Des dessous pour un siècle (14)

 20 062715 10

20 062715 5Le mot sexy est une création des années 50, tant en paroles qu’en pensées. Avant toute allusion au sexe était bannie, sauf la précision de l’appartenance à un genre mâle ou femelle. C’est le genre de mot qui aurait pu rapporter une fortune s’il avait été déposé avec copyright. Pour l’instant il s’emploie encore modérément avec la bouche, mais certainement plus avec l’esprit. On est en plein passage entre nouveau et ancien monde. Cela peut s’appliquer à la mode bien entendu, mais encore plus à la société. Dans la plupart des pays occidentaux on vit une ère prospère sous forme de consommation, on travaille pour acheter ce que l’on a produit, une part de cette argent étant consacré au superflu. Pendant des siècles, la société se divisait plus ou moins entre une petite partie de riches et une grande partie de pauvres. Maintenant on voit l’émergence d’une nouvelle catégorie, la classe moyenne. Elle n’est ni riche, ni pauvre, la lutte des classes se poursuit également en son sein. C’est à celui ou celle qui aura une plus belle bagnole que son voisin ou une plus belle robe que sa voisine. La frime est de bon ton, surtout auprès des adolescents qu’on considère comme une nouvelle clientèle potentielle d’acheteurs. Le raisonnement est assez juste , dans la famille les enfants sont souvent les plus nombreux, les plus potentiellement acheteurs de futilités, à condition qu’on leur propose ce qui peut les intéresser. Le créneau se situe entre ce qu’ils aiment et ce que la bourse des parents peut leur offrir. 

20 062715 7

Reflet des moeurs d’une époque, le mec qui s’excuse d’avoir embrassé sa conquête à leur premier rendez-vous!

Ceux qui ont vécu cette époque se rappelleront très bien en quoi consistait cette petits trésors à bon marché. Une bande dessinée, un disque, une séance au cinéma, une voiture ou un train miniature font la joie des garçons. Pour les filles, c’est un peu différent, bien que les petites joies des garçons peuvent aussi être celles des filles. Elle sont plus proche de la coquetterie, la mode et ses accessoires arrivent souvent devant, on veut faire comme maman. Le plaisir de maman c’est souvent consulter les magazines féminins qui commencent a être très populaires, Marie-Claire, Elle, s’arrachent presque à la devanture des kiosques. Un nouveau média, encore très discret va mettre de l’ambiance dans les foyers et servir de tremplin au lancement d’une nouvelle manière de voir le monde, la télévision. En 1950, c’est encore très discret, environ 4000 foyers possèdent un téléviseur, principalement sur Paris et environs. 

20 062715 1

20 062715 8

20 062715 6Comme je le laissais supposer dans un autre chapitre, les années 50 c’est vraiment l’âge d’or de la lingerie. Elle est exactement au milieu de la route. Tout en ayant adopté une simplification en nombre de pièces essentielles au modelage du corps, elle n’est pas encore apparente, on la cache secrètement sans ignorer tous les effets qu’elle peut produire sur l’imagination. De plus, elle n’est en version basique pour celles qui le veulent bien. Certaines marques de lingerie proposent des modèles qui avoisinent plus le chef-d’oeuvre que la pièce de lingerie, c’est de l’art dans la lingerie.

20 062715 13

20 062715 2

La gaine reste sans doute la pièce maîtresse du tiroir de lingerie, on ne saurait s’en passer, elle figure dans les achats de toutes les femmes d’un certain âge, un peu boudée par les plus jeunes qui ont moins de problèmes avec la silhouette idéale, là le porte-jarretelles est roi. La gaine ne présente pas que des avantages, elle peut être inconfortable, compresser, avoir tendance à remonter. La publicité s’emploie a gommer tous ces défauts en promettant le modèle idéal pour chacune. La marque Chantelle sera un des musts de la gaine de marque et occupera une part prépondérante sur ce marché. Les origines de cette marque remontant au XIX siècle, mais le nom sous lequel il connu aujourd’hui est plus récent et prendra son envol après la guerre avec sa fameuse gaine. Evidemment d’autres marques sont présentes sur le marché, Barbara, Lejaby, Christian Dior plus axé sur le luxe et surtout ses bas griffés. Il sera aussi un des seuls dans les années 70 a fabriquer encore des porte-jarretelles.

20 062715 15

20 062715 12

20 062715 11

La jarretelle, justement, figure par défaut sur pratiquement toutes les gaines vendues à l’époque. Evidemment on porte des bas, et même s’il fait une chaleur à crever et que l’on enlève les bas, la gaine est quand même présente, question de maintien de ce fameux ventre qui a tendance à s’étaler en rondeurs envahissantes. Tant pis pour les jarretelles inutiles, elles servent de décor. C’est encore la jarretelle de qualité, métallique, assurant un maintien parfait du bas sous toutes les tensions possibles. C’est plutôt le bas qui se déchirera. Après des années d’ignorance, les fabricants sérieux de corseterie aujourd’hui l’ont remise à l’honneur dans une version à peine modernisée. 

20 062715 9

20 062715 23

La chaussure à talon n’est pas spécialement une invention des années 50, mais c’est à cette époque qu’elle va se démocratiser et devenir un must sous sa forme de talon aiguille. Il déclencha une polémique digne de celle du corset concernant ses effets sur la santé. C’est en 1953 qu’apparaît le nom de stilleto dans un journal américain. Cet anglicisme désigne encore aujourd’hui le talon aiguille. Le port des bas coutures est immanquablement associé maintenant avec le haut talon, ce qui n’était pas le cas dans les années 50 où la chaussure genre ballerine était très courante.

Avant de passer à la seconde moitié des années 50, plus qu’avec des mots, magnifions en photos cette époque glorieuse pour la grâce féminine.

20 062715 16 20 062715 17 20 062715 18 20 062715 19 20 062715 20 20 062715 21 20 062715 22

A suivre

Du noir en rock blanchi

Incontestablement les origines du rock and roll sont noires. Musique des ghettos pendant longtemps, elle fut peu à peu captée par l’oreille des blancs. Il fallait pour la faire admettre définitivement jouer les petit jeu des versions blanchies. Les noirs avaient deux tendances dans l’accompagnement, soit très simple comme la plupart des authentiques bluesmen, un vocal et un accompagnement à la guitare souvent accoustique. Là on retrouve Robert Johnson. L’autre tendance est aux grands orchestres avec cuivres et tout le barda. C’est plus la spécialité de quelques jazzmen comme Duke Ellington. Blues, jazz, rhythmn and blues, le quel fut le plus prépondérant dans l’apparition du rock and roll, disons que c’est un mélange des trois. Les blancs sont à l’évidence plus simples dans la conception du rock and roll, guitares, basse, batterie, quelquefois un piano ou un saxophone. Il est rare que l’on entende autre chose dans les disques de Buddy Holly, Eddie Cochran, Gene Vincent, Carl Perkins, Jerry Lee lewis, Bill Haley, les premiers Elvis Presley. A l’évidence quand on écoute de vieux enregistrements avant le rock, il y a un son noir et un son blanc, bien mis en évidence par les vocaux. Le premier à faire un tube en rock and roll fut historiquement Bill Haley et « Rock Around The Clock ». Bien que cette chanson soit une création exclusivement blanche, Haley ne se priva pas d’inclure dans ses premiers enregistrements « Shake Rattle And Roll », celle-là bien noire, mais un tantinet blanchie. A peine après, arrive le personnage qui sera le principal détonateur  de cette canalisation, Elvis Presley. En 1954, dans les studios Sun à Memphis, il admire quelques artistes noirs et il met en route des versions traitées à sa manière. A quelque part c’est assez simpliste, combien de rockers ont remarqué que les enregistrements Sun sont effectués en trio vocal, guitare, basse, cherchez la batterie. Ses quelques disques publiés par Sun eurent un grand retentissement local certain, assez pour arriver aux oreilles de la RCA et le reste n’est qu’histoire. Mais pour en comprendre toute la saveur, revisitons quelques unes de ces pièces dans le deux versions, la noire et la blanche. Très souvent on croit qu’elles ne sont que dues aux rockers blancs, eh bien ce n’est pas vrai…

Elvis Presley d’abord…

XXXXX

XXXXX

Aussi repris par Buddy Holly, un de ses tous premiers enregistrements. Mal enregistré mais excellent!

XXXXX

Moins trépidante, la version de Bill Haley

XXXXX

Et d’autres…

The Train Kept A Rollin’

Repris par Johnny Burnette dans l’album « Rock And Roll Trio » l’un des albums de rock les plus créatifs jamais enregistrés.

Whole Lotta Shakin’ Goin’ On

Eh oui, elle est plus connue par lui, à tel point que l’on croit souvent qu’elle est de lui…

Pour terminer, nous allons prendre le cas de Little Richard. Grand compositeur et interprète, un « méchant », a eu son répertoire littéralement pillé par les blancs. Son malheur à l’époque était d’être noir. Dans certains états où le racisme était encore assez présent, écouter du rock and roll était juste toléré pour autant que l’interprète soit blanc. Alors certains artistes, producteurs, ne se privaient pas de puiser chez lui, les premiers sans doute par admiration, les seconds plus opportunisme financier. On voulait bien des Noirs et de leur musique, leur verser quelques royalties en guise d’aumône et ce n’était pas toujours le cas, ainsi l »honneur » était sauf. Pour ne pas alourdir je n’ai pas mis les originaux, vous les connaissez sans doute, mais uniquement les reprises. On y fait assez souvent de belles trouvailles d’interprétation. Je commencerai par Pat Boone qui fit un succès personnel de « Tutti Frutti », ce n’est pas la meilleure reprise, mais celle qui s’est très bien vendue à l’époque.

Des dessous et du rockabilly

Pour les plus jeunes d’entre vous, le terme de rockabilly ne vous est sans doute pas inconnu. Peut-être êtes-vous un fan de cette musique, et vous avez bien raison. A vrai dire le terme est surtout employé depuis le début des années 80, avant on parlait simplement de rock and roll. En général les puristes de cette musique aiment bien conserver toutes les attitudes de la décennie où le rock and roll est né, c’est à dire les années 50. Les filles en particulier, en plus de leurs délicieuses crinolines, aiment bien porter des bas. La grande chance quand on peut assister au spectacle de ces danseurs, dont certains sont de vrais acrobates, c’est d’assister à un spectacle des plus charmants. Quand ces robes virevoltent, il n’est pas rare de voir un peu les secrets qui se cachent là-dessous. Très brièvement, le haut des bas et les jarretelles sont visibles, ce qui n’en est que plus aguicheur. Je suis certain que certains vont se rincer tout spécialement l’oeil dans ces occasions et que leur soi-disant passion de rock and roll n’est qu’une excuse. Il n’en reste pas moins que les filles qui se passionnent pour le rockabilly traditionnel furent à travers toutes les époques les seules filles qui aimaient porter des bas à certaines occasions. Il est possible de voir dans certaines familles, la grand-mère, la mère, la fille, parer leur jambes de bas à coutures. Si ce n’est pas là le début du paradis, du moins ça y  ressemble. N’allez pas croire que ma passion pour cette musique ne s’arrête qu’aux bas. Je suis un authentique fan de rockabilly et je peux me targuer d’être un bon connaisseur en la matière.  C’est dans cette musique que j’ai eu mes premières idoles. 

En 1980 est sorti un film intitulé « Blue Suede Shoes », en référence à un titre très connu de cette musique. Il s’agissait en fait d’un documentaire qui faisait le point sur les romantiques de rock, une espèce un peu en perdition à ce moment là. Pour rappel, les Stray Cats n’avaient pas encore remis cette musique à la mode. Quelques interviews, une apparition de Bill Haley, Ray Campi et Freddy Fingers Lee, couronnent le tout. Une des séquences du film montre les danseurs. Comme la caméra est placée plutôt à ras du sol, le spectacle est total. Voici un extrait d’un reportage consacré aux teddy boys, avec quelques extraits de ce fameux film. Regardez bien et vous verrez..

Ecouter une sélection de rockabilly

Playlist rockabilly.

Un pélerinage au Show Room Cervin

Paris étale ses rues sans idées géométriques précises. Les réverbères repoussent la nuit pour mieux la noircir là où ils ne règnent pas. C’est l’heure de pointe et pourtant tout est calme. Un carrefour, quelques personnes, juste des ombres qui passent sous la pluie fine. Une petite pente, premiers contreforts de Montmartre, quelques pas, voici les lieux. Une affiche collée à une vitrine m’affirme que je suis arrivé au bon endroit. J’y vois la fille, poupée couchée sur papier dans une invite toute fétichiste, identique à celle pliée en quatre au fond de ma poche, invitation à venir ici. C’est fermé, mais il y a du monde à l’intérieur. A travers la vitre, je vois pour la première fois le maître des lieux, Monsieur Riquet, bien comme je l’imaginais. Il est à quelque part un personnage qui force mon admiration.  On m’ouvre complaisamment la porte en me souhaitant le bonsoir. On s’informe de ma personne. Un modeste semblant de notoriété m’a précédé, on semble me connaître et surtout m’apprécier, j’en suis flatté. La glace fond , très vite. L’eau qui en coule va m’entraîner au long d’un long fleuve dont les berges sont en nylon. Quelques mains habiles l’ont cueilli pour en faire des bas, parures indispensables en ces lieux magiques.

.

Me voici au paradis, je rêve!

J’y retrouve dans un premier temps, une vieille connaissance, mon ami Claude, le photographe et saxophoniste jazzy. Un ami que je n’avais jamais vu auparavant et pourtant notre premier contact remonte a presque dix ans, grandeur et décadence d’Internet. Il fallait bien que cela se concrétise une fois, l’occasion était trop belle pour ne pas partager ensemble nos diverses passions, dont les plus fortes justifient notre présence en ces lieux. Merci à lui. C’est maintenant une sorte de sosie épicurien et nous aurons bien souvent l’occasion au long des ces soirées, d’installer une belle complicité. Merci pour elle. Voici Serge Massal, le manager, l’homme pour qui la technique n’a pas de secrets. Il m’emmène très aimablement à la découverte des lieux, Des mannequins qui n’ont qu’une jambe, mais non nulle cruauté, ils ont le coeur en bakelite. Ils attendent le commentaire du guide et l’écoute du visiteur. Ici ou là, il souligne un petit détail dont la réalisation a fait appel au savoir d’un autre âge. Savoir, dont juste quelques uns se rappellent. Oui, Cervin c’est aussi cela. Dans cette France qui est capable d’envoyer des trains presque aussi vite que des avions, on avait failli perdre une page de la bible de la mode, juste avant l’ouverture du  premier sceau de l’apocalypse, le collant. L’art d’un raffinement d’élégance, qui pendant des décennies vit tant de regards complaisants errer sur les jambes féminines, je parle bien sûr du bas diminué. Ici il existe, il renaît, il paraît, mais ne disparaît pas de la panoplie de celles qui l’ont adopté. Tiens justement en voici une, quelle belle démarche, quel spectacle, ces coutures qui montent à l’assaut dune paire de jambes au galbe parfait. Sans doute mes yeux doivent pétiller d’un éclat vif, ce n’est pas le champagne, pas encore, bientôt. Imaginons la rencontre des deux, quand l’heure se fera plus vieille, velours à l’intérieur en mille gouttelettes de nectar doré, nylon à l’extérieur en mille teintes qui s’irisent dans la lumière ambiante. Les anges passent. Que de réjouissances à venir…


Ce soir ils ne sont pas que sur un présentoir

Si le Show Room est un lieu magique, cela ne tient pas seulement aux kilomètres de nylon tissé qui ornent les présentoirs. On y vient aussi pour la musique, déjà quelques accords montent des pianos qui ne semblent faits que pour le meilleur boogie woogie. Diable, Jean-Pierre Bertrand connaît la musique, la sienne. Diable, lui convient bien, c’est ce que semble penser l’instrument sous ses doigts au jeu infernal. On m’avait prévenu, il envoûte les amateurs, dont je suis bien évidemment. J’en oublie presque le reste. Le buffet, soigneusement présenté, nous offre ses petites merveilles. On y grignote ces petites choses qui ravissent le palais, pas forcément la ligne. Mais pour l’instant la seule ligne qui a de l’importance, c’est celle du train qui m’a amené ici, peu importe qu’on l’aie entendu siffler ou qu’il sifflas trois fois, je suis là! Nylon ou musique, je suis les deux, le crissement de l’un ne va pas sans les accords de l’autre. Si le gosier réclame sa part, il sera satisfait. Quelques bouteilles aux étiquettes prestigieuses, alignés comme des soldats à la parade, n’attendent que les ordres de l’adjudant Tire-Bouchon pour révéler qu’ils sont de première classe. Pour les amateurs de breuvages venus d’Ecosse, il y a de quoi faire frémir les palais les plus exigeants. Mais le roi reste sans doute le champagne, celui des fêtes et des festins, lui qui sait si bien rapprocher les moments de plénitude pour les conjuguer à la puissance dix. Le fête commence pour les uns, se poursuit pour les autres, la fin, c’est plus tard beaucoup plus tard, on espère jamais, Cervin toujours.


Une Pénélope moderne est passée par là

Ils attendent vos jambes Mesdames! Ne les décevez pas!

Tout d’abord, première rencontre, féminine celle-là. Celle à qui je dois un peu, même beaucoup, ma présence ici, Miss Nylon. Rencontre enfin dirais-je, depuis quelques mois nous échangions une correspondance de bon ton entre amateurs de belles choses, celle qui relève le défi de l’élégance et celui qui admire. Entre défenseurs de la même cause, nous étions faits pour nous rencontrer, eh bien c’est arrivé. Il y a parfois loin entre passer du virtuel au réel. C’est une sorte de risque qui n’est pas toujours donné gagnant. Je crois que je peux dire sans rougir que nous avons très bien concrétisé notre rencontre, une belle poursuite à la recherche d’un idéal partagé.

Les salles se sont emplies d’une foule où je découvre petit à petit des inconnus que je connaissais, un peu. Les autoroutes de monde moderne, celles où l’on se déplace presque à la vitesse de la lumière aux hasards des carrefours codés de l’informatique, ont soulevé un voile du mystère. Pour certains, je n’existe que par les mots, leur regard est bien incapable de me matérialiser à travers mes mots. Quelquefois il me semble que ces mots arrivent à toucher quelques personnes. Le défilé peut commencer, parfois avec des jambes en nylon qui viennent à ma rencontre, parfois plus masculines, mais toutes avec la même sympathie. Merci de vous être approchés de moi, pour un mot gentil ou un sourire, les deux vont droit dans ma lumière.

Jolie Dame, le menu est-il à votre convenance?

Au Speak Easy, Jean-Pierre Bertrand, difficile de l’avoir net, il bouge tellement!

La vague humaine gagne en amplitude. Je m’imprègne d’elle. Elle arrive au rivage de mon regard en vaguelettes chaudes et caressantes. Je m’imagine un moulin à vent dont les pales seraient des jambes nylonées, poussées par une brise légère. Dans la  préférence de la ronde de mes yeux, je m’attarde sur celle-ci ou celle-là, jusque au moment où aspirée par les nues, elle est remplacée par une autre.  Ce moulin m’est bien utile , il sert à filer  le  nylon de ma toile mentale, alors araignée bien paisible et pacifique, j’attends qu’ils viennent se poser. Je découvre le visage de quelques fidèles visiteurs, amis bloggeurs, qui viennent à moi, l’air ravi. Je suis particulièrement flatté par les visiteuses. Elles ont deviné que j’abordais ma passion pour le nylon avec un regard plus admiratif que lubrique, heureusement nous sommes quelques uns à la faire. Chose merveilleuse, elles n’ont aucune gêne à parler de bas, porte-jarretelles et autres accessoires qui n’ont plus tellement de secrets pour elles. Parmi toutes ces aimables représentantes du féminisme préservé, je citerai en autres,  Miss Legs, Sandrine, Ghislaine. J’ai malheureusement oublié le nom de certaines, qu’elles me pardonnent, mais rien ne les empêchent de se rappeler à mon bon souvenir. Pour les messieurs, il y a bien sûr l’incontournable Gentleman W et quelques autres dont j’ai fait la connaissance sur les lieux. Le sympathique rocker belge Patrick Ouchene, qui excelle en géographie et plus spécialement dans la musique rétro, encore plus quand elle parle de bas nylon. Jean-Marc, l’ami des clopes fumées sur le trottoir devant l’entrée, mais aussi et surtout un formidable agent publicitaire pour moi. Merci l’ami! Et puis aussi le pianiste diabolique, Jean-Pierre Bertrand, avec qui j’ai partagé avec bonheur mes connaissances musicales mêlées aux siennes, de quoi refaire le monde. Mais rendez-vous est déjà pris pour un plus tard et je m’en réjouis déjà.

Du rêve à la réalité

Merci à ces aimables personnes qui ont bien voulu poser sous mon oeil inquisiteur

Et puis il y a aussi quelques dames ou demoiselles qui ont fait partie de mon voyage, elle se reconnaîtront, et si je ne parle pas d’elles ici plus en détail, c’est que j’en parlerai plus longuement par la suite, ici même. Juste un détail, elles portent des bas nylon et le font savoir…
Paris, tes soirs et tes bas nylons me collent à la peau. J’emporte avec moi dans ce train qui file à grande vitesse, une valise pleine de souvenirs, une montagne de souvenirs.  La pluie de mon âme qui érodera  le roc de cette  forteresse, entraînera vers la mer des songes, les grains de sable de ces reliques  merveilleuses. Assis sur la rive paisible, je vous reverrai tous, Cervin, Sodibas, et son équipe formidable, les amies, les amis, anciens et nouveaux, les musiciens, tous ceux qui étaient là, qui m’ont accueilli comme si si j’étais plus qu’un simple passant, une ombre sortie de la nuit pour y retourner. Mais qui sait, nous nous reverrons peut-être au delà de mes rêves. En tout cas,  moi qui ne prie guère, je joins mes mains en espérant serrer les vôtres à nouveau.

Jean-Pierre Bertrand qui joue plus vite que son ombre

Des dames sur la gamme (1) – Sharon Sheeley

Dans l’univers très machiste de la musique, les femmes sont à une contre cent. Pour le showbiz elles constituent tout au plus de charmants atouts pour vendre un disque. Des idées très très reçues font que la moindre chanson à succès est forcément l’oeuvre d’un mâle. Pourtant, un observateur attentif remarquera que ce n’est pas toujours le cas, de jolies chansons à succès sont le résultat de compositeurs qui n’ont point de barbe et quelquefois elles se transforment aussi en interprètes. Ces chansons vous en connaissez un grand nombre, pour autant qu’il vous arrive d’écouter de la musique. C’est vraiment dans les années 50 que le mouvement, féministe à sa manière, commence à marquer des points. Nous allons rendre hommage à ces talents via les succès qui ont fait leur gloire dans la période 50/60, la plupart de ces chansons ont traversé les années et elles sont encore aujourd’hui populaires et célébrées dans les circuits nostalgiques. Ecoutez-les et si d’aventure elles vous ont fait rêver, eh bien dites-vous que c’est à une dame que vous le devez. Merci Mesdames…

Sharon Sheeley (1940-2002) – Une grande dame de la composition. A 18 ans en 1958, elle est la plus jeune à obtenir un no 1 aux USA, grâce à sa composition « Poor Litte Fool », sa première chanson, chantée par Ricky Nelson qu’elle a repéré à la télévision. Elle lui présente la chanson en lui disant que c’est son grand père qui l’a écrite pour Elvis Presley. Fine mouche elle se doute qu’en disant la vérité, il aurait sans doute hésité avant de l’adopter. Il fit d’ailleurs un peu la grimace en apprenant sa véritable origine.

Comme elle est plutôt jolie, on lui prête des aventures avec les vedettes de l’époque, Don Everly, Elvis Presley et le futur PJ Proby. La chose la plus certaine c’est qu’elle fut la fiancée du célèbre Eddie Cochran, l’un des grands créateurs du rock and roll. Ceci aidant cela, elle lui compose quelques titres dont celui-ci « Love Again »

De cette love story émargea un des succès les plus connus « Something Else » écrit avec le frère d’Eddie, Bob, pour des détails de paroles concernant les voitures.

Elle composera aussi des titres que tous les fans de Cochran connaissent, « Cherished Memories », Think Of Me », « Lonely ».

En 1960, Eddie Cochran est en tournée en Angleterre en compagnie de Gene Vincent. Entre l’hiver anglais et un compagnon pas toujours abordable, il téléphone à Sharon de venir le rejoindre pour son vingtième anniversaire. Elle s’envole immédiatement, car elle espère devenir la femme du chanteur et c’est un signe encourageant. Elle se joint à la tournée. Brian Bennett, batteur de la tournée et futur Shadows, parle d’elle comme d’une fille admirable, tranquille et qui peut parler de musique en connaissance de cause. Le 17 avril 1960, elle est dans le taxi qui percute un lampadaire près de Londres. Eddie Cocharn est tué, Gene Vincent et elle, blessés assez sérieusement. Elle retourne aux USA, dépitée et veut définitivement quitter la musique. On la retrouve malgré tout en 1961 avec un grand succès pour Brenda Lee « Dum Dum » écrit avec Jackie De Shannon, autre célèbre dame que nous verrons plus loin. Cette dernière a eu un influence positive en lui proposant un partenariat.

Un hit pour les Fleetwoods enregistré en 1961.

Une ballade pour Brenda Lee « Heart In Hand » avec Jackie De Shannon

1963 Duane Eddy, en plein surf enregistre « Guitar Child »

PJ Proby, l’une des premières stars qui introduisit la touche de scandale en guise de support publicitaire

Ecrit pour Irma Thomas, « Break Away » ne fut pas immédiatement un succés. Il explosa bien plus tard dans la version qu’en fit Tracy Ullman dans les années 80.

Elle continuera de composer pour divers interprètes. Elle entreprit une autre partenariat avec Chris Curtis, le batteur des Searchers. Il en sortit « Night Time » pour les frères Paul et Barry Ryan, qui exploseront deux ans plus tard en 1968 avec « Eloise ».

Elle se retira peu à peu du circuit. Mariée au présentateur de télévison Jimmy O’Neil en 1961, elle divorce en 1967. Elle reste pour beaucoup de monde l’éternelle fiancée de Eddie Cochran tout en étant citée dans « La Bamba » le film en hommage à Ritchie Valens pour lequel elle a écrit « Hurry Up ». Elle meurt d’une hémorragie cérébrale en 2002. Une plaque souvenir est sur la tombe d’Eddie Cochran.

Au vingtième étage du paradis, Eddie Cochran

Il s’est passé quoi le 17 avril 1960? Certains me diront, il pleuvait. D’autres, je me suis marié ou encore je suis né. Chez les rockers, c’est une date précise dans leur mémoire. La mort de Eddie Cochran à 21 ans, dans un accident de voiture près de Londres, en compagnie de Gene Vincent qui lui survivra, plutôt mal que bien, d’une dizaine d’années.
Cela va faire 50 ans, il serait septuagénaire et sans doute bien ridé ou mort d’une autre chose. Au contraire, il est toujours là, paraissant si jeune sur les photos. C’est le seul cadeau de la mort, quand elle frappe tôt, on garde une image éternellement jeune.
Résumer sa carrière, des centaines l’ont fait avant moi, donc il n’est pas nécessaire d’en rajouter. On peut juste et avec plaisir, se rappeler des titres les plus populaires, immortels et toujours chantés aujourd’hui, « Summertime Blues », « Somethin’ Else », « Nervous Breakdown », « C’mon Everybody », « Twenty Flight Rock », toutes créations originales. Plus qu’un beau gosse, il fut aussi un grand guitariste et un créateur dans un style qui lui est propre. Le reste n’est peut-être qu’illusions, le rock and roll et sa légende, pas aussi maudit que l’on voudrait bien le croire. Il y avait juste des talents destinés à enflammer la jeunesse selon certains ou à la pervertir selon d’autres. Les vieux râleurs sont morts et leurs paroles avec. La musique, elle, a survécu. Et c’est tant mieux.
Ladies and Gentlemen, tonight, remember him, the one and only Eddie Cochran…

Ecouter gratuitement et télécharger une best of sur MusicMe.

Et Vian rock et Salvador roll


Au début 1956, le rock and roll était aussi présent dans l’esprit des Français que le futur voyage de l’homme sur la Lune. Quelques initiés avait juste entendu ce mot qui allait transformer le visage musical de la seconde moitié du siècle en cours. S’intéresser à la chose était bien, mais il était pratiquement impossible de mettre la main sur un disque de la production nationale, à part peut-être un certain disque de Bill Haley « Rock Around The Clock », ils ne figuraient pas au catalogue. A vrai dire, le rock en disque était plus présent chez les disquaires américains. Mais en petite quantité, car les futures idoles de cette musique n’avaient pas tous enregistré en disque. Seuls Presley et Haley et une petite poignée d’autres pouvaient prétendre signer des autographes sur leurs pochettes de disques labellisés rock and roll, les reste allait venir.
Mais restons en France, la chanson française de l’époque est dominée par un certain romantisme apprécié par les gens qui avaient franchi le quart de siècle. André Claveau est une idole, Mouloudji un chanteur plus poétique et engagé, Georges Brassens annonce un nouveau regard sur les travers de la société. Dans ce train-train, seul le jazz est plus proche des idéaux de la jeunesse dans les caveaux de Saint Germain des Prés. Un personnage emblématique de cette période est Boris Vian. Il coiffe plusieurs casquettes, écrivain dérangeant, poète moderne, auteur-compositeur à succès et contestataire. Il est lui-même interprète et musicien, principalement trompettiste. Sa véritable passion est le jazz dont il est aussi critique. De son côté, un certain Henri Salvador connaît assez bien les faveurs du public avec ses chansons tantôt gaies, tantôt tristes. Il a déjà un long passé musical derrière lui, il fut un membre de l’orchestre de Ray Ventura. Les deux personnages se connaissent et s’apprécient. Un jour de mai 56, en écoutant des disques de rock and roll, ramenés par Michel Legrand des USA, ils se marrent en découvrant cette musique nouvelle pour eux. Salvador est sans doute plus convaincu, mais Vian traitera toujours le rock avec une certaine condescendance. Pour lui, cette musique est juste prétexte aux manipulations verbales . Ils décident d’aller un peu plus loin et c’est ainsi qu’un disque bien français portera la mention « rock and roll ».
Bon ne rêvons pas, c’est de la parodie, on se prête à quelques bons, voire excellents, jeux de mots sur cette musique. Tout tourne en fin de compte autour de la rigolade, mais cela n’en reste pas moins musicalement du rock and roll. Sur plusieurs facettes, c’est une merveille de trouvailles et un bon moment de franche déconnade.
Les ingrédients:
Interprète: Henry Cording, Henri Salvador bien sûr, mais jeu de mots sur recording, enregistrer en anglais.
Les auteurs et les compositeurs: Henry Cording; Big Mike alias Michel Legrand; Vernon Sinclair, alias Boris Vian, un des pseudos de Vian, Vernon Sullivan fut celui sous lequel il publia « J’irai Cracher Sur Vos Tombes ».
Les chansons: Rock And Roll Mops; Dis-Moi Que Tu M’aimes Rock; Rock Hoquet; Va T’faire Cuire Un Oeuf Man
Style: auditivement inspiré du rock de Bill Haley
Orchestre: Michel Legrand
Enregistrement: juin 1956; publication: été 1956
Disques Fontana 460.518 ME et 1 face 33 trs 25cm 76088 fin 1956
Pochette. A l’époque deux versions, la première avec seul le nom de Henry Cording et la seconde mentionnant le nom de Henri Salvador. Le texte du verso de la pochette est lui-même un morceau d’anthologie.

Cliquer sur l’image pour agrandir

Bien que le disque eut un succès plutôt modéré, il fut édité en Belgique, Allemagne, Canada, Etats-Unis.
En le réécoutant aujourd’hui, cela fait sans doute sourire, mais n’étais-ce pas son but premier?

Ecouter gratuitement et télécharger Henry Cording sur MusicMe.