Le Boss et son hit parade inattendu

J’écoute beaucoup de musique, ça vous vous en doutez un peu. J’ai un abonnement à Deezer et ils m’ont fait parvenir la liste de mes 50 chansons les plus écoutées (je n’écoute évidemment pas que là et de loin) durant l’année. Alors ce post est tout trouvé les voici dans l’ordre. Si je ne suis pas étonné pour la première place, j’ai écouté cela en boucle pendant au moins un mois, je suis surpris pour d’autres titres, mais il est vrai que je les ai passablement écoutés.

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

Un disque de Noël pas comme les autres

RENDEZ-VOUS DEMAIN POUR LA SURPRISE DE NOEL!!!

Le disque de Noël a toujours existé. De nombreuses vedettes l’ont fait. C’est aussi un moyen détourné de se rappeler aux fans une fois par année. Jusqu’aux années 1960, on a respecté la tradition musicale de ces chansons, avec quelques exceptions où quelques disques tendance rock and roll mettaient une petite touche de style. En 1963, le producteur Phil Spector décide de révolutionner le genre en produisant un album de chansons de Noël version modernisée. Pour ceux qui ne le connaissent pas, il faut avoir en mémoire qu’il est le créateur du « mur du son », un concept technique et instrumental additionné de vocaux qui donne une couleur particulière aux sons, ce qui les rends facilement reconnaissables. A cette époque, Spector ne jure que par les interprètes noirs, c’est ainsi qu’il réunit ses plus grosses vedettes noires pour la réalisation de ce disque. Il y a les Crystals avec Darlene Love, Darlene Love sans les Crystals, les Ronettes, Bob B Soxx & The Blue jeans. Certaines des chansons reprises sont connues et sont des classiques du genre. Mais une partie sont des originaux spécialement écrits pour le disque. A la fin sur un air connu, Spector adresse un message à tous. C’est l’album de Noël qui se démarque le plus des productions traditionnelles et reste encore aujourd’hui un modèle du genre, c’est musicalement une réussite totale.

A sa sortie, le disque fut plutôt bien accueilli et se vendit très honorablement, il est classé par la revue Rolling Stone à la 142ème place sur leur liste des 500 meilleurs albums de tous les temps. Phil Spector est considéré comme un des rares producteurs plus célèbre que ses artistes. Il a aussi travaillé et produit certains albums ou titres pour de nombreux artistes dont il n’est pas à l’origine de leur notoriété, les Beatles, groupe et solos, les Rolling Stones, Leonard Cohen, les Ramones. Personnage devenu fantasque au fil des ans, adorant les armes à feu qu’il dégaine vite s’il est contrarié, il est inculpé pour le meurtre d’une actrice de série B et condamné à 19 ans de prison en 2009. Il devrait probablement finir ses jours en prison. Dommage pour un génie de ne pas le rester dans tous ses actes.

1. ‘White Christmas’ – Darlene Love (2:52)
2. ‘Frosty the Snowman’ – The Ronettes (2:16)
3. ‘The Bells of St. Mary’s’ – Bob B. Soxx & the Blue Jeans (2:54)
4. ‘Santa Claus Is Coming to Town’ – The Crystals (3:240
5. ‘Sleigh Ride’ – The Ronettes (3:00)
6. ‘Marshmallow World’ – Darlene Love (2:23)
7. ‘I Saw Mommy Kissing Santa Claus’ – The Ronettes (2:37)
8. ‘Rudolph the Red-Nosed Reindeer’ – The Crystals (2:30)
9. ‘Winter Wonderland’ – Darlene Love (2:25)
10. ‘Parade of the Wooden Soldiers’ – The Crystals (2:55)
11. ‘Christmas (Baby Please Come Home)’ – Darlene Love (2:45)
12. ‘Here Comes Santa Claus’ – Bob B. Soxx & the Blue Jeans (2:03)
13. ‘Silent Night’ – Phil Spector and Artists (2:08)

Voici l’intégrale de cet album dans l’ordre d’apparition sur le disque.

Croisière instrumentale sans escale

Monique et les Tridents, Allemagne 1966. Enregistré par une Française qui joue de l’orgue. Au dos d’une reprise de « Stalactite » des Aiglons, cet instrumental. Un disque très rare, qui monte à plus de 200 euros dans les enchères. Même moi je ne l’ai pas, c’est vous dire.

The Four Shakers, Suisse 1964. Du tout bon.

Les Anonymes, Belgique, 1963.

The Astronauts, USA 1963. Du surf à toutes les vagues.

Les Mustangs, France 1963, Des guitares du diable.

Les Daltons, France 1962. Ah celui-là je l’aime bien depuis longtemps, tout en lisant Lucky Luke! A propos Peter, je ne sais pas ce que tu deviens…

Les Champions, France 1963. Il eurent la drôle d’idée mais réussie, de reprendre en instrumental, un titre de Leny Escudero

Le Maître, Dick Dale, enregistré en 1996.

The Supertubes, Finlande, beaucoup plus récent, 2008, mais sonne presque comme autrefois. Reprise des Ventures.

The Regents, UK. Les groupes à la Shadows ne sont pas morts, autre exemple. Reprise en instrumental d’un titre des Renegades.

The Falcons UK 1963

Group X, un 45 tours perdu dans les nombreuses productions anglaises du style, 1963.

Une Toile musicale

Quelques trouvailles musicales sur la Toile. Tout et rien, je ne suis pas raciste, ni sectaire. La seule chose qui m’em… c’est que je pourrai jamais tout écouter. S’il n’y pas de musique au paradis, à quoi ça sert d’y aller?

On ne peut pas dire que les Japonais font les choses à moitié. Un big band d’étudiantes se lancent dans la reprise d’un morceau de Charles Mingus. Suivez bien celle qui est à la batterie, excellente!

Un orchestre swing presque entièrement féminin et un morceau connu.

Un ensemble assez connu qui replonge dans les années 30-40.

Un très bon guitariste français aux multiples facettes, Jean-Christophe Renvoyer, excellent partout, ici en jazz, une reprise de Kenny Burrell.

Changeons de style, un beau duo et une chanson à boire un rien morale.

Il y a 50 ans, une des choses les plus impensables aurait été de voir un duo entre un chanteur de soul et un d’opéra. Grâce à Luciano Pavarotti, un monstre d’opéra et James Brown un de la soul music, le chose est de venue possible. Je connais ce clip depuis longtemps, il m’enchante toujours.

Vous savez que je suis la moitié d’un Italien, une chose que je revendique volontiers. Alors il est évident que ce qui est musique du coin, ne me laisse pas indifférent, surtout quand elle puise dans les racines folkloriques. Une trouvaille récente que j’apprécie beaucoup. Il ne manque plus qu’un verre de chianti et un plat de salumi avec du salami.

L’un de mes chanteurs de la Botte préférés, Angelo Branduardi. Je connais cette chanson depuis belle lurette, mais j’ai découvert cette superbe version live, il fallait absolument que je cueille cette pomme.

Un film que j’adore, c’est Les Misérables dans sa version de 1957 avec Jean Gabin. Mais la musique du générique est aussi puissante que le film, c’est de la musique classique, mais que c’est beau!

Un très intéressant guitariste à la rue pour le meilleur. Spécialiste en slide guitar, il reprend « On The Road Again » popularise par Canned Heat.

Denez Prigent, qui porte haut le drapeau de la musique bretonne, en live. P’tain que ça fait frissonner, même si on pipe pas un mot.

 

Des cordes sans violons

Quelques instrumentaux années 60, une nouvelle série, matériel presque inépuisable

The Boys / Polaris- Angleterre 1963 – Existe aussi par les Krewkats.

The Blue Jays –  Australie 1962 – Cover de « Sheba » de Johnny & Hurricanes.

Les Tornados / Robot – Angleterre 1963 – Une des rares clips qui existe du groupe, un rien coquin. Il fut tourné en France.

Jimmy & the Rackets / Black (dark) Eyes 1964 – Groupe basé en Allemagne avec une superbe version d’un thème russe très connu.

The Hubbubs / Yellow Cat – Autriche 1965 – Groupe très connu là-bas.

Les Aiglons / Tro!ika – Suisse 1964 – Le meilleur après « Stalactite ».

The Chantays / Wayward Nile – USA 1963 – Assez bizarrement pour un groupe de surf, il y a un piano, mais c’est superbe.

The Terri-Tones / Sinner – Canada 1962 – J’ai découvert ce truc sur une compilation dans les années 80, je l’ai écouté je ne sais pas combien de fois depuis.

Les Fantômes / Je Ne Veux Plus T’aimer – France 1962 pas 64 – Un clip probablement reconstitué

Les Sunlights / Black Rider – France 1963 –  Quel beau son !

Les Cousins / Robot – Belgique 1962 – Différent de celui des Tornados, mais belle ambiance.

Les Schtroumps / Kamarade – France 1963 – Reprise de l’arrangement du traditionnel russe fait par Nero & Gladiators en Angleterre