En passant

Exploration en terre musicale inconnue (46)

Au temps du vinyle, la production phonographique française est assez minimaliste par rapport à un pays comme les USA. Cela ne veut pas dire qu’elle n’existe pas. Malgré tout, une immense partie de cette production restera dans l’ombre, par manque de soutien de la presse spécialisée, par manque de diffusion radiophonique, par manque promotion. Je me souviens d’avoir vu chez les disquaires des représentants de maison de disques faire la promotion de nouveautés du catalogue. Ils n’avaient rien de différent des autres représentants, sauf qu’ils vendaient ou faisaient la promotion des disques au lieu de brosses ou d’assurances. Il y avait ce qui était en demande, les fameux succès du moment, et des trucs moins connus ou inconnus qu’il fallait essayer de refiler au disquaire en vantant la marchandise, charge à lui d’en souligner les mérites auprès d’une clientèle dont il connaissait les goûts.
Malgré cela une très grande partie de cette production est restée inconnue, ne s’est pas ou mal vendue, c’est en général ces disques qui font le bonheur des encyclopédistes, même certains sont devenus de très estimables pièces de collection. Allons faire un tour dans ces publications dont la plupart vous sont inconnues, autant les chansons que les artistes, à moins que vous n’ayez été un chasseur de disques averti pour quelques uns d’entre eux. Toutes les publication dont je parle ici ont bien été éditées en France et sont uniquement des 45 tours.

1975 – Betty Davis / Shut Off The Kight. Elle fut brièvement la femme de Miles Davis. Elle se lança au cours des seventies dans une carrière de chanteuse plutôt funk. Mais c’est d’une cuvée supérieure. Disque rare.

1968 – Donovan / Wear Your Love Like Heaven. Dans les publication française de Donovan, il n’y a rien de vraiment rare. Cela se partage entre le courant et le moins courant. Dans cette seconde catégorie, on peut assez facilement ranger ce disque qui n’est pas son titre le plus connu. Mais ce n’est absolument pas un disque coté.

1959 – Annette (Funicello) / First Name Initial. Bien qu’elle soit une vedette aux USA, sa discographie française se résume à presque rien du tout. Cette première publication de 1959 annonce un peu le style surf à venir. mais les Beach Boys ne sont pas encore dans la course pour le populariser. Disque néanmoins assez rare.

1963 – The Essex / Easier Said Than Done. Un no 1 aux USA, pourtant cette chanson n’a laissé que peu de traces dans la mémoire collective, ce n’est pas trop la chanson que l’on fredonne sous la douche. Publié en France surtout sous la réputation que les Surfs en avaient fait une adaptation française (Pas Si Simple Que Ca). C’est une rareté assez évidente, d’un intérêt surtout pour les collectionneurs qui connaissent.

1963 – Anita Humes – I’m Making It Over. C’est la chanteuse du groupe précédent qui s’empressa d’enregistrer en solo sans trop de résultats. C’est à classer dans le même tiroir que le précédent, c’est rare, mais il y a quelques amateurs dont le rêve est surtout d’en trouver une copie sans trop dépenser.

1967 – Dyke & The Blazers / Funky Walk. C’est à n’en plus pouvoir le type même du disque que l’on pouvait entendre en 1967 dans la mouvance James Brown. La seule différence, c’est que celui-ci, seule publication française en 45 tours est assez difficile à trouver, il faut quand même quelques billets et pièces en euros pour une copie. C’est tellement ciblé que leur enregistrement de 1966 « Funky Broadway », fournit une hit à Wilson Pickett.

1970 – Exuma – Exuma, the Obeah Man. Chanteur venu des Bahamas, ses disques sont recherchés aujourd’hui parce qu’ils avaient un peu cette saveur de musique exotique mélangée à une sauce électrique. Ses disques ne sont pas parmi les raretés du siècle, mais ils sont assez bien cotés. Peut-être même parfois un peu trop.

1965 – The Manchester Playboys – And I Do Just What I Want. Groupe anglais de r’n’b erratique qui enregistra une petite poignée de disques et tourna un peu partout. Sous la houlette de Bobby Graham, un requin et batteur de studio, connu chez nous pour s’être occupé de pas mal des sessions d’Eddy Mitchell à Londres, ils enregistrèrent ce titre extrait d’un EP publié par Barclay. C’est une reprise de James Brown. Barclay avait plus ou moins un arrangement avec Graham pour publier en France du matériel en exclusivité. C’est ainsi que d’autres publications collectors proviennent de la même source, Il y a les Hairy Ones, In-Betweens (futurs Slade), London All Stars (dans lequel Jimmy Page tient la guitare), et ici les Manchester Playboys avec cet EP plutôt coté. Vocalement c’est assez bien torché.

1972 – Fela ( Ransome) Kuti – Egbe Mi O. Chanteur venu du Niger, il fit une belle carrière par la suite et devint une référence pour son style de musique africaine avec un mélange de jazz et de funk. Comme c’est souvent le cas, les débuts sont assez modestes, une fois connu les collectionneurs recherchent les vieilles éditions plus ou moins rares. C’est un peu le cas ici, et il faudra quand même mettre quelques bons euros pour éventuellement en dénicher une copie et la mettre en collection. Le fait que le fameux Ginger Baker participe à l’enregistrement pousse un peu les enchères. Le titre de la chanson est en version abrégée sur le 45 tours, car il dure plus de 12 minutes.

1967 – Benny Latimore / There She Is. En 1966-67 il y a eu une nombre assez conséquent de disques édités sous étiquette r’n’b. Bien sûr les James Brown, Otis Redding , Wilson Pickett, se partagent le succès, les autres rament un peu. C’est le cas pour Benny Latimore dont ce premier 45 tours français ne parvient pas au succès. D’une cotation moyenne, cette pièce relativement rare intéresse quelques inconditionnels du style.

1966 – Plinio Maggi / Io Ti Amo. Rien de tel pour participer à la grande soupe du festival de San Remo que d’avoir le nom d’une marque de potages. Sa carrière de chanteur est assez courte et sa participation au festival ne lui amena rien, il ne fut même pas retenu pour la finale. Le problème avec ce genre de chansons,  c’est que dans le cadre d’un festival, il y en a des dizaines comme celle-là.  Par la suite il retourna exercer son vrai métier, pharmacien, tout en menant en parallèle une carrière de compositeur. C’est plutôt cette dernière que l’histoire a retenu. Festival, une marque de circonstance, tenta quand même une publication française dont je n’ai jamais vu la moindre copie.

1966 – Lucio Dalla / Paff… Bum. Toujours à San Remo en 1966, le précédent ne fut pas le seul à se planter, des noms plus prestigieux sont écartés. Comme c’est l’habitude à ce festival, les chansons sont interprétées par deux artistes, l’un italien, l’autre étranger. Suite à l’idée très farfelue de leur producteur, les Yardbirds sont en compétition, et même deux fois. Une fois avec Bobby Solo pour « Questa Volta » et l’autre avec Lucio Dalla pour « Paff… Bum ». Ni l’un ni l’autre ne seront en finale. Les Yardbirds honnirent pour toujours « Questa Volta », même que Jeff Beck refusa de participer à l’enregistrement. Par contre, il gardèrent l’autre, à peine plus présentable dans leur discographie, en enregistrèrent une version anglaise sur des paroles concoctées par le bassiste d’alors, Paul Samwell-Smith. On retrouve notammant cet enregistrement sur la face B de l’édition allemande originale en 45 tours de « Shapes Of Things. La France publia la version en italien de Lucio Dalla sur un très rare EP.

*****

2 réflexions sur “Exploration en terre musicale inconnue (46)

  1. Hello M. Boss,
    Beaucoup de titres que vous mettez dans vos posts, suivant les époques me rappelle des moments de vie, de ma vie ou de la vie tout court …comme quoi la musique marque les époques et sert de références, de souvenirs dans nos vies
    Bonne semaine
    cooldan

  2. Hello Cooldan,

    C’est pas mal mon cas, j’ai des centaines voire des milliers de chansons qui sont liées à un moment de ma vie, elles me servent très souvent à mette une date sur un événement particulier. Par exemple, le premier album des Beatles que j’ai acheté « Hard Day’s Night », c’est une nièce à mon père qui m’avait donné l’argent pour l’acheter, un peu après Noël 1965. Elle est décédée d’un cancer deux ans plus tard. Avec mon père nous avions été la voir à l’hôpital dans une ville voisine. En sortant, j’ai profité de visiter un magasin de disques, j’avais acheté un single (un import) des Everly Brothers avec « The Power Of Love », qui est toujours dans ma collection.
    Ainsi va la mémoire.
    Bon week-end

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.