En passant

Bas nylons et une star au club

*****

Jerry Lee Lewis a toujours été un personnage assez fantasque, mais s’il est une qualité qui fait l’unanimité autour de lui, c’est celle d’interprète. Surdoué du piano, une voix puissante, il sait chauffer une salle en moins de deux. Assez bizarrement un des albums où le personnage est au sommet de son art est resté passablement dans l’ombre, du moins pour les USA. Il s’agit de celui enregistré au Star-Club de Hambourg en 1964.
Le 5 avril 1964, Jerry Lee Lewis est annoncé sur la scène du Star-Club. Le club possède indirectement sa maison de disques gérée par Philips. Justement Philips possède pour l’Allemagne les droits de licence pour la nouvelle maison de disques de Lewis, Smash records, sous marque de Mercury. L’idée d’enregistrer un album live fait vite son chemin dans l’idée du producteur assigné, Siggi Loch. A ce moment là, la carrière de Lewis est au creux de la vague, il a de la peine à se remettre de son fameux mariage avec sa nièce mineure et surtout du scandale que cela a alimenté. Il dira lui-même dans un interview : « J’ai passé de 10000 à 100 dollars la soirée ». Mais artistiquement le chanteur est toujours en pleine possession de ses moyens et sa réputation sur scène est intacte. De plus, si le rock and roll est presque devenu ringard aux USA, l’Europe est toujours demanderesse. On peut enfin voir sur scène, ces stars qui enflammèrent les années 1950, mais qui dédaignèrent passablement le vieux continent au moment de leur pleine gloire. Alors on les fait venir et ils tournent, tournent.
Le concert et son enregistrement ne demande pas une grande mise en scène, des micros pour l’enregistrement, un groupe pour l’accompagner. Ce sera la travail des Nashville Teens, ramené à un trio, guitare, basse, batterie. A ce moment, ils n’ont pas encore eu leur hit « Tobacco Road » et ils sont encore peu connus. Petite séquence ironie, le solo que le guitariste John Allen étale dans « Matchbox » est presque note pour note le même que celui que l’ont peut entendre dans « TNT » des Nashville Teens. Le disque n’est pas un chef d’oeuvre d’enregistrement, c’est surtout la sono du piano qui est poussée à fond, mais cela n’a pas l’air de déranger beaucoup de monde.
A sa publication. le disque sans susciter une ruée vers les magasins pour l’acheter, intéresse ceux pour qui le nom de Lewis représente quelque chose. Le disque est publié seulement en Allemagne, France, Angleterre, dans d’autres pays après 1970, ce qui ne lui donne qu’une visibilité restreinte au niveau de l’Europe. Pour des raisons contractuelles, il n’est pas publié aux USA, il ne le sera qu’une trentaine d’années plus tard, et devient chez le fan américain une sorte de mythe dont il faut posséder une copie. Il faut aussi préciser qu’il fait un peu double emploi avec un album prévu aux USA « The Greatest Show On Earth » pas trop différent en contenu, mais avec plusieurs titres de country music. Il est publié en France sous le titre « Alabama Show ».
Avec le temps qui passe, il est consacré comme une des plus chaudes galettes du rock and roll enregistré en public. Un critique dira : « Ce n’est pas un album de rock and roll, c’est un crime sur la scène ! »
La publication de l’album se résume à 12 titres, mais le concert en totalisait 15. Deux chansons semblent avoir été définitivement perdues et la troisième « Down The Line », initialement écarté pour un défaut de balance au départ a refait surface ici et là. Les sélections présentées ici, apparaissent selon l’ordre du disque avec à la fin la chanson écartée. En bonus, je vous mets la version de « Long Tall Sally » qui figure sur l’album live en Alabama, peut-être la seule chanson de cet album qui pourrait faire pâlir celle du Star-Club. C’est celle que vous trouvez sur le EP français de 1964 « Enregistrement Public ».

La chanson écartée de l’album.

La version de « Long Tall Sally » enregistrée en Alabama.

 

 

*****

6 réflexions sur “Bas nylons et une star au club

  1. Bonjour Mr Boss,

    Jerry Lee Lewis est un des chanteurs de rock que mes camarades de collèges ont du écouter au début des années 1980. « Jerry Lee Lewis » et « Ice House », me semble t-il. Ca commence à faire loin pour moi. J’étais plutôt variété.
    Je pensais que le nom artistique avait un rapport avec celui du célèbre acteur comique Jerry Lewis. Un autre registre…
    J’avais lu dans un magazine que Hambourg était une ville allemande aux quartiers « chauds » qui accueillait les groupes de rock célèbres en tournée dans le monde, en particulier les Beatles.
    Bonne journée. Peter.

    • Hello Peter,
      Jerry Lee Lewis, Lewis est en fait son vrai nom de famille, c’est un hasard.
      La particularité d’Hambourg et de son port fait d’elle une ville de garnison après la guerre. Si elle devint un rendez-vous musical, c’est par le fait qu’il fallait distraire les soldats américains avec de la musique anglo-saxonne, les plus proches étant les Anglais alors on faisait souvent appel à eux.
      Ces lieux de concerts se trouvaient dans le quartier de Sankt-Pauli, un quartier très chaud où l’on baise et écoute de la musique. Le Star-Club est devenu l’endroit le plus légendaire bien que son ouverture soit assez tardive (avril 1962), les Beatles sont arrivés à Hambourg en 1960 et c’est bien sûr trop tôt pour qu’ils jouent sur la scène du fameux club. Ils débutèrent à l’Indra, passèrent aussi au Kaiserkeller. Le fait que le nom du Star-Club soit lié pour toujours au nom des Beatles est sans doute que cet endroit ressemblait un peu plus que les autres à une salle de concerts et devint prestigieux assez rapidement en accueillant pas mal de célébrités, et aussi que ce fut le dernier stade avant la gloire pour eux.
      Bonne semaine.

  2. Hello à tous,
    De 1960 à 1962, les Beatles ont donné plus de 280 concerts à Hambourg, où ils ont aussi signé leur tout premier contrat et fait la rencontre d’un dénommé Ringo Starr. Marcher sur les traces des jeunes Beatles à Hambourg, c’est découvrir une ville à l’atmosphère aussi légendaire qu’inspirante.

    • Bonjour à tous,
      Je me souviens d’avoir vu un jeu télévisé style chasse aux trésor où le reporter devait trouver dans Hambourg une femme qui avait dormi avec un des Beatles Pour finir il avait gagné car il a retrouvé une vieille dame chez qui qui les Beatles avaient logés et on a considéré qu’elle avait dormi avec un des Beatles. Je ne me souviens plus le nom de cette émission, il me semble que le mot défi figurait dans le titre. C’était bien sûr à Hambourg.
      Il faudrait aussi remettre la main sur un documentaire Arte consacré au Star-Club sorti dans les années 1980. Le chanteur Lee Curtis sert de guide et il parle bien entendu des Beatles.et de la vie à Hambourg.
      Le célèbre documentaire « Mondo Cane » de 1962 a quelques séquences tournées dans le quartier de St Pauli. On y remarque un joyeux bordel.

  3. Le Rock, tel que je l’aime. En ré-entendant cela, je me re-trémousse sur ma chaise, malgré arthrose et autres tendinites.
    Un des rares pianistes-chanteurs du rock, ce Jerry-Lee ! et qui jouait debout, comme disent certains
    Pas du tout évident de faire du rock au piano. A une époque, j’ai essayé… et j’ai repris la guitare !!!

  4. Hello Paul,
    Tu as raison, c’est un maître! J’ai moi aussi pas mal vibré sur ce disque à l’époque. Je ne sais pas s’il jouera encore, car il a eu quelques problèmes de santé cet été et n’a pas trop l’air en bon état. A suivre…
    Bonne semaine

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.