Dave Brubeck 1959 – Et un hit, un! »

musique50timeout

La carrière de Dave Brubeck est prolifique, nous n’allons pas la détailler ici, mais plutôt nous arrêter sur un point précis, sans doute le plus connu. Le jazz en général est une musique qui a ses inconditionnels. Les ventes d’un disque du genre ne peuvent pas rivaliser avec la plus mauvaise vente d’un succès des Beatles. En 1959, Brubeck enregistre son album « Time Out » en quartet. Les membres de la session sont Dave Brubeck, piano; Paul Desmond, saxophone ténor; Joe Morello, batterie; Gene Wright, contrebasse. Le concept de l’album, il y en a un, est d’utiliser des mesures et tempos changeants qui ne sont habituellement pas utilisées en jazz.
Les titres de l’album sont les suivants:
Blue Rondo A La Turk / Strange Meadow Lark / Take Five / Three To Get Ready / Kathy’s Waltz / Everybody’s Jumpin / Pick Up Sticks.
A part le premier qui est inspiré d’une sonate de Mozart et « Three To Get Ready » d’un thème de Haydn, les compositions sont de Brubeck, excepté « Take Five » de Paul Desmond. A sa sortie l’album est accueilli plutôt fraîchement par les critiques. Il va pourtant devenir l’une des meilleures ventes d’albums de jazz, toutes époques confondues. Il sera bien aidé par un titre de l’album, « Take Five » qui va devenir un standard que l’on entend autant dans les boîtes de nuit, qu’en musique de fond dans les centres commerciaux. C’est le genre de titre qui séduit toutes les classes d’âge. Il s’en fera même des versions vocales, et pas seulement pour ce titre là. Claude Nougaro, charmé, transformera le « Rondo » en « A Bout De Souffle », il mentionne d’ailleurs Brubeck dans la chanson. Il fait une chanson avec un truc presque inchantable. Il ne s’arrête pas là, car « Three To Get Ready » devient « Le Jazz Et La Java », un de ses titres les plus connus, qui illustre bien le mélange voulu des styles dans les morceaux de l’album. Même les yéyés, Richard Anthony en l’occurence, fera du titre phare « Ne Boude Pas » qu’il poussera même à l’enregistrer en anglais.
En enregistrant cet album, Brubeck a sans doute laissé quelques plumes auprès des puristes, mais il a gagné le coeur de millions de fans qui n’étaient pas spécialement destinés à s’intéresser à un disque de jazz, certes en version plutôt accessible, reconnaissons-le quand même.

Ecouter l’album gratuitement sur MusicMe.

M

2 réflexions sur “Dave Brubeck 1959 – Et un hit, un! »

  1. Bravo pour ce commentaire juste sur le disque de Brubeck.

    Pour la petite histoire , il n’y a pas que les puristes qui n’ont pas aimé le disque mais aussi …les responsables de la maison de disque qui ont pensé que c’était invendable ! ( Comme quoi il faut se méfier de ceux qui se disent professionnels ) . Le rythme était nouveau en jazz , c’était un disque expérimrental , même la pochette ne plaisait pas ( un tableau à la place de la photo des musiciens ) . Heureusement le PDG de Columbia a écouté et a trouvé ça intéressant . Bien lui en a pris . Meilleure vente de disque de tous les temps avec le Kind of blue de Miles Davis .
    Ivan PEREY

  2. L’histoire de la musique est pleine d’anecdotes de mauvais jugements de la part des professionnels. On se rappelle de la firme Decca qui refusa les Beatles. On le voit bien avec Brubeck, leur jugement était complètement à côté de la plaque, il est évident qu’au moins « Take Five » avait un potentiel charmeur irrésistible.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s