Des dessous pour un siècle (10)

20 042415 4Début 1939, des nuages sombres envahissent le ciel de l’Europe, on ne veut pas encore croire à la guerre, pourtant tout semble y conduire. Le revendications toujours plus revanchardes d’Hitler font figure de grand bal de diplomates. Petit à petit, il  a grignoté les territoires qu’il considère comme faisant partie d’un espace vital allemand, notamment pour des raisons historiques et linguistiques, du moins c’est le prétexte. Il faut avoir en mémoire que le découpage des territoires à l’issue de l’armistice de 1918 imposé par les alliés a bouleversé ce qui était l’empire germanique d’avant la première guerre. En 1939, il a rattaché à l’Allemagne tout ce qui pouvait historiquement être considéré comme allemand. Pour cela il a utilisé la ruse ainsi que le mensonge et une propagande bien ficelée. Une politique d’alliances avec des pays « frères » comme l’Italie, lui donne une force sur l’échiquier mondial. A l’été 39, il ne peut plus user de prétextes s’il veut agrandir son empire, il doit le faire par la guerre. Ce sera chose faite le 1er septembre en envahissant la Pologne suite à une prétendue agression de sa part, une représentation théâtrale mise en scène par Himmler. Une semaine avant, pour s’assurer de la bienveillance de la Russie et de Staline, il a signé en pacte de non-agression avec en toile de fond un partage de la Pologne une fois celle-ci envahie. Cela fait bien rire quand on sait que le communisme était une des bêtes noires d’Hitler. Mais dans les parties de poker menteur, on ne sait pas toujours lequel ment le plus. En quelques mois, l’Europe est à feu et à sang.

C’est dans ce contexte international que l’avènement de ce fameux nylon voit le jour. Pour l’instant, la demande est tellement forte que le phénomène reste essentiellement américain, on pensera au reste du monde plus tard. Les pays du vieux continent ont d’autres soucis que l’expansion du bas nylon via une production nationale. Il faudra vraiment attendre la fin de la guerre pour qu’il puisse couvrir toutes les jambes européennes. 

20 042415 6

Bien évidemment la mode devra s’adapter aux nécessités de l’époque. Pour l’Europe, c’est une période de disette dès que les pays sont confrontés à l’entrée en guerre. La France ne le fera réellement qu’en mai 1940, précédé par ce que l’on appellera la drôle de guerre. En attendant, la vie est presque à l’insouciance, on peut rêver à ces bas nylons qui n’arrivent pas, seront-ils sans couture ou avec? Si l’essor du bas sans couture est devenu commun dans les années 50, sa fabrication est un vieux serpent de mer. La technique pour les fabriquer existe en réalité depuis près de 60 ans, on pourrait dire en deux temps. Ce sont encore une fois les Américains qui font office de novateurs. Un certain Isaac W. Lamb met au point une machine qui permet de tisser le bas sans passer par l’étape de la couture, mais qui nécessite encore la diminution, rôle essentiel dans la silhouette du bas qui doit épouser la jambe qui n’est absolument pas de largeur égale du haut en bas. Juste après William Shaw, réussit de faire la jonction supplémentaire en créant un métier qui supprime la diminution. On utilise alors cette méthode non pour les bas, mais les chaussettes et ceci pendant des dizaines d’années. Si le bas est exclu de cette fabrication, c’est avant tout pour des raisons pratiques, voire techniques. La soie principale matière du bas se prête assez mal à cette manière de procéder, et puis on peut penser qu’aucune dame n’en fait la demande, c’est bien ainsi. Il est vrai que la couture du bas est incontestablement une mise en valeur de la jambe. Ce ne sont pas mes chères Ambassadrices, Miss Nylon et Miss Eva qui vous diront le contraire. L’apparition de la viscose et du nylon sera un pas décisif vers le bas sans couture, qui devra patienter quelques années avant sa mise au point définitive.

20 042415 7

Le nylon à plus d’un titre fait partie en toile de fond (en nylon) du paysage de la guerre. Dès 1940, on s’embarque dans une guerre presque totale sur le territoire européen. Les USA sont épargnés, la guerre ne fait pas rage sur leur territoire et ce sera le cas pour toute sa durée. Pour l’instant, ils observent ce qui se passe ailleurs. Pour qu’ils bougent, il faudra attendre le 7 décembre 1941 avec l’attaque de Pearl Harbour par les Japonais. Peu de temps après ils entrent, nous dirons de manière officielle, dans le conflit.

Jusque-là les Américaines pouvaient porter des bas, avec ou sans nylon, malgré la difficulté de s’en procurer, tant la demande est forte. Il leur restait la soie et quelques succédanés artificiels. Mais voilà, un des principaux fournisseurs de soie à ce moment là est… le Japon! Le robinet où coulent les fils de soie et fermé à fond. Pire encore, l’entrée en guerre du pays voit la demande en textiles, surtout le nylon, exploser pour nourrir la machine de guerre américaine. Je vous rappelle que le parachute idéal à cette époque est fabriqué en nylon. Cette pauvre citoyenne américaine voit la production détournée au profit de la guerre, et plus encore on lui demande de collaborer en collectant tout ce qui pourrait ressembler à une paire de bas nylons. Pour en trouver une paire, il faut passer par le marché noir ou circulent encore quelques paires d’avant guerre à des prix collectors comme on dit maintenant. Mais, on est pas en Amérique pour rien, un joli trafic fera les beaux jours de petits malins qui passeront quelquefois par la case prison selon la grosseur du délit. Les flingues, eux, sont en vente libre.

20 042415 2

Une autre facétie typiquement américaine verra le jour à travers une chanson crée par le jazzman noir, Fats Waller. Les paroles illustrent parfaitement le mouvement de nostalgie qui fait immédiatement suite à la pénurie de nylon. Son titre, « Quand Refleurira Le Nylon », est presque un hymne à sa gloire. Extrait:

Je serai heureuse quand les bas nylons fleuriront de nouveau
Le coton est monotone pour les hommes
Seule façon de garder la fraîcheur de son affection
Procurez cette maille à votre chair
Je serai heureuse quand les bas nylons fleuriront de nouveau

Gone are the days when I’d answer the bell
Find a salesmen with stockings to sell
Gleam in his eye and measuring tape in his hand
I get the urge to go splurging on hose
Nylons a dozen of those
Now poor or rich we’re enduring instead
Woolens which itch
Rayons that spread
I’ll be happy when the nylons bloom again
Cotton is monotonous to men
Only way to keep affection fresh
Get some mesh for your flesh
I’ll be happy when the nylons bloom again
Ain’t no need to blow no sirens then
When the frozen hosen can appear
Man that means all clear
Working women of the USA and Britain
Humble dowager or lowly debutant
We’ll be happy as puppy or a kitten
Stepping back into their nylons of DuPont
Keep on smiling to the nylons bloom again
And the WACS come back to join their men
In a world that Mr. Wallace planned
Strolling hand in hand

20 042415 3

Tout un programme avec des paroles qui résument à merveille les sentiments de ceux qui aiment vraiment le nylon, que ce soit en les portant ou en s’extasiant devant leur vue. Ah mesdames, si vous pensez nous affoler avec des collants… 

Cette vilaine guerre une fois lancée, on pense déjà que ce sera la der des der. En attendant il faut bien la vivre, tant bien que mal. Par opposition à la futilité que peut avoir la mode en temps de paix, elle devient aussi une sorte de combat. Comment être belle sous les bombardements, comment en faire un tas avec presque rien, comment faire rimer dessous avec sous. Ce sera l’objet d’un nouveau chapitre.

20 042415 5

A suivre

L’évangile en nylon de Jean ou le retour à l’école.

22 041815 5

Jean est un de ces visiteurs qui passait par-là. En lisant son commentaire, j’ai tout de suite pensé qu’il avait quelque chose à dire, et même qu’il était de ma génération. Il y a des mots qui ne trompent pas, un adolescent d’aujourd’hui ne va pas regarder un film de Tarzan comme nous le faisions dans les années 60. J’avais parlé dans un article de la relation entre l’âge et le bas nylon. Cela n’apparaît que pour les anciens, mais eux savent que la manière de contempler un bas nylon a  bien changé au cours des ans.

J’en profite pour publier son commentaire, l’abandon progressif du bas pour le collant, vous verrez qu’il abonde dans mon sens.

Oui, ce que vous dites est rigoureusement exact; en tant qu’adolescent parisien passionné (le mot est encore trop faible), j’ai fait maheureusement les mêmes à l’époque; c’est un premier tournant, un premier recul de civilisation qui sera suivi d’une second trente ans plus tard, avec la généralisation du pantalon. L’obscurantisme féministe avant l’obscurantisme islamiste.

En effet, vous faites bien de souligner cette différence entre nous, les plus anciens, et les jeunots de moins de soixante ans; car pour nous, le bas est inséparable de nos premiers émois sexuels, quand bien même les vraies relations sexuelles n’ont pu se réaliser pour certains que beaucoup plus tard, la lisière du bas était la frontière qui nous séparait de la condition de l’homme, du vrai, au moins est-ce ainsi que nous l’imaginions… Et chez tout un chacun, ce sont ces premiers émois, par leur violence et leur mystère, qui marquent à jamais, qui nous amènent sans cesse à évoquer en nous mêmes – et exceptionnellement avec d’autres – le paradis perdu. Robes, talons, parfums, bijoux.. Au sommet de cette pyramide d’accessoires qui contibuaient à construire notre admiration angoissée de la féminité trônait le bas, indépassable merveille ! Que peuvent réllement comprendre à cela ceux qui n’ont pas eu la chance de vivre leur puberté à cette époque, qui n’ont pas acquis le réflexe d’épier, d’espérer à tout instant un croisement de jambes, une montée d’escalier, ou l’ouverture d’une portière de voiture, de celles surtout qui s’ouvraient vers l’avant (la bonne vieille Deuche, je parle des anciennes versions…). Mais où étaient donc les principaux lieux de notre veille incessante ? La maison restait bien sûr un lieu tabou, et quelque peu démystifié, mais à part la rue, c’est bien l’école, le collège ou le lycée où nous passions le plus clair de notre vie..

22 041815 4

Ah l’école, voilà bien le lieu que nous avons tous fréquenté par obligation. Il y avait les copines de classe, il y avait surtout l’institutrice, pour ceux qui ont eu la chance d’en avoir une. Chance? Quelle soit du style acariâtre ou douce dame, c’était très souvent l’occasion d’avoir une vraie femme, à part la mère, de longues heures sous notre oeil observateur. Personnellement, j’en ai eu deux, pour une période de 2 fois 2 ans. Je ne suis jamais tombé secrètement amoureux de l’une ou l’autre, mais j’imagine qu’il n’en a pas été de même pour tous, comme le chante Eddy Mitchell dans sa chanson, peut-être une histoire vécue. Si je ne suis pas tombé amoureux, il y a de bonnes raisons à cela. Les deux n’étaient pas tellement du style canon, l’une proche de la retraite et l’autre d’un âge bien avancé pour moi alors, la quarantaine pour être précis. Pourtant, il y avait un détail qui m’intéressait plus que le reste, les jambes. Bien évidemment, ces dames portaient des bas, la jupe ou la robe était de rigueur, alors imaginez tout le profit que j’ai pu en tirer, le spectacle était continuel. Si je m’analyse mentalement ce n’est pas ces deux dames qui me branchèrent sur la chose. Mais je peux dire qu’elles assurèrent une belle continuité et même en quelque sorte le couvercle de la marmite dans lequel cuisait ces délicieux bas, n’en fut que plus souvent soulevé.

Sur une idée de Jean, je vais lancer une rubrique consacrée à nos maîtresses d’école. Il l’alimentera à sa manière, mais pour ne pas être en reste, je vais ouvrir le feu avec mes souvenirs personnels. J’espère que cela incitera d’autres à m’envoyer leurs propres souvenirs de ces dames qui maniaient instruction et bas nylons.

J’ai commencé l’école à la fin des années 50. Je me souviens assez bien de premier jour, où sous la conduite de maman, nous allions vers ce lieu encore un peu mystérieux, l’école. Je n’étais absolument pas angoissé de ce changement de vie, je crois qu’une grande curiosité m’apportait un calme olympien et j’avais même une certaine impatience de commencer. Je ne sais pas ce qu’il en était de mes camarades, confrontés aux mêmes ressentiments. Les citer tous nommément est mission impossible, j’en revois encore mentalement une douzaine, dans la réalité trois ou quatre qu’il m’arrive de croiser. Ah ils ont bien changé, vieillis, des cheveux gris ou presque blancs, même plus beaucoup de cheveux du tout. Quelques uns sont déjà partis pour le grand voyage, ainsi va la vie. Ma première maîtresse, quand j’emploierai ce terme il s’agira bien évidemment de celle d’école, fut une certaine dame que j’appellerai Arlette. Elle était la femme d’une sorte d’huile locale, un de ces messieurs qui sont impliqués un peu dans tout, personnages incontournables mais pas indispensables. C’était le vrai milieu de très petite bourgeoisie.
Physiquement elle avait les traits d’une femme qui avait du être assez jolie dans sa jeunesse, son point faible étant une dentition en bon état mais à l’aspect inégal, ce qui rendait son sourire peu enjôleur. De plus, elle était méchamment myope avec des lunettes en fonction, sans doute très design pour l’époque, mais un rien ridicules aujourd’hui. Elle arborait un chignon bien rond sur la tête, représentant la notion du cercle parfait, toujours entouré d’un ruban en velours. Son tenues étaient assez classe, branchées sur la mode des années 50 avec robe et crinoline, Brigitte Bardot était quasiment un mythe à cette époque. Bien sûr elle portait des bas, une maîtresse avec les jambes nues était quelque chose d’impensable, je l’ai toujours vue porter des bas sans couture avec le talon renforcé, dans des tons absolument classiques, couleur chair. Ce quelle portait dessous reste bien sûr un mystère, mais nous savions qu’elle portait un corset suite à une chute qui lui avait endommagée la colonne vertébrale. Alors on peut imaginer le reste, bien qu’une ou eux fois j’ai vu la lisière de ses bas suite à un vent coquin qui prenait un malin plaisir à soulever sa robe. Pendant les deux années que j’ai passées avec elle, je dois dire honnêtement que je ne préoccupais assez peu de ce qui se passait sous les jupes, j’avais certainement quelque intérêt, mais sans plus. 

22 041815 1

 

22 041815 2

Madame Marthe fut la seconde, elle était ce que l’on appelait une vieille fille, aujourd’hui on dirait célibataire, d’une douzaine d’années plus âgée que la précédente, bien qu’elle lui ait survécu d’une dizaine d’années. Elle avait vraiment une vocation d’enseignante et je dois admettre qu’elle savait bien y faire. On en avait un peu la trouille, car elle était réputée pour sa sévérité. Sûrement plus soupe au lait que sa collègue, elle piquait des colères où pendant un instant on avait l’impression de voir un cheval hennir. Mais plus que l’autre elle savait aussi sourire. Physiquement elle était assez quelconque, cheveux gris, elle arborait aussi un chignon, mais derrière. Son habillement était plus strict, mais pas sans une certaine recherche dans la qualité, je dirais style anglais. Elle mettait toujours un foulard autour du cou dans la rue. La plupart du temps, elle portait des bas à coutures, c’est une des dernières personnes que j’ai vu faire cela régulièrement à cette époque. C’est dire que j’ai pu contempler ce genre de bas pendant des heures entières, sans jamais penser plus loin. Elle n’était pas non plus le genre de maîtresse dont on pouvait tomber amoureux. Un intérêt plus prononcé commencera l’année suivante en changeant de classe et avec mes copines de classe qui commençaient à porter des bas. Mais cela, je l’ai déjà raconté ailleurs dans mon blog.

22 041815 3

 

Il est certain que pour nous les amoureux du bas, avoir vécu cette période constitue un retour à l’âge d’or dans nos souvenirs. Habitant un petit village, j’ai certainement eu moins d’occasions que si j’avais habité une grande ville. L’avantage de cela, c’est qu’ils me sont restés marqués de manière précise et à jamais. C’est un film sur lequel, comme au cinéma, on ne se concentre que sur le héros, ici le bas. Parfois tout le reste est dans une sorte de brouillard qui ne veut plus se dissiper, mais j’imagine que c’est cela qui aide les meilleurs souvenirs à faire de beaux souvenirs.

Léo coeur de nylon (67)

Léo, un ancien chanteur de charme devenu tenancier de bistrot, est un amoureux et inconditionnel du bas nylon. Il se rappelle avec nostalgie d’une époque où toutes les femmes portaient des bas et de toutes les coquineries que son status de vedette lui permettait pour assouvir sa passion, notamment les nombreuses photos qu’il prenait de ses conquêtes. Un soir, une dame en bas coutures pénètre dans son établissement. En observant ses chaussures, il remarque un détail qu’il avait jadis imaginé pour une de ses conquêtes. Les souvenirs envahissent les pensées de Léo. Il se souvient de sa rencontre avec un ministre et de la belle Léa, sa secrétaire. Mais les pièces d’un étrange puzzle s’assemblent peu à peu dans son esprit. Après une enquête personnelle, il relance la piste sur le meurtre d’une de ses anciennes compagnes jamais élucidé. Il informe la police qui semble très intéressée. Avec son ami Marly et sa compagne, il continue son enquête personnelle au fil de ses souvenirs, tout en n’oubliant pas de raconter quelques anecdotes et situations cocasses où toutes ses anciennes conquêtes défilent en bas et en porte-jarretelles. Alors qu’il est en conversation avec ses amis, un inconnu entre dans le bistrot et l’informe qu’il est le demi-frère de son ancienne amie tuée. Apportant des informations inédites, il veut aussi éclaircir cette sombre histoire. Après bien des rebondissements, ils semble que les choses se précisent. Il est décidé d’entrer en action. En attendant le flic raconte une enquête dans laquelle il est questions de bas nylons.

Vous pouvez lire le début complet de ce récit en cliquant sur l’image ci-dessous.

23 041815 4

Laverne regarda Léo avec un sourire, s’il savait toute l’importance des petits détails, il aurait sans doute pris avec un peu plus de sérieux ce qu’il venait de dire. Mais lui était flic, c’est un métier, même un drôle de métier. Il n’y a pas de sacoche avec l’outillage nécessaire pour l’exercer, il ne suffit pas de sortir une clé de huit pour réparer les entorses à la loi.

– Je décidai donc d’attaquer cette histoire par le bout qui me semblait le plus offrir de résultats possibles, la femme du monsieur. Elle m’intriguait, comme on dit dans le métier, je ne la sentais pas. Pour cela je décidai de la filer, ou plutôt de la faire filer. Comme j’agissais officieusement, je ne pouvais pas la faire prendre en chasse par un collègue. Pour cela je sortis un atout que j’avais dans ma poche, Laurent.

Laverne réfléchit un moment, il but un coup et se lança :

– Laurent est un jeune que j’avais sorti d’une sacrée merde. Trempant dans une sale histoire, il devrait encore être en taule à l’heure actuelle. Mais je l’avais épargné, car j’estimais qu’il était un peu pour beurre dans ce qui lui était tombé dessus. C’est ma manière d’interpréter la justice, j’ai la conscience un peu élastique, vous l’avez deviné. S’il était tombé entre les mains des juges, il n’y coupait pas, mais j’ai arrangé le coup, il n’a jamais été inquiété.

23 041815 1

Marly ne dit rien mais n’en pensa pas moins. Lui aussi, il aimait bien ce flic un brin anarchiste. Avec plus de gens comme lui, le monde serait meilleur. Il remonta dans son passé, pendant la guerre. Il se souvenait trop bien que c’est la belle police française qui l’avait escorté vers le train qui l’emmena en déportation. Il était un terroriste pour elle, elle en fit un résistant quand le vent tourna. Il se souvient très bien d’un commissaire qui l’accusa de mille maux et qui continua tranquillement sa carrière après la guerre. De rage, il en serra les poings.

– Je n’ai pas fait tout cela absolument gratuitement, je lui ai suggéré qu’il pouvait me donner un petit coup de main de temps en temps. Rien de bien méchant, une petite filature ici et là. Je ne lui demande pas d’aller côtoyer des truands ou des gros poissons. Pour moi, il a l’avantage de se fondre dans la masse. Il a l’air de ce qu’il est, un jeune yéyé qui ne pense qu’à danser le twist. Je dois être honnête, il est d’une efficacité redoutable, il m’a rendu de grands services.

– Il a accepté facilement ? demanda Léo

– Il a bien senti qu’il me devait quelque chose. Et puis je crois que ça l’amusait assez, jouer les détectives, c’est un peu un rêve de gosse exaucé.

– A part ça, il fait quoi ?

– C’est un excellent bricoleur sur bagnoles, il donne un coup de main dans un garage et il possède un petit atelier chez ses parents dans la banlieue, il retape des modèles anciens. On le demande parfois sur les tournages de films pour l’entretien. Bref, il se démerde plutôt bien.

– Alors vous l’avez lancé sur la piste de la bonne femme ?

– En effet, je lui ai demandé de la suivre dans ses déplacements, chaque fois qu’elle sortait de chez elle.

– Cela ne doit pas être facile de faire le pied de grue pendant des heures ?

– C’est les risques du métier, mais ce n’est pas très fatigant. On planque souvent dans une bagnole en ayant en point de mire le lieu d’où doit partir la filature, à une bonne distance si c’est possible, afin de ne pas être repéré. Si la personne passe devant la bagnole, eh bien on lit le journal, comme dans les meilleurs films. Dans la plupart des cas, c’est à pied que se fait la filature. Dans une ville comme Paris, c’est assez rare que les personnes filées se déplacent avec leur bagnole, si c’est le cas, on suit ou on s’enfile dans un taxi quand c’est possible. Bien sûr, il arrive que l’on perdre la trace.

23 041815 2

Seiler se remémora  le temps où il assurait la protection de La Froidure. Cela faisait aussi partie de son travail, il scrutait les éventuels pisteurs qui auraient pu suivre son patron. Il aurait presque pu donner des leçons tellement il connaissait toutes les ficelles pour renifler une filature. Il savait très bien repérer ceux qui avaient l’air de rien, ce sont eux qui puent le plus.

Laurent m’apporta très vite des résultats, dès le premier jour de son entrée dans le jeu, le surlendemain de ma visite au couple. Il s’était mis en planque au petit matin. Le mati était sorti sur le coup de 7 heures, il allait probablement au boulot. Vers les 8 heures, sa femme est sortie et a pris le métro. Au grand étonnement de mon pisteur, elle s’est dirigée vers les bureaux de mon copain, celui qui m’avait demandé d’intervenir. Pour me jeter une fleur, je le considérais, non comme un suspect, mais d’entretenir quelques relations avec la femme. Evidemment, comme ils se connaissaient, il n’y avait à priori rien d’anormal. Ce qu’ils faisaient ensemble, mon enquêteur ne pouvait pas le savoir, il ne pouvait pas se déguiser en mouche pour entrer dans les bureaux. Mais en bon observateur, il repéra un détail significatif. En attendant qu’elle sorte des bureaux, il s’était installé dans un coin discret d’une terrasse de bistrot et sirota deux ou trois verres. Je lui accordais quelques petites indemnités quand il travaillait pour moi, selon les nécessités de son travail. Vers onze heures, elle sortit et passa devant lui. C’est alors qu’il remarqua un détail, je vous ai dit qu’il était bon dans son genre. Vous ne voyez pas quoi ? Pensez aux petits détails dont je vous parlais avant.

– Ils s’interrogèrent tous du regard. Au bout d’un moment Marly secoua la tête et prit la parole :

– Vous avez parlé du bas filé non ?

A suivre

23 041815 3

23 041815 5

Des dessous pour un siècle (9)

27 041115 10

La seconde moitié des année 30 sans en être très consciente se prépare à la guerre. C’est bien sûr l’Allemagne qui est au coeur de son déclenchement. Hitler est au pouvoir, ils transforme peu à peu la société allemande en dictature. Il est suivi par la majorité des Allemands qui lui reconnaissent un tas de bienfaits, il a résorbé en grande parie le chômage, on travaille à nouveau même si c’est surtout pour l’effort de la guerre à venir. On pense bien sûr qu’elle n’aura pas lieu, c’est juste un droit de la nation à assumer sa protection contre l’ennemi. Les joutes oratoires du chancelier allemand tétanisent les foules. Il s’élèvera presque dans les esprits à la hauteur d’un dieu voulant bâtir une Allemagne millénaire et faire de son peuple des demi-dieux. Nous savons que la réalité fut bien différente.

En France, la situation est inverse, le pays ne marche pas au pas, il part en vacances grâce aux congés payés. On aborde la notion de semaine de 40 heures, accompagnées de l’instauration des conventions collectives. Le Front populaire, une alliance des partis de gauche, triomphe de 1936 à 1939. Des années rieuses avant le déluge.

Au niveau vestimentaire, ni l’Allemagne, ni la France, n’apportent des révolutions dans la mode. Les dessous sont toujours dessous, les maillots de bain commencent à se composer de deux pièces, mais c’est encore assez osé de se montrer ainsi, impensable pour une mère de bonne famille. Malgré tout le soutien-gorge se perfectionne, il se décline en différentes tailles de bonnets comme l’alphabet, A, B, C, D, c’est Warner en Amérique qui lança le procédé. A chaque femme de trouver les astuces qui mettront le mieux en valeur sa poitrine, problème terriblement existentiel.

27 041115 7

Ces années auraient pu passer comme le vent si ce n’est que pendant ce laps de temps, on mit au point une grande révolution textile, le nylon. N’en déplaise aux romantiques et fadas de cette matière, c’est purement de la chimie, un dérivé du goudron. Son inventeur, en fait il travaille avec une équipe, Wallace Carothers, n’est pas un philanthrope, mais un chimiste. C’est un 1935 que naît dans les laboratoires américains de Du Pont de Neumours, le premier fil de nylon. Ce résultat est la suite de différences expériences qui sont faites depuis plusieurs années et qui passe par l’invention du caoutchouc synthétique. A l’origine le produit se nomme polyamide 6-6, formule de base et variable qui fait mention du nombre d’atomes de carbone qui entre dans sa composition. Carothers ne profitera aucunement de la gloire qui sera attachée à son invention puisqu’il se suicide en 1937, sans donner de raison. Bien évidemment, on songea très vite à utiliser commercialement cette invention, ce qui se fera en 1938, mais il faudra encore lui donner un nom qui sonne bien et facile à retenir, un atout commercial non négligeable. Imaginez la catastrophe si on l’avait appelé biprectaplyosolplusmere, nylon c’est mieux. A son apparition le nom fut accompagné de quelques plaisanteries sur sa signification, on fit quelques jeux de mots, pas toujours très convenables style Nos Yeux Lorgnent Outrageusement Noémie ou comme ce fut la cas en anglais Now You Lick Old Nipples, (maintenant vous sucez des vieux nichons). Il semblerait que la vérité vraie est l’emploi des initiales des épouses de cinq chimistes qui travaillèrent à l’invention, Nancy, Yvonne, Louella, Olivia et Nina. C’est une marque déposée. 

27 041115 4

27 041115 2

L’inventeur du nylon et l’usine Du Pont de Nemours en 1939

L’avènement du nylon et son triomphe n’est pas sans raisons. De fabrication facile, une fois la formule mise au point, il ne fait pas appel à des matières premières nobles comme la soie, d’où son coût relativement bas. Sa transformation est facile, on peut lui adjoindre de la couleur et lui donner toutes les formes. Sa solidité est presque à toute épreuve tout en étant aisément malléable. Je suppose que vous avec tous vus un film où un bas nylon sert à remorquer une voiture aussi facilement qu’avec une corde. Par contre, couper le fil à angle droit avec une paire de ciseaux est très aisé. Son utilisation est pratiquement universelle, on l’utilise énormément avec ses dérivés dans la fabrication de la lingerie, mais aussi dans des vêtements plus traditionnels comme les blouses. Ses fibres sont peu absorbantes et sèchent vite. L’industrie de loisirs l’utilise également, jouets, fil de pêche, même des pièces mécaniques pour les voitures sont à base de nylon. Un de ses principaux défauts est lié au feu. Il ne brûle pas vraiment, mais fond tout en dégageant un odeur pas très agréable et quelque peu toxique. Le cas échéant cela peut occasionner des brûlures aggravées s’il est porté comme vêtement lors d’une proche exposition à une flamme. Mais d’autres textiles peuvent produire les mêmes effets.

27 041115 1

Quand on invente quelque chose dans un but commercial, la marketing recherche le meilleur moyen pour cibler le marché et voir dans quels secteurs le produit à le plus de chances d’avoir des débouchés, surtout si ses possibilités d’adaptations sont grandes. Il n’en a pas été différemment pour le nylon, produit prometteur. Une des premières applications du nylon fut pour la fabrication de toiles de parachutes. Comme tout le monde ne possède pas un avion et qu’en plus ils ne se tombent pas tous en panne en plein vol, le marché était limité, mais on peut imaginer que l’armée y tenait particulièrement. Mieux fut la brosse à dent, là encore il faut assez peu de nylon pour en faire une, même celles destinées aux grandes gueules, et d’un usage qui s’étale dans le temps. L’idée de remplacer la soie des bas et autres matières par du nylon fut un coup de maître. Potentiellement, on visait la moitié des femmes de la planète multiplié par deux jambes, ce qui fait une perspective de pas mal d’unités à produire, d’autant plus qu’ils ont durée de vie limitée et sont d’un prix de vente plus accessible.

27 041115 8

En 1938, ce ne fut pas un succès, mais un triomphe. Si on frise l’émeute aujourd’hui pour s’acheter une pomme en forme de téléphone, ce fut déjà le cas il y a plus de 70 ans pour le bas nylon. Toutes les femmes, du moins occidentales, voulaient voir ça de plus près et surtout l’essayer. La production suit avec peine, il n’y a pas encore tellement d’usines capables d’en produire, il faut le temps de s’organiser, d’acheter des licences. Le temps, c’est justement ce qui va manquer le plus avant que chaque femme puisse satisfaire sa curiosité, mais cela n’a rien à voir la mode ou la productivité des usines américaines. Il faut traverser l’Atlantique, direction l’Europe, là on a d’autres préoccupations. 

27 041115 3

27 041115 527 041115 6

27 041115 9

27 041115 11

A suivre

Miss Eva et le Boss en raccourcis sur la suggestion

20 032215 6

Comme disait ce riant personnage, je résiste à tout sauf à la tentation. Mais la tentation ne vient pas toujours d’une manière spontanée. Si vous agitez un biscuit en évidence sous le regard de votre toutou préféré, il va vite comprendre que c’est pour lui. Le pauvre va devenir un peu foufou si vous tardez à le lui donner. Vous lui avez suggéré que vous alliez lui donner un biscuit, il n’y a pas de raison qu’il ne cède pas à cette tentation que vous avez allumée en lui.

En matière d’érotisme, il en va de même. Que ce soit animal ou humain, il appartient souvent à la femelle d’inciter son partenaire à faire autre chose que de jouer au scrabble. Si chez les animaux cet appel peut prendre des formes extrêmement diverses, chez l’homme ils sont moins nombreux, surtout on les connaît parfaitement bien. L’homme ou la femme peuvent se partager le rôle qui consiste à se signaler au sexe opposé. Cette tendance, essentiellement visible dans les pays occidentaux, s’est encore affermie depuis que la femme a plus ou moins conquis sa libération. Il reste que les critères diffèrent sensiblement dans ce qui peut paraître attractif chez l’autre sexe. Une belle bagnole, un beau mec bâti tout en muscles, une belle situation, peuvent être déterminants pour certaines femmes. Mais il est généralement admis que la femme est plus cérébrale, un homme cultivé, intelligent, ayant le sens de l’humour, peuvent aussi faire l’affaire au détriment d’un physique canon. L’homme, lui, est plus sensible à la beauté, au physique, sois belle et tais-toi n’a certainement pas été prononcé pour la première fois par un homme pionnier de l’émancipation féminine. Dans la plupart des cas, la femme a besoin de se sentir en confiance avant d’entamer une relation sérieuse avec un homme, l’homme peut trouver une femme désirable presque instantanément. 

La femme a un avantage certain sur l’homme, c’est là que nous entrons dans la suggestion, elle peut faire valoir toute une panoplie d’artifices pour se signaler à l’autre. Cela a toujours existé, du moins depuis l’antiquité, on ne sait pas trop pour la préhistoire où il semble que les vêtements étaient plutôt unisexes. La différence est moindre depuis quelques dizaine d’années, mais elle était parfois énorme dans le passé. De la femme, on ne voyait guère que la tête et de temps en temps un joli décolleté, c’est tout. Tout le reste n’était que suggestion, une invitation au voyage si l’on peut dire. J’imagine assez bien le visage congestionné de certains chevaliers revenant de guerre, reluquant une belle dame de la cour. Ils devaient avoir les armures chauffées au rouge, surtout à la hauteur de leur espace de jeu personnel. 

Passons les siècles et venons au temps présent. Le choix des critères a bien changé, pas tellement en nombre, mais plutôt en visibilité. Ce qui était caché dans d’insondables profondeurs, que seules les spéléologues attitrés avaient le droit d’explorer, ne l’est plus autant bien qu’il subsiste toujours une frontière, celle que l’intéressée veut bien poser. Nous sommes toujours dans la suggestion, mais en version light. Il ne reste souvent qu’une épaisseur de tissu, c’est justement elle qui donne tout son charme à la suggestion.

J’ai toujours adoré la suggestion, elle rejoint et s’accorde avec mon fétichisme. Ce fétichisme peut prendre des formes diverses selon la personne, c’est affaire de goût. Bien sûr vous vous doutez bien que pour moi il tourne autour du bas nylon. Il y a certainement très peu d’hommes qui ne fondent pas devant une dame qui porte des bas, même si celui-ci pour être associé à d’autres formes de fétichisme, il agit alors comme complément. Qu’une femme laisse suggérer qu’elle porte des bas nylons, le seul, le vrai, que vous aimiez la brouette cosaque, le tournevis enchanté, ou encore le presse-purée farceur… assaisonné avec une pincée de nylon… la femme chef d’orchestre mène son monde à la braguette!

Jouons au jeu de la suggestion, pour cela j’ai fait appel à la complicité de mon Ambassadrice, Miss Eva. Vous n’êtes pas sans ignorer, j’espère, qu’elle ne porte que des bas. Avec quelques photos qui n’en laissent rien paraître, sinon ce que vous pourriez apercevoir si vous la rencontriez, vous admettrez que la suggestion c’est très fort… 

20 032215 4

20 032215 3

20 032215 2

 

Et d’une manière tout aussi suggérée quelques…

20 032215 1

Merci à Miss Eva pour sa précieuse collaboration

 

Nos disques mythiques (14)

29 040115 7

En 1966, la mode passe au psychédélique, c’est bien sûr un courant qui nous vient des USA. Il est une réponse à l’invasion anglaise qui débuta en 1962 avec les Tornados, suivis des Beatles. Pour cette année-là, très peu de disques sont édités en France et encore moins programmés par les radios, à l’exception de ce qui pouvait concerner les très grands artistes comme Beatles ou Stones. Toutefois ils n’étaient pas spécialement représentatifs de ce mouvement vu sous l’angle américain. Parmi ces très rares publications, il y a celle qui nous intéresse aujourd’hui, le 4 titres des Count Five publié chez AZ. Il y a une bonne raison à cela, le titre « Psychotic Reaction » est à la 5ème place du hit parade US. Le créativité de ce titre est assez étonnante quand on sait que c’est un original composé par les membres et qu’ils sont âgés entre 17 et 19 ans au moment de son enregistrement. On peut imaginer que cela aurait été totalement impossible en France de voir un tel disque sortir des studios nationaux. On peut imaginer le peu de cas que l’on aurait fait à ce genre de démarche musicale et aussi au vu de leur âge. Quoiqu’il en soit, il a quand même été publié ici sous licence du label Double Shot basé en Californie, d’où ils sont originaires. Le disque n’a jamais passé à la radio, du moins je ne l’ai jamais entendu. C’est encore une bizarreté quand on sait que le label AZ a été fondé par Lucien Morrisse, ex-mari de Dalida, et directeur des programmes à Europe No 1. Quelques passages à Salut les Copains et c’était sûrement une bonne vente assurée. Heureusement quelques disquaires eurent la bonne idée d’en proposer une copie au client, client dont je fus, séduit par l’originalité de la chose. La pochette était aussi attirante, bien pétante avec son fond jaune et lettrage rouge, présentant le groupe vêtu de ces pèlerines noires tout droit sorties d’un film de Dracula.

Le titre principal est bien représentatif de cette époque, pas seulement musicalement, mais aussi socialement. Une banale histoire de fille qui vous rend malheureux et on va tout de suite dans la psychanalytique, Freud aurait sans doute aimé. Musicalement c’est excellent, cet harmonica en toile de fond et cette guitare fuzz en font un vrai délice. La perle ne manquera pas de se retrouver dans la première compilation « Nuggets » dédiée au mouvement garage et psychédélique en 1972, sous la houlette de Lenny Kaye, plus tard guitariste de Patti Smith. C’est aussi la première fois que le mot punk, associé à rock, est employé pour désigner une musique. Cette compilation entraînera au fil des ans un gigantesque mouvement qui verra des milliers d’albums de compilation et autres faire surface, rappelant l’extrême richesse des sixties aux USA et ailleurs. Par la suite, le morceau sera très fréquent dans le répertoire des Cramps et Tom Petty et trouvera de nouveaux adeptes.

Les trois autres titres du disque sont également d’excellentes créations toutes à leur honneur.