En passant

Bas nylons et garage au point

*****

La semaine passée je vous ai présenté « Psychedelic Unknows » une des compilations originelles du garage punk. Quand plusieurs labels se mirent à explorer les trésors des sixties, souvent ils écrémèrent le meilleur, les plus connus parmi les moins inconnus. En 1985, une nouvelle série vient s’ajouter à la liste « Garage Punk Unknows » publication sur une lancée de départ en quatre volumes. Elle agit un peu différemment et va rechercher des enregistrements encore plus obscurs, la plupart sur des petits labels locaux comme on en trouvait quelquefois dans des villes de 1000 habitants un peu partout aux USA. Ce n’est pas d’une rigueur absolue, on va dans une moindre mesure chercher des titres chez la Canada voisin ou encore en Angleterre, éventuellement des obscurités restés dans les tiroirs des maisons de disques connues. Mais dans la majeure partie, on se  retrouve face à une nuée d’artistes, essentiellement des groupes, qui sont des amateurs éclairés ou d’excellent niveau. Ils reprennent parfois des titres connus ou ils composent un titre ou l’autre pour leur répertoire, le tout avec du matériel qui ne vient pas toujours des plus prestigieux magasins d’instruments de musique. Musicalement on est très proche de l’essence qui aboutira au punk une dizaine d’années plus tard. Voici au complet le premier volume de cette série.

King Beezz – Now.

The Ravens – Sleepless Nights.

Lost Generation – I^d Gladly Pay.

The End – Not Fade Away. Le titre de Buddy Holly, remis en évidence par les Rolling Stones.

The Primates – Don’t Press Your Luck.

The Big Beats – Beware.

The Chasers – Hey Little Girl. Ce sont des Anglais. Très R’N’B, reprise de Thurston Harris.

Fink Munoy Nine – Coffee, Tea, Or Me ?.

The Teddy Boys -_Jezebel. Au moins la 129ème version de ce titre.

The Blue Csystals – Be Bop A Lula. Clip limite qualité sonore.

Bobby Roberts & The Ravons – How Can I Make Her Mine.

The Temptations – Hey Bo Diddley. Aucun rapport avec le groupe Tamla Motown.

The Undecyded – Make Her Cry.

The Cirkyt – That’s The way Life Is.

The Avengers – I Told You So.

The Lincolns – We Got Some.

 

*****

En passant

Bas nylons et des cases à lettres

Mots croisés

Une autre grille de mots croisés proposée par Peter Pan. Merci à lui. Vous pouvez agrandir l’image en cliquant dessus. Solutions tout en bas de la page, ainsi que des extraits de films concernant notre vedette mystérieuse.

 

Un gag de Betty Boop alias Betty Star pour la France qui débarque (1935)

 

L’armée des ombres, trailer.,1969.

Les Tontons flingeurs (1963).

Les Grandes Gueules (1965).

Petit documentaire.

Solutions du jeu.

*****

En passant

Bas nylons et garage préhistorique

*****

Comme je l’ai expliqué dans d’autres articles, le mouvement punk suscita un regain d’intérêt à partir de 1976 pour les enregistrements de la décennie précédente, tous ces enregistrements qui furent plus ou moins responsables des bases de la musique punk et de manière plus ou moins évidente. On lui attifa le nom de garage punk, musique qui se croise parfois avec les premiers balbutiements de la musique psychédélique vers 1965-66. Nous avons longuement exploré le série « Pebbles » celle qui est à l’origine de tout cela en publiant des séries d’albums qui compilèrent une multitude de ces artistes, le plus souvent obscurs. En 1979, date de la publication du premier volume, elle ne fut pas la seule à adopter la même démarche. Elle est même coiffée au poteau par une série publié l’année précédente, mais qui ne publia que des 45 tours sous le nom de « Psychedelic Unknows »  éditée par le label Calico, distribué aux USA mais édité… en Chine! Un travail très artisanal qui arriva vite à épuisement. L’année suivante, le contenu est repris sur un unique album 33 tours de 20 titres publié en Angleterre sous le même nom. Le nom générique fut repris par la suite pour d’autres compilations, mais le seul, la vrai, l’originale, c’est celle que nous allons explorer dans cet article. Cet album contient des titres de haute volée. On en retrouvera certains dans d’autres compilations, mais à part les enregistrements originaux, c’est ici qu’ils apparaissent pour la première fois.

The Calico Wall – I’m A Living Sickness. Ce titre apparaît dans de nombreuses compilation, c’est un grand classique du genre. Même le 45 tous original fut réédité.

The Sound Sandwich – Apothecary Dream.

The Daybreakers – Psychedelic Siren.

The Split Ends – Rich With Nothin’.

The Nervous Breakdowns ‎– I Dig Your Mind.

Evil « I » – Love Conquers All.

The Cosmic Rock Show – Rising Sun. Cette disque est certainement la première version décadente en anglais du fameux « Pénitencier ».

Thee Sixpence – My Flash On You. C’est la reprise d’un célèbre titre du groupe Love avec Arthur Lee.

The Iron Gate – Feelin’ Bad.

Ides – Psychedelic Ride.

The Starfires – I Never Loved Her. Un des titres devenu un des grands classiques de cette musique.

The Kings Ransom – Shame. Aussi un titre qui est sorti de sa relative obscurité.

Caretakers of Deception – X+Y=13.

The Jury – Who Dat?

First Crow to the Moon – Spend Your Life. Apparaît aussi dans « Pebbles », devenu un classique.

We The People – In The Past. Le groupe le plus connu de la série et le seul titre qui bénéficia d’une adaptation française, Delphine « La Fermeture Eclair ».

The Painted Ship – Frustration. Aussi un grand classique du genre.

The Squires – Going All The Way. Un monument que j’ai écouté des milliers de fois. Figure aussi dans « Pebbles*

The Front Line – Got Live. Un joli titre bien remuant, à mettre dans un écrin.

The Nobles – Something Else.

*****