Nos disques mythiques (5)

1960 – Un personnage étrange, du moins en apparence avec son bandeau sur l’oeil, casse la baraque dans le hit parade anglais. Avec un titre de sa composition, « Shakin’ All Over », il crée un des rares classiques du rock and roll anglais. Rares sont les chansons qui peuvent prétendre à cette appellation en étant sorties des studios d’enregistrement de ce pays. Son nom, Johnny Kidd, allusion à un célèbre pirate, avec à la clef  le nom de son groupe qui ne pouvait que s’appeler les Pirates. Avec sans aucun doute « Apache » des Shadows sorti la même année, tous les apprentis guitaristes font leurs classes sur ces deux titres. Le titre de Kidd est absolument partout, tout le monde le cite et le joue, il en existe des dizaines de versions gravées dans la cire tout au long des années 60 et bien au-delà.

Ce titre est tellement indispensable dans la discographie des teenagers de l’époque que la France ne le publie pas du tout. Heureusement, les plus désireux peuvent toujours se rabattre sur les imports, mais quand on est rocker et que l’on habite dans une village de 300 âmes, c’est plus difficile. En 1962, pour se calmer les nerfs on peut se procurer les deux excellentes reprises faites par les Fantômes « Le Diable En Personne », chanté en français, et celle de Vince Taylor, en anglais.
Pendant que son disque tourne, Johnny Kidd continue sa carrière qui ne verra plus aucun succès de cette taille le récompenser. Pourtant sa discographie est prestigieuse. A l’instar d’un John Mayall, son groupe verra défiler des musiciens qui vont devenir célèbres et que l’on retrouvera ailleurs, Tornados, Dakotas, Patto, Deep Purple. Si le hit de Kidd peut le faire classer comme rocker, il n’en est pas vraiment un par la suite. Il explore les influences de la Tamla Motown, du blues avec ou sans rythme. De plus, c’est un des premiers à avoir ce que l’on peut considérer comme un show visuel quand il se produit sur scène.

Vers 1965, la France se réveille enfin et publie le premier et unique 45 tours avec bien sûr le hit en lettres grasses. Les trois autres titres sont empruntés à différentes époques et donnent un petit aperçu des autres possibilités de l’artiste. Enfin on le tenait ce fameux disque, plus besoin d’aller chercher ailleurs. En 1966, en octobre, il se tue dans un accident de voiture. Il avait 31 ans. Dans les années 70, trois  membres des Pirates, Spencer, Farley, Green, reforment le groupe qui devient un attraction de la scène anglaise.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s