Du noir en rock blanchi

Incontestablement les origines du rock and roll sont noires. Musique des ghettos pendant longtemps, elle fut peu à peu captée par l’oreille des blancs. Il fallait pour la faire admettre définitivement jouer les petit jeu des versions blanchies. Les noirs avaient deux tendances dans l’accompagnement, soit très simple comme la plupart des authentiques bluesmen, un vocal et un accompagnement à la guitare souvent accoustique. Là on retrouve Robert Johnson. L’autre tendance est aux grands orchestres avec cuivres et tout le barda. C’est plus la spécialité de quelques jazzmen comme Duke Ellington. Blues, jazz, rhythmn and blues, le quel fut le plus prépondérant dans l’apparition du rock and roll, disons que c’est un mélange des trois. Les blancs sont à l’évidence plus simples dans la conception du rock and roll, guitares, basse, batterie, quelquefois un piano ou un saxophone. Il est rare que l’on entende autre chose dans les disques de Buddy Holly, Eddie Cochran, Gene Vincent, Carl Perkins, Jerry Lee lewis, Bill Haley, les premiers Elvis Presley. A l’évidence quand on écoute de vieux enregistrements avant le rock, il y a un son noir et un son blanc, bien mis en évidence par les vocaux. Le premier à faire un tube en rock and roll fut historiquement Bill Haley et « Rock Around The Clock ». Bien que cette chanson soit une création exclusivement blanche, Haley ne se priva pas d’inclure dans ses premiers enregistrements « Shake Rattle And Roll », celle-là bien noire, mais un tantinet blanchie. A peine après, arrive le personnage qui sera le principal détonateur  de cette canalisation, Elvis Presley. En 1954, dans les studios Sun à Memphis, il admire quelques artistes noirs et il met en route des versions traitées à sa manière. A quelque part c’est assez simpliste, combien de rockers ont remarqué que les enregistrements Sun sont effectués en trio vocal, guitare, basse, cherchez la batterie. Ses quelques disques publiés par Sun eurent un grand retentissement local certain, assez pour arriver aux oreilles de la RCA et le reste n’est qu’histoire. Mais pour en comprendre toute la saveur, revisitons quelques unes de ces pièces dans le deux versions, la noire et la blanche. Très souvent on croit qu’elles ne sont que dues aux rockers blancs, eh bien ce n’est pas vrai…

Elvis Presley d’abord…

XXXXX

XXXXX

Aussi repris par Buddy Holly, un de ses tous premiers enregistrements. Mal enregistré mais excellent!

XXXXX

Moins trépidante, la version de Bill Haley

XXXXX

Et d’autres…

The Train Kept A Rollin’

Repris par Johnny Burnette dans l’album « Rock And Roll Trio » l’un des albums de rock les plus créatifs jamais enregistrés.

Whole Lotta Shakin’ Goin’ On

Eh oui, elle est plus connue par lui, à tel point que l’on croit souvent qu’elle est de lui…

Pour terminer, nous allons prendre le cas de Little Richard. Grand compositeur et interprète, un « méchant », a eu son répertoire littéralement pillé par les blancs. Son malheur à l’époque était d’être noir. Dans certains états où le racisme était encore assez présent, écouter du rock and roll était juste toléré pour autant que l’interprète soit blanc. Alors certains artistes, producteurs, ne se privaient pas de puiser chez lui, les premiers sans doute par admiration, les seconds plus opportunisme financier. On voulait bien des Noirs et de leur musique, leur verser quelques royalties en guise d’aumône et ce n’était pas toujours le cas, ainsi l »honneur » était sauf. Pour ne pas alourdir je n’ai pas mis les originaux, vous les connaissez sans doute, mais uniquement les reprises. On y fait assez souvent de belles trouvailles d’interprétation. Je commencerai par Pat Boone qui fit un succès personnel de « Tutti Frutti », ce n’est pas la meilleure reprise, mais celle qui s’est très bien vendue à l’époque.

11 réflexions sur “Du noir en rock blanchi

  1. Superbe article !!!
    Encore du bon travail .
    La version de Cochran est a tomber….enfin moi j’adore !!!
    Et j’ai un faible aussi pour Buddy Holly .
    Crudrup , génial !!!
    Je me permet :

    Des bisous je reviens vite !!!

  2. Pour good rocking tonight c’est l’originale ??
    Il me semblait que c’était Wynomie Harris
    Peut être que je dis une bêtise .
    Je reviens de suite

  3. J’ai cette version en cd qui semble dater aussi de 1947 :

    J’ai confiance en vous pour faire une petite enquête ( sourire )

    @bientôt . Belle journée a vous .

    • Chère Sandra,

      Ma rockeuse préférée me donne de grain à moudre, rien de grave d’ailleurs je me sens capable d’en écrire pendant des heures. Alors je vais reprendre un peu tout ça dans une réponse commune.

      La version de Cochran est certainement celle que j’apprécie le plus, la plus originale dans son traitement. C’est géant! Quand j’ai envie d’écouter cette chanson, c’est celle-là qui me vient à l’idée en premier. Elle a d’ailleurs bercée ma jeunesse.
      Buddy Holly a été mon premier grand pied dans le rock, j’adorais ses vocaux et ses accompagnements et à l’époque c’était un de ceux dont il était assez facile des trouver les disques amplement édités en France, plus que les autres. On avait moins de choix que maintenant.
      J’apprécie particulièrement votre suggestion avec les Sheldon Brothers. Bien sûr, on y retrouve « Love Me Tender » en toile de fond. Elle a été avant lui exploitée par pas mal de monde et son origine remonte au 19ème siècle. C’est une chanson assurément « blanche ». Elle fait partie de ces nombreuses chansons américaines qui ont évolué au fil des temps en diverses interprétations et paroles comme « Le Pénitencier » ou « Santiano ». Malgré leurs origines lointaines, elles arrivent à inspirer les rockers sous une forme ou une autre. Je crois que le plus bel exemple reste « La Bamba » de Ritchie Valens. Mais lui j’aime mieux me le rappeler pour ceci sous le pseudo Arvee Allens

      Bien sûr je connais Lyyod Price et sa miss. C’est une chanson qui va tout à fait dans la lignée de mon article. Merci de l’avoir incluse.
      Oui « Good Rockin’ Tonight » a été crée et enregistrée par Roy Brown, il l’a d’ailleurs composée. Il semble qu’il l’aie d’abord proposée à Harris qui l’a d’abord refusée. Il s’est ravisée par la suite quand Brown en a fait un succès, mais tout ça se déroule bien en 1947. La version de Harris est sans doute un peu plus dans la tradition du rock and roll. On peu supposer que Presley s’est plus inspirée de celle-là.
      Eh bien merci pour ces commentaires, vous êtes quand même une fine connaisseuse. Vous n’imaginez pas le plaisir que j’ai d’avoir une interlocutrice comme vous à l’autre bout du clavier. Moi qui doit me contenter souvent avec les dames, de leur faire croire que j’admire Frederic François pour leur faire plaisir. bofff….
      Un p’tit cadeau

      Avec bien sûr des bisous gros comme ça!!!

  4. Merci Mon boss pour toutes ces précisions , je savait que vous allez m’éclairer !!!
    C’est un bonheur de continuer a apprendre grâce a vous .
    Et pour votre joli cadeau également !!! j’aime aussi glen glen !!!
    Il y a un dvd de sorti sur cet artiste il me semble .
    En retour je vous fait aussi ce joli cadeau :
    Gros bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s