Jeter une bouteille musicale à la mer -2-

THE ELECTRIC PRUNES – USA Psychédélique – sixties seconde moitié

Le mouvement psychédélique, à part être un mouvement musical à l’évolution significative, était aussi assez percutant au niveau des paroles, accessoirement dans le nom d’artiste choisi. Les Prunes Electriques en sont un bon exemple. Très populaires le temps de quelques albums encore prisés aujourd’hui, ils eurent la bonne idée de créer le premier album pop de musique religieuse « Mass In F Minor ». Des ambiances assez diverses au fil des titres, des sonorités fouillées, planantes, agressives. Leur titre phare « J’ai Trop Rêvé La Nuit Dernière », résume bien le tout. Larges extraits des 3 premiers albums.

THE LEATHER BOY –  USA Garage sixties – seconde moitié

Ca, c’est l’exemple type de l’artiste obscure qui réussit à avoir une sorte de petit culte quelques années plus tard, par quelques très branchés.  Du cuir, fétichisme sans doute présent, des motos. Martin Milan de son vrai nom a réussi d’enregistrer deux titres qui ne laissent pas indifférents quand on les découvre. On aime ou on aime pas, la question est là. Les voici quand même.

JAKE HOLMES – USA Folk progressif – sixties seconde moitié

Une chanson pop parmi les plus connues au monde et pourtant 99,9 % de ceux qui la connaissent sont bien incapables de dire le nom du créateur. Je veux parler de « Dazed And Confused » mis en lumière dans un premier temps par les Yardbirds, période Jimmy Page et ensuite Led Zeppelin. Chanteur plus qu’intéressant, il mérite une reconnaissance qui tend enfin  à se manifester. Ouf!

THE CASTAWAYS – USA Garage sixties – milieu sixties

Un groupe local du Minnesota, de très jeunes garçons, qui réussit une percée dans le hit parade national à une très bonne place.  Aussi vite disparus qu’apparus, il laissent juste une trace. Titre accrocheur à la sauce onctueuse, c’est toujours plaisant à écouter même bien des années après.

COUNT FIVE – USA Garage sixties – sixties seconde moitié

Sans avoir créé une révolution musicale, ils ont au moins fait un titre avant-gardiste pour 1966, au titre prometteur « Psychotic Reaction ». Pour une bande de jeunes entre  16 et 18 ans, c’est déjà pas si mal. Un must absolu et quelques autres titres très intéressants.

THE ESQUIRES – USA Garage sixties – sixties seconde moitié

Celle-là je l’ai cherchée sans trop penser la trouver sur YouTube, pourtant à l’instar de ma collection, elle y figurait.  Le type même de ballade qui vous colle à l’âme les soirs de cafard. Oh que j’aime écouter ça quand la pluie tombe au dehors.

INSPIRATIONS

D’autres, bien plus tard, sont encore sous le charme et les mettent à leur répertoire. Rien ne se perd…

Debbie Harry alias Blondie n’hésite pas à tomber sous le charme des Castaways

Space Lady fait une confiture de prunes électriques en rêvant trop la nuit passée

Les Cramps, qui d’autre, pouvait remettre « Psychotic Reaction » au répertoire?

2 réflexions sur “Jeter une bouteille musicale à la mer -2-

  1. Mille fois merci de votre très aimable commentaire. Il est vrai que si je parle de bas nylons dans mon blog avec une certaine passion, je suis intarissable en musique. C »est bien là que là que les plus belles heures de ma vie se sont déroulées, derrière un électrophone, caché derrière un pile de vinyles. Impossible de dire lequel j’emmènerais sur une île déserte, oh juste deux ou trois mille…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s