Dick sans Rivers

Encore un bout d’adolescence qui fout le camp, Dick a mis les voiles. Les Chats Sauvages ne viendront plus nous donner des coups de griffes. Chanteur incontournable des yéyés, avec ce petit plus qui n’appartenait qu’à quelques uns. Il fait partie de ceux que j’ai toujours suivis d’un oeil et même après le tournant des années 70,  c’est peut-être là qu’il a été le meilleur ou du moins le plus intéressant pour moi. Sa série d’albums de « Dick’N’ Roll à « Dixie » n’étaient pas si mal torchés que cela, j’en garde une certaine nostalgie. Je l’ai vu en concert une fois, tout à fait par hasard. J’étais au bistrot attendant l’entrecôte bordelaise que j’avais commandée en feuilletant le journal. Je suis tombé sur un article qui annonçait qu’il se produisait le même soir dans la ville où j’étais. Alors vous imaginez ce que j’ai fait. Il me reste en souvenir une photo dédicacée.

Résumer Dick Rivers en quelques chansons est chose difficile, il y en a au moins une trentaine que je peux prétendre avoir pas mal écoutées, pas forcément celles que vous connaissez le plus. Je ne choisirai que celles que je pense être en tête de liste. Cela doit représenter pas mal d’heures et j’ai pas encore aujourd’hui l’impression d’avoir mon temps. Salut l’artiste !

De l’époque Chats Sauvages, que j’ai toujours préféré aux Chaussettes Noires, je n’en garderai qu’une, leur belle reprise qui balance bien de « What’d I Say ».

1962, premier disque solo, très représentatif d’une époque.

En 1965, la reprise de « Go Now » de Bessie Banks via les Moody Blues.  Elle n’est pas ridicule face aux précédents.

Cette face B que j’adorais, un original qui sonne bien anglais.

J’aimais aussi bien celle-là, un autre original du même duo, Guy Magenta, Ralp Bernet.

Une autre création maison et sans doute un de ses meilleurs trucs période sixties.

Sur l’album 1971 « Dick’N’Roll », du rock en pop, ce fut un bel album, sans doute l’album de lui que j’ai le plus écouté.

De l’album country « Rockin’ Along » quand il travaillait avec Bashung, existe aussi en français.

Du même album, une autre qui me plaisait, allez savoir pourquoi.

Un peu pour s’amuser et un peu pour le pognon sous le nom de Rock Band Revival, Dick avait enregistré dans les années 70, un double album de reprises rock and roll avec Bashung en alterné.

Ca aussi j’aimais bien, 1974.

Une de celles qui passe le mieux à la postérité, 1974, sur l’album avec la pochette dessinée par Morris.

Une interview de 2011.

4 réflexions sur “Dick sans Rivers

  1. Bonjour M. Boss,
    Je ne pouvais pas ne pas réagir à votre post, sans rajouter le lien de Dick avec les Beatles, même si celui-ci à toujours avoué être plus STONES que BEATLES :

    avec notamment sa reprise de Things we said today ou Ces mots qu’on oublie un jour ! Bon dimanche,
    cooldan

    • Hello Cooldan,
      En effet, il a plus adapté les Beatles que les Stones. Si ma mémoire est bonne, il y a eu « Misery », « Love Me Do », « Ticket To Ride » et « Things We Said Today ». Cette dernière est plutôt bien réussie, mais de manière générale il fut plutôt un bon adaptateur. Dans ma sélection de titres, je n’ai mentionné que ceux que je pense avoir le plus écouté pour les Beatles via Dick Rivers, j’ai toujours plus fait tourner les originaux. Comme je l’ai déjà dit, « Things We » est ma préférée des Beatles, peu de place pour celle de Dick.
      Bonne semaine

  2. Bonjour Mr Boss,

    Merci pour cet hommage à cet « enfant terrible  » du Rock français, plus genre crooner mais avec un côté rebelle. De la rébellion « class »…
    Je préfère son style que celui de Johnny bien que j’apprécie certains succès de ce dernier, en particulier « Requiem pour un fou » (1975).
    J’ai découvert Dick Rivers à l’adolescence avec « Cinderella » et « les yeux d’une femme » à la radio. Ensuite ses autres succès dont l’incontournable « Nice baie des Anges » et « Twist à St-Tropez ».
    Son style me faisait penser à Dean Martin dans la séquence de la chanson qu’il fredonne dans « Rio Bravo ».
    Un grand monsieur inoubliable bien qu’absent du petit écran nous tire sa révérence. « Et le rideau sur l’écran est tombé… » comme le dit son vieux pote rockeur Eddy Mitchell. Salut l’artiste.
    Bonne semaine. Peter.

    • Hello Peter,
      Je ne sais pas très bien où le mettre, avant ou après untel. J’ai assez peu suivi les chanteurs français, m’étant très vite pour vers les Anglophones, mais je ne les ai jamais complètement boudés non plus. Dick Rivers reste sans doute celui que j’ai suivi le plus longtemps discographiquement,
      Mais il méritait bien un petit hommage.
      Bonne semaine

Répondre à Le Boss Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.