En passant

Exploration en terre musicale inconnue (21)

Au temps du vinyle, la production phonographique française est assez minimaliste par rapport à un pays comme les USA. Cela ne veut pas dire qu’elle n’existe pas. Malgré tout, une immense partie de cette production restera dans l’ombre, par manque de soutien de la presse spécialisée, par manque de diffusion radiophonique, par manque promotion. Je me souviens d’avoir vu chez les disquaires des représentants de maison de disques faire la promotion de nouveautés du catalogue. Ils n’avaient rien de différent des autres représentants, sauf qu’ils vendaient ou faisaient la promotion des disques au lieu de brosses ou d’assurances. Il y avait ce qui était en demande, les fameux succès du moment, et des trucs moins connus ou inconnus qu’il fallait essayer de refiler au disquaire en vantant la marchandise, charge à lui d’en souligner les mérites auprès d’une clientèle dont il connaissait les goûts.
Malgré cela une très grande partie de cette production est restée inconnue, ne s’est pas ou mal vendue, c’est en général ces disques qui font le bonheur des encyclopédistes, même certains sont devenus de très estimables pièces de collection. Allons faire un tour dans ces publications dont la plupart vous sont inconnues, autant les chansons que les artistes, à moins que vous n’ayez été un chasseur de disques averti pour quelques uns d’entre eux. Toutes les publication dont je parle ici ont bien été éditées en France et sont uniquement des 45 tours.

1967 – Golden Hands / Mirza. Durant les sixties, les maisons de disques regardaient vers l’étranger pour dénicher des artistes qui avaient le potentiel de marcher sur le plan national ou satisfaire les immigrés locaux. Ce fut pas mal le cas pour l’Italie qui avait un nombreuse colonie d’origine italienne. On tenta aussi l’Espagne avec des groupes comme Los Brincos, qui firent des tubes ici notamment « Flamenco », les Pop Tops,  » Oh Lord Why Lord », « Mammy Blue » et moins connus Los Canarios. Le Maroc ou l’Algérie étaient des candidats possibles, spécialement le premier. On vit ainsi quelques chanteurs qui se firent connaître en France, notamment Vigon, bon chanteur de rock et de soul. En 1967, Barclay publia le premier disque d’un groupe de Casablanca, Golden Hands. Pour leur premier essai, ils reprirent en arabe le titre de Nino Ferrer « Mirza ».

1968 – Leroy Holmes / The Good, The Bad And The Ugly. L’avènement définitif d’Ennio Moricone comme célèbre compositeur se fit un peu par la tranche, quand Hugo Montenegro, un chef d’orchestre américain, eut un hit international avec sa version du thème de « Le Bon, La Brute Et Le Truand » composée par Morricone. Par la suite ce sont principalement ses créations et versions qui remportèrent le pompon au détriment d’autres reprises qui furent faites. Souvent quand des titres instrumentaux connaissent le succès, les reprises sont nombreuses et souvent en compétition avec celle qui a obtenu le succès. Voici un exemple avec cette histoire de brute, une de ces reprises publié par une maison concurrente.

1968 – The Beau Heems / When I Get Home. Groupe de Floride très peu connu dont cet obscur single a été publié en France. Il ne s’agit pas d’une reprise des Beatles, désolé Cooldan, mais d’une création maison qui est assez inspiré du style des Doors. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’on peut avoir envie de le mettre dans sa collection.

1969 – Love Sculpture / Farandole. Après avoir obtenu un certain succès avec « La Danse Du Sabre », Love Sculpture s’attaque à la « Farandole » de l’Arlésienne de Bizet. Même si ce disque est plutôt resté dans les bacs, il est prétexte à une formidable démonstration à la guitare du fameux en devenir, Dave Edmunds. Le classique comme ça, j’aime !

1959 – The Isley Brothers / Shout. Les Isley Brothers avec les Coasters et les Drifters, eurent un énorme influence sur la musique à venir dans le style R&B. L’un de leurs plus célèbre titres « Shout » fut publié en France sur un EP, ceci même avant que le Johnny national fasse son apparition, titre qui figurera d’ailleurs sur un live à l’Olympia comme fond musical. J’imagine que peu de gens cassèrent leur tirelire pour en acheter une copie. C’était pourtanz assez précurseur.

1966 – The Innocence / Mairzy Doats. C’est parfois assez visible, quand une maison de disques a un groupe à succès, elle essaye de lancer d’autres artistes dans le même style. The Innocence fit partie du label Kama-Sutra, le même que les Lovin’ Spoonful, et on ne peut pas dire que ce soit radicalement orienté dans une autre direction. Publié en France sur un EP distribué par Polydor. Je ne l’ai pas souvent vu dans les conventions.

1960 – Hikaru Hayashi – L’Ile Nue. Un de ces disque que l’on peut dénicher parfois dans les puces pour trois fois rien, ce qui fut mon cas. C’est une bande sonore puisqu’il s’agit d’un film japonais, bien sûr la musique suit le reste. Ce film est un véritable chef d’oeuvre pour cinéphiles. Il ne contient aucun dialogue, juste les sons et la musique. On suit la vie pénible d’une famille qui habite sur une  petite île. Leur travail principal consiste d’aller chercher de l’eau sur une autre île pour irriguer leur terres où poussent quelques pauvres légumes. Ce n’est pas un documentaire, mais sans doute le film le plus universel que j’ai jamais vu, du fait que tout se passe dans les regards et les attitudes. Les paysages sont splendides, parfois perdus dans brumes lointaines comme les Orientaux savent les vénérer. Du grand art et une belle musique. Frida Boccara et d’autres interprètes français en ont fait une version chantée.

La version de Frida Boccara.

Petite anecdote. James Ollivier, un chanteur poète assez peu connu a enregistré en 1963 une chanson qui s’intitule « L’île Lointaine ». Je me demande si ce n’est pas très inspiré de la chanson précédente. Le titre et certains passages mélodiques ne me semblent pas tomber du ciel. Quoiqu’il en soit, c’est une très belle chanson.

1961 – The Hunters / The Storm. Groupe anglais lancé dans le sillage des Shadows dont un seul EP assez confidentiel fut publié en France. Sur ce disque on trouve un titre assez intéressant, car il contient quelques effets spéciaux sonores, du style de ceux qui n’étaient pas très courants en 1961. C’est ce titre que je vous propose.

1963 – Los TNT / El Porompompero. Trio originaire de l’Uruguay, recentré sur l’Espagne vers 1962. Le nom du groupe vient, non pas d’une admiration pour la musique explosive, mais des initiales des prénoms des membres qui sont par ailleurs frères et soeur.  Plutôt à tendance folk, ils nous présentent ici une version assez rock d’un célèbre classique hispanophone, que l’on trouve sur leur unique EP français.

1966 – Sam The Sham & The Pharaohs / The Hair On My Chinny Chin Chin. C’est un bel exemple d’artistes qui vendent des millions de disques pour un titre (Wooly Bully), et qui retournent après dans un semi-obscurité. Sam Samudio et son équipe gardèrent aux USA une belle popularité qu’ils furent loin de maintenir en France et ailleurs. Au fil des parutions, les disques se vendent de moins en moins ou plus du tout. C’est le cas pour ce dernier EP paru en France, nettement moins visible que les précédents.

1968 · The Shamrocks / Travelin’ Man. Parmi plusieurs groupes qui portent ce nom, il s’agit ici des Suédois. Assez populaires en France grâce à leurs deux versions de « Cadillac » empruntées aux Renegades, les autres publications furent plus confidenteilles. En 1968, Polydor fait une ultime publication avec un single qui contient ce titre en face principale, elle ne fut pas couronnée de succès.

1965 – Del Shannon / Move It On Over. Malgré qu’il soit l’un des grands chanteurs et compositeurs américains de la première moitié des sixties, la France ne réussit pas tellement pour Del Shannon sur un plan d’interprète, malgré une discographie assez abondante. Par contre un bon nombre de ses titres furent des succès pour ceux qui firent l’adaptation d’un titre ou l’autre. Les Pirates, Sylvie Vartan, Frank Alamo, Eddy Mitchell, Richard Anthony, Dave, font partie du lot. En 1965, sur un EP Columbia peu visible, on peut trouver ce titre assez innovateur dans sa discographie.

*****

 

4 réflexions sur “Exploration en terre musicale inconnue (21)

  1. Bonjour M. Boss,
    Dommage pour le titre « When I get Home » si cela avait été une reprise des Beatles, je l’aurai loupé celle là ! , mais ça reste un titre très sympa à écouter.
    Love Sculpture ….j’aime beaucoup le classique revisité ou mélangé à la Pop comme Wallenstein.
    « Shout  » les Beatles l’ont interprété à leur façon sur un plateau TV
    Quant au film « L’île nue » c’est un film Merveilleux, une leçon de vie et de courage.
    Et pour le reste toujours de belles trouvailles
    Bonne semaine
    cooldan..

    • Hello Cooldan,
      Oui c’est juste « Shout » a fini dans le répertoire des Beatles. J’avais trouvé cela pour la première fois sur une cassette au temps des magnétoscopes..De même vers 1974, j’avais mis la main sur deux Beatles considérés comme des pirates mais qui étaient légaux en Italie où il ont été édités Ils furent publiés sur un label qui s’appelait Napoléon et un autre Joker. J’avais trouvé cela à Senigalia dans un petit magasin. Il y avait des titres de l’Hollywood Bowl et une face avec les Rolling Stones, ainsi que des titres de Captain Beefheart, les Who, Buffalo Springfield. Deux ou trois ans plus tard, j’ai trouvé les sessions Decca, c’est la première fois que j’ai entendu cela.
      Enfin comme vous voyez, j’ai quand même pas mal suivi le groupe.
      Bonne fin de semaine

  2. Hello M. Boss,
    Oui dans ces années là, sur des labels fantaisistes on trouvait pas mal d’enregistrements en public, disques pirates qui l’étaient pas vraiment chez eux .
    Je ne doute pas une seconde que vous n’ayez pas suivi les Beatles, ceci dit je ne fais pas non plus une fixation que sur eux .
    Bonne fin de semaine
    cooldan

  3. Hello Cooldan,
    « je ne fais pas non plus une fixation que sur eux »
    J’en suis absolument certain. Rappelez-vous les fichiers que vous m’avez envoyés sur Deep Six, rien que cela montre que cous êtes éclectique !
    Bon week-end

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.