En passant

Exploration en terre musicale inconnue (15)

Au temps du vinyle, la production phonographique française est assez minimaliste par rapport à un pays comme les USA. Cela ne veut pas dire qu’elle n’existe pas. Malgré tout, une immense partie de cette production restera dans l’ombre, par manque de soutien de la presse spécialisée, par manque de diffusion radiophonique, par manque promotion. Je me souviens d’avoir vu chez les disquaires des représentants de maison de disques faire la promotion de nouveautés du catalogue. Ils n’avaient rien de différent des autres représentants, sauf qu’ils vendaient ou faisaient la promotion des disques au lieu de brosses ou d’assurances. Il y avait ce qui était en demande, les fameux succès du moment, et des trucs moins connus ou inconnus qu’il fallait essayer de refiler au disquaire en vantant la marchandise, charge à lui d’en souligner les mérites auprès d’une clientèle dont il connaissait les goûts.
Malgré cela une très grande partie de cette production est restée inconnue, ne s’est pas ou mal vendue, c’est en général ces disques qui font le bonheur des encyclopédistes, même certains sont devenus de très estimables pièces de collection. Allons faire un tour dans ces publications dont la plupart vous sont inconnues, autant les chansons que les artistes, à moins que vous n’ayez été un chasseur de disques averti pour quelques uns d’entre eux. Toutes les publication dont je parle ici ont bien été éditées en France et sont uniquement des 45 tours.

1958 – Ruth Brown / This Little Girl Gone Rockin’. Ruth Brown est une artiste noire de R&B assez connue aux USA, mais beaucoup moins en France. Sur cette publication française de 1958, alors que l’on se plaignait de la rareté des publications de disques de rock and roll, en voici un exemple passé inaperçu.

1968 – The Pretty Things / Talking About The Good Times. Un peu comme les Moody Blues, les Pretty Things abandonnèrent leur racines blues pour se tourner vers des choses plus progressives. Si leur 45 tours chez Fontana sont relativement courants, ils en va autrement de ceux sortis chez EMI. Voici le premier de la série. C’est juste l’époque où je les ai vus sur scène, avant de les revoir 45 ans plus tard.

1961 – Marie Laforêt / St Tropez Blues. Mais oui Marie Laforêt n’est plus, c’est dommage c’était pour le moins un excellente chanteuse.  Dans la presse j’ai constaté qu’aucun journaliste n’était capable de citer juste son premier disque. Non ce n’est pas « Les Vendanges De L’Amour » mais celui-ci avec Jacques Higelin. Evidemment c’est moins connu et c’est pour les besoins d’un film.

1969 – Octopus / Laugh At The Poor Man. Groupe anglais enregistrant pour le naissant label Penny Farthing. Très dans le vent de l’époque avec ses harmonies vocale bien fouillées. pas assez pour conquérir la France. Très plaisant !

1970 – Family / The Weavers Answer. Quelques singles de Family sont parus en France sans être très visibles. Dominé par la fantastique voix du chanteur Roger Chapman, c’est un des très grands groupes pop toutes tendances confondues.

1965 – Kim Fowley / The Trip. Le légendaire producteur a enfanté sans le vouloir cette très belle pièce de collection française sur le label Vogue. Une petite anecdote, un pote musicien qui l’avait rencontré par hasard à New York dans les années 1990, lui a demandé s’il voulait produire le groupe dans lequel il jouait. Fowley lui a répondu : C’est 5000 dollars par jour !

1968 – Linda Tillery & Loading Zone / No More Tears . Seule publication ici de ce band américain, chanteuse noire et musiciens blancs très R&B, assez populaire aux States dans les concerts. La chanteuse est toujours en activité.

1970 – Stray / Only What You Make It. Un de ces groupe anglais assez peu connu mais prisé des collectionneurs.  Cela pourrait faire penser à du Deep Purple pour ce titre.

1965 – The Deejays / Blackeyed Woman. Groupe d’origine anglaise exilé en Suède. Ils enregistrent cette pièce devenue légendaire et combien merveilleuse, parue en France sur un rare EP  très difficile à dénicher. Un casse tête pour beaucoup de collectionneurs.

1967 – The Rokes / Let’s Live For Today. Emmenés par Shel Shapiro, les Rokes sont des anglais émigrés en Italie. Ils deviennent immensément populaires dans la Botte en se posant un peu comme des Beatles italiens. Ils chantent en italien et en anglais principalement des adaptations de titres anglo-américains. Un de leurs succès originaux composé par le chanteur, « Piangi Con Me » est repris en version anglaise sous le titre que je vous propose ici. Les deux titres sont édités en France par RCA sous deux EP’s différents, sans qu’ils soient remarqués. Par contre en Amérique, les Grassroots reprennent ce titre et en font un succès et même un standard. Plutôt marrant, RCA qui les distribue en France, sans doute un peu refroidi par l’insuccès des Rokes, publie plusieurs disques d’eux mais pas celui-là.

1963 – The Blackjacks / Woo Hoo / The Red Dragon. En 1963, les Blackjacks décident de réactiver pour le label anglais Pye, un hit des Rock-A-Teens, groupe vocalo-instrumental qui fut classé dans les chars US en 1959, « Woo Hoo ». Disque facilement contagieux, il ne se classa pas en Angleterre bien que régulièrement publié. Quelques passages radio auraient suffi pour le faire démarrer, ce qui ne se produisit pas. Vogue décide de le publier en France où ce titre est inconnu, car la version originale ne fut pas publiée. Couplé avec un single de la chanteuse Pat Harris à laquelle ils servent de backing band, le EP ne rencontra pas plus de succès chez nous. Je vous file également l’autre face qui est un bon instrumental à la Shadows.

1969 / Little Richard / Baby What You Want Me To Do. Il existe sur le marché français un nombre impressionnant de 45 tours de Little Richard. On y retrouve bien sûr ses grands classiques car c’est un des influences majeures du rock and roll. Dans sa carrière, il n’a pas fait que du rock, mais aussi du gospel et devint aussi dans les années 60 un très compétant chanteur de rhythm and blues et de soul music. Certains de ses disques ne furent publiés que sous la réputation de son nom et l’on peut y trouver des choses très hétéroclites, comme cette reprise de ce célèbre titre de Jimmy Reed pas si mal roulée.

*****

2 réflexions sur “Exploration en terre musicale inconnue (15)

  1. Bonjour M. Boss
    J’aurais été incapable de citer le 1er disque de Marie LAFORET ! Je l’avoue.
    Parmi votre sélection , j’ai bien suivi évidemment les Pretty Things et le groupe OCTOPUS , un peu moins FAMILY, mais j’avais pas pu résister d’acheter leur album BANDSTAND avec la fameuse pochette découpée qui représentait un vieux téléviseur .
    Bonne fin de semaine
    cooldan

    • Hello Cooldan,
      Je dois avouer que si j’ai découvert les débuts discographiques de Marie Laforêt, c’est plus en remontant la carrière de Jacques Higelin que celle de sa comparse, mais c’était fixé dans un coin de ma mémoire.Pourtant une simple consultation de Wikipédia permet de retrouver sa mention. Alors ce que je pense du travail des journalistes…
      Family était d’un abord pas trop facile, mais j’ai toujours été en admiration devant sa voix. C’est même sur les conseils d’un copain que je me suis mis à les écouter. Par la suite il a collaboré avec Box Of Frogs (Yardbirds) c’est lui qui vocalise dans « Heart Full Of Soul ».
      Le Pretty Things, là je peux dire que je n’ai rien loupé depuis les débuts, je dois avoir une sorte d’intégrale. Quand je les ai vu récemment, j’avais quelques doutes sur la présence sur scène de leur premier répertoire r’n’b. Il y a une chanson que j’aime en particulier, la première que j’ai entendue d’eux « Honey I Need ». J’ai vite été rassuré, ils ont commencé par celle-là !
      Bonne fin de semaine.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.