Bas nylons, détectives, bobards

En mai 1940 le journal Détective continue de paraître. Bien que les Allemands se fassent de plus en plus pressants, ils n’ont pas encore vraiment envahi la France. La Belgique et la Hollande ont succombé à la fameuse technique de la « blitzkrieg », ce sont des pays occupés. 

La France attend le pire, n’ont-ils  pas déclaré la guerre à l’Allemagne quelques mois plus tôt ? Il est peu probable que l’armée allemande vienne visiter Paris en réservant des places dans le train. Dans l’incertitude, la vie continue et les journaux paraissent.

Dans le numéro de Détective daté de 30 mai, on continue de parler de crimes, de justice, mais sur quelques pages on fait allusion à la guerre, mais plutôt de manière humoristique.

Il y a toujours du comique et des comiques dans les résumés d’histoires de tribunaux.

Dans un climat incertain, comme ici où l’on redoute une invasion, chacun y va de son petit commentaire. Pas besoin d’être soldat pour défendre la patrie, un peu de sens d’observation, un air de soupçon et surtout se fier à ce que l’on raconte. L’ennemi est sans doute très malin et possède une bonne dose de culot, des armes secrètes, et des moyens que seuls des citoyens avisés sont capables de démasquer. Voici quelques uns de ces bobards qui donnent un sens particulier à la « drôle de guerre ».

 

Toutefois dans cette dernière histoire, il y a un petit accent de vérité, un rien anticipé. Il a bien été fabriqué durant la seconde guerre mondiale, un moto destinée a être parachutée. Sous le nom de Welbike, elle pouvait parcourir une distance de 140 avec son réservoir de 3,6 litres à la vitesse maxi de 50 km heure et était pliable. Elle fut construite à quelques milliers d’exemplaires à partir de 1942. Mais son parachutage s’effectuait à l’aide de containers spécifiques, le pilote n’était pas parachuté assis dessus comme les bobards de 1940 le laissent supposer ou le dessin ci-dessus.

Pendant ce temps la vie continue presque normalement en Algérie en cette date du 30 juin, alors colonie française pour ceux qui ignorent tout de l’histoire. La menace est moins directe, l’Allemagne c’est loin. Ils ne semblent pas soupçonner que trois semaines plus tard quand l’armistice sera signée le 22 juin, le territoire sera inclus dans les clauses de l’armistice mais dans ce qui sera considéré comme le zone libre, donc sous le contrôle de Vichy. Elle verra s’établir un gouvernement collaborationniste, atténué par une population civile plutôt de l’autre bord. La déportation des Juifs sera contrecarrée par des citoyens peu enclins à collaborer sur ce plan là, faisant passer souvent les Juifs pour des Musulmans qui n’étaient pas concernés par les lois de Vichy. La situation d’occupation sera plus courte, car des 1943 Alger deviendra la capitale de la France libre, suite au débarquement des Alliés en novembre 1942.

Parcourons quelques infos de ce 30 mai 1940 parues dans L’Echo d’Alger.

Quelques nouvelles optimistes à prendre avec précaution quand on connaît la suite

Un personnage alors très controversé, Léopold III roi de Belgique. Après la guerre, abandonnant tout rôle politique, il créa un fond pour la protection de la nature  qui existe encore aujourd’hui.

Les cinémas offrent leurs attractions. A noter la projection de l’excellent La Belle Equipe de Duvivier et on peut aussi remarquer qu’il y a une première partie, toujours les actualités et souvent un documentaire.

C’est pas encore la semaine de 35 heures… 

C’était le bon temps!

Mesdames à vos fourneaux!

Les bobards seront tôt ou tard piliers de  bars !

Mon apéritif préféré, eh oui…

Source Gallica. BNP, DP

 

Des bas nylons, une histoire piquante et des foules en délire

Les histoires de gendarmes et voleurs ont toujours fait partie du folklore de la société. La police court après les voleurs, c’est bien connu, et parfois les voleurs courent plus vite que la police. Après 1832, la police se trouva fort dépourvue, on ne marquait plus au fer rouge ceux qui avaient passé entre ses mains et condamnés à des peines lourdes, mais il fallait parfois peu de choses pour être condamné à la dite peine.

Pendant longtemps, ce fut un vide assez conséquent, mais peu à peu la police fit appel à la science pour tenter d’élucider les énigmes de tout poil. Un certain Monsieur Bertillon mit au point vers 1882, le signalement anthropométrique, je pense que vous savez ce que c’est.  Petit à petit, on inclut d’autres méthodes pour traquer le criminel. Avec l’apparition des brigades de police mobile dites Brigades du Tigre en 1907, on essaya avec un certain succès de faire jeu égal avec celui des bandits en mettant à disposition des policiers les derniers cris de la technique notamment des véhicules à moteur pour se déplacer.

Les moyens matériels étant une chose, on considéra également que la psychologie n’était pas inutile. Précéder le criminel en devinant ses intentions permettait de lutter encore plus efficacement contre le crime, Sherlock Holmes n’avait qu’à bien se tenir.

Parfois, les meilleurs spécialistes de la psychologie policière ont bien du fil à retordre, car toute un série de faits qui peuvent sembler sortir tout droit de l’imagination d’un maniaque répose uniquement sur le « on dit » et peuvent s’étendre à des foules entières, provoquant une hystérie collective et des paniques redoutables.

Voici un cas très intéressant rapporté par un médecin appartenant à la police et publié dans un rapport sur la police scientifique, rapport destiné à faire avancer la recherche en la matière et datant de 1921. On voit très bien qu’elle ne s’intéresse pas seulement à de banales histoires de voleurs et malfrats, on étudie aussi le comportement des foules.

C’est à lire et très instructif. Cette histoire s’est déroulée à Lorient en 1918 et elle s’intitule Le Piqueur Lorientais.

Comme vous le voyez, il ne s’est absolument rien passé de concret, le piqueur n’a existé dans l’imagination des gens, mais on s’était persuadé du contraire. On peut aussi se rapporter à la fameuse émission radiophonique d’Orson Welles en 1938 où il créa une panique en rendant très réaliste une adaptation de « La Guerre Des Mondes », de Wells, oui cette fameuse histoire où notre planète est envahie pas des extraterrestres.

Le Figaro, 1 novembre 1938

Un extrait de la fameuse émission

On peut encore se poser la question sur la fameuse « grippe espagnole » de 1918 qui fit des millions de morts. Sa mortalité fut tellement mise en évidence que l’on peut imaginer que certains malades atteints d’une grippe plus que banale passèrent à de vie à trépas, certains qu’ils avaient attrapé cette terrible maladie. L’autosuggestion est une chose encore bien mystérieuse, l’esprit une sorte de machine dont chacun ne connaît pas forcément le monde d’emploi.

Il n’y a qu’à se référer aux fameuses peurs comme celle du vide, de la foule ou des orages. Dans l’immense majorité des cas, ce sont des dangers complètement imaginaires. Mais notre corps est ainsi fait!

Souce Gallica, BNF, DP

Des bas nylons et des journaux

 

Vous croyez tout ce que l’on raconte dans les journaux?

Si c’est le cas, vous faites sans doute partie de ceux à qui l’on va vendre, ou risquer de vendre des action dans une mine d’or en Alaska. Pour être honnête, si je trouve une combine pour me faire de l’argent facile, tout en restant d’une parfaite honnêteté, vous pensez bien que je vais la garder pour moi. La concurrence dans ce domaine n’est jamais bonne. Il se peut quand même que l’on aie besoin de mon argent pour en faire quelque chose, quelqu’un peut avoir une idée géniale et pas le premier sou pour la mettre en valeur. Chaque cas est à examiner à la loupe et l’on doit décider de l’opportunité de faire confiance ou non à la personne qui vous tape.

Quand j’étudiais, j’ai appris une chose dont je me doutais déjà, que la presse écrite est un moyen d’éduquer les masses, entendez par-là qu’elle sert à forger son opinion dans un sens ou dans un autre. Libre à vous de choisir cette source. Avec la Toile, c’est un peu la même chose, mais en pire. Cela va très vite, d’autant plus que le danger réside dans le fait que chacun peut lancer un fake, comme on dit maintenant. Un politicien connu échappé d’un bocal de cornichons pilote son navire en lançant des tweets, la guerre des tweets a commencé pauvre de nous…

Dans nos pays occidentaux, la presse est quelque chose de relativement libre, on y tient beaucoup. Il n’y a qu’à voir comme le fameux Canard Enchaîné a changé le paysage politique français suite à une certaine affaire. L’accusé a maintes fois pointé un doigt vengeur vers lui, mais on attend toujours les résultats. La presse est d’autant plus libre qu’elle est indépendante financièrement, voir le film d’Orson Welles « Citizen Kane » en passant, et dans ce genre le Canard est un exemple unique. Qu’il le reste, quoiqu’en pensent les pisse froid.

Nous allons voir à travers des exemples comment la presse peut être mal informée et publier des informations plus ou moins fantaisistes. Pour cela j’ai choisi un fait divers célèbre, absolument pas politique, donc en principe nullement soumis à des pressions quelconques et sa relation à travers des journaux locaux. Je vous fais un résumé succinct.

Le 13 octobre 1972, un avion Fairchild loué par une équipe de rugby uruguayenne avec quelques supporteurs doit se rendre au Chili. A la suite d’une erreur de pilotage, l’avion s’écrase dans la redoutable cordillère des Andes à 3600 mètres d’altitude. Lors du choc, l’avion s’est brisé en plusieurs parties, il perd ses ailes, sa queue et une partie de la carlingue. En guise de logis, ils n’auront qu’une partie de cette dernière pour abri. Il y avait 45 personnes à bord, 12 meurent dans le crash, les autres survivent, mais certains sont très grièvement blessés et mourront les jours suivants. 

Evidemment des recherches sont entreprises, mais la carlingue comme l’avion est de couleur blanche et comme elle est posée sur la neige, elle est peu visible et ne sera d’ailleurs pas aperçue, bien qu’un avion aie survolé la zone du crash et a été vu par les rescapés. Au bout de quelques jours les recherches s’arrêtent, on est sans espoir de retrouver des vivants. On a la certitude que l’avion s’est écrasé à haute altitude, très probablement dans un endroit inaccessible où il est impossible de survivre longtemps.

Et pourtant, quand les recherchent s’arrêtent, il y a toujours des survivants. De 33 au départ, il ne seront plus que 16 à être encore en vie au moment du sauvetage, 70 jours après l’accident. Les autres mourront au fil du temps des suites de leurs blessures, de faiblesse, dont 8 lors d’une avalanche qui le 29 octobre, ensevelit l’avion sous des mètres de neige. 

Les conditions de survie s’avèrent immédiatement très difficiles. La nuit, il fait une température glaciale, vers – 30 degrés.  Ils ont peu ou pas d’habits chauds, c’est le printemps dans l’hémisphère sud, et le voyage n’est pas prévu pour faire de la haute montagne. Le pire, c’est la nourriture, il n’y a pratiquement rien à manger, seulement quelques maigres provisions emportées par l’un ou l’autre des passagers. 

Bien vite, il leur vient à l’esprit que la seule nourriture disponible se trouve être les corps de leurs amis décédés, heureusement avec le froid ambiant ils sont bien conservés, congelés est le mot qui convient. De plus, quand ils apprennent que les recherches ont cessé, ils ont un transistor en état de marche, ils sont persuadés que la seule solution, c’est d’envoyer une équipe donner l’alerte. Pour cela, il faut des forces tant pour ceux qui feront l’expédition que ceux qui resteront sur place. Malgré la répulsion, on commence à couper des bouts de viande sur les cadavres. Tous n’y arriveront pas, mais ceux qui sont retenus pour l’expédition doivent s’y résoudre.

Faire une expédition c’est une chose, mais ils n’ont aucune idée de l’endroit où ils se trouvent. Faut-il aller vers l’ouest ou l’est ? La vallée où ils se trouvent est entourée de montagnes qui semblent infranchissables. Ils n’ont aucun équipement adéquat pour faire de l’alpinisme, même pas des habits corrects.

Après bien des hésitations et des explorations aux alentours, dont l’une où ils retrouvent la queue de l’appareil, trois des survivants décident de partir en direction de l’ouest, c’est à dire vers le Chili, malgré la présence d’une montagne abrupte qu’ils décident d’escalader. Ce sont Fernando Parrado, Roberto Canessa, Antonio Vizintin, nous sommes le 12 décembre 1972. Le troisième jour, ayant estimé la quantité de « vivres » à disposition et ayant une idée plus précise de la difficulté de l’expédition, il est décidé que Vizintin retournera à l’avion, ils continueront à deux.  

Après un voyage aux innombrables difficultés en suivant une vallée qui s’étale au pied de la montagne qu’ils ont franchie, ils sont au bord de l’épuisement. Mais ils constatent que la neige se fait plus rare, et même ils trouvent un premier signe encourageant, une boîte de conserve vide signe que quelqu’un est passé par là. Nous sommes le 19 décembre. Le jour suivant, ils aperçoivent un cavalier qui se trouve sur l’autre rive du torrent qu’ils sont en train de suivre… ils sont sauvés!

Venons-en maintenant à ce qui est dit dans les journaux à propos de cette tragédie.

Au moment de l’accident et les jours suivants… rien!

On peut trouver une explication à cela. L’accident a eu lieu un vendredi, donc c’est un peu juste pour sa relation dans un journal du lendemain, au pire c’est pour lundi ou mardi. Ailleurs et à propos d’avion, il s’est passé quelque chose de bien pire à peu près en même temps. Un avion russe Iliouchine s’est écrasé près de Moscou faisant 176 morts d’après les chiffres communiqués, c’est l’accident d’avion le plus mortel enregistré jusque là. Et à cette époque c’est toujours la guerre froide, on aime bien compter les coups chez ces cons de communistes, c’est forcément l’incompétence du gouvernement qui est la cause indirecte de l’accident, y sont pas foutus d’entretenir un avion correctement. Et puis il y a toujours cette manière qu’ils ont de noyer le poisson. Ce commentaire est imaginaire, mais bien dans l’air de l’époque. L’accident du Fairchild est plus un fait d’actualité locale et on ne sait encore rien, sauf qu’un avion a disparu.

Mais les choses vont changer quand on saura qu’il y a des survivants, plus de 2 mois plus tard.

Officiellement, le 21 décembre est le jour où on sait de manière sûre qu’il y a des survivants.

Le 23, le journal publie une première information.

On voit ici que l’information est assez décalée par rapport à la vérité. Les rescapés  ne doivent rien au pilote. Il a probablement commis une erreur de pilotage. Mais il n’a en aucun cas limité les dégâts, ni évité la montagne. Il n’a pas dirigé son avion vers un endroit précis, une plateforme neigeuse comme dit dans l’article, c’est le pur hasard qui a fait que. La question de la nourriture est fausse, il n’y avait presque rien à manger, juste quelques bricoles totalement insuffisantes pour la trentaine de personnes encore en vie juste après l’accident. La question de l’avalanche est également inexacte. Personne ne s’était écarté de l’avion, elle se produisit pendant la nuit alors que tout le monde était à l’intérieur de la carlingue. Les seize personnes ne sont en réalité que 8, mortes par étouffement. On est là dans le vague typique journalistique, il semble que, on suppose que, on croit savoir que.  

Le journal ne paraissant pas le 24 (dimanche), le 25 (Noël), on retrouve la suite le 26 décembre, cette fois-ci en première page et dernière page.

L’article colle un peu plus à la vérité, une personne n’ayant lu que le premier article et racontant l’histoire d’après celui-ci émettra des propos assez fantaisistes. Même ici le résumé est encore assez imprécis. Ils n’ont jamais réparé la radio de l’avion dont les batteries se trouvaient dans la queue et la radio dans le poste de pilotage. Ils firent bien une tentative sans résultat, en amenant la radio dans la queue après sa découverte (le 17 novembre) lors d’une expédition dans les alentours des lieux de l’accident. Par contre, ils avaient bien un transistor avec eux. La question de la nourriture reste toujours clairement inexpliquée. A croire ce qui est inscrit, il se nourrirent de champignons trouvés sous la neige, des champignons à 3600 mètres d’altitude c’est à voir, et surtout de soupes avec des lichens. Il y a bien eu un essai dans ce sens avec quelques rares plantes trouvées dans les alentours. La question de l’eau ne se posant pas trop avec la neige, c’est vers le dixième jour qu’ils commencèrent à manger de la chair humaine. Ils le feront pendant deux mois. 

Le 28 décembre…

Cette fois le journal rapporte l’histoire du cannibalisme. Quant à dire qu’il y a eu des manifestations de colère, certes certains purent être choqués, mais les rues du Chili ne se transformèrent pas en défilés de protestataires. Les rescapés passèrent assez rapidement au rang de héros. Il y a certes eu quelques réticences de la part de certains parents dont leur enfant était mort et probablement mangé par les survivants, bien qu’ils restèrent toujours assez vagues sur qui avait mangé qui. D’autres furent plus prosaïques, à quelque part heureux du dénouement alors qu’on les croyait tous morts, même si le prix qu’ils durent payer était considérable. Et surtout on savait maintenant ce qu’il s’était passé et cela peut parfois soulager plus que tout autre chose. Un philosophe à sa manière souligna que s’il y avait eu ni morts, ni blessés, au moment du crash, ils seraient probablement tous morts. Quant aux autres, ceux qui n’y étaient pas et qui ne sont en aucun cas concernés directement par cette aventure, je crois qu’ils peuvent choisir entre deux possibilités, celle d’admirer le courage et les souffrances des rescapés, le dire, ou sinon… fermer leur gueule. 

Mais encore…

Pour une fois l’église s’est comporté de manière intelligente en soutenant les faits et les rescapés. L’Argentine est un pays profondément catholique, du moins à l’époque du drame, nul doute que la décision de Rome fut aussi un moyen d’apaiser la polémique, surtout que le suicide est selon elle un péché mortel. Ne pas s’alimenter, même avec de la chair humaine, aurait pu s’apparenter à un suicide vu sous un certain angle. Ce aspect ne fut jamais envisagé par les rescapés quand ils décidèrent de passer à l’acte. La seule volonté qui les anima fut celle de survivre.

Cette histoire m’a toujours fascinée, c’est une aventure très moderne, comme il pourra s’en vivre de plus en plus rarement, on peut penser heureusement à juste titre. Mais elle reste un beau témoignage de ce que l’homme est capable de faire dans certaines circonstances tragiques. Il est plus que probable que si cela se produisait maintenant avec les progrès de la technique, l’avion serait repéré assez rapidement.

Mais nous aurons quand même vu au travers cet article, une chose pas complètement inutile, qu’il ne faut pas prendre les journaux au mot et à la lettre. 

Crime et bas nylon

Du nylon souriant
Histoires pas drôles

Henri Pranzini est un de ces aventuriers du 19ème siècle qui n’aurait sans doute pas écouté sa mère si d’aventure elle lui avait dit qu’il finirait un jour sur l’échafaud. Pour celui qui cherche l’aventure, la seconde moitié de ce fameux siècle est propice à pas mal de choses. On se déplace avec une certaine aisance, les moyens de transports tels que le train, ont lentement tissé une toile à travers la planète. Pour aller d’un continent à l’autre, les bateaux offrent un tas de possibilités, il existe déjà des lignes régulières pour se déplacer d’une ville à l’autre à travers les mers.

Né en Egypte de parents italiens en 1857, ce n’est pas tout à fait un enfant issu d’une famille de basse condition. Son père a une bonne situation et le fils a fait des études solides, de plus il parle huit langues. On le retrouve dans divers endroits, exerçant le métier d’interprète sur les bateaux, employé aux postes égyptiennes. C’est justement à cette place qu’il est accusé de vol et mis à la porte. Il se transforme alors en aventurier, combattant en Afghanistan et offrant un temps ses services à l’armée russe.

Mais le personnage a d’autres faiblesses, il est joueur, aime les femmes et les fréquente assidûment. En résumé il a souvent besoin d’argent et doit forcer un peu la main du destin pour s’en procurer. En 1886, il arrive à Paris et trouve divers petits travaux, notamment comme traducteur, il a de quoi faire avec son bagage. On lui prête même quelques activités de souteneur et de gigolo de service.

En mars 1887, un triple meurtre est découvert dans ce qui était alors la rue Montaigne. Trois femmes, dont une courtisane vivant plutôt bien de ses charmes, ont été décapitées. Les soupçons se portent sur un suspect, un certain Gessler dont on a un signalement assez vague, mais dont on a retrouvé un mot signé de lui et des objets personnels sur les lieux du crime. Les indices lancent la police sur une piste. Le vol semble être le mobile du meurtre, on acquiert la conviction que notamment des bijoux ont été emportés. La piste que suit la police s’avérera fausse. Par contre, dans une des maisons closes de l’époque à Marseille, un client paye ses passes avec des bijoux. La taulière méfiante avertit la police qui arrête le payeur, il s’agit d’un certain Henri Pranzini.

La police scientifique de l’époque est encore très balbutiante, mais pas complètement idiote pour autant. On se fait envoyer de Paris une liste des bijoux volés et cela semble correspondre. De plus, le témoignage d’un cocher qui a vu Pranzini entrer dans un parc de la ville avec un paquet à la main, permet à la police de retrouver une partie des bijoux volés dans un lieu d’aisance du coin. Bien que le portrait du suspect ne corresponde en rien à celui de l’homme recherché, le filet se resserre autour de Pranzini. De plus, la police parvient à établir quelques faits concordants sur sa possible et probable culpabilité. Tout cela est très ténu, mais le fait le plus probant concerne les indices retrouvés sur la scène du crime. Pranzini a travaillé dans un hôtel de Naples sous les ordres d’un certain Gessler, nom qui correspond à celui du premier suspect recherché. Suite à un vol d’argent, il est renvoyé par son chef, mais lui vole les objets retrouvés plus tard chez les victimes. De là à penser que c’est un montage destiné à accuser faussement Gessler est un pas que la police franchit avec une certaine aisance. Il restera malgré tout quelques zones d’ombres dans cette histoire. Mais en 1887 on ne s’embarrassait pas trop de question d’étique judiciaire, d’autant plus que l’opinion publique avait pris fait et cause contre lui.

Le procès fit couler pas mal d’encre dans les journaux pendant plusieurs semaines. Finalement, malgré ses protestations, Pranzini fut condamné à mort et à être guillotiné, au mieux c’était le bagne à perpétuité.  Elle eut lieu le 31 août 1887. Cette exécution, comme la plupart, était publique. Il est assez rare de trouver dans les journaux, le narration presque minute par minute de ce genre d’événement, dont il faut le souligner que le peuple était avide. C’était en quelque sorte la relation des faits pour ceux qui n’avaient pu y assister. A noter qu’il est fait mention de Deibler dans l’article, ce sinistre personnage était une sorte de célébrité puisque qu’il assumait la tâche de bourreau. Il coupa 300 têtes, ou plutôt actionnait le couperet de la guillotine. On peut se demander quelle dose de sadisme pouvait se cacher à l’intérieur de ce peu ragoûtant personnage. Car je crois, qu’il faut un peu aimer ça pour le faire. Surtout à répétition…

Source Galliva, BNF, DP

Fin de semaine en nylon

Je pense que mon Ambassadrice, Miss Eva, n’aurait pas dédaigné figurer dans ce clip. Un groupe de rockabilly nommé Reverend Horton Heat, dont le clip jouit, c’est le cas de la dire, d’une belle présentation. Même si vous n’aimez pas ça, je suis sûr que ça vous plaira!!!

Les gens de ma génération ont toujours voué un culte à la fameuse trilogie du « Seigneur des Anneaux » de Tolkien. C’était parmi les livres que l’on se conseillait de lire absolument. Depuis il est devenu une sorte de culte, comme quoi le business avait passé par là sans ajouter un iota à la féerie de l’histoire. Dans les années 70, un Suédois du nom de Bo Hansson imagina une musique basée sur l’histoire. C’est assez plaisant à écouter.

Ca a bientôt 50 ans mais c’est toujours savoureux. Pour casser la baraque à l’époque il fallait faire preuve d’originalité. Des guitaristes vedettes il y en avait des tonnes, mais un chanteur – flûtiste c’était rare. Extrait de leur premier et savoureux album ou les influences mystiques et le jazz se mélangent adroitement : « A Song For Jeffrey », mais oui Jethro Tull et le déjà trémoussant Ian Anderson. Un peu moins chevelu aujourd’hui, mais toujours aussi remuant sur scène. Le talent ne vieillit pas.

Du nylon et des fantômes

Ciné en vrac

Julien Duvivier (1896-1967) est un cinéaste que l’on peut considérer comme un des actes majeurs du cinéma, au moins vu sous l’angle français. Sa filmographie est inégale, le meilleur n’avoisine toutefois pas le pire, tout au plus ses films sont plus ou moins réussis. Citons « Golgotha » (1935); « La Bandera » (1935); « La Belle Equipe » (1936); « Pépé Le Moko » (1937). Remarquons la présence dans ces films de Jean Gabin, auquel Duvivier apportera une contribution à en faire un mythe, avec la complicité de Renoir et Carné. Après la guerre, la série des « Don Camillo » avec Fernandel lui vaudra un franc succès, en faisant rentrer dans l’ombre des films qui sont sans doute plus aboutis pour les cinéphiles.
Le fantastique est assez peu abordé par le cinéma français d’alors. Les Allemands et dans une certaine mesure les Américains en sont plus friands. Ici, Duvivier reprend un thème déjà abordé aux temps du muet par le Suédois Victor Sjöström en 1920, celui de mort qui vient chercher les vivants. Ce thème est visité de diverses manières selon les pays et les croyances. Chez les Bretons, c’est l’Ankou qui rôde avec sa faux et qui vient frapper à la porte. Ici c’est une charrette qui rôde le 31 décembre à minuit aux douze coups de l’horloge.  Le grincement de ses roues et sa vue épouvantent ceux qui connaissent sa signification. Une âme en peine devra errer en la conduisant jusque au prochain réveillon avant de connaître le repos éternel.

Le film se déroule dans un milieu populaire, misérable,  où les bons côtoient les mauvais. Dans les mauvais, on trouve David Holm (Pierre Fresnay), individu violent et ivrogne. Parmi ses copains de misère, David (Louis Jouvet) connaît la légende de la charrette et se garde bien de se trouver là où il ne faut pas. Une soeur salutiste (Marie Bell), tente de ramener David dans le droit chemin, mais celui-ci arrogant et fier tente de la dissuader par tous les moyens. Au fil des scènes, on contemple non sans en apprécier la qualité, comment tout ce petit monde tient son destin entre ses mains. Au fameux soir de la Saint Sylvestre, avant et pendant que la charrette apparaît, le destin  tournera les choses à sa manière.
Le films qui décrivent le milieu social des années 30 sont assez nombreux  dans le cinéma français de cette époque. On peut citer à juste titre « La Belle Equipe » de même cinéaste, « Le Jour Se Lève » de Marcel Carné, « La Bête Humaine » et »Le Crime De Monsieur Lange » de Jean Renoir. qui donnent un bon reflet de la condition ouvrière, pas toujours facile. Dans le film qui nous intéresse, en faisant abstraction du côté fantastique, on retrouve aussi cette étude. Pierre Fresnay quitte un peu ses rôles distingués pour aborder avec réussite, celui d’un personnage peu recommandable. Louis Jouvet est toujours égale à lui-même, il sait toujours donner du relief à ses rôles. Bien qu’il semble toujours avoir détesté le cinéma, on ne peut pas dire qu’il minimise ses rôles. Parmi la distribution, on ne peut que se féliciter de la présence de Robert Le Vigan, un très grand second rôle, vedette en devenir qui brisa sa carrière en  suivant Céline dans la collaboration.  Marie Bell est parfaite comme dans la plupart de ses films, presque un peu trop classe pour une dame qui voue sa vie à sauver des âmes.
Sans être le film absolu, « La Charrette Fantôme » mérite une redécouverte, d’abord parce que c’est un film fantastique et aussi pour le plaisir de retrouver une pléiade de bons acteurs qui conduisent le film de bout en bout.

Sorti en 1940
Durée: 1h 50
Noir et blanc

Distribution

  • Louis Jouvet : Georges dit « l’étudiant », ami de David
  • Micheline Francey : sœur Edith, malade des poumons
  • Marie Bell : sœur Maria
  • Ariane Borg : Suzanne
  • Marie-Hélène Dasté : la prostituée
  • Andrée Mery : la vieille repentie
  • Mila Parély : Anna
  • Valentine Tessier : la capitaine Anderson
  • Madame Lherbay : la vieille qui meurt
  • Génia Vaury : une salutiste
  • Suzanne Morlot : une salutiste
  • Pierre Fresnay : David Holm, souffleur de verre, aigri et malade
  • Robert Le Vigan : le père Martin
  • René Génin : le père Éternel
  • Alexandre Rignault : le géant, vrai coupable du meurtre
  • Pierre Palau : M. Benoît
  • Jean Mercanton : Pierre Holm, frère de David, accusé à tort
  • Henri Nassiet : Gustave, un compagnon de David
  • Philippe Richard : le patron du cabaret
  • Georges Mauloy : le pasteur
  • Jean Joffre : le gardien de prison
  • Marcel Pérès : un consommateur
  • Jean Claudio : un enfant de David
  • Michel François : un autre enfant de David
  • Jean Buquet : un autre enfant de David
  • Jean Sylvain : un salutiste
  • et autres

DVD

Des bas années 60

Un avis mortuaire dans un journal, ça n’a rien à voir avec une paire de bas, et pourtant en le lisant l’autre matin, je suis remonté un sacré bout de temps en arrière, au temps de ma jeunesse. C’est toujours un peu triste d’apprendre que quelqu’un que l’on a connu et avec qui on a partagé des années d’école a soudain cessé d’exister. Cette personne ne pourrait être qu’un simple souvenir, mais elle fut un peu plus que cela, ce fut une des filles dont j’admirais discrètement les jambes d’un œil déjà connaisseur.

Elle s’appelait Sylvia et nous avions le même âge. Dans la petite école d’un village perdu et perché sur les flancs d’une vallée verdoyante, nous faisions partie de ces élèves qui n’ont pas trop de problèmes avec le pion chargé de nous inculquer l’équation à un tas d’inconnues et l’art de conjuguer le verbe, acheter un presse-purée, à tous les temps. Les années soixante s’écoulaient paisiblement au rythme des airs à la mode où la grande crise existentielle se résumait au bonheur de posséder un marteau, d’entendre siffler le train ou d’écouter les angoisses d’une idole des jeunes. Pour les filles, le nec le plus ultra consistait souvent à ajouter des années jusqu’à un certain âge, à charge d’en enlever plus tard pour un juste équilibre mathématique. Je n’ai jamais bien su ce que les filles se racontaient entre-elles pour se faire mousser, mais il est certain que l’apparition d’un peu de poitrine chez une suffisait à rendre les autres vertes de rage, surtout celles qui guettaient ce signe annonciateur du bonheur de voir sa poupée pisser pour de vrai dans un futur pas si lointain. Certainement plus facile, les premiers bas étaient un artifice qui laissait supposer que les chaussettes c’était désormais pour les gamines. Le collant n’était pas de mise, s’il existait c’était juste pour les danseuses qui pataugeaient dans  le Lac des Cygnes. Non, c’était le bas tel que nous le rêvons, celui que maman portait déjà depuis fort longtemps.


Un beau jour, elle apparût avec ce petit quelque chose en plus, une banale paire de bas, un pour chaque jambe. Je pense que toutes les filles de la classe remarquèrent cette nouveauté. En tant que garçon je fus, je pense, un des rares à noter le fait. Il est vrai que mes copains de classe en étaient encore à comparer les mérites du 22 long rifle en plastique véritable, plus léger, avec celui métallique de la décennie précédente, plus solide. Un statut de fils unique m’avait permis avec une certaine liberté, de m’intéresser au monde qui m’entoure d’une manière approfondie, par un tas de lectures, de films, qui n’étaient pas forcément destinées à la jeunesse, mais accessible sans problème. Il y avait Sherlock Holmes, le commissaire Maigret, et un film tv adapté d’un récit surréaliste peu connu de Charles Dickens, « The Mugby Junction », qui m’a ouvert le chemin vers la littérature fantastique. Dans ce monde alentour, la domaine de la réalité fantastique s’arrêtait souvent à un coup d’œil sous la jupe d’une fille, au porte-jarretelles qui séchait au vent de l’été sur un fil derrière la maison où j’habitais. L’apparition de cette copine, nouvelle tendance vestimentaire, mit un accélérateur à ma libido. Elle était assise devant moi en classe et je pouvais, l’air de rien, admirer à longueur de classe, le galbe de ses jambes. Très honnêtement, elle était rarement en pantalon et sauf pendant la saison chaude, elle portait toujours ses fameux bas. Elle mettait parfois même des bas à coutures, un air de dire à l’entourage, qu’elle avait de l’argent de poche. Car, là je vais peut-être apprendre quelque chose aux jeunes, les bas à coutures se payait sensiblement plus cher que le bas standard avec talons renforcés. Je me souviens même qu’elle a dû donner des explications à une copine qui n’avait jamais vu de tels bas et qui croyait sans doute à un défaut de fabrication. Il est vrai que la fille en question venait d’un coin très reculé de la campagne.

Si jupe il y avait, elle était toujours d’une sagesse remarquable, à hauteur de genou et presque exclusivement plissée. Vous imaginez bien qu’il était pratiquement impossible d’apercevoir une bosse de jarretelle ou la marque d’un élastique en relief. Le plus que l’on pouvait espérer pour en savoir plus, c’était de mettre derrière elle quand elle montait un escalier ou de guetter un coup de vent intempestif qui aurait mis un peu de désordre dans l’ordonnancement de ses vêtements. Point de cyclone aux prévisions de la météo et jamais le bon angle en montant les escaliers. Pourtant, sans en faire une fixation, c’était devenu pour moi un défi d’en savoir un peu plus. Patience, patience mon ami, ton tour viendra. En effet, mon tour est venu, grâce à un vélo. Un jour, alors que nous sortions de classe, elle a enfourché l’un des rares cycles en possession d’un enfant du village, un modèle féminin quand même. Elle prit un malin plaisir à pédaler dans les environs. Oui, elle était en jupe, oui elle portait des bas, non je n’ai pas regardé ailleurs. Evidemment selon la position de ses jambes sur le pédalier, surtout une jambe tout en haut et l’autre tout en bas, il y avait de quoi se rincer l’œil. Je n’étais pas toujours dans le meilleur angle de vue, mais j’ai quand même aperçu quelques fois, le haut de ses bas et un bout de jarretelle, indubitablement de couleur blanche. Je soupçonne encore aujourd’hui que son jeu n’était pas tout à fait innocent, mais à cette époque il n’y avait pas autour de ces accessoires, tout ce côté un peu sulfureux qui l’entoure maintenant. Si certaines femmes maintenant se font prier pour mettre des bas, jadis, il aurait presque fallu les prier pour qu’elles les enlèvent. L’anecdote suivante en est la parfaite illustration. Elle met d’ailleurs en scène la même personne. C’était un matin pendant les grandes vacances. L’idée d’un pique-nique fut lancée, destination la forêt environnante. Qui avec ses saucisses, qui avec ses côtelettes, il y aura des grillades à midi. Bien sûr, j’en étais et Sylvia aussi. Malgré un soleil resplendissant et une chaleur des plus respectable, la demoiselle avait quand même mis des bas. Au fur et à mesure que le temps passait, ce sacré thermomètre faisait du sport à sa manière. Ce jour là, il avait décidé de s’initier à l’escalade. La viande cuisait et Sylvia aussi, mais pas pour les mêmes raisons. Finalement, elle décida qu’il lui fallait absolument enlever ses bas. Mais voilà, pas la moindre cabine à l’horizon. Avec la complicité d’une copine, qui tenait une couverture tendue devant elle un peu plus loin, elle procéda à un strip-tease. Malheureusement invisible pour nous, mais dont nous devinions quand même un peu le déroulement. J’eus quand même ma petite récompense quand elle revint vers nous, avec une paire de bas à la main et une petite gaine blanche, bien sage. Si cela arriverait maintenant j’espérerais quand même un porte-jarretelles un peu coquin. Je dois bien avouer cela m’était indifférent au moment où j’ai vécu cette scène. J’avais percé un peu des secrets de cette fille et depuis, chaque fois que je l’ai vue, j’avais quand même une idée plus précise de ce que sa jupe pouvait cacher. J’ai volontairement choisi de parler d’elle plutôt que d’une autre, elle n’était pas la seule à porter des bas, j’ai vu d’autres scènes sans doute plus aguichantes, mais c’est une sorte d’hommage que je lui rend. L’hommage d’un adolescent silencieux, qui l’admirait pour ses jambes plutôt bien foutues, ses bas toujours attirants pour mon regard, sa petite jupe plissée qui cachait ce que j’aurais bien voulu voir. La vie ne nous a pas séparés, elle nous a éloignés. On s’apercevait de temps en temps, juste de quoi se dire un bref salut. Je sais que sa vie ne fut pas toujours un rêve, sans qu’elle se transforme en cauchemar. Quand je repense aux bancs de l’école, j’étais bien loin de m’imaginer qu’un jour je lirais son nom sur un avis mortuaire. Salut Sylvia, j’espère que tu ne m’en voudras pas de te raconter à ma manière, mais là-haut, je crois que ça n’a pas d’importance. Et peut-être que les anges portent des bas…