Petite encyclopédie sur l’art de porter le bas nylon

Le Boss vous présente sa dernière publication 

Le bas nylon s’éclate en bulles colorées dans les désirs des hommes, qui n’ont jamais eu la chance de l’admirer de près, encore moins de le toucher. Ce livre qui se veut une petite encyclopédie didactique sur le bas nylon, aborde tous ses aspects, son histoire, ses accessoires, et la façon de l’apprivoiser ou l’admirer par ceux qui n’ont connu que les collants. Il rafraîchira aussi la mémoire de celles qui le portent de temps en temps, en leur rappelant les choses essentielles pour faire de lui un instrument de séduction incontournable et surtout confortable. C’est un livre à offrir à la dame de ses rêves, où de manière plus indirecte, à laisser traîner négligemment sur la table du salon. Nul doute qu’elle le lira et, qui sait, lui donnera des idées.

Illustré par de nombreuses photos dont certaines inédites.

avec

les modèles

Miss Nylon

Miss Eva

Miss Legs

Sandrine Raimbaut

Axelle

les photographes

Claude Vittiglio

Stéphane Perruchon

JFH Photographe

Alban Lavigne

X

et la participation de 

Cervin

SodibasParis

Secrets In Lace

en vente exclusive sur

 

Des dessous pour un siècle (10)

20 042415 4Début 1939, des nuages sombres envahissent le ciel de l’Europe, on ne veut pas encore croire à la guerre, pourtant tout semble y conduire. Le revendications toujours plus revanchardes d’Hitler font figure de grand bal de diplomates. Petit à petit, il  a grignoté les territoires qu’il considère comme faisant partie d’un espace vital allemand, notamment pour des raisons historiques et linguistiques, du moins c’est le prétexte. Il faut avoir en mémoire que le découpage des territoires à l’issue de l’armistice de 1918 imposé par les alliés a bouleversé ce qui était l’empire germanique d’avant la première guerre. En 1939, il a rattaché à l’Allemagne tout ce qui pouvait historiquement être considéré comme allemand. Pour cela il a utilisé la ruse ainsi que le mensonge et une propagande bien ficelée. Une politique d’alliances avec des pays « frères » comme l’Italie, lui donne une force sur l’échiquier mondial. A l’été 39, il ne peut plus user de prétextes s’il veut agrandir son empire, il doit le faire par la guerre. Ce sera chose faite le 1er septembre en envahissant la Pologne suite à une prétendue agression de sa part, une représentation théâtrale mise en scène par Himmler. Une semaine avant, pour s’assurer de la bienveillance de la Russie et de Staline, il a signé en pacte de non-agression avec en toile de fond un partage de la Pologne une fois celle-ci envahie. Cela fait bien rire quand on sait que le communisme était une des bêtes noires d’Hitler. Mais dans les parties de poker menteur, on ne sait pas toujours lequel ment le plus. En quelques mois, l’Europe est à feu et à sang.

C’est dans ce contexte international que l’avènement de ce fameux nylon voit le jour. Pour l’instant, la demande est tellement forte que le phénomène reste essentiellement américain, on pensera au reste du monde plus tard. Les pays du vieux continent ont d’autres soucis que l’expansion du bas nylon via une production nationale. Il faudra vraiment attendre la fin de la guerre pour qu’il puisse couvrir toutes les jambes européennes. 

20 042415 6

Bien évidemment la mode devra s’adapter aux nécessités de l’époque. Pour l’Europe, c’est une période de disette dès que les pays sont confrontés à l’entrée en guerre. La France ne le fera réellement qu’en mai 1940, précédé par ce que l’on appellera la drôle de guerre. En attendant, la vie est presque à l’insouciance, on peut rêver à ces bas nylons qui n’arrivent pas, seront-ils sans couture ou avec? Si l’essor du bas sans couture est devenu commun dans les années 50, sa fabrication est un vieux serpent de mer. La technique pour les fabriquer existe en réalité depuis près de 60 ans, on pourrait dire en deux temps. Ce sont encore une fois les Américains qui font office de novateurs. Un certain Isaac W. Lamb met au point une machine qui permet de tisser le bas sans passer par l’étape de la couture, mais qui nécessite encore la diminution, rôle essentiel dans la silhouette du bas qui doit épouser la jambe qui n’est absolument pas de largeur égale du haut en bas. Juste après William Shaw, réussit de faire la jonction supplémentaire en créant un métier qui supprime la diminution. On utilise alors cette méthode non pour les bas, mais les chaussettes et ceci pendant des dizaines d’années. Si le bas est exclu de cette fabrication, c’est avant tout pour des raisons pratiques, voire techniques. La soie principale matière du bas se prête assez mal à cette manière de procéder, et puis on peut penser qu’aucune dame n’en fait la demande, c’est bien ainsi. Il est vrai que la couture du bas est incontestablement une mise en valeur de la jambe. Ce ne sont pas mes chères Ambassadrices, Miss Nylon et Miss Eva qui vous diront le contraire. L’apparition de la viscose et du nylon sera un pas décisif vers le bas sans couture, qui devra patienter quelques années avant sa mise au point définitive.

20 042415 7

Le nylon à plus d’un titre fait partie en toile de fond (en nylon) du paysage de la guerre. Dès 1940, on s’embarque dans une guerre presque totale sur le territoire européen. Les USA sont épargnés, la guerre ne fait pas rage sur leur territoire et ce sera le cas pour toute sa durée. Pour l’instant, ils observent ce qui se passe ailleurs. Pour qu’ils bougent, il faudra attendre le 7 décembre 1941 avec l’attaque de Pearl Harbour par les Japonais. Peu de temps après ils entrent, nous dirons de manière officielle, dans le conflit.

Jusque-là les Américaines pouvaient porter des bas, avec ou sans nylon, malgré la difficulté de s’en procurer, tant la demande est forte. Il leur restait la soie et quelques succédanés artificiels. Mais voilà, un des principaux fournisseurs de soie à ce moment là est… le Japon! Le robinet où coulent les fils de soie et fermé à fond. Pire encore, l’entrée en guerre du pays voit la demande en textiles, surtout le nylon, exploser pour nourrir la machine de guerre américaine. Je vous rappelle que le parachute idéal à cette époque est fabriqué en nylon. Cette pauvre citoyenne américaine voit la production détournée au profit de la guerre, et plus encore on lui demande de collaborer en collectant tout ce qui pourrait ressembler à une paire de bas nylons. Pour en trouver une paire, il faut passer par le marché noir ou circulent encore quelques paires d’avant guerre à des prix collectors comme on dit maintenant. Mais, on est pas en Amérique pour rien, un joli trafic fera les beaux jours de petits malins qui passeront quelquefois par la case prison selon la grosseur du délit. Les flingues, eux, sont en vente libre.

20 042415 2

Une autre facétie typiquement américaine verra le jour à travers une chanson crée par le jazzman noir, Fats Waller. Les paroles illustrent parfaitement le mouvement de nostalgie qui fait immédiatement suite à la pénurie de nylon. Son titre, « Quand Refleurira Le Nylon », est presque un hymne à sa gloire. Extrait:

Je serai heureuse quand les bas nylons fleuriront de nouveau
Le coton est monotone pour les hommes
Seule façon de garder la fraîcheur de son affection
Procurez cette maille à votre chair
Je serai heureuse quand les bas nylons fleuriront de nouveau

Gone are the days when I’d answer the bell
Find a salesmen with stockings to sell
Gleam in his eye and measuring tape in his hand
I get the urge to go splurging on hose
Nylons a dozen of those
Now poor or rich we’re enduring instead
Woolens which itch
Rayons that spread
I’ll be happy when the nylons bloom again
Cotton is monotonous to men
Only way to keep affection fresh
Get some mesh for your flesh
I’ll be happy when the nylons bloom again
Ain’t no need to blow no sirens then
When the frozen hosen can appear
Man that means all clear
Working women of the USA and Britain
Humble dowager or lowly debutant
We’ll be happy as puppy or a kitten
Stepping back into their nylons of DuPont
Keep on smiling to the nylons bloom again
And the WACS come back to join their men
In a world that Mr. Wallace planned
Strolling hand in hand

20 042415 3

Tout un programme avec des paroles qui résument à merveille les sentiments de ceux qui aiment vraiment le nylon, que ce soit en les portant ou en s’extasiant devant leur vue. Ah mesdames, si vous pensez nous affoler avec des collants… 

Cette vilaine guerre une fois lancée, on pense déjà que ce sera la der des der. En attendant il faut bien la vivre, tant bien que mal. Par opposition à la futilité que peut avoir la mode en temps de paix, elle devient aussi une sorte de combat. Comment être belle sous les bombardements, comment en faire un tas avec presque rien, comment faire rimer dessous avec sous. Ce sera l’objet d’un nouveau chapitre.

20 042415 5

A suivre

Nylon paparazzi (18)

25 041213-14

Les journaux nous offrent toujours des possibilités étonnantes pour la recherche de documents. Pour ma part j’ai reconstitué une partie de mon enfance en recherchant les événements lointains qui m’avaient marqués alors. Cela fait partie de ma vie personnelle et n’intéresse que moi. Toujours dans mon souci de reconstituer l’histoire du nylon et de la lingerie, j’ai continué mes fouilles. Ce qui attire le plus les hommes dans la lingerie, c’est bien le porte-jarretelles. En fait, il désigne par raccourci toute pièce de lingerie destinée à tenir les bas. Il est, si on veut, un nom générique. Pour plus de vérité historique, les premiers articles du genre furent le corset et la gaine. Mais le nom du porte-jarretelles a bien été créé quelque part et par quelqu’un. L’histoire n’a pas retenu son nom, mais on peut imaginer qu’il est entré dans le vocabulaire par une sorte d’effet de marketing, la création d’une idée de libération. A titre et goût personnel, ce n’est qu’à partir de l’invention du bas nylon que la jambe commence à me paraître vraiment sexy. C’est surtout la transparence du bas qui lui ajoute ce côté charmant. Pendant de siècles apercevoir la cheville d’une dame était un spectacle rêvé. Puis la silhouette de la jambe a commencé par devenir visible, enfin la peau  cachée sous l’épaisse  soie ou la rayonne s’est quelque peu révélée au regard. Dans l’imagination de la femme, cela peut ressembler à une sorte de libération, on ose montrer ses jambes, du moins suggérer par effet visible que la jambe n’est pas couverte de varices ou de piqûres de moustiques. Mais revenons au porte-jarretelles. Comme je le disais, il est un pas vers une certaine libération qui a plus à voir avec le confort que le reste. On peut admettre que la lingerie au tournant du 20ème siècle supporte assez bien l’appellation d’artillerie lourde. Si on ne peut lui dénier un certain charme que bien des spécialistes d’aujourd’hui apprécieront et par définition ceux qui le vécurent en direct, il reste quand même que la femme souffre pour être belle. La cérémonie de l’habillage ou le déshabillage représente un temps fort de la journée. Encore faut-il que la maison ne soit pas en feu, sinon il faut choisir entre le rescapée impudique ou la victime décente. Dans un sorte de souci de simplification, le porte-jarretelles est devenu le mot qui soulage et qui fait gagner du temps. On a pas non plus passé du vêtement qui enrobe la taille à la simple ficelle comme ce qui s’est fait plus tard. On peut carrément dire que cela s’est fait progressivement, la bande entourant le ventre a diminué centimètre par centimètre. A la grande différence de la gaine qui descend assez bas, la manque à gagner est compensé par la longueur des élastiques qui peuvent aller à la rencontre du bas. Enfin vous connaissez le visuel aussi bien que moi.

Alors je suis parti dans les archives de journaux pour voir quand apparaissait le mot pour la première fois. La première mention est 1923 dans le cadre d’une publicité pour un magasin de lingerie. Mais partons en exploration à travers les images et vous verrez, j’ai fait une surprenante découverte au cours de mes recherches. Et comment un porte-jarretelles sera cité lors d’un procès.

25 041213-3

Voilà la pub de 1923, comme vous voyez le mot est encore bien entouré de corsets, pas encore mort celui-là.

25 041213-4

La même année, remarquez la « gueule » du soutien-gorge au milieu

25 041213-6Un saut dans le temps, remarquez la diversité du vocabulaire employé. Ici, on parle de semaine suisse, car la fabrication de ces articles est faite en Suisse, pays assez réputé dans la fabrication de lingerie. La marque Viso à d’ailleurs un très beau logo.

25 041213-12

25 041213-7Une première représentation de ce qui peut suggérer un porte-jarretelles en 1937, bien que cet article manque encore d’allègement.

25 041213-8La guerre est finie, les bas nylons sont là. Dans un vocabulaire toujours diversifié, le corset voisine le serre-hanches et le porte-jarretelles

25 041213-9

Enfin un porte-jarretelles qui a tout le charme des années 50. Il est en quelque sorte en vedette, la pub ne parle pas d’autre chose. Messieurs affolez-vous!

25 041213-10

Un article sur la mode qui parle lingerie

25 041213-2Deux ans plus tard, toujours les mêmes recettes, le messieurs sont encore plus affolés

La surprise

25 041213-1

Eh oui nous sommes en 1952, un redoutable adversaire pointe, le bas qui tient tout seul est annoncé dans les nouveautés. Il lui faudra encore une bonne trentaine d’années pour qu’il passe en vedette. On peut rigoler de l’éclairage donné sur la publicité « plus besoin de porte-jarretelles ». Invention américaine il est dit. Dans un optique bien ricaine, j’imagine que la prime de fidélité offerte à l’achat de 10 paires était un flingue pour dégommer le rieurs quand la femme perdait un bas dans la rue.

L’affaire Montesi

Dans les années 50, la France se passionna pour « L’affaire Dominici ».  Même le fameux cinéaste Orson Welles y alla de son documentaire. Bien des années après on ne sait toujours pas ce qui s’est passé réellement. En Italie, c’est une autre affaire qui passionna les foules. En avril 1953, on trouva le corps de Wilma Montesi, une jeune fille de 21 ans, sur une plage près de Rome. L’enquête conclut à une mort accidentelle. L’affaire tourna au scandale quand la presse mit son grain de sel et  douta des conclusions de l’enquête. Elle affirma que des personnages en vue, notamment politiques, seraient impliqués dans la mort de la jeune fille.  Les suites de l’affaire, les arrestations, le procès, eurent un retentissement bien au dehors des frontières italiennes, assez pour que les quotidiens francophone en fassent fidèlement l’écho. Voici trouvé dans un de ces quotidiens, la reproduction du dialogue entre un substitut et un des accusés côté police. C’est sans doute une des rares fois où la disparition d’un porte-jarretelles jette le trouble dans un procès. Le tout se termina par un match nul, mais bien des doutes entourent encore la vérité sur cette affaire. 

25 041213-4

25 041213-13

Rencontre avec « M » Legs

Je vous propose de rencontrer la délicieuse « M »Legs. Vous ne la connaîtrez que sous ce nom et ne verrez que ses jambes. Mais quel amateur de nylon s’en plaindrait?

Son style est celui qui figure parmi mes préférés, les véritables bas à coutures surmontant des hauts talons, présentés de manière sublime. Petit jeu coquin qui capte l’oeil et vous envoie vous perdre dans les nuages de nylon qui passent à travers le ciel de vos pensées coquines. Je trempe ma plume dans la rosée matinale, pour vous écrire l’aube belle et la brise qui ondule doucement une paire de bas sur un fil, avant qu’ils ne partent à la conquête de vos regards admiratifs. Mais les voici déjà…

Dites-lui votre admiration et peut-être qu’elle reviendra!

Dites-lui votre admiration et peut-être qu’elle reviendra!

Un grand merci aux deux complices!

http://m-legs.blogspot.com/

Maitre Beaucor et la Renarde + quelques autres

Encore une page dédiée à l’humour. Revisitons d’abord cette fable de Jean de La Fontaine, où un idiot de corbeau se laisse voler un fromage par un renard, comme si les renards bouffaient du fromage. Halte, pas de ça ici!

Maître Beaucor sur un présentoir appuyé,
Tenait dans ses mains une paire de bas.
Maîtresse Renarde par souci d’élégance attirée,
Lui tint à peu près ce langage :
« Que ces bas sont jolis, que ces bas me semblent beaux !
Sans mentir, si votre emballage
Se rapporte à votre libertinage,
Vous êtes le pénis des hôtes de cet étalage »
A ces mots Beaucor ne se sent plus de joie ;
Et pour lui montrer ses noix
Il ouvre une large braguette, laissant tomber les bas
La renarde s’en saisit et dit : Mon bon Monsieur
Apprenez que toute flatteuse
Vit aux dépends de celui qui l’écoute :
Cette leçon vaut bien une paire de bas, sans doute
Beaucor, honteux et confus,
Jura, mais un peu tard, qu’on ne le baiserait plus
Moralité : il n’est pas besoin de voir des noix pour porter des bas.

*  *   *   *   *    *   *    *

Peut-être songez-vous à m’offrir un cadeau pour Noël? Dans ce cas je voudrais un truc comme ça!

*  *   *   *   *    *   *    *

Dans le métro bondé, une dame lit le journal debout. Sa jupe assez ajustée laisse entrevoir les bosses de ses jarretelles, car elle porte des bas. Un monsieur juste à côté en profite pour laisser ses mains se promener sur la jupe. Au bout d’un moment la dame excédée se tourne vers lui en prenant les autres voyageurs à témoin:
– Monsieur, pendant que je lis le journal, j’ai l’impression que vous en profitez pour vous frotter à moi!
– Bah, répond l’homme, si vous croyez tout ce qu’il y a dans les journaux!

*  *   *   *   *    *   *    *

– Tu es assez grand maintenant, je ne veux plus que tu laisses traîner tes jouets!

*  *   *   *   *    *   *    *

Pour terminer un clip vidéo de montage qui allie à la perfection  les deux thèmes de mon blog. C’est une chanson de rockabilly interprétée par Dale Hawkins, décédé récemment. Si son nom n’est pas restée dans toutes les mémoires, sa chanson la plus célèbre « Suzie Q » a fait le tout du monde interprétée par les Rolling Stones, Creedence Clearwater Revival et Johnny Hallyday, parmi d’autres. Une chanson qui parle de bas et des images qui en montrent. Et l’humour dans tout ça? Eh bien il suffit de regarder le clip et de vous mettre à la place de l’homme au journal. Messieurs que feriez-vous à sa place?

Pas moyen d’être tranquille!

Miss Amanda Lee, vous la connaissez sans doute, je vous avais déjà soumis un clip d’elle intitulé « des bas et du swing ».  En plus de sa carrière de pin-up rétro, elle nous offre de charmantes petites histoires érotiques et humoristiques, filmées avec soin. Dans la plupart, elle n’hésite pas à nous dévoiler ses charmes cachés, bas, porte-jarretelles et autres, dans la plus parfaite ambiance rétro. J’en ai choisi deux, le premier, ou comment essayer ses nouveaux dessous sans être dérangé par le voisin. Le second est plus musical, elle nous prouve qu’elle sait aussi chanter. Elle nous interprète un célèbre classique de country music qui fit les beaux jours de Nancy Sinatra en 1967. Vous remarquerez que celui qui joue de la guitare et chante avec elle est le même personnage que celui qui joue le voisin perturbateur dans le clip précédent.

Des bas, des jarretelles, une belle fille, quoi de mieux pour commencer la semaine?

Lettre à l’amant fétichiste

Mon Amour,

Depuis ton départ les jours se traînent,  ruisselants d’ennui. La grisaille des heures défile au tic tac lent de cette pendule qui retient le temps. Mon seul sourire est mon âme, qui je sais, va vers toi par delà les montagnes, obstacles ou s’étirent les distances cruelles. Je t’écris comme tes fantasmes me l’ont demandé. J’imagine tes mains remontant le long de mes jambes, ces jambes que tu trouves si belles et qui ne sont pas nues. Ta bouche parsèmera de baisers  le voile qui les recouvre. Je vais t’avouer pour te faire regretter d’être parti, que tu n’as pas encore vu les trésors que je te destine quand tu reviendras. Mon corps s’enflamme de l’ imagination des désirs,  il me semble sentir la chaleur de tes mains sur ces  petites marques discrètes  qui soulèvent un peu le tissu de ma jupe. Je sais que tu les aimes tant, que tes sens se plaisent à imaginer le secret encore caché. Surprise en est la couleur, j’aurais voulu en inventer une qui n’existe pas sur la palette des désirs du peintre un peu fou. Quand tu les découvriras, tu seras comme le poète qui a trouvé les rimes en mille carats.

J’ai toujours en moi cette douce sensation  qui se répandit dans mon corps sur le quai de la gare des au-revoir. Tes doigts qui se glissaient entre le manteau et la robe cherchant l’endroit ou le bas se fait lisière, là ou se cache l’objet de tes désirs qui garde  la frontière de ma peau nue. J’étais folle de tous mes sens, folle de ne pouvoir jeter au loin la robe et la manteau, folle de te sentir en moi. J’aurais voulu crier à la foule anonyme que les éclats  de mon bonheur, briseraient les icebergs de leurs regards qui vont  à la rencontre des bateaux qui filent dans la nuit. Le souvenir des visages de l’ombre s’est effacé des limbes de ma mémoire. Ton visage, seul, reste présent sur l’écran où je visionne ce qu’il m’appartient de toi. Je sais qu’il en est un autre  où mes jambes défilent devant tes yeux avides. Les reflets de ton regard , en se posant sur la couture de mes bas illuminent la route qui conduit là-haut, vers la félicité des douces soieries.

Viens, je t’attends,  je t’attends comme on attend la folie quand on l’imagine merveilleuse. Les lampes falotes du quai qui nous sépara, se transformeront en soleil qui annonce l’ aube triomphale des retrouvailles. Je serai là avec les secrets que je te destine, que ta main aventureuse essayera de deviner dès que nos corps se toucheront. Que le route sera longue jusque à  l’instant ou je pourrai abandonner toute pudeur, quand ma jupe glissera à mes pieds. Toi, à genoux dans une prière païenne, tu désireras  éteindre le feu qui brûle en toi. Mais comment l’apaiser? Je ne suis que la bûche résineuse qui l’alimente pour mieux le rendre chaud sur l’autel des passions infinies.

Oui mon Amour, cet enfer que l’on dit pétri de flammes, nous le transformerons  en paradis. Peut-on mourir de plaisir au paradis?

Ton Amour  qui brûle de Ta fièvre