Vendredi en nylon (13)

Disques que j’écoute et pochettes que je regarde depuis au moins 35 ans

Dans mes découvertes à la fin des années 60, il y a deux groupes qui ont gagné une entrée permanente dans mes écoutes. Si les groupes pop de cette époque faisaient surtout de la pop, deux on apporté quelque chose de nouveau, ils annoncent déjà le mouvement punk. Et ils sont les deux de Détroit. Et puis c’est le genre de bruit que j’aime bien écouter…

Assez peu de groupes sont apparus et devenus des icônes sur le marché en proposant un album en live. C’est le cas de MC 5 avec un truc très chaud. Groupe extrêmement politisé et censuré, de gauche bien entendu, ce qui en Amérique correspond à être qualifié de toutes sortes de noms que je ne reproduirai pas ici. Musicalement c’est très inattendu et pourtant leur musique deviendra une référence. De ce délectable album, un des titres les plus remuants dans une autre version live.

Le suivant suit un peu la même démarche, mais en à peine moins soft, du moins sur disque car sur la scène le chanteur emblématique Iggy Pop n’a pas la réputation de s’endormir. C’est bien sûr des Stooges dont je parle. Comme pour MC 5 cette musique ne m’a jamais lassée en bientôt 50 ans. Je n’écoute pas que cela, mais j’écoute souvent.

The Frost en relativement bien connu en France grâce à « Rock And Roll Music » qui n’a rien à voir avec le titre de Chuck Berry / Beatles. Sur le troisième album figure un titre que j’adore juste parce que je trouve que l’intro à la guitare est la plus belle que je connaisse, 2 minutes de félicité joué par un garnd guitariste Dick Wagner.

L’Allemagne jusque là pas mal en retrait sur la scène internationale commença à produire des groupes très intéressants à la fin des années 60 et lui conférer un statut particulier. Un exemple auquel je suis resté très fidèle Amon Düül II. Musique bizarre qui fait voyager l’esprit, chose qui manque énormément dans la musique actuelle hélas!

Il fallait bien que j’aille faire un tour vers cette musique orientale qui devenait à la mode. Comme toute musique ayant une base religieuse, c’est plutôt paisible et planant. Sans être un adepte des vaches sacrées, je trouve que de temps en temps et encore maintenant, ça repose l’esprit.

Je n’ai jamais été un inconditionnel du groupe, mais j’aime bien l’album avec la banane. Chanson sexuelle et fétichiste avec des relents de musique celtique, j’imagine que cette Vénus en fourrure a régalé plus d’un adepte de SM. C’était quand même assez carabiné pour l’époque.

Aussi un truc pas piqué des hannetons, un orgasme progressif chaud devant et joli fond musical , ce groupe a par ailleurs fait de très belles choses par la suite !!!

La première fois que j’ai entendu ça, j’ai cru que c’était les Yardbirds dans une de leurs explorations musicales, la voix du chanteur est presque la même. Mais non c’était bien Godz un très intéressant groupe expérimental qui va au mental.

Une de mes éternelles rengaines popisées

Je suis amoureux depuis longtemps de cette Caroline là, pas celle de Monaco!

L’un des plus succulents pot plus que pourris que je connaisse, absolument délicieux !

 

Chansons que j’écoute de-ci ou de-là

En alternance avec mon garage est punk, quelques trucs qu’il m’arrive d’écouter de temps en temps, assez souvent ou très rarement.

Le but de cette rubrique est de vous faire découvrir des choses plaisantes dans n’importe quel style ou époque ou vous rappeler quelques souvenirs que vous avez peut être oubliés. A vous de trier!

Classé en 3 étoiles

*** – Chanson qui a eu un retentissement certain dans un style ou un autre ou très représentative de ce style et ayant bénéficié de nombreuses reprises sur le plan mondial. Peut de mettre pour un artiste remarquable sans être une très grosse vedette.

** – Chanson typique d’un style ayant eu quelque impact, quelquefois appréciée internationalement et qui perdure dans le temps. Quelquefois, mais pas toujours, encore diffusée dans les radios ou écoutée dans les circuits nostalgiques

* – Chansons n’ayant qu’une importance secondaire, dans l’impact quelles on eues, sans préjuger de la qualité de l’artiste,  Plutôt local ou branché Souvent ne figure plus que dans les souvenirs d’un public ciblé, fidèle, plus ou moins nombreux. Très peu de chances de l’entendre encore sur une grande radio ou chaîne de télévision.

_________________________________________________________________________________

*** – Y’a pas à dire, elle restera.

** – J’aime assez bien l’ambiance de ce titre. Son seul et unique tube, il chante encore aujourd’hui sous le nom de Jim Nairn.

**- Quelques bons souvenirs sur ce truc écrit par un William Sheller pas encore très connu.

*** – Ca c’est toujours génial!

** – J’ai toujours eu un faible pour cette chanson, alors je la sors de temps en temps de sa cachette.

*** – Un de ces trucs qui me fait toujours frissonner quand j’écoute.

*** – C’est le type même de la chanson qui n’a eu aucun succès dans le hit parade au moment de sa sortie, mais qui a fait dix fois le tour du monde par l’intérêt qu’elle a suscité. Un de mes classiques.

*** – Un très grand technicien de la guitare dont j’écoute plutôt les albums qu’un titre particulier, mais j’adore celui-ci !

** – Funk, soul, un agréable mélange.

* – Un très grand monsieur de la chanson, pas celle commerciale, mais plus branchée. Un peu anar, un peu poète, voilà l’homme dans une chanson qui n’a pas vieilli.

** – Le genre de  musique qui vous donne envie d’aller aux Antilles. C’est bien balancé avec un délicieux goût d’exotisme moderne.

*- La chanson française surréaliste, un des nombreux trésors du fameux label Saravah, l’un des meilleurs ayant existé en France. Musique succulente et paroles à découvrir soi-même et avec en prime… Brigitte Fontaine!

Vendredi en nylon (12)

Chansons que j’écoute et pochettes que je regarde depuis au moins 45 ans.

A partir de 1969, on peut dire que j’achète rarement, ce qui ne veut pas dire jamais, un disque qui a un succès commercial. Je vole de découvertes en découvertes et je n’ai jamais arrêté. Evidememnt la musique est plus sélective, je commence à fréquenter avec mes oreilles  des musiciens d’une autre carrure. 

Je suis assez partagé sur Black Sabbath et l’ensemble de sa carrière, mais cela avait rudement bien commencé et ça s’écoute encore.

J’ai toujours été un amateur de folk, mais un des groupes qui m’a définitivement attiré vers cette musique, c’est bien Pentangle, réunion de grands musiciens et une jolie voix. Je n’ai jamais cessé de les écouter.

Ah oui bien sûr il y avait aussi Led Zeppelin, une plutôt bonne réunion de quelques petits doués avec quand même la voix de Robert Plant qui domine le tout. Une de mes préférées…

Ten Years After a toujours, du moins pour les 4 premiers albums, été un de mes groupes préférés. Je trouve que c’est une belle alchimie de musiciens très pointus, d’ailleurs ils fonctionnent assez comme un orchestre de jazz, l’individualité n’est pas bannie. Et puis Alvin Lee était un sacré guitariste, si vous voyez les nuages passer dans le ciel à toute vitesse, c’est sûrement lui qui joue de la guitare là-haut!

Un truc indémodable. Un souvenir indirect aussi, j’ai fait une belle noce à Paris avec le cousin du chanteur Alan Wilson. 

Voilà l’histoire belge du jour vous vous souvenez de Wallace Collection ? Un joli mélange de soft pop et de classique. Je ne me suis jamais lassé de cette « Serenade ». Et je puis vous promettre que c’est efficace. Plus de 20 ans après sa sortie, j’ai dansé là-dessus avec un dame que je draguais. A la fin du disque elle a merveilleusement trouvé une suite :  « il faut que tu me montres où est ton lit! »

Une chanson que j’écoute depuis très très longtemps en de multiples versions. Mais une des mieux torchées c’est quand même celle-ci.

Pour moi Pink Ployd c’est surtout la première époque, après j’aime moins. Je possède à peu près tous les albums mais je ne les écoute pas ou peu. Par contre les deux premiers alors là ça tourne. Un de mes préférés sur le deuxième album.

L’albinos de service et un monsieur que j’ai suivi un peu toujours. Sans négliger de revenir à cette fameuse version du standard popularisé par Muddy Waters.

Evidemment autour de 1970, il était difficile de se passer de Frank Zappa, même encore aujourd’hui je ne sais pas faire, comme dirait un Belge de mes connaissances.

Je me souviens très bien j’avais trouvé l’album dans une grande surface, je me demande bien ce qu’il foutait là, car c’était vraiment pas de la musique pour minettes! Je n’ai pas tout de suite compris l’allusion érotique de la pochette, mais bon le contenu ça m’a marqué au fer rouge. Si si, je peux vous monter, j’ai encore les cicatrices….

Vendredi en nylon (11)

Les nouveau mots de la langue française

Je trouve que notre belle langue manque de mots, alors en voici de nouveau avec leurs définitions

Nénénuphar : sein en forme de plante aquatique

Pèresonne : père de famille absent

Porctable : téléphone mal entretenu

Embouteillâge : personne âgée peinant à circuler

Ouraregan : violente tempête se produisant très rarement

Je vais rétrécir un peu le champ de mes écoutes, en ciblant ce que j’écoute depuis au moins 45 ans ce qui nous amène jusqu’en 1972. La tournant des années 60-70 est une extraordinaire période musicale, la musique devient autant un divertissement qu’une exploration des sons tous azimuts. Je dirais que tous les coups sont permis!

En cherchant mes titres favoris dans la discographie des Doors, je pourrais en faire une liste en écartant les bras comme le font le pêcheurs quand il parlent de l’extraordinaire prise qu’ils ont faite, longue comme ça! Néanmoins un des mes favoris pour les jours étranges…

A l’automne 1969, je fus subjugué  par un groupe anglais Steamhammer et un album « Reflection » rempli de pépites. Assurément un album record dans mes écoutes. Un joli son assez aquatique et pratiquement que des titres originaux. En voici un titre , repris plus tard par Status Quo dans un version assez morne.

Après leur première époque avec Denny Laine, les Moody Blues créent des albums très jouissifs et musicalement parfaits. Sortir un titre ou l’autre de ces albums est une gageure, j’écoute en fait tous leurs albums. Je suis persuadé que l’on parlera encore de leur musique dans 100 comme on parle de Beethoven maintenant. Un exemple de leur maestria, ah si les rappeurs pouvaient nous faire de trucs comme ça, mais bon il faut avoir un certain niveau musical…

En musique je ne suis pas un lâcheur, quand un artiste a fait quelque chose qui me plaît, je le suis fidèlement. Il se peut que la suite ne m’intéresse pas, mais j’ai au moins essayé. Si j’avais juste abandonné Procol Harum après leur hit planétaire juste parce que ça ne passait plus à la radio, j’aurais certainement loupé un monument qui fait ressembler la pyramide de Kéops à une boîte d’allumettes. Alors écoutons un titre, moins facile d’accès que leur hit, mais tout aussi beau. On reparlera de ce groupe dans ces colonnes, c’est sûr!

Bien que la version de Santana soie plus connue, il faut rappeler que l’original est de Fleetwood Mac période Peter Green qui l’a composée. Je ne déclarerai pas la guerre pour savoir laquelle est la meilleure. Je dirai juste que je préfère l’original, plus brute, plus blues, celle de Santana est juste latinisée. Je reste toujours persuadé que Peter Green est un sacré guitariste et qu’il n’a rien à envier à Santana, sinon d’être moins aimé.

Au paradis j’imagine que les anges doivent chanter ainsi, le grand Tim Bucley que j’avais découvert par hasard sur une compilation allemande dédiée au fameux label Elektra. Une chanson que je classe sans hésiter dans les immortelles.

Un groupe que j’ai toujours bien aimé, mais de tous leurs disques c’est celui qui me charme encore.

Ces belles petites trouvailles que l’on fait quand on veut bien prendre la peine de les écouter chez le disquaire.

Taste qui nous fit découvrir un guitariste de première, Rory Gallagher. J’aime bien ces morceaux de musique pop qui frisent avec le jazz, succulent!

Love et toute la magie d’Arthur Lee

Du sexy sur les pochettes de disques des 50’s au 70’s

Ma longue carrière de collectionneur et chasseur de vinyle m’a permis de visualiser et d’admirer des dizaines de milliers de pochettes de disques. Je les ai toujours considérées comme des ouvres d’art à part entière. Leur magnificence s’étale particulièrement bien sur les pochettes d’albums, un carré d’un peu plus d’une grosse trentaine de centimètres de côté. L’idée d’en faire un étalage artistique remonte surtout aux années 60, spécialement à partir  de 65-67 quand le lancement d’un artiste se faisait sur la réputation de quelques titres s’étalant sur les deux faces d’un 33 tours, dont on extrayait éventuellement un 45 tours. Avant c’était le contraire, l’album était plutôt une compilation des précédents avec éventuellement un ou deux titres inédits. Dans les années 50, on faisait assez peu de cas de la présentation d’une pochette de disques. C’est très visible en France ou le EP 4 titres domine largement. La mise en scène est souvent répétitive ainsi que les photos souvent pâles ou grossièrement découpées, une laideur sans nom. C’est un peu plus sympathique dans les pays anglo-saxons, un marché nettement plus vaste, où l’on prend un peu plus soin de la présentation et surtout où les albums sont plus nombreux.

Après l’apparition du rock and roll et la suite qui en découle, on est conscient que le teenager recherche un contact visuel avec ses idoles. La discographie des albums de Presley en est une belle illustration, la pose est souvent tout à l’avantage du modèle. L’idée d’en faire quelque chose de sexy, si cela existe, est tout à fait involontaire. Par la suite la vapeur fut inversée et on cultivera quelquefois l’idée du sexy, parfois sans rapport aucun avec le contenu, même s’il apparaît de façon très suggérée et s’il flirte parfois avec la perversité.

Sans aller vers l’encyclopédie, voici quelques illustrations sur le sujet tirées de ces fameuses pochettes éditées il y a bien longtemps pour certaines.

 

28 120115 1

Dans les années 50, la très populaire péruvienne Yma Sumac étale ses charmes sans trop les montrer. C’est typique du sexy involontaire, mais on la travaille sur chaque nouvelle publication.

28 120115 2

Ici c’est un peu moins involontaire, mais évidemment quand on tient un sex symol qui chante, on le met plutôt en évidence sur la pochette. La première est juste ce qui sert d’illustration pour la bande sonore d’un film dans lequel BB joue, mais la seconde est destinée à taper dans l’oeil avec cette pose plutôt légère, attitude et vêtements. Ici la réédition à l’identique bien des années plus tard.

28 120115 3

L’album de 1968, on va un peu plus loin dans la suggestion, quatre ans et des poussières après la précédente.

28 120115 5

Peut-être la plus culottée (enfin plutôt déculottée) de cette fin des sixties. Des femmes à poil pour habiller le talent du plus révolutionnaire guitariste de ces années-là.

28 120115 4

 

L’intérieur de la pochette dépliante du premier album en 1969 où l’on voit les membres à poil. Elle fut censurée dans son édition française. Je ne sais pas ce peuvent penser les adolescentes d’aujourd’hui, mais qu’elles ne rient pas, ils pouvaient incarnaient l’idée du mec dont leur grand-mères rêvaient. L’album n’avait pas besoin de cette publicité, car musicalement il est fantastique. 

La machine est lancée, sans plus entrer dans le détail voici quelques pochettes, toutes années 70, chacun y trouvera son compte

28 120115 6

28 120115 7

28 120115 8

28 120115 9

28 120115 10

28 120115 11

28 120115 12

28 120115 13

Disco Boss

Le disco ne m’a jamais trop inspiré, bien que dans ces années-là, j’ai un peu été DJ. En arrière plan je continuais bien sûr d’écouter mes musiques bien ciblées. J’écoutais du punk, du hard rock, on parlait aussi de new wave, mais c’est aussi les années ou j’étais très folk. Je me souviens d’avoir vu Renaud sur scène, alors assez peu connu. Dans tout ce fatras disco, je dois avouer qu’il y avait un ou deux trucs que j’aimais bien. En voici une sélection qui nous permettra de nous replonger dans les années 70, c’est aussi de la musique rétro.

Un de mes trucs préférés

Un que j’adorais, un titre qui m’avais marqué dix ans plus tôt, mais par quelqu’un d’autre. Made in France

Des autres aussi Français

Ce fut réellement une grande chanteuse, elle aurait pu faire d’autres choses ailleurs, mon titre préféré

Ca aussi j’aimais bien

Entre reggae et disco

Les années disco ne peuvent se concevoir sans l’omniprésence de Abba, s’il y a un seul titre d’eux que j’ai aimé, c’est celui-ci et c’est étonnant

Le disco c’est mieux quand c’est pas trop disco, enfin à mon avis. Boney M la grosse machine disco a eu un petit coup de génie, reprendre dans une assez bonne version le vieux tube des Yardbirds « Still I’m Sad », qui fut en 1965 le premier truc dévié du chant grégorien à obtenir un succès mémorable, 3ème dans les charts anglais.

Les Rolling Stones et le Boss

En marge d’un excellent livre publié pour le cinquantenaire (déjà) des Rolling Stones, sur lequel je reviendrai, je vais vous raconter par le menu mes relations avec ce groupe qui est bien l’un des plus importants de l’histoire musicale du XX siècle.
A vrai dire, je ne me souviens pas de la première fois où je les ai entendus, c’est si loin, mais je crois que c’était « Carol ». Le phénomène a d’abord pris en Angletterre, ici on subit toujours un décalage. Decca France publia d’abord timidement un premier 45 tours qui passa assez inaperçu. La seule revue qui prit conscience du phénomène fut « Disco Revue » qui les suivit dès le début. Après ce fut l’embrasement général et vous connaissez plus ou moins tous la suite…
En parallèle avec les Beatles, on pouvait suivre les deux carrières, ces deux groupes qui étaient incontestablement ceux qui faisaient l’actualité. Ils gagnaient quand même rarement l’unité auprès des fans, il y avait les pour et les contre, chaque appartenance à un clan faisait détester cordialement les fans de l’autre. Dans la réalité, les deux groupes sont plutôt copains et mêmes intimes. Personnellement, je me suis plus vite lassé des Beatles qui me semblaient moins innovateurs que les Stones, excepté peut-être pour les géniales et efficaces compositions de Lennon et McCartney. Avec le recul je trouve le son des Beatles trop propre, trop net. Si on compare les titres qu’ils ont en commun dans leurs version respectives, les Stones sont supérieurs avec cette petite touche en plus. Il est vrai que les Stones sont d’une école qui puise ses racines plus dans le blues que dans le rock and roll, au contraire des Beatles. C’est je crois ce qui fait la grande différence, je n’irai pas dire que les uns sont meilleurs musiciens que les autres, l’approche est différente. Si les disques des Beatles entre 1963 et 1966 peuvent avoir un air de déjà vu par rapport au précédent, les Stones renouvellent constamment le son, il n’y a pas vraiment un titre qui ressemble au précédent. Les paroles sont aussi un peu plus provocantes, on dit des mots doux d’un côté et de l’autre le langage est plus cru. L’allure est aussi différente, les Beatles ressemblent à des mecs fréquentables, les rivaux ont ce petit air voyou qui plaisait tant aux filles d’alors, tandis que les garçons essayaient de les imiter.
Je me suis sans doute plus identifié aux Rolling Stones pour une ou deux raisons capitales pour le moi de cette époque. Je faisais sans soute plus ch… les adultes en écoutant leur musique plus brouillonne et j’étais plus excité par leur allure provocante.
Avec le recul, j’écoute les Beatles pour certaines raisons et les Stones pour d’autres. Quand j’ai envie d’écouter une belle mélodie les premiers sont à l’honneur. Mais si j’ai envie de me plonger dans la mélasse d’un son brut et ravageur, un rien infernal, les seconds débarquent. Je les ai suivis régulièrement, même des années après ils réussirent encore, sinon à m’étonner, du moins à me plaire. Ils faut bien admettre qu’ils ont une longévité exceptionnelle, un cas unique dans l’histoire, ceci sans jamais avoir levé le pied, ni fait de longues pauses. Un très bel exemple de quelques mecs liés par une passion qui est plus forte que les vents et les marées.

Quand j’ai envie d’écouter cette fameuse chanson, « Money », dont je possède des dizaines de versions, c’est celle-là qui vient en premier. Pas tellement que j’aime l’argent, mais plutôt ce bon vieux son qui leur est si typhique. Celle des Beatles est plus nue.

La fameuse réécriture du fameux « Green Onions » popularisé par Booker T, devenu « Stoned », mais pour éviter toute allusion aux effets de drogue, on  l’écrira « Stones ».

Evidemment leur reprise de « Carol » est beaucoup plus remuante que celle de son créateur, Chuck Berry.

Ils furent les premiers à faire un gros succès d’une chanson directement venue des fameux studios Chess, « Little Red Rooster », leur second no1 dans les charts anglais. Mick Jagger est très bien dans le rôle du petit coq rouge. J’adore ce disque!

Peut être ma préférée, chanson à l’ambiance envoûtante, oui j’aime jouer avec ce feu là!

Le hit qui mit tout le monde d’accord « Satisfaction ». Un rien avec des sous-entendus d’ordre sexuel, mais les musiciens préféreront le son de fuzz guitar.

Toujours excellents dans l’art de la reprise. Ici dans « She Said Yeah », débordant d’énergie

Celui-ci, une copine à ma mère me l’avait payé. Même si elle est morte depuis plus de 40 ans, chaque fois que je l’écoute, je me souviens d’elle. Ainsi vont parfois les choses dans la vie, Avec « Get Off Of My Cloud », elle n’est pas sortie de mon nuage, son prénom était d’ailleurs Angèle.

Elle restera l’une des préférées des fans, c’est normal ce titre est monstrueusement génial, quelle classe ce « Paint It Black »!

Le dernier disque des Stones que j’ai vraiment adoré! Si vous écoutez bien, vous y trouverez un petit air « à la Beatles », c’est normal ils font les choeurs derrière.

 Et puis ce piano envoûtant…

Avec le temps les passions s’apaisent, peu à peu les pierres ont roulées vers d’autres horizons, ailleurs que le mien. J’ai quand même acheté tous leurs albums pour une écoute polie. Ecouter les Rolling Stones dans les années 60, c’était suivre une évolution. Pour continuer à la suivre, je suis allé vers d’autres écoutes, d’autres avant-gardistes. Il y eut les Stooges, MC5, le psychédélique, l’underground, le punk, le psychobilly, la new wave, c’est là que je trouvais mes délices. Mais je dois donner décharge aux Pierres Qui Roulent, on ne traverse pas un demi-siècle d’histoire musicale sans ce petit quelque chose qui vous le permet. Dont acte!