Bob Azzam et son ami Mustapha

En 1960, la musique arabe et ses rythmes n’avait que peu pénétré dans l’oreille des Français. Tous au plus, la population d’origine maghrébine avait importé quelques disques qui s’écoutaient entre gens de même culture. Pour lancer une mode arabisante, il fallut un détonateur en la personne de Bob Azzam, un Libanais d’origine. A la publication de son fameux « Mustapha » et le succès monstre qui s’en suivit, la chanson apprivoisa l’oreille de tous ceux qui eurent l’occasion de tourner le bouton de la radio ou mettre un pièce dans la machine. La chanson fut par rapport à la vrai musique arabe, style Oum Kalsoum par exemple, un succédané plaisant et un tantinet commercial. Mais on dansait et on aimait, juste pour se croire un instant dans une oasis sous les palmiers. La chanson eut aussi un impact au-delà des frontières et arriva même à se classer dans les charts américains. Autant le succès de Bob Azzam fut grand, autant il fut bref. Juste une ou deux chansons comme « C’est Ecrit Dans Le Ciel » ou « Fais Moi Du Couscous Chéri », connurent une certaine notoriété. Mais la voie était ouverte, la musique arabe gagnera petit à petit le droit de cité, ici, mais aussi sur un plan plus mondial.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s