Ils la connaissent mieux que moi (4)

Dans le cas des Beatles, certaines de leurs chansons bien qu’il s’agisse de reprises, ont passé à la postérité grâce à leur version. Pour pas mal de gens, c’est les Beatles et rien d’autre. Leurs premiers disques et albums alignent pourtant quelques unes de ces chansons qu’ils puisèrent ailleurs. En voici quelques unes, en zappant volontairement les originaux trop connus.

Une des chansons phares de leurs premier album, bien qu’il n’était pas prévu d’en faire un hit, devint quand même très populaire, tant et si bien qu’elle fut longtemps chantée lors des concerts. Il s’agit bien sûr de « Twist And Shout », dont ils se basèrent sur la version des Isley Brothers. Mais la version originale est le fait d’un autre groupe, les Top Notes. La chanson est composée par Phil Medley, plus tard un des Righteous Brothers, et Bert Berns, plus tard compositeur et fondateur du label Bang, ici sous le pseudo de Russell. Assez marrant, ce disque a été produit par le fameux  Phil Spector, sans grand succès.

Les Shirelles semblent avoir suscité de l’admiration de la part  des Beatles, car deux de leurs chansons figurent sur leur albums, « Boys », « Baby It’s You ». On peut jouer le jeu de savoir qu’elle est la meilleure interprétation, mais vocalement les Shirelles font ça merveilleusement bien.

Arthur Alexander a aussi suscité pas mal d’admiration de la part des artistes anglais de l’époque. On retrouve ses chansons chez pas mal de monde, Rolling Stones y compris. Les Beatles, eux, avaient choisi « Anna ».

Les Cookies, autre groupe vocal noir, a aussi le plaisir de voir un de leurs titres repris sur le premier album, ce qui n’est pas rien. 

Alors la suivante, je ne sais pas où ils ont été la chercher, mais le fait est qu’il l’ont trouvée. Aussi une superbe interprétation de ce groupe féminin noir de Chicago, les Donays.

Encore plus étrange, ils ont été repêcher le titre d’une comédie musicale « The Music Man », qui tient de l’opérette, mais leur version est bien différente.

En 1959, Little Richard enregistre un medley de deux chansons « Kansas City (titre différent de celui rendu célèbre par Wilbert Harrison)/Hey Hey Hey », un enregistrement relativement obscur à comparer au reste. C’est le titre idéal pour faire chauffer une salle en ayant pas trop l’air de cloner les autres. Les Beatles  l’emploient pour combler le manque d’originaux pour l’album « For Sale ». Il faut dire que la machine s’emballe et ils n’ont plus le temps d’aller cueillir des fleurs.

Le répertoire de Buddy Holly est un presque un puits sans fond pour aller y puiser une chanson ou l’autre. Comparé aux autres rockers de légende, son style est une merveille d’inventivité. Il est une inspiration majeure pour les groupes anglais. Je crois que l’on peut dire que peu de gens savent que c’est lui qu a créé « Words Of Love ».

Assez peu connu « Mr Moonlight » fut créé en 1962 par les bluesman Piano Red et enregistré sous le nom de Dr Feelgood. Cette chanson fut aussi au répertoire des Merseybeats deux ans plus tôt.

Les Beatles ont revisité trois fois le répertoire de Larry Williams, mais celle-ci, « Bad Boy », fut un peu plus difficile à écouter, car elle ne figurera dans la discographie anglaise qu’en 1966 sur la compilation « Oldies But Goldies » qui rassemble un peu ce qui n’avait pas encore fait l’objet d’une publication sur 33 tours pour les Anglais.

Voilà, j’ai à peu près fait le tour de ce que les Beatles puisèrent ailleurs, presque exclusivement dans le répertoire noir, et inclurent dans leur discographie officielle. Après l’album « For Sale », leurs enregistrements ne comporteront que des originaux, à l’exception d’un court extrait folk figurant sur « Let It Be ».

Plus frustrant sera les reprises,que les Beatles enregistrèrent pour la télévision, notamment la BBC, et elles furent nombreuses. Le fan qui aurait pu aimer l’une ou l’autre n’avait aucune possibilité de les écouter sur disque. Il fallut quelques dizaines d’années avant ce cela soit possible, ce qui favorisa leur publication sur des disques pirates. Cela pourra faire l’objet d’un futur article.

Du sexy sur les pochettes de disques des 50’s au 70’s

Ma longue carrière de collectionneur et chasseur de vinyle m’a permis de visualiser et d’admirer des dizaines de milliers de pochettes de disques. Je les ai toujours considérées comme des ouvres d’art à part entière. Leur magnificence s’étale particulièrement bien sur les pochettes d’albums, un carré d’un peu plus d’une grosse trentaine de centimètres de côté. L’idée d’en faire un étalage artistique remonte surtout aux années 60, spécialement à partir  de 65-67 quand le lancement d’un artiste se faisait sur la réputation de quelques titres s’étalant sur les deux faces d’un 33 tours, dont on extrayait éventuellement un 45 tours. Avant c’était le contraire, l’album était plutôt une compilation des précédents avec éventuellement un ou deux titres inédits. Dans les années 50, on faisait assez peu de cas de la présentation d’une pochette de disques. C’est très visible en France ou le EP 4 titres domine largement. La mise en scène est souvent répétitive ainsi que les photos souvent pâles ou grossièrement découpées, une laideur sans nom. C’est un peu plus sympathique dans les pays anglo-saxons, un marché nettement plus vaste, où l’on prend un peu plus soin de la présentation et surtout où les albums sont plus nombreux.

Après l’apparition du rock and roll et la suite qui en découle, on est conscient que le teenager recherche un contact visuel avec ses idoles. La discographie des albums de Presley en est une belle illustration, la pose est souvent tout à l’avantage du modèle. L’idée d’en faire quelque chose de sexy, si cela existe, est tout à fait involontaire. Par la suite la vapeur fut inversée et on cultivera quelquefois l’idée du sexy, parfois sans rapport aucun avec le contenu, même s’il apparaît de façon très suggérée et s’il flirte parfois avec la perversité.

Sans aller vers l’encyclopédie, voici quelques illustrations sur le sujet tirées de ces fameuses pochettes éditées il y a bien longtemps pour certaines.

 

28 120115 1

Dans les années 50, la très populaire péruvienne Yma Sumac étale ses charmes sans trop les montrer. C’est typique du sexy involontaire, mais on la travaille sur chaque nouvelle publication.

28 120115 2

Ici c’est un peu moins involontaire, mais évidemment quand on tient un sex symol qui chante, on le met plutôt en évidence sur la pochette. La première est juste ce qui sert d’illustration pour la bande sonore d’un film dans lequel BB joue, mais la seconde est destinée à taper dans l’oeil avec cette pose plutôt légère, attitude et vêtements. Ici la réédition à l’identique bien des années plus tard.

28 120115 3

L’album de 1968, on va un peu plus loin dans la suggestion, quatre ans et des poussières après la précédente.

28 120115 5

Peut-être la plus culottée (enfin plutôt déculottée) de cette fin des sixties. Des femmes à poil pour habiller le talent du plus révolutionnaire guitariste de ces années-là.

28 120115 4

 

L’intérieur de la pochette dépliante du premier album en 1969 où l’on voit les membres à poil. Elle fut censurée dans son édition française. Je ne sais pas ce peuvent penser les adolescentes d’aujourd’hui, mais qu’elles ne rient pas, ils pouvaient incarnaient l’idée du mec dont leur grand-mères rêvaient. L’album n’avait pas besoin de cette publicité, car musicalement il est fantastique. 

La machine est lancée, sans plus entrer dans le détail voici quelques pochettes, toutes années 70, chacun y trouvera son compte

28 120115 6

28 120115 7

28 120115 8

28 120115 9

28 120115 10

28 120115 11

28 120115 12

28 120115 13

Le Golf Drouot en disques

Liverpool a eu sa Cavern, la France a eu son Golf Drouot. Il fallait bien un temple pour organiser la venue, assez tardivement, du rock and roll en France. On sait que de très grand noms sont sortis de ce lieu après l’avoir hanté. Pour n’en citer qu’un, Johnny Hallyday. Son histoire est à peu près connue de tous les fans des années 60, spécialement ceux qui l’ont fréquenté. 

Pas mal de monde a profité de sa renommée pour aguicher un public de jeunes dans l’intention de lui vendre quelque chose, la marketing n’est pas une invention nouvelle. Devenu l’endroit à la mode, tout ce qui pouvait se rattacher à son nom pouvait faire rêver. Des garçons en cuir noir qui draguaient des filles qui portaient des bas Golf Drouot (ça a existé), il y en a eu sans doute des centaines. 

Monsieur Barclay en homme d’affaires avisé ne pouvait pas passer à côté de cela. Il est à la tête du plus grand label indépendant que la France aie compté et qui porte son nom. Mais à côté, il y a une multitude de sous labels qui gravitent autour de la maison mère, Riviera, Bel Air, pour les principaux. Il est aussi le représentant exclusif pour les licences de grandes maisons anglophones comme Atlantic, Chess. C’est presque naturellement qu’il décide d’exploiter le nom du Golf pour en faire une nouvelle étiquette et enregistrer des artistes qui ont gagné leur réputation en se produisant sur la scène devenue célèbre, le tremplin comme cela s’appelait. Son idée était sans doute de découvrir une vedette aussi grosse que le Johnny national. L’histoire ne dura que deux petites années et une douzaine de publications, entre 1963 et 65. D’autres maisons feront aussi référence à l’endroit, mais Barclay détient la seule qui arbore le nom comme marque propre.  C’est justement de cette discographie que nous allons parcourir.

Golf Drouot 71 001 – Les Jumelles – Rendez-vous jeudi.

23  072415-12

Deux frangines, jumelles comme le nom l’indique, inaugurent le label. Elles étaient parait-il, vendeuses de pompes dans un magasin avant de partir sur le chemin du vedettariat, du moins tenter le coup. Ce n’est pas à proprement parler un succès ni même très attachant musicalement, bien que vocalement plutôt bon. Le plus drôle est encore la conception de la pochette avec son effet miroir. Elles enregistreront encore deux disques pour un autre label, Barclay ne semblant trop enclin à leur offrir une seconde chance.

Golf Drouot – 71 002 – Les Aiglons – Stalactite

23  072415-11

Incontestablement la meilleure réussite du label, celui qui est encore le plus dans les mémoires. Cinq garçons mineurs venus de Lausanne en Suisse tentent leur chance crânement. Ils sont même plutôt doués. Ils fonctionnent en groupe instrumental, les Shadows sont encore très présents. Ils bénéficient de la présence de Ken Lean, un compatriote aux dons d’arrangeur évidents. Le titre principal « Stalactite » est une pure merveille de son et quelque chose de bien original pour l’époque, différent de l’habituelle inspiration à la Shadows que tout le monde veut alors imiter. Le réussite sera magnifique, le titre est un succès dans plusieurs pays et il entre même dans les charts américains. Le groupe est rebaptisé Eagles pour sa publication par le label Smash. C’est le seul titre du label dont la vente peut se mesurer en centaines de milliers d’exemplaires en tenant compte des nombreuses rééditions successives, 4 à ma connaissance.

Golf Drouot – 71 003 – Ron et Mel – Kansas City

23  072415-10

Deux frangins anglais assez globetrotters font une escale en France, le temps d’enregistrer un disque pour ce label et un autre pour Decca. Ils ont laissé quelques souvenirs. Mel Williams est encore aujourd’hui très connu et apprécié dans les pays anglophones. 

Golf Drouot – 71 004- Les Aiglons – Panorama

23  072415-9

C’est de nouveau les Aiglons. Il faut  savoir que le label ne publie pas un disque toutes les semaines, ce qui explique que celui-ci est proche du premier selon le numéro de catalogue. Toutefois après le succès du précédent, Barclay est pressé de remettre une compresse.  Le groupe l’avouera bien volontiers, ils auraient voulu le préparer avec plus de soin. Entraînés dans une tournée à travers plusieurs pays, il est plutôt enregistré sur le tas. A l’époque, les temps de studios d’enregistrement sont quasiment minutés. Quand on est encore sous la magie de « Stalactite », il est moins aisé de retrouver un équivalent  parmi les quatre titres proposés. Mais ce n’est pas pour autant un désastre, le style « aiglon » est bien présent. Ce sera encore une bonne vente  et probablement la deuxième en terme de quantité et de licence internationales parmi toutes les publications. 

Golf Drouot – 71 005- Moustique – Je Suis Comme Ca

23  072415-8

Il est encore aujourd’hui une authentique légende du rock and roll rattachée au Golf Drouot. Il n’a jamais renié sa foi envers cette musique. C’est presque naturellement qu’il figure sur ce label, nous pourrions dire pour son plus grand malheur. Il avait un potentiel certain que Barclay ne sut pas ou ne voulut pas exploiter. Ce premier disque assez bien achevé fut un de ceux qui se vendit honorablement et un des trois artistes du label qui est honoré de plus d’une publication. C’est un rock and roll plus version années 60 que années 50, ce qui n’enlève rien à son charme. Ce qu’on peut lui reprocher, un manque total de compositions originales, mais dans ce domaine Moustique est très loin d’un cas isolé.

Golf Drouot – 71 006- Christophe – Reviens Sophie

23  072415-7

Oui c’est bien le Christophe qui enregistra « Aline », le seul qui deviendra une star après avoir passé par les disques Golf Drouot. Toutefois, ce n’est pas ce disque qui lancera sa carrière, il est assez confidentiel dans sa discographie. Chistophe n’a jamais caché sa passion pour le blues et cela est très audible sur ce disque, trois originaux et une reprise. Sa carrière est longue, avec des hauts et des bas, incontestablement  ce disque fait partie des hauts.

Golf Drouot – 71 007- Les Doodles – Reviens Sophie

23  072415-6

Excellent groupe qui servit d’accompagnateurs et de compositeurs pour le disque de Christophe exploite ici le style instrumental. On trouve dans leurs rangs Michel  Delancray, qui deviendra un compositeur à succès pour un tas d’artistes, Pascal Danel,  Eric Charden, Dalida, Dick Rivers. C’est encore un de ces disques libellé Golf Drouot pas facile à dénicher.

Golf Drouot – 71 008 – Marijan – La Course Folle

23  072415-5

Revenons indirectement aux Aiglons. Interprété par Marijan, futur Michel Orso et son tube « Angélique », « La Course Folle » n’est autre qu’une version vocale de « Stalactite ». Si cet arrangement n’a pas la saveur de l’original, c’est quand même assez plaisant. Nous retrouvons également les Doodles qui servent d’accompagnateurs, ainsi que deux titres de leur disque instrumental transformés en version vocale. C’est certainement l’un des plus difficiles à dénicher en copie originale, c’est d’ailleurs la seule issue possible, car il n’existe pas de réédition. 

Golf Drouot – 71 009 – Les Aiglons – Tennessee


23  072415-4

Revoici les vedettes du label dans un disque assez plaisant surtout pour « Troïka » qui marche assez bien sur les traces de « Stalactite ». Le succès ne sera pas vraiment au rendez-vous pour ce disque. Petite consolation le titre « Sunday Stranger », une reprise, servira d’indicatif pour une émission de radio « Bal 10-10 ». 

Golf Drouot – 71 010 – Les Vicomtes – Oui C’est De Toi 

23  072415-17

23  072415-16

Ce disque est une spécialité. Initialement publié sur Barclay, il est repris pour le label Golf Drouot ou l’inverse. Il y a des bizarreries dont on ignore la raison. Ce groupe, un septet, a une approche plus jazz que yéyé, mais qui préfigure la tendance qui venir un peu plus tard avec le r’n’b. Ils furent les vainqueurs de la Guitare d’Or à l’Olympia en 1963. Ironiquement ce n’est pas l’instrument le plus présent dans leurs titres. 

Golf Drouot – 71 011 – Moustique – Joy Joy Joy23  072415-3

Seconde et dernière apparition de Moustique. Construit sur le même principe que le précédent avec quatre adaptations, Little Richard, Eddie Cochran, Ronnie Hawkins, Ritchie Valens. En qualité c’est égal au précédent, mais au niveau ventes c’est nettement en retrait, il n’atteint que 5 à 10% des ventes du premier, ce qui le rend bien plus difficile à trouver en original. Il faut bien prendre en considération que la jeunesse d’alors s’intéresse plus aux Beatles et aux Rolling Stones qui émergent. Coller des paroles françaises sur des rocks américains fait déjà un peu ringard. Malgré tout, Moustique ne cessera jamais de chanter du rock et d’enregistrer encore quelques titres dont un CD autoproduit. Jamais vraiment entré complètement dans l’ombre, il lui arrive encore de se produire dans des salles bien remplies. C’est une des piliers du temple du rock français.

Golf Drouot – 71 012 – Les Aiglons – Rosko

23  072415-2
Le disque certainement le plus bâclé des Aiglons. Pas tellement pour son contenu assez écoutable, mais par le manque d’enthousiasme de la production. Ce n’est pas visible à première vue ou écoute, mais il y a quelques changements. Ken Lean a  été viré de chez Barclay et la formation n’est plus celle dont on avait presque l’habitude. La photo de la pochette ne tient aucun compte de ce changement. De plus, 2 titres sont inversés. Ajoutons que la promotion a été quasi inexistante. C’est leur chant du cygne, le groupe se sépare et un seul restera musicien professionnel.

Golf Drouot – 71 013 – Les Night Rockers – I Can Tell

Golf Drouot – 71 014 – Les Night Rockers – Dance To The Rock

23  072415-123  072415-15

Ce sont les deux disques du label qui ont résolument une optique anglophone. Pour cela, il a fallu qu’un groupe belge assez dans la lignée des Rolling Stones, vienne se produire au Golf. Musicalement et scéniquement assez remuants, c’est peut-être ceux qui on le plus risqué de démolir le club lors d’un concert, pour le moins les spectateurs sont subjugués. Dans la foulée ils enregistrent deux disque pour le label, entre originaux et reprises. Assurément de l’excellent matériel qui peut rivaliser avec les anglais de l’époque, surtout avec un chanteur qui chante très bien dans cette langue. On peut regretter que le premier ait été assaisonné d’un faux public avec une introduction d’Henri Leproux. Certainement les plus recherchés par les collectionneurs étrangers.

A ma connaissance, la liste des publications s’arrête ici, Barclay n’a pas continué d’exploiter ce filon, qui je crois n’était pas bourré de pépites, vu sous l’aspect financier. Sur une quinzaine de publications, une a été un réel succès, les Aiglons et « Stalactite ». Moustique pour son premier disque arrive sans doute second ex-acquéo avec les Aiglons pour leur deuxième. Les autres n’ont sans doute pas dépassé les quelques copies vendues auprès de ceux qui fréquentaient le Golf, et encore je me demande quel était leur argent de poche, ou ce qu’il leur restait après avoir acheté les disques des idoles plus en vue. La difficulté à trouver certaines publications est là pour en témoigner. 

Le catalogue a quand même été exploité par la suite. Dans les années 70, une compilation en album comprenant les Aiglons, Moustique, les Night Rockers, « Les Folles Années Du Golf Drouot », 33 tours Barclay. Au début des années 80, un 33 tours 25 cm Barclay, avec les Aiglons, 2 premiers disques et Moustique, premier disque. Les quatre titres de Christophe peuvent se trouver sur le « Disque D’Or » paru en 1976 chez Barclay. A l’heure actuelle et en CD, on peut trouver les Aiglons et Moustique en intégrale du label Golf Drouot. Les titres de Christophe peuvent se trouver sur le CD « Les Trésors Cachés » de 1997. 

Jeter une bouteille musicale à la mer (11)

Dans toutes mes adorations musicales, le style qui revient le plus souvent dans mes écoutes est le garage punk, le psychédélique. Si l’appellation première n’existait pas vraiment dans les sixties, elle devint un style à part entière un peu plus tard. Nul n’ignore que les USA forment un vaste territoire et une population considérable. Quand la musique est devenue une industrie pour les jeunes avec ses miroirs aux alouettes, les candidats se pressaient au portillon. Des milliers d’orchestres, de chanteurs, revendiquèrent le droit à faire de la musique et surtout d’arriver à enregistrer un disque. Le style doit surtout son nom au fait que le garage familial servait de lieu de répétition et parfois même d’enregistrement. On y colla le terme punk, car parfois on peut y trouver les prémices de ce style, un dizaine d’années avant son avènement. Ce n’était pas trop difficile, chaque ville, même perdue au fond du pays, avait un ou plusieurs labels locaux. On avait alors la possibilité de publier un 45 tours, le plus souvent à ses frais. Ils servaient de promotion et de carte de visite pour les artistes quand ils se produisaient lors de concerts de plus ou moins grande importance. Les grandes maisons de disques avaient des rabatteurs qui tournaient les disquaires locaux dans l’espoir d’y découvrir un disque qui ferait un malheur sur la plan national, même international. Dans ce cas, les droits étaient rachetés ou les chansons réenregistrées  et publiés sur un label important. Il y a quelques artistes qui accédèrent à la gloire de cette manière là, le cas le plus connu étant Elvis Presley. Bien sûr la majorité restèrent d’obscurs interprètes et leurs disques d’obscures galettes entre les mains de quelques détenteurs en principe heureux. Le potentiel resté caché est énorme, des milliers de titres, certains étant de purs joyaux. La frontière entre garage et psychédélique est parfois ténue, un titre peut très bien coiffer les deux noms. Entre 1963 et 1967, c’est plus souvent du garage brut et que à partir de là, le son laisse entrevoir les artifices sonores du  psychédélique.

En 1972,  Lenny Kaye, guitariste de Patti Smith, parvient à compiler et faire éditer un double album qui regroupe quelques titres à tendance psychédélique et pour la première fois le terme punk rock figure sur un disque. Les noms qui apparaissent sont relativement connus des amateurs de musique qui observèrent le mouvement de son vivant. Presque tous les titres proviennent de grands labels, mais n’ont pas tous connu un succès retentissant. Ils n’en reste pas moins qu’ils attirent l’attention et donne l’envie aux encyclopédistes d’explorer le domaine, riche en promesses. Le pari sera tenu, d’innombrables compilations verront le jour, j’en possède plusieurs centaines. C’est d’une fertilité sonore incroyable. Sur les milliers de titres à écouter, il est difficile d’en trouver deux qui sonnent la même chose. Au regard de ce qui se fait aujourd’hui, presque toujours le même son synthétique, on peut considérer cette époque comme une belle aventure.

Voici quelques titres extraits de ces compilations, tous aussi obscurs que beaux.  C’est peut-être un peu vieillot pour certains, mais justement on est ici pour cela.