait que leur titre le plus légendaire « Journey To Tyme » intéressa United Artists qui le relaya sur le plan national et en fit un hit dans plusieurs états US. L’histoire tourna court car le groupe refusa de concéder les droits au grand label et la collaboration s’arrêta à cette publication.
Kenny et son équipe ont acquis une petite et vrai légende de la musique du garage sixties. Des stars les citent parfois comme Patti Smith ou Elvis Costello. Leur style oscillant entre la garage pur et une certaine tendance à viser le psychédélique, le tout représenté par de très nombreux titres originaux, se contentant seulement de quelques reprises, Kinks, Blues Project, Them. Toutes leurs publications d’époque sont bien prisées des collectionneurs.
Voici un large extrait des titres figurant dans les publications Eva.

Don’t Let Your Baby Go
Can’t Keep From Crying Sometimes (cover Blues Project)
Raindrops To Teardrops
You Make Me Feel So Good
Who Stole My House
String Of Time 
Everything Seems Fine
See-Saw Ride
Gloria (cover Them)
Journey To Tyme en live plus récemment
Journey To Time
Things Gettin’ Better
Nothing Better To Do
It’s Allright (Cover Kinks)
Ooh-Poo-Pah-Doo
Revelations
Come On Kid
And There You Were

En live, une des reformation interprétant « Gomme Some Lovin » du Spencer Davis Group.

Même cas, avec un titre des Animals

PERLES DE GARAGE HORS DU TEMPS

Une sélection de titres garage arbitraire.

The Uprisers – Let Me Take You Down – USA Virginia 1967
The Phantoms – I Want To See Her Cry. – USA Virginia 1966
The Smacks – There’ll Come A Time – USA Maryland 1966

En passant

Bas nylons et une sexagénaire

Cette année, quelques nostalgiques fêteront les 60 ans de Fantômette, une héroïne particulière qui traverse assez bien les ans, Retour sur un phénomène de la littérature adolescente d’il y a quelques années, qui est toujours édité.

Le premier est paru en 1961 « Les exploits de Fantômette », tout un programme. Dans les aventures destinées à la jeunesse, elle prit assez vite un rôle prépondérant et devint une héroïne connue de pas mal de lecteurs.
L’homme qui est derrière tout cela est Georges Chaulet. Né en 1931, décédé en 2012, il tâtonne avant de trouver le filon idéal. Refusé un premier temps par Hachette, il trouve chez Casterman la possibilité de publier « Les 4 As ». D’abord sous forme d’histoires complètes, ensuite en BD, il y en aura une quarantaine pour lesquelles il écrit le scénario. En 1960, Hachette via la Bibliothèque Rose, l’accepte enfin et l’année suivante, il débute avec sa fameuse Fantômette qui connaîtra une cinquantaine d’aventures étalées sur plus de 40 ans et un immense succès, 15 millions de livres vendus.
L’univers de Chaulet est particulier. Il est sans doute le premier a introduire un humour qui confine à une certaine absurdité dans les histoires et aussi à poser une jeune fille en héroïne surdouée. Les noms des personnages, toujours très typés, sont souvent en rapport avec leur personnalité ou leur métier. Ainsi un garagiste doit pratiquement s’appeler Boulon, un libraire Plume ou un charcutier Rillette. Le commissaire Maigrelet, allusion à qui vous savez, se remarque plus par les nuages de fumée de sa pipe que par son flair pour résoudre les énigmes. Les noms de lieux n’y échappent pas ou alors sont bien torchés, Mouchons-les-Chandelles, Fouilly, l’Anse de Tasz, Kardebeur, qui sonnent bien bretons pour une aventure dans le pays. Les aventures se déroulent plus spécialement dans la ville imaginaire de Framboisy. dont les framboises figurent sur les armoiries de la ville, comme il est dit dans une histoire. Fantômette fait tout de suite penser à fantôme, c’est bel et bien sa manière d’apparaître et de disparaître au cours de ses enquêtes. Mais le plus étonnant reste le personnage créé, habillé dans une sorte de costume à la Superman, masqué, déluré, et surtout chargé de bons sens et d’humour, et même parfois un peu irrévérencieuse avec les méchants. C’est d’ailleurs l’illustratrice de la première aventure, qui affina le style du costume de l’aventurière. L’auteur, lui, se contentant de poser une base à son apparence.
Il y a trois personnages principaux dans les aventures, toutes des filles. Françoise, l’écolière studieuse et douée, qui est en réalité Fantômette. Ficelle, une longue perche qui est tout le contraire de Françoise, écervelée, volubile, sans suite dans les idées, toujours prête à expérimenter un truc de son invention qui foire de suite. Boulotte, elle, ne pense qu’à manger et ne vit que pour tester une nouvelle recette culinaire. Parle moins que Ficelle, car elle a toujours la bouche pleine. Bien sûr les deux dernières ne font jamais la relation avec le double personnage de Françoise, elle sont bien trop bêtes pour cela. Il y a aussi quelques personnages qui apparaissent assez fréquemment. Le Furet, bandit rusé et méchant, ennemi juré de Fantômette. Ses acolytes, Bulldozer, tout en force, Alpaga, toujours tiré à quatre épingles. Autant le chef est malin, autant ils sont idiots. Cela n’empêchera pas Fantômette de les ramener en prison, lieu d’où il s’évadent régulièrement. Mlle Bigoudi est l’institutrice de la classe qu’elles fréquentent. Demoiselle, faisant penser à la vieille fille, elle fait pleuvoir les punitions sur Ficelle, mais est toujours ravie de l’érudition de Françoise. Oeil de Lynx, reporter au journal France-Flash. Il se déplace toujours avec une deux-chevaux en fin de vie, sauve plusieurs fois Fantômette ou vice-versa. C’est le type même du paparazzi, culotté, persévérant. Il partagera de nombreuses aventures avec l’héroïne.
Voilà pour le décor. Ce qu’il m’en reste aujourd’hui, eh bien de fameux souvenirs. S’il m’arrive de les relire, je m’en tiens surtout à la période des années 60, sans doute la meilleure. Je considère bien volontiers l’auteur comme un personnage érudit et cultivé. L’humour fait aussi partie de ses écrits et on en apprécie encore plus la subtilité avec un regard adulte. La vie telle qu’il l’a décrite dans les premiers volumes reflète très bien l’ambiance et la légèreté des années 60. La jeunesse d’alors avait d’autres repères que celle d’aujourd’hui. On retrouve tout cela dans les histoires. Les intrigues sont inégales, évoluent au fil du temps pour être plus en phase avec le modernisme qui avance à grands pas. Si je devais en citer une parmi la série, je dirais « Fantômette contre le géant », une belle enquête dans un endroit charmant, un vieux clos retapé par le nouveau propriétaire. Une énigme dans laquelle un géant doit apparaître pour que l’on trouve un trésor et bien sûr Fantômette qui démêlera le tout.
L’histoire évolue au fil des ans, dans la première histoire « Les Exploits de Fantômette », nous sommes encore loin des ordinateurs, on écrit encore avec une plume ou un stylo, on écoute de la musique sur un tourne-disques, la télévision est en noir et blanc. Dans les dernières aventures, on retrouve évidemment Fantômette avec un téléphone portable qui reçoit des mails. Il est clair que les énigmes des premières aventures seraient assez vite résolues avec les moyens d’aujourd’hui. Mais bon, si Napoléon avait eu des ordinateurs à Waterloo, il aurait peut-être gagné la bataille.
Par rapport au Club des Cinq et autres, l’univers de Chaulet est beaucoup plus décontracté, plus impertinent. Ses écrits servent beaucoup moins à faire des ses lecteurs des jeunes bien comme il faut. Le but principal était de les distraire et accessoirement de les faire rire et de leur dire que la vie c’est pas toujours à prendre trop au sérieux. Bien sûr, tout le poids de ces affirmations doivent être transposées 60 ans en arrière. Georges Chaulet, féministe avant l’heure, reste comme le premier auteur un peu révolutionnaire apparu dans la Bibliothèque Rose.

Evolution des couverture au fil des ans.
Georges Chaulet et avis sur Fantômette