The Trashmen – Les éboueurs ne sont pas en grève

A ECOUTER EN LISANT L’ARTICLE

En 1963, les Trashmen (les éboueurs) réussirent, sur la réputation d’un seul tube, de franchir un pas vers l’immortalité. Le titre qui devait les aider à catalyser toute ce potentiel est le fameux « Surfin’ Bird ». Ce titre tout le monde le connaît, sans pour autant arriver à nommer les créateurs. Il est des titres qui sont comme ça dans l’histoire de la musique moderne. Un pincée de ceci ou cela, c’est inexplicable, et la postérité fait le reste.
1963, c’est aussi où le surf débarque en force, non pas sur les plages, mais dans les radios mondiales. Le roi en est Dick Dale et les princes les Beach Boys. Alors bien sûr, on glisse le mot un peu partout dans les chansons. Il y a la fille surf, le rendez-vous surf, le surf infini, sans oublier les différents termes liés à la pratique du surf, wipe out, pipeline, qui ne seront pas sans rappeler quelques succès pour les spécialistes. Les Trashmen voient cela sur la forme d’un oiseau, ainsi fut créé « Surfin’ Bird ». Si le titre peut faire penser à la nouvelle mode, la chanson ne doit rien aux sons aquatiques et vrombissants des guitaristes surf. C’est même un des premiers, sinon le premier disque authentiquement punk, avec quelques bonnes années d’avance. Le garage punk des sixties lui doit aussi une fière chandelle. En vérité, ce n’est pas tellement nouveau pour une part, c’est même un plagiat pour parler sérieusement. La base du titre, onomatopées et le reste fut enregistré par les Rivingtons, dans deux de leurs chansons « Papa-Oom-Mow-Mow » et « The Bird’s The Word », à peine une petite année auparavant. Pour le vocal, c’est Steve Wahrer le batteur qui s’y colle, les Trashmen s’en inspirent beaucoup, quoique d’une manière beaucoup déjantée. Pour l’accompagnement, là, c’est entièrement nouveau et d’une certaine manière on pourra presque dire que la génération punk fera un plagiat des Trashmen.
Aussitôt paru, sur le petit label Garrett basé à Minneapolis d’où le groupe est originaire, le disque est un succès immédiat aux USA. Pour une bonne partie du reste du monde, il sera amplement diffusé. Il se hisse en 4ème place du Billboard, place qui correspond à un très gros succès. Un album est publié dans la veine, là on y trouve des titres qui ressemblent plus au surf traditionnel.


Pendant quelques mois, le groupe va tourner à plein régime, publiant un second disque « Bird Dance Beat », trop proche du premier et qui ne rencontre pas le même succès. Les ennuis arrivent assez vite. Les compositeurs des titres plagiés réclament des droits, les disques suivants vont en succès décroissant, le producteur stoppe la publication d’un deuxième album pourtant enregistré. Le groupe finit par se séparer en 1967.
C’est là que le petit coup du destin apporte sa contribution. Le fameux titre, le groupe, ne tombe jamais dans l’oubli. Les Ramones, remettent d’office « Surfin Bird » sur leur premier album. Le terme trash servira aussi de leitmotiv à un mouvement underground. Le hit est repris dans la bande sonore de plusieurs films, « Fulll Metal Jacket » de Kubrick par exemple, séries tv, publicités, sans parler de toute la vénération que les punks ont pour le groupe. En 2008, son inclusion dans une série tv le fait monter à la 8ème place des ventes de iTunes.  Le groupe, lui, se reforme à diverses occasions, dans sa forme originelle jusque à la mort de Steve Wahrer en 1989 et avec les survivants au complet depuis. Ils sont encore très capables de remplir des salles entières, avec leurs airs de PDG en goguette, mais ils assument. Ces dernières années le mouvement est même allé en s’amplifiant et l’on peut presque parler de tournées mondiales.
Une page d’histoire musicale assez particulière, un groupe clef, une bombe qui n’en finit pas, et n’en finira pas, de péter à nos oreilles. Les Trashmen sont là, hier, aujourd’hui et toujours et ils n’intéressent pas que les nostalgiques.

La face b du hit également très prisée « King Of The Surf »

Le succeeseur « Bird Dance Beat »

Les Trashmen aujourd’hui

Bob Reed – Tony Andreason – Dal Winslow – Mark Andreason

Les Trashmen interprètent « Henrietta » reprise d’un vieux rock and roll qu’ils transforment en 1963 en garage punk

Le célèbre instro « Ghost Riders In The Sky » dans une version très surf et assez personnelle

En live « Surfin Bird » avec de charmantes danseuses

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s