Exploration en terre musicale inconnue (31)

Au temps du vinyle, la production phonographique française est assez minimaliste par rapport à un pays comme les USA. Cela ne veut pas dire qu’elle n’existe pas. Malgré tout, une immense partie de cette production restera dans l’ombre, par manque de soutien de la presse spécialisée, par manque de diffusion radiophonique, par manque promotion. Je me souviens d’avoir vu chez les disquaires des représentants de maison de disques faire la promotion de nouveautés du catalogue. Ils n’avaient rien de différent des autres représentants, sauf qu’ils vendaient ou faisaient la promotion des disques au lieu de brosses ou d’assurances. Il y avait ce qui était en demande, les fameux succès du moment, et des trucs moins connus ou inconnus qu’il fallait essayer de refiler au disquaire en vantant la marchandise, charge à lui d’en souligner les mérites auprès d’une clientèle dont il connaissait les goûts.
Malgré cela une très grande partie de cette production est restée inconnue, ne s’est pas ou mal vendue, c’est en général ces disques qui font le bonheur des encyclopédistes, même certains sont devenus de très estimables pièces de collection. Allons faire un tour dans ces publications dont la plupart vous sont inconnues, autant les chansons que les artistes, à moins que vous n’ayez été un chasseur de disques averti pour quelques uns d’entre eux. Toutes les publication dont je parle ici ont bien été éditées en France et sont uniquement des 45 tours.

1967 – The Hounds / My World Feel Down. Les groupes suédois furent quelque peu représentés dans les éditions françaises. Toutefois à l’exception des Shamrocks, on peut considérer ces publications comme plutôt rares si on les recherche. C’est le cas pour les Hounds qui s’accaparèrent de ce titre créé par le groupe anglais Ivy League, qui aura plus de retentissement un peu plus tard dans la reprise américaine par Sagittarius, opus même considéré comme une perle de musique psychédélique. Mais la version des Hounds ne démérite pas. Evidemment, ce EP très rare est recherché par les fans suédois et ils sont nombreux.

1966 – Tom Jones / Lonely Joe. Avant d’entamer sa célèbre et longue carrière, Tom Jones enregistra quelques titres sous la houlette du fameux producteur Joe Meek, Ces bandes restèrent dans les tiroirs. Une fois le personnage connu, les affairistes décidèrent qu’il était temps de les publier, ce fut le label Columbia qui s’en chargea. La France relaya le phénomène avec deux EP’s, le premier partagé avec un certain Beau Brummel Esquire, et celui-ci intégralement consacré à Tom Jones. Il est évident que ces publications sont beaucoup plus rares que celles sorties par Decca à la mème époque.

1963 – Marijan / La Course Folle. Pas évident de mettre la main sur cette pièce. Publié par le label Golf Drouot, c’est une adaptation vocale d’un titre instrumental d’un groupe du même label, les Aiglons et leur fameux « Stalactite ».  L’interprète de cette reprise sera plus connu par la suite sous le nom de Michel Orso. C’est assez réussi et bien dans l’ambiance de l’époque avec l’accompagnement assez efficace des obscurs Doodles.

1965 – Catherine Ribeiro / La Voix Du Vent. Le petit disque de cette grande dame de la chanson et de la pop devenu un collector. Il eut quand même un peu de succès à sa sortie, ce qui permit à la dame de figurer sur la fameuse affiche de Salut Les Copains regroupant les fameuses vedettes du yéyé. Mais les ventes restèrent sans doute assez confidentielles. Sans blaguer j’aurais pu vendre ma copie des tas de fois, mais j’ai préféré le garder. La seule copie que j’ai trouvé par la suite, c’est un Anglais qui m’en a offert un bon prix. Ceux qui connaissent ce disque ne savent sans doute pas de qui est la version originale. Elle est le fait d’un groupe anglais assez peu connu, The Majority. Alors, pour vous faire plaisir, je la mets à la suite.

1965 – The Lollipops / Busy Signal. C’est toujours assez étonnant de voir le nombre de 45 tours EP’s, interprétés par des groupes noirs et publiés en France et qui sont d’excellents collectors. Celui-ci ne déroge pas à la règle, car il n’a pas du tout intéressé les radios à sa sortie et les ventes furent sans doute très limitées. Trois femmes et du r’n’b, vocalement c’est toujours beau.

1965 – Les Fizz / Trois Filles Pour Un Garçon. On peut faire la comparaison avec le précédent, trois filles mais cette-fois blanches et bien de chez nous. Elles interprètent une chanson composé pour l’occasion par Sacha Distel. Je vous laisse faire votre opinion. Sachez cependant que ce disque ne court pas les rues, ou alors ils court plus vite que moi, je n’ai jamais réussi à l’attraper…

1964 – The Lennon Sisters & Cousins / Where Have All The Flowers Gone Cette famille de parents très prolifiques, mais qui n’a aucun lien avec John Lennon est connue aux USA pour ses interprétations de variété folklorisante. Un très rare EP vit le jour en France par les bons offices des disques Vogue, label qui fit un travail assez intéressant pour la promotion du folk américain en France. Sans trop de surprises, on trouve sur le disque une version du classique de Pete Seeger, dont il existe de multiples versions éditées en France, chantées par une flopée d’artistes

1968- The Fugs / Crystal Liaison. Groupe phare de la contre-culture américaine, mené par Ed Sanders un poète américain qui a écrit l’histoire de l’Amérique en vers. Les premiers albums sont assez dans une tradition de folk électrique assez basique, mais ils distribués très confidentiellement. Les choses changent quand ils se tournent vers des musiques plus décadentes, un peu à La Frank Zappa. Ils sont signés par le label Reprise avec un petit air de légende à la clé.  Ce très rare single français est extrait du second album, au contenu musical d’époque.

Un document les Fugs à la tv suédoise en 1966, là on est sur la route de la décadence: « The Garden Is Open » et « Super Girl »

1963 – Julie Grant / Cruel World. Chanteuse anglaise assez peu connue, presque pas du tout en France, malgré deux EP’s publiés par Vogue. Une des ses titres « Come To Me », non publié en France, devint assez connu via la reprise de Richard Anthony « Si Tu As Besoin D’Un Ami ». Sur la seconde publication, on retrouve ce titre assez intéressant qui aurait pu être enregistré par sa rivale bien plus connue, Cilla Black.

1963 – Henrietta & The Hairdooz / You Got A Lot To Learn. Encore un de ces disques d’artistes noirs, ici un quatuor féminin américain, publiés en France et qui passa pratiquement inaperçu, mais qui ont de très bon indices de cotations sur le marché. Quand je dis inaperçu, précisons que Nancy Holloway en fit une adaptation « A Quoi Ca Sert De Pleurer ». Très bon pour les oreilles, mais peu visible pour yeux des collectionneurs.

1966 – The Seekers / Someday One Day. Les Seekers, groupe d’origine australienne, eut un succès phénoménal en Angleterre et en Australie, mais la France les bouda avec un entrain qui faisait plaisir à voir. La discographie publiée ici est de ce fait pas trop courante. Elle est surtout recherchée par les fans étrangers. Il y a eu 4 EP’s publiés entre 1965 et 67. Sur le troisième se trouve une chanson de Paul Simon (Simon & Garfunkel) dont il avait fait cadeau au groupe, celle que je vous propose. Ils sont toujours très bon vocalement, mais la voix de la chanteuse, Judith Durham, me fera toujours frissonner.

1968 – Tyranosaurus Rex / Deborah. Premièrement, je ne comprends pas pourquoi ce disque n’a pas eu de succès à sa sortie, voilà un truc original en 1968. Deuxièmement, un moyen d’avoir des collectors pour pas cher, c’est d’anticiper. Acheter un disque peu connu, en espérant que l’artiste devienne une star plus tard. C’est un peu comme à la bourse, il faut avoir du nez et aussi un peu connaître les possibles évolutions d’un style. Bien malin celui qui a acheté cette pièce en 1968, en pensant que ce groupe allait casser la baraque deux ans plus tard sous le nom de T-Rex. La semaine passée une copie s’est vendue £ 150 sur Ebay. Alors si vous le voyez aux puces, n’hésitez pas!

*****

4 réflexions sur “Exploration en terre musicale inconnue (31)

  1. Bonjour M. Boss,
    Les Fizz ont repris un titre des Beatles sur un autre 45 T « You can’t do that » qui est devenu « Si tu fais ça » …un disque aussi assez rare que celui que vous avez cité et voir aussi cher !
    C’est vrai que si on avait pu être devin, j’aurai acheté plein de ses disques à leur sortie….hélas mon argent de poche de l’époque était quasiment nul et l’argent que je gagnai pendant les vacances me servait plutôt pour les sorties avec les copains et copines !!!!
    Please be safe and stay healthy.
    cooldan

    • Hello Cooldan,
      Merci, j’apprends quelque chose à propos des Fizz, comme quoi il y a toujours quelque chose à apprendre. Personnellement, je n’ai jamais vu ces 45 tours en réalité. Je connais juste l’existence de ce groupe sans chercher plus loin.
      Côté achats, j’avais un peu plus de chance en étant fils unique et mes parents pas trop radins sans être aisés, j’ai pu acheter beaucoup de choses. Je me rabattais souvent sur les liquidations dans les magasins, on les trouvait parfois pour un franc ou deux. Le côté intéressant de la médaille est que ces disques qui n’intéressaient pas grand monde sont justement devenus des collectors pour une partie. Le fameux EP des 13th Floor Elevators sur Riviera, je l’ai acheté en 1970 pour 2 francs dans un magasin qui vendait des radios et qui avait un petit rayon de disques, c’est dire si personne ne s’intéressait à ça. Je pense qu’il a traîné au moins 3 ans dans ce magasin. Quelques années plus tard, j’allais régulièrement à Paris aux puces à Saint-Ouin. On trouvait pas mal de trucs et les prix étaient encore assez raisonnables.
      Bonne semaine et prudence avec les virus !

  2. C’est un plaisir de retrouver la voix pure mais déjà bien affirmée de Catherine Ribeiro qui n’avait pas encore monté les Alpes…

    • Hello Maxime,
      C’est là que je l’ai découverte et je ne l’ai plus lâchée. Et puis Alpes, c’était pas triste non plus, j’en ai écouté pendant des heures !
      Merci de la visite !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.