Exploration en terre musicale inconnue (14)

Au temps du vinyle, la production phonographique française est assez minimaliste par rapport à un pays comme les USA. Cela ne veut pas dire qu’elle n’existe pas. Malgré tout, une immense partie de cette production restera dans l’ombre, par manque de soutien de la presse spécialisée, par manque de diffusion radiophonique, par manque promotion. Je me souviens d’avoir vu chez les disquaires des représentants de maison de disques faire la promotion de nouveautés du catalogue. Ils n’avaient rien de différent des autres représentants, sauf qu’ils vendaient ou faisaient la promotion des disques au lieu de brosses ou d’assurances. Il y avait ce qui était en demande, les fameux succès du moment, et des trucs moins connus ou inconnus qu’il fallait essayer de refiler au disquaire en vantant la marchandise, charge à lui d’en souligner les mérites auprès d’une clientèle dont il connaissait les goûts.
Malgré cela une très grande partie de cette production est restée inconnue, ne s’est pas ou mal vendue, c’est en général ces disques qui font le bonheur des encyclopédistes, même certains sont devenus de très estimables pièces de collection. Allons faire un tour dans ces publications dont la plupart vous sont inconnues, autant les chansons que les artistes, à moins que vous n’ayez été un chasseur de disques averti pour quelques uns d’entre eux. Toutes les publication dont je parle ici ont bien été éditées en France et sont uniquement des 45 tours.

Pour varier, nous irons faire un tour en Allemagne selon le même principe. Durant les sixties le scène musicale allemande fut beaucoup plus animée qu’en France, ici les groupes sont presque une exception, tandis qu’outre-Rhin c’est le contraire. Mais on retrouve le même phénomène, ne devient pas star qui veut, les fonds de tiroir et les obscurités existent aussi. Je parle uniquement de 45 tours et si certains des artistes que je cite ici ne devinrent jamais des stars, les plus chanceux d’entre eux eurent une renommée locale. Ce qui est encore plus certain, c’est qu’ils furent complètement ignorés en France-

1965 – The Details / What Shall I Do. Dans les sixties le label Bellaphon était plutôt un label mineur, signant des artistes secondaires sans vraiment que ceux-ci éclatent au niveau national. Voici un exemple de 1965 sur ce label, un de ces groupes qui existaient parmi des centaines sur la scène musicale allemande très prolifique. Ce disque, je l’ai découvert grâce à un collectionneur allemand, et comble de bonheur il en avait une copie à double. C’est musicalement assez proche du garage punk américain. Toutefois au moins une licence Bellaphon fut publiée par President en France (Casey Jones & Governors). Plus tard au tournant des seventies, le label se hissa au rang de major, publiant notamment le label Chess et en 1977 les fameuses bandes des Beatles au Star-Club.

1967 – The Savages / Why Don’t You Say. Même label, autre groupe avec un nom plutôt prétentieux quand on écoute leur musique.

1965 – The Kentuckys / Uncle Willy. Encore du Ballaphon avec la reprise d’un titre R&B assez obscur popularisé par Zoot Money et Brian Poole & les Tremoloes. Ce groupe obtint une petite popularité en Allemagne, un peu parce qu’ils avaient des cheveux plus longs que la moyenne et aussi habillés en femmes pour la rigolade. Cette version est plutôt bonne.

1965 – The Rollicks / Das Totenschiff. Le hit des Islanders repris en France par Sacha Distel & Sheila (Un Bateau S’en Va), ici en instrumental. Les Rollicks eurent un petit goût de succès avec leur reprise du « Let’s Go » des Routers.

Frederic & Rangers / I’m On The Outside. Ce groupe fit deux tentatives phonographiques dont celle-ci. Peu connus même en Allemagne. Cela fait au moins 50 ans que je n’avais pas entendu ce disque que j’avais jadis possédé.

1966 – The Faces / Cry Cry Cry. Un de ces groupes surtout connus pour avoir occupé la scène du Star-Club de Hambourg. Très souvent en dehors de celle-ci ils n’étaient pas grand chose. J’ai eu la chance de rencontrer le batteur de ce groupe en 2002 en Allemagne, Mr Niels Taby. On a un peu discuté entre deux bières, très sympathique, il m’a signalé que sa grande passion c’était Johnny Kidd. A part ça une belle reprise du titre de Bobby Bland.

1966 – Ian & Zodiacs / No Money No Honey. Un groupe d’origine anglaise assez ambitieux qui publia quelques belles galettes surtout en Allemagne avec des succès modérés.

1965 – The Blizzards / I’m Your Guy. A l’étranger ils sont surtout connus pour avoir enregistré en allemand une cover de « Heart Full Of Soul » des Yardbirds. Mais ils chantent aussi en anglais et c’est pas mal du tout.

1968 – The Blackbirds / No Destination. Une petite perle alors que la musique se faisait un peu plus planante. De tous les disques que je vous ai proposés ici, c’est certainement celui que j’ai écouté des centaines de fois, eh ou ça fait 50 ans.

1964 – The Javalins / Scherben. La tentation d’une carrière en Allemagne n’était pas le fait uniquement des Anglais. Ce groupe était bel et bien hollandais, mais testa le coup en Allemagne avec une adaptation toute germanique de « Bits And Pieces » de Dave Clark Five.

1967 – The Ones / Lady Greengrass / Love Of Mine. C’est une des plus prestigieuses pièces de collection du label Star-Club pour au moins deux raisons. La première c’est que cela n’a pas marché, la seconde c’est que ce groupe est une première mouture des célèbres Tangerine Dream. Et que c’est beau !!!

1966 – The Rebbels / Come Back. Après avoir joué le jeu des albums de reprises quelque chose de plus original, du beat et de la fuzz guitar. C’est toujours un de ces disques, qui sans être exceptionnel se trouve très bien dans une collection pour les amateurs du genre. Je le possède même avec une pochette aux couleurs alternées dont je n’ai vu mention nulle part, le lettrage est violet au lieu d’être rouge. Le monde est plein de mystères…

 

6 réflexions sur “Exploration en terre musicale inconnue (14)

  1. Bonjour M. Boss,
    De bonnes découvertes parmi votre sélection et surtout pour des groupes avant de devenir célèbres et après avoir changé de noms comme The Ones qui sont devenus Tangerine Dream , souvent je n’ai pas eu votre curiosité d’aller en amont me contentant de les suivre une fois connus .
    Bonne semaine
    cooldan

  2. Hello Cooldan,
    Je crois que vous faites comme la majorité des gens et, ma foi, ce n’est pas blâmable. On peut très bien apprécier une musique sans tout savoir de l’artiste. J’ai sans doute été plus curieux. Cela a certainement commencé quand j’achetais des tas de disques dans les liquidations, les invendus.Je me basais très souvent sur la pochette quand je ne connaissais pas. Et avant tout, la musique est une vraie passion chez moi, de même que l’histoire et les deux se mélangent. Comme vous le savez, j’ai été un peu journaliste musical à l’époque héroïque où il ne suffisait pas de faire une recherche sur Internet pour avoir des réponses. Il fallait avoir des tonnes de documentation, de bouquins, de revues, et aussi une bonne mémoire pour compiler le tout.
    Bonne fin de semaine

  3. Hello M. Boss,
    Oui c’est vrai je fais comme la majorité des gens , car devant l’immensité de la création musicale, je me laisse porter par ce que j’aime au fil de l’eau, et pour tout vous dire il y a de moins en moins de choses dans la musique actuelle qui me porte..
    Cependant j’aurais pu avoir votre curiosité, mais j’ai eu peur de me perdre , et j’ai préféré me fixer sur quelques groupes seulement, et notamment vous l’aurez deviné sur les Beatles mais là c’est en profondeur, même si c’est un puits sans fonds car on peut en découvrir tous les jours .
    Chacun sa route, comme dit l’autre.dans la mesure où on y trouve son compte.
    Bonne fin de semaine
    cooldan

    • Hello Cooldan,

      Je dirais que vous avons un besoin indispensable de spécialistes sur tel ou tel sujet dans un domaine aussi vaste de celui de la musique. En comparant avec la médecine, je serais plutôt un généraliste qui connaît le nom de toutes les maladies et possède quelques notions sur elles, et vous un spécialiste éclairé de l’une d’entre elles. Je le constate dans mes discussions avec des fans de musique, la plupart sont des généralistes et quelques uns des spécialistes. On se renvoie « les clients », moi vers un spécialiste pour un sujet précis et eux vers moi pour une orientation vers le bon connaisseur. Quand je suis dans les foires aux disques, on vient parfois me demander conseil pour la recherche d’une rareté, d’un style et de ses interprètes, de la valeur d’une pièce, ou d’une discographie. Ce sont les spécialistes qui les envoient vers moi s’ils sèchent sur le sujet. Il y a quand même un ou deux styles où je peux prétendre être un spécialiste de bon niveau, le psychédélique, le british beat, le garage punk, mais je dois m’effacer devant les grands connaisseurs de la chose. Ils pourront toujours m’épater avec une obscurité que je ne connais pas.
      Dans le cas de Beatles, je pense pouvoir identifier à l’écoute une très grande partie de leurs titres, je connais assez bien toutes leurs curiosités discographiques, éditions particulières etc… Par contre, je suis bien incapable de situer, de connaître les faits un peu particuliers de leur histoire, les anecdotes. Par rapport à vous je suis un peu largué, et c’est pour cela que j’ai besoin, que nous avons besoin, des fins connaisseurs.
      Ce que j’ai peur, c’est de savoir quand nous serons plus là, quelles conneries on va raconter sur le sujet. Quand je vois, je crois en avoir parlé, qu’un mec affirmait que les Animals furent le premier groupe anglais a être no 1 aux USA. Ben voyez ça commence déjà !
      Bon week-end

      • Hello M. Boss,
        Je parle pas de vous, car vos posts qu’ils traitent de la musique ou de l’histoire, sont toujours argumentés, donc le doute n’existe pas, même si il est pas impossible de se tromper
        Vous savez, que l’on soit encore là ou plus là , les conneries sur le sujet sont déjà dites et redites , quand je tombe sur certains livres d’auteurs qui se disent « Historiens » des Beatles , je ne citerai pas de noms ….et le pire sont souvent les magazines vendus pour faire du fric facile., …je suis scandalisé .
        Bon Weekend
        cooldan

      • Hello Cooldan,
        J’imagine les belles perles que vous devez trouver, comme moi d’ailleurs. C’est comme avec Marie Laforêt, sa chanson sur « Yesterday » a été présentée comme une chanson des Beatles dans certains commentaires, alors que ce n’était qu’un hommage. Enfin, nous avons rectifié d’office, c’est un peu notre honneur.
        Bon week-end

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.