Nos disques mythiques (16)

23 052315 6

Dans les années 50 et surtout 60, il y a deux duos qui surclassent les autres, l’un est les Everly Brothers et l’autre les Righteous Brothers. Les premiers sont vraiment des frères, les autres ne le sont que de nom, bien que l’on peut supposer que c’est en pensant aux premiers que le nom des seconds a été choisi. Avec des voix aux sonorités différentes, vocalement ils sont parfaits. On peut reprocher aux Righteous Brothers de n’être pas aussi complets que les frères Everly, arrangeurs et musiciens aux talents incontestés et même frisant le génie. Mais c’est sans doute à cause de cela, de ce manque relatif, que le disque dont nous allons parler aujourd’hui verra le jour. Le trait de génie viendra du fameux Phil Spector en 1964. Depuis 1960, il aligne comme producteur des succès dont beaucoup sont encore dans toutes les mémoires, « Da Doo Ron Ron », « Then I Kissed Me » par les Crystals, « Be My Baby » par les Ronettes. De plus, il a fondé son propre label Philles, dont quasiment toutes les publications entrent dans les charts. En 1964, il est déjà une légende propulsée par son fameux « wall of sound ». Cette technique facilement reconnaissable à l’écoute aligne des arrangements sophistiqués au charme indéniable. C’est un cas rare où le producteur est plus célèbre que les artistes qu’il a produits.

L’attirance de Spector pour les artistes et les voix noires est bien connue. Alors quand il rencontre un duo blanc dont les voix pourraient passer pour un duo noir, il est intéressé et il signe les Righteous Brothers, c’est à dire Phil Medley et Bobby Hatfield.

Ils ne sont pas tout à fait des inconnus. Depuis deux ans pour le compte du label Moonglow, ils ont enregistrés quelques disques à tendance soul, dont deux de leur composition « Little Latin Lupe Lu » et « My Babe » ont obtenu de petits succès. La rencontre avec Soector va les propulser dans l’immortalité. En les signant, il a bien sûr une idée derrière la tête. Il a composé en collaboration avec le duo renommé Barry Mann et Cynthia Weil le chanson qui va nous inéresser, « You’ve Lost That Lovin’ Feelin ». Il estime qu’elle est ce qu’il faut pour ce duo, bien qu’il aie quelques doutes sur le possible succès du disque, il fait l’enregistrement. On y retrouve toute la magie de Spector dans son contenu, il sait charmer l’auditeur. Par rapport à ses autres productions plutôt dans tempos rapides, ici c’est un slow très langoureux. La légende veut que quant il fit écouter le résultat à Barry Mann par téléphone, celui-ci dit à Spector qu’il s’était trompé de vitesse en croyant qu’il tournait trop lentement. C’est en effet l’impression que peut laisser la voix de Bill Medley qui attaque le morceau.

La chanson dure près de 4 minutes, un temps presque trop long pour l’époque. Pour tromper les radios, Spector fait imprimer un temps raccourci à 3’05 sur l’étiquette du disque. On ne sait pas si les programmateurs sont dupes de cela, mais le disque est amplement diffusé sur les ondes, le succès est au rendez-vous. C’est même un no 1 dans la plupart des pays anglophones. Il devient bien vite un standard repris par d’innombrables artistes. Selon les sources de BMI, la société des droits d’auteurs, c’est même la chanson la plus diffusée par les médias au vingtième siècle!

Chez Spector, la face B est toujours quelque chose de particulier. Il a dans l’idée qu’elle ne doit jamais concurrencer la face principale. Alors il opte pour un titre quelconque, parfois un instrumental joué par des musiciens de studio. Cette fois-ci, soit il s’est trompé, soit il a un peu changé sa politique. Car sans concurrencer l’autre elle ne manque pas de charme au point que certaines stations américaines la diffusèrent malgré tout. Elle a pour titre « There’s A Woman ». C’est une composition du duo en collaboration avec Spector. Une ambiance un peu étrange qui convient parfaitement aux possibilités vocales dues faux frères. Des claquements de mains sur des accords de piano lancinant racontent l’histoire de cette femme qui fait chanter et sauter les chats quand elle se met derrière son clavier. Je dois avouer que je l’ai presque autant écoutée que l’autre tant je trouve ce titre intéressant. Ce titre parvint chez moi par l’intermédiaire de la publication française chez Barclay. La diffusion de Philles records fut jusqu’en 1964 assurée par Decca/London puis passe chez Barclay. C’est la première publication en France pour les Righteous Brothers. Toutefois on connaît « Little Latin Lupe Lu », car il figure en titre principal, via leur version, sur le 3ème disque des Kingsmen publié la même année. Pour palier aux exigences du marché français qui publie au format 45 tours 4 titres (EP) et pour capitaliser immédiatement le succès, Barclay a été repêcher 2 titres des sessions Moonglow, « Bring Your Love To Me » et « Koko Joe », donc ce ne sont pas des productions Phil Spector. Je dois dire que la pochette du disque est assez quelconque pour un monument pareil qui connut quand même un bon succès national, aussi populaire par l’honnête adaptation faite par Eddy Mitchell « J’ai Perdu Mon Amour ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s