Exploration en terre musicale inconnue (40)

Au temps du vinyle, la production phonographique française est assez minimaliste par rapport à un pays comme les USA. Cela ne veut pas dire qu’elle n’existe pas. Malgré tout, une immense partie de cette production restera dans l’ombre, par manque de soutien de la presse spécialisée, par manque de diffusion radiophonique, par manque promotion. Je me souviens d’avoir vu chez les disquaires des représentants de maison de disques faire la promotion de nouveautés du catalogue. Ils n’avaient rien de différent des autres représentants, sauf qu’ils vendaient ou faisaient la promotion des disques au lieu de brosses ou d’assurances. Il y avait ce qui était en demande, les fameux succès du moment, et des trucs moins connus ou inconnus qu’il fallait essayer de refiler au disquaire en vantant la marchandise, charge à lui d’en souligner les mérites auprès d’une clientèle dont il connaissait les goûts.
Malgré cela une très grande partie de cette production est restée inconnue, ne s’est pas ou mal vendue, c’est en général ces disques qui font le bonheur des encyclopédistes, même certains sont devenus de très estimables pièces de collection. Allons faire un tour dans ces publications dont la plupart vous sont inconnues, autant les chansons que les artistes, à moins que vous n’ayez été un chasseur de disques averti pour quelques uns d’entre eux. Toutes les publication dont je parle ici ont bien été éditées en France et sont uniquement des 45 tours.
J’arrive au numéro 40 de cette rubrique, a raison de 12 présentations dans chaque numéro, cela fait près de 500 disques rares qui font partie de cette exploration. Le point commun de tous ceux que j’ai présentés, c’est qu’ils sont rares à des degrés très divers, du rare pas trop rare au Graal de la rareté. De quelques euros pour certains. a des dizaines, des centaines, et même plus de 1000 euros pour les plus prestigieux, cela donne une idée de la valeur que peut avoir une belle collection de vieux vinyles. Et ça continue…

1961 – Janice Harper / Love Is A Dangerous Thing. Chanteuse américaine dont on ne sait pas grand chose, sinon qu’elle a enregistré une poigne de disques entre 1957 et 1967. Un physique avantageux et un style qui n’est pas sans rappeler celui de Peggy Lee. Je n’ai jamais vu cette publication.

1968 – Reparata & The Delrons / Captain Of Your Ship. Trio vocal féminin blanc américain assez connu là-vas, qui débuta en 1964. Sur le plan international, leur titre le plus connu est celui-ci, on peut trouver sur un single français publié par EMI, mais peu visible.

Sagittarius / Another Time. Réputés pour avoir fait d’un titre du trio anglais Ivy League « My World Feel Down », un must psychédélique qui fut aussi édité en France sur un single, celui-ci fut publié à la suite. Si le premier est déjà rare, ce dernier l’est encore plus. Une pièce assez recherchée dans son pressage français, le seul emballé dans une pochette.

1968 – Steppenwolf / Born To Be Wild. Il existe deux versions françaises de ce single pour les sixties. La première date de 1968 et la seconde de 1969. Lors de la parution originale, bien que très connu le titre ne suscita pas immédiatement un engouement féroce. Ce fut le film « Easy Rider » qui le propulsa au firmament. C’est assez marrant de voir la manière qu’à une salle obscure de capter l’attention et l’oreille d’un spectateur, depuis ce film est toujours associé aux bikers. Le premier tirage relativement modeste en ventes est de ce fait beaucoup plus rare et recherché que la seconde édition. Entretemps un autre phénomène s’est glissé dans les parutions. Jusqu’en 1968, c’est RCA qui distribuait Dunhill en France, première parution, et ensuite EMI, seconde parution.  Cela peut avoir eu un impact sur les ventes du premier.

1974 – Spooky And Sue / Swinging On A Star. Succès en Hollande, bide en France, exemple de  ces artistes qui surgissent et disparaissent à la vitesse du son. Une recette simple, on reprend une vieillerie très connue pour la mettre au goût du jour, ici on sent le disco venir. Cela avait déjà marché pour Richard Anthony en France dix ans avant avec le même titre. Bien que rares ces disques laissent peu de traces dans les recherches de collectionneurs.

1965 – The Motions / It’s Gone. Les connaisseurs savent que ce groupe hollandais est une première mouture des fameux Shocking Blue et du non moins fameux « Venus ». Pour moi, il a une toute autre signification. Ce premier EP français d’une série de 3, fut un de mes tous premiers disques. Mon titre préféré est celui que je vous propose ici, je l’ai écouté des milliers de fois et je l’écoute encore, C’est un beau collector, la semaine passée j’ai vu une copie partir  à 260 euros. Ma vieille copie usée jusqu’à la corde n’atteindra sans doute jamais pareil prix, raison de plus pour ne pas chercher à la vendre.

Rudy Bennett qui fut le chanteur de ce groupe la chante encore.

1970 – John Stewart / Marshall Wind. John Stewart c’est un ancien du Kingston Trio qui entama une carrière de soliste, mais aussi de compositeur (Daydream Beliver pour les Monkees c’est lui). Ce single extrait d’un album, est un essai de le faire remarquer en France, sans grand résultat. Il obtiendra un hit international en 1978 avec « Gold ».

1971 – Présence / Le Jour S’est Levé. Un de ces nombreux groupes pop à la française. Beaucoup connurent une existence éphémère, mais il y en a quelques-uns qui deviennent des collectors par la suite. Le groupe Présence en fait partie sans doute plus par le fait qu’il a eu deux chanteurs connus dans ses rangs. Le premier était plutôt en déclin, Erick Saint Laurent, qui eut quelques titres assez connus cinq ans plus tôt. L’autre est une vedette en devenir, Daniel Balavoine. C’est se second qui apparaît dans ce titre. C’est un disque relativement rare sans être rarissime.

1970 – Ange / Israel. Beaucoup plus rare et aussi plus recherché, le premier enregistrement du groupe Ange. Avant de devenir un leader de la pop française, le groupe avait timidement enregistré un 45 tours sur un tout petit label. Musicalement c’est plus fouillé que le précédent, on peut aisément le classer dans la musique progressive. En valeur sur le marché, il peut se vendre 3 à 4 fois plus cher.

1971 – Total Issue / Rustique. Un autre groupe français que je trouve assez classe. Des musiciens venus du jazz et qui se lancent dans quelque chose de plus pop. Un 45 tours rare extrait d’un album quasi mythique. Parfois je me dis que plutôt que de mettre toujours l’accent sur la pop anglaise ou américaine, nos chers programmateurs radios passaient souvent à côté de belles choses. Si j’avais entendu cela à l’époque, j’aurais sans doute couru acheter l’album.

1967 – The Blues Magoos / We Ain’t Got Nothin Yet. Ah celui-là, il fallait bien qu’il devienne un collector. Pratiquement tout ce qui a été publié en France sous forme de EP et qui concerne la musique psychédélique peut se classer dans le plutôt rare ou très rare. Dans le lot, cette publication est sans doute une des plus courantes, ce qui ne veut pas dire que vous allez en trouve un exemplaire dans toutes les brocantes. Il existe quelques clips d’eux, mais comme le son est médiocre, voici un  clip plus banal, mais de qualité.

1966 – Cream / I’m So Glad. Le groupe Cream est apparu assez tôt pour bénéficier des publications en EP’s, support qui fait tout le charme des productions françaises pour les collectionneurs internationaux. N’allez pas croire que c’est par philosophie que ce fut le cas. Non, c’est plus mercantile, cela permettait de vendre le double de marchandise et rapporter plus. Gain pour l’acheteur, souvent de belles pochettes qui résistent bien à l’épreuve du temps. Pour Cream, il y en a trois, le premier étant certainement le moins courant, mais il annonce déjà tout le charme et l’importance qu’aura ce groupe.

*****

6 réflexions sur “Exploration en terre musicale inconnue (40)

  1. Bonjour M. Boss,
    C’est vrai que dans une collection nos disques peuvent aller d’une dizaine, d’une centaine, voir d’un millier d’euros , mais dès fois je me dis que vont en faire mes enfants ? auront ils la patience de faire la part des choses ? …Y aura t’il encore un marché pour mes pièces rares des Beatles ou autre ? …on le voit bien , quand on veut acheter c’est toujours cher, et quand on veut vendre une collection les prix descendent en flèche …!!
    Ou alors je me fais construire une pyramide pour me faire enterrer avec mes disques pour pouvoir les écouter dans l’au delà ….on va y réfléchir…LOL
    Bonne semaine
    cooldan

    • Hello Cooldan,
      Vaste problème pour les collectionneurs et pas seulement pour les disques.
      En ce qui concerne la marché, je ne fais pas de souci, les fonds de tiroirs des vieux vinyles sont en grande partie exhumés. Le rare restera rare et il y a quand même un net regain sur le vinyle. On a été un peu dans le creux de la vague, mais je sens que les gens sont prêts à remettre un peu d’argent pour les pièces rares. Comme je le dis dans l’article, le EP des Motions qui est parti récemment à 260 euros est un signe. C’est une pièce que j’ai vue quelquefois, mais c’était dans une moyenne de 50 / 60 euros. Je suis bien placé pour la savoir puisque je vends sur la Toile des vinyles pour une association caritative. J’ai vendu assez récemment le deuxième EP de Gainsbourg pour 150 euros, un EP des OP’4 pour 140 euros et plus étonnant un LP de musique classique pour près de 3000 euros ! Mais il ne faut pas se leurrer, cela ne marche que pour des pièces rares qui ont un petit côté de légende, le reste est presque invendable tellement c’est courant. Mireille Mathieu, Nana Mousqouri, à un euro cela part mal !
      Concernant mon « héritage », je ne sais pas encore ce que je vais faire, c’est un véritable casse-tête.multiplié par des milliers. La pyramide est une bonne idée, je vais y réfléchir.
      Bonne fin de semaine

  2. Hello M. Boss,
    Je suis totalement d’accord avec votre analyse, oui certaines pièces rares partent à un bon prix….parce qu’il reste encore des amateurs souvent âgés comme nous….mais après quand nous serons tous allés rejoindre nos idoles, …y aura t’il encore des gens pour acheter ???
    Bonne fin de semaine
    cooldan

    • Hello Cooldan,
      Je penses aussi, mais dans ma clientèle j’ai aussi quelques jeunes qui achètent des vieux trucs. Il y a en a aussi qui achètent des vinyles qui datent des années 70 ou 80, surtout les artistes qui sont à la source des musiques actuelles, les précurseurs de l’époque. Cela nous mène aux frontières de la transition entre le vinyle et le CD. Parfois, il suffit qu’un artiste actuel reprenne un passage ou s’inspire d’une vieillerie pour que cela les intéresse. C’est un peu comme les punks qui recherchaient des artistes qui approchaient cette musique dans les sixties, les Trashmen, les Troggs, les Sonics.
      Mais tout est un éternel recommencement, les modes peuvent se rebrancher sur les vieux vinyles, il suffit de les lancer.
      Bon week-end

      • Hello M. Boss,
        Je suis globalement d’accord pour 2020 …mais si dieu nous prête vie comme on dit….qu’en sera t’il dans 10 /15 /20 ans …ou plus ?? certains disques peut être , mais la plupart (c’est ce que je pense) sera obsolète …ou vendu à prix ridicule.
        je suis un peu trop négatif ….peut être
        Bon dimanche
        cooldan

    • Hello Cooldan,
      Moi je pense que oui, même s’ils ne seront pas très nombreux. Dans mon truc caritatif, je dirais qu’il y en a de tous les âges, mais plus l’âge avance plus ils sont nombreux. D’après ce que je vois, une centaine de vinyles sont vendus chaque semaine, des fois plus des fois moins. Ce sont des disques vendus à très bas prix de 50 centimes à 5 ou 10 euros. Le reste part sur le net. Mais je peux déjà vous dire qu’il y a des invendables qui finissent à la benne. Excepté pour des pièces rares, la plupart des artistes qui étaient des gros vendeurs n’ont absolument pas de clientèle, la variété française en général. En général pour des artistes comme les Who, Pink Floyd, Hallyday, Gainsbourg, Beatles, Stones, le rock and roll en général, la pop en général, il y a une clientèle pour autant que cela soit des originaux et en état correct.
      Je dirais pour terminer, comme je suis pas mal dans le monde des vieilleries en général, BD, trains miniatures, bouquins, il y a des gens qui achètent des trucs qui datent d’avant leur naissance.et ce ne sont pas tous des gens âgés. Pour combien de temps ? Ca je n’en sais rien.
      Bonne semaine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.