Musique devant la télé

Très souvent, ce que j’aimais bien dans les séries tv, c’est la musique. C’est plutôt quelque chose que je regardais quand j’étais adolescent, bien que des séries plus récentes ne me déplaisaient pas non plus.  Comme je ne regarde quasiment plus la télé, je les achète en dvd. Le truc c’est de ne pas se précipiter, en général elles sont assez vite soldées à des prix ridules. Exemple récent, un coffret de Secrets d’Histoire » pour une thune !   J’en ai sélectionné quelques unes, uniquement sous l’aspect musical du générique plaisant à mes oreilles. D’autres séries que j’ai adorées n’y figurent pas, car je n’ai pas vraiment flashé sur le générique, ou il était plus parlé que musical, c’est le cas par exemple de « La Quatrième Dimensoin » ou « Le Prisonnier ».

 

Peter Pan fait son cinéma (3)

Suite des chroniques de notre ami Peter Pan

Clips publicitaires du film.

Un extrait.

Ce film est classé avec une note de 7,9 / 10 dans Internet Movie Database. Il a remporté plusieurs oscars dans différentes compétitions : meilleur second rôle Peter Ustinof ; meilleurs décors ; meilleurs costumes ;  meilleur film dramatique.

Les faces cachées des Zoiseaux

Nouveau post qui explore les titres moins connus de la discographie d’artistes dont quelques tubes furent pour le moins mémorables. Cette fois-ci, nous visiterons le Byrds, un groupe majeur des sixties américaines. Ils se firent assez brillamment remarquer avec leur version électrifiée de « Mr Tambourine Man », chanson extraite de la discographie de Bob Dylan., suivie de « Turn Turn Turn » puisée chez Pete Seeger, accommodé à la même sauce. Après, le succès se fit moindre, mais ils n’arrêtèrent pas pendant les cinq années suivantes de publier des albums de classe fourrés de délectables friandises. Ils furent à l’origine d’un courant que l’on appellera le folk-rock, qui s’inspire du folk acoustique pour lui donner des arrangements d’une consistance plus rock and roll. Non seulement les Byrds persuadèrent Bob Dylan d’électrifier sa musique, mais ils furent aussi un des groupes qui brisa la suprématie anglaise en matière de groupes à succès sur le plan américain, mise à mal par l’invasion des Beatles et consorts. Les Turtles parvinrent aussi à devenir un groupe à succès en marchant sur les traces des Byrds. Voici une sélection qui concerne les cinq premiers albums entre 1964 et 1967. En réalité le premier « Preflyte » sortit plus tard, mais les titres sont effectivement des titres enregistrés avant leur premier tube.

Preflyte, 1964

You Showed Me

Here Without You, première version

Mr Tambourine Man, 1965

I Knew I’d Want You

It’s No Use

All I Really Want To Do

Turn Turn Turn, 1965

Set You Free This Time

If You’re Gone

Fifth Dimension, 1966

I See You

Eight Miles High

2-4-2 Fox Trot

Younger Than Yesterday, 1967

So You Want to Be A Rock And Roll Star

Renaissance Fair

Everybody’s Been Burned

Peter Pan fait son cinéma (2)

Nouvelle chronique de film de notre ami Peter Pan

Scènes du film

Une critique et présentation du film en français

Casting

  • Kirk Douglas : Ned Land
  • James Mason : le capitaine Nemo
  • Paul Lukas : le professeur Pierre Aronnax
  • Peter Lorre : Conseil
  • Robert J. Wilke : le commandant en second du Nautilus
  • Ted de Corsia : le capitaine Farragut
  • Carleton Young : John Howard
  • J.M. Kerrigan : Billy
  • Percy Helton : plongeur
  • Ted Cooper (en) : matelot du Lincoln
  • Edward Marr : affréteur (non créditée)
  • Fred Graham (en) : Casey Moore (non créditée)
  • Harry Harvey : Agent de consignation (non créditée)
  • Dayton Lummis, Herb Vigran (en) : journalistes (non créditée)
  • Laurie Mitchell : l’une des deux prostituées aux bras de Ned (non créditée)
  • Gloria Pall : l’une des deux prostituées aux bras de Ned (non créditée)

Dans le classement Internet Movie Database IMBd, ce film a obtenu la note la note de 7,1 / 10.

Le film a obtenu le prix de la meilleure direction artistique en 1955, Academy Awards

Vainqueur aux 10 meilleurs films de l’année National Board of Review , USA, 1954

chansons que j’aime de chanteurs que je n’écoute pas

Il y a des chanteurs qui ne sont pas vraiment ma tasse de thé, que je n’écoute pas beaucoup, ce n’est pas une critique mais un choix personnel. Je me suis quand même dans certains cas fendu de l’achat d’un disque, car il arrive parfois que chez eux, j’aime bien une chanson ou l’autre. Alors voici un choix dans cet esprit.

C’est une des rares chansons de Gérard Lenorman que l’on peut classer ailleurs que dans la variété.

Une que j’aimais bien, les paroles sont bien posées sur le sujet.

Serge Lama est plutôt un bon interprète, il sait faire passer ses sentiments dans une chanson, c’est bien le cas ici.

De Michel Sardou, je n’en retiendrai qu’une : celle-ci.

Pour le moins, Dave possède une voix avec pleine de possibilités, sans doute mal exploitées. D’abord une face A puis la face B de son tube « Vanina », c’est une chanson qui m’a toujours plu, c’est bien la seule.

Une assez belle reprise d’un des excellents titres de Gilbert Bécaud, dommage que cela sonne un peu trop synthé, mais on est 25 ans plus tard.

Pour moi Michel Delpech, il y avait « Chez Laurette » que j’aimais bien. mais bien plus tard j’ai trouvé un certain charme à cette histoire de rock. Plus drôle, j’avais un copain, entendez par là qu’il n’y avait rien de sexuel, dont j’ai été le photographe pour son mariage, qui lui ressemblait assez étonnamment.

Changeons un peu de langue, avec une chanson à laquelle j’ai vraiment succombé, la plus célèbre de Meccano. De toutes celles que je propose dans ce listing, c’est encore celle que j’écoute le plus souvent. Il existe une version française, mais c’est vachement plus beau en espagnol.

Je n’ai jamais été vraiment Eurovision, ni partisan du « la la la » dans les chansons, pourtant j’ai passablement écouté celle qui remporta le prix en 1968 pour l’Espagne. Sans doute si elle n’avait pas été chantée en espagnol, j’aurais zappé. Mais c’est quand même une langue qui chante d’elle même avec de jolis sons, c’est une sorte de romantisme qui je partage encore plus avec l’italien. Bon 1 minute de « la la la » à la fin, faut aimer.

Je me souviens très bien de ce dimanche, il y a une trentaine d’années. Alors que mes parents regardaient « Dimanche Martin » et que je lisais le canard du dimanche, j’ai entendu ce truc. Et ma foi, je ne peux pas dire que j’ai détesté.

Du côté de l’Italie, un disque que j’ai depuis 50 ans, trouvé d’occasion dans un grand magasin. Au dos d’une reprise de « With A Girl Like You » des Troggs, un gentil slow qui aurait mérite de figurer en face principale.

Un petit 45 tours vers 1975, un truc un peu spécial, qu’il me faut ressortir de temps en temps, une plaisante histoire belge.

 

Peter Pan fait son cinéma

J’ai demandé à mon visiteur assidu Peter Pan, féru de cinéma, de nous mettre en lumière quelques films qu’il aime bien. Son choix est personnel sans aucune contrainte de ma part. Je le remercie de sa participation à ce moment culturel.

 

Casting

Kirk Douglas (VF : Roger Rudel) : Einar, le fils de Ragnar

Tony Curtis (VF : Jean-Claude Michel) : Erik, l’esclave, fils illégitime de Ragnar

Janet Leigh (VF : Claire Guibert) : Morgane, la promise du roi anglais Aella, amoureuse d’Erik

Ernest Borgnine (VF : Pierre Morin) : Ragnar, le roi viking

James Donald (VF : Jean Claudio) : Egbert, le traitre anglais, allié des vikings

Alexander Knox (VF : René Arrieu) : le frère Godwin

Maxine Audley (VF : Jacqueline Ferriere) : la reine Enid, mère d’Erik

Eileen Way : Kitala, la sorcière

Frank Thring (VF : Jean-Henri Chambois) : Aella, le roi anglais

Edric Connor : Sandpiper

Orson Welles (VF : Yves Montand) : le narrateur (non crédité)

Dans le classement Internet Movie Database IMBd, ce film a obtenu la note la note de 7,1 / 10.

Il a obtenu le Golden Laurel en 1959 comme meilleur film d’action

Kirk Douglas prix du meilleur acteur au Festival de San Sebastion 1958, ex-aequo avec James Stewart dans « Sueurs Froides ».

En complément une interview en 1989 pour la télévision suisse de Kirk Douglas qui parle très bien le français. Rappelons qu’il vit toujours et vient de fêter ses 102 ans, le dernier géant de la grande époque d’Hollywood encore en vie.