Exploration en terre musicale inconnue (25)

Au temps du vinyle, la production phonographique française est assez minimaliste par rapport à un pays comme les USA. Cela ne veut pas dire qu’elle n’existe pas. Malgré tout, une immense partie de cette production restera dans l’ombre, par manque de soutien de la presse spécialisée, par manque de diffusion radiophonique, par manque promotion. Je me souviens d’avoir vu chez les disquaires des représentants de maison de disques faire la promotion de nouveautés du catalogue. Ils n’avaient rien de différent des autres représentants, sauf qu’ils vendaient ou faisaient la promotion des disques au lieu de brosses ou d’assurances. Il y avait ce qui était en demande, les fameux succès du moment, et des trucs moins connus ou inconnus qu’il fallait essayer de refiler au disquaire en vantant la marchandise, charge à lui d’en souligner les mérites auprès d’une clientèle dont il connaissait les goûts.
Malgré cela une très grande partie de cette production est restée inconnue, ne s’est pas ou mal vendue, c’est en général ces disques qui font le bonheur des encyclopédistes, même certains sont devenus de très estimables pièces de collection. Allons faire un tour dans ces publications dont la plupart vous sont inconnues, autant les chansons que les artistes, à moins que vous n’ayez été un chasseur de disques averti pour quelques uns d’entre eux. Toutes les publication dont je parle ici ont bien été éditées en France et sont uniquement des 45 tours.

1967 – Tommy Boyce & Bobby Hart / Out And About (I Dream Of Jeannie). Ce duo de compositeurs à succès, notamment pour les Moonkes, se lança aussi dans l’interprétation avec un certain succès surtout cantonné aux USA. EMI France publia un EP qui resta au fond des tiroirs. Voici un clip où ils sont entourés de musiciens et l’on peut voir l’apaprition d’un certain et redoutable Phil Spector comme auditeur.

1972 – Cardinal Point / Mama Papa. Un exemple type de musique où la recherche de la commercialité est évidente. Groupe d’origine italienne basé en Hollande, il n’obtint pas de succès en France avec cette unique publication. Pour les artistes, c’est une arme à double tranchant. Si le disque obtient un succès, ils risqueront de gagner un peu d’argent. Si ce n’est pas le cas, il finira assez vite dans les oubliettes et ne peut espérer une reconnaissance tardive comme cela arrive parfois pour les créateurs de quelque chose d’original.

1959 – Tony Conn / Run Rabbit Run. Assez bizarrement avant l’avènement du yéyé en France, les maisons de disques rechignaient à publier les noms célèbres du rock and roll, ce qui n’était pas toujours le cas pour des inconnus. A titre d’exemple, ce disque paru en 1959 d’un rocker américain inconnu chez nous et qui ne laissa que peu de traces chez les rockers français.

Les Roche Martin / Les Mains Dans Les Poches. Avant de connaître le succès cinq ans plus tard, Véronique Samson avec sa soeur Violaine firent partie de Roche Martin dont on publia deux EP’s en 1967 et qui n’eurent aucun succès. De belles et rarissimes pièces de collection.

1959 – Tom Dissevelt Electronic Music. Si on vous faisait écouter ce disque et si on vous demandait de le dater, vous diriez probablement années 70. Eh bien non, c’est bien plus ancien cela a été enregistré en 1958 par l’artiste hollandais Tom Dissevelt. Mais oui c’est un essai de musique électronique avec les moyens de l’époque, et cela sonne plutôt bien. Philips France publia un EP avec ce titre. Je ne l’ai jamais vu.

1960 – The Five Satins / Your Memory. Unique EP de cette formation de doo-wop publié en France qui ne contient pas leur plus grand succès. Mais le charme est quand même là et celui de la rareté aussi.

1966 – Lee Chamberlin / Haïlilolilolilolaï. Chanteuse noire d’origine américaine dont les enregistrements et la discographie sont exclusivement français. Un titre aux paroles assez marrantes tiré d’un air traditionnel. Comme sa carrière ne décollait, elle repartit dans son pays natal et devint une actrice de second plan assez populaire. Elle fonda une association pour la reconnaissance des droits des acteurs noirs. Elle mourut en 2014 âgée de 76 ans, une année avant son père qui atteignit l’âge respectable de… 114 ans!

1965 – Dino, Desi & Billy / I’m A Fool. Deux fils de célébrités (Dean Martin et Lucille Ball) encore écoliers, fondent un trio avec un copain d’école. C’est surtout un groupe vocal, bien qu’ils paraissent avec des guitares dans les clips en playback. En 1965, ils entrent dans les charts US avec cette reprise d’un titre de Rick Nelson, également au répertoire des Astronautes. Rien à dire, c’est bien vocalement et instrumentalement. Ils resteront assez populaires au point de se reformer et de se produire dans les années 2000, le fils de Dean Martin décédé dans un accident sera remplacé par son frère. Deux EP’s, pas très visibles, furent publiés en France.

1969 – The Turtles / You Showed Me. Entre 1965 et 1970, les Turtles furent de réguliers visiteurs du hit parade américain. Au niveau international, ils sont surtout connus pour « Happy Togheter ». En 1969, leur dernier gros hit US que je vous propose ici, est la reprise d’un titre des Byrds qu’ils avaient enregistré dans les studios World Pacific avant qu’ils soient célèbres. Le single publié en France n’eut pas l’honneur d’être très remarqué. Le grand mérite de la version des Tutles est d’avoir relancé l’intérêt pour les premiers enregistrements des Byrds, qui est quand même un des groupes qui a le plus influencé la musique américaine des sixties.

1965 – The Vejtables / I Still Love You. Groupe américains originaire de la Californie, avec la particularité d’avoir aussi une fille à la batterie. En terme de succès, ils ne cassèrent pas la baraque obtenant un succès d’estime qui sera très bref. Néanmoins, un très rare EP vit le jour en France publié par Vogue qui distribuait le label Autumn dont le groupe phare de l’époque était les Beau Brummels. Ceci a sans doute aidé cela. En complément je vous file un titre qui ne figure pas sur le disque, mais qui est une perle de psychédélique naissant « Hide Yoursel »

Hide Yourself

1964 -Michel Magne / Le Monocle Rit Jaune. La plupart des films qui ont un certain succès font l’objet de la publication de la bande sonore. Beaucoup plus rares sont les spectateurs qui l’achètent à moins que cela ne devienne un succès. La bande sonore de ce film de Georges Lautner a bien été publiée en 45 tours, composée et interprétée par Michel Magne, une référence en la matière. Cette pièce est très recherchée, car la demande est plus forte que l’offre. Cette musique un peu jazzy a conquis tardivement les amateurs, le charme n’a pas opéré immédiatement. On trouve assez souvent des bandes sonores de films qui sont cotées chez les collectionneurs.

1956 – Muddy Waters / Manish Boy. Le label London France fut un des moins frileux pour publier du rock and roll et du blues, alors que cette musique n’était pas encore très dans les moeurs musicaux français en 1956 -57. Publier un disque de Muddy Waters en 1956 frisait le sacerdoce. Pour le public américain il n’était pas grand chose, pour celui de France rien du tout, mais son heure viendra. Voilà le disque est publié, il vous fera voyager du côté de Chicago. Mais c’est un autre voyage pour trouver cette copie-là.

*****

4 réflexions sur “Exploration en terre musicale inconnue (25)

  1. Hello M. Boss,
    Tom Dissevelt & Kid Baltan de 1958 !!! étonnant vraiment des précurseurs avant l’heure Le EP Philips  » electronic movements  » jamais vu non plus ! Franchement vu les moyens de l’époque….. chapeau !
    Bonne semaine
    cooldan

  2. Hello Cooldan,
    J’ai trouvé cela assez bluffant. En fait la musique électronique existe depuis bien avant. Les premiers essais restèrent très confidentiels, cela n’a vraiment démarré que vers les années 1950. Un des plus connus reste Gershon Kinsley à qui l’on doit le célèbre « Pop Corn ». En France, il y a eu Pierre Henry qui est renommée. C’est surtout dans les films fantastiques ou de science fiction que l’on trouva avant l’heure ce style de musique.C’est en fait un dérivé de la musique classique. Dans les pièces d’Erik Satie, on trouve déjà ces ambiances un peu planantes, s’il avait eu autre chose qu’un piano entre les mains, il se serait lancé là-dedans.
    Un exemple datant de 1938, bonne semaine…

  3. Bonjour M. Boss
    Merci pour ces précisions, moi j’ai surtout embrayé sur la musique électronique avec Pierre Henry et sa « Messe pour le temps présent » ….ensuite bien sûr car c’est vraiment de mon époque avec Kraftwerk, Ultravox, …ce qui amena de plus en plus les synthétiseurs dans la pop, qui reproduisaient des morceaux de musique baroque à l’aide d’un synthétiseur Moog. En 1969, George Harrison l’a introduit dans la musique rock en l’utilisant sur l’album Abbey Road des Beatles. …
    Bonne semaine,
    cooldan

  4. Hello Cooldan,
    En effet, les plus avisés on fait ce parcours, ce qui n’était pas celui de tout le monde. Au tournant des années 70, je me suis intéressé au label allemand Cosmic Courriers qui était assez à l’avant-garde dans le domaine avec des groupes Asrha Tempel, Mythos, Cosmic Jokers, Popol Vuh, Kraftwerk est issu de cette école. Le premier concert du genre que j’ai vu, c’était en 1969 avec un artiste suisse qui était seul sur scène avec un synthétiseur et une guitare FG Experimental Loboratory, c’était assez étonnant et très nouveau.
    Bonne semaine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.