100 % pure énergie!

Comme vous le savez je ne suis pas sectaire en musique. Je peux aussi bien écouter des trucs très calmes ou alors complètement déjantés, question d’humeur. Pour cette fois, je vais aller plutôt dans la deuxième catégorie.

Un des albums de rock and roll les plus énergiques reste celui de Jerry Lee Lewis au Star-Club de Hambourg. C’est en 1964 et il est vraiment en pleine forme. Pour s’en persuader cet extrait parle de lui-même.

Toujours le rock and roll quelques années plus tard un certain Chuck Berry n’en croit pas ses oreilles, un certain Jimi Hendrix attaque un de ses classiques le laissant songeur. On est loin de sa version et de celle qu’en firent les Chaussettes Noires (Eddie Sois Bon). On peut aimmer l’original, mais c’est quand même moins énergique! De quoi bouffer sa guitare!

Vers la fin 68, alors que je commençais (déjà) à trouver que la pop tournait un peu en rond, j’ai découvert le premier album d’un groupe de Detroit, MC5. J’étais sur le cul en écoutant ça et je le suis toujours plus de 40 ans après. J’ai trouvé un merveilleux document de la grande époque en live. C’est toujours aussi brûlant!

Une année plus tard, les Stooges viennent dans ma discothèque avec bien sûr l’incontournable Iggy Pop. Une de ses bonnes idées c’est d’avoir reformé le groupe original. Bien des années après c’est toujours aussi diaboliquement bruyant et l’Iguane toujours aussi remuant malgré son âge. Un clip récent où le guitariste Ron Asheton est encore présent, décédé depuis. On a pas tous la santé du chef, mais les vétérans se portent bien, merci pour eux.

Bien que Aerosmith a un répertoire qui lui est tout à fait propre, le groupe ne dédaigne pas revisiter certains classiques. Comme ce « Baby Please Don’t Go » du très calme Big Joe Williams déjà revisité plus énergiquement par Them en 1965 et Amboy Dukes en 1966. La version de Aerosmith permet à Mr Tyler d’exprimer toute sa rage vocale.

Nos disques mythiques (5)

1960 – Un personnage étrange, du moins en apparence avec son bandeau sur l’oeil, casse la baraque dans le hit parade anglais. Avec un titre de sa composition, « Shakin’ All Over », il crée un des rares classiques du rock and roll anglais. Rares sont les chansons qui peuvent prétendre à cette appellation en étant sorties des studios d’enregistrement de ce pays. Son nom, Johnny Kidd, allusion à un célèbre pirate, avec à la clef  le nom de son groupe qui ne pouvait que s’appeler les Pirates. Avec sans aucun doute « Apache » des Shadows sorti la même année, tous les apprentis guitaristes font leurs classes sur ces deux titres. Le titre de Kidd est absolument partout, tout le monde le cite et le joue, il en existe des dizaines de versions gravées dans la cire tout au long des années 60 et bien au-delà.

Ce titre est tellement indispensable dans la discographie des teenagers de l’époque que la France ne le publie pas du tout. Heureusement, les plus désireux peuvent toujours se rabattre sur les imports, mais quand on est rocker et que l’on habite dans une village de 300 âmes, c’est plus difficile. En 1962, pour se calmer les nerfs on peut se procurer les deux excellentes reprises faites par les Fantômes « Le Diable En Personne », chanté en français, et celle de Vince Taylor, en anglais.
Pendant que son disque tourne, Johnny Kidd continue sa carrière qui ne verra plus aucun succès de cette taille le récompenser. Pourtant sa discographie est prestigieuse. A l’instar d’un John Mayall, son groupe verra défiler des musiciens qui vont devenir célèbres et que l’on retrouvera ailleurs, Tornados, Dakotas, Patto, Deep Purple. Si le hit de Kidd peut le faire classer comme rocker, il n’en est pas vraiment un par la suite. Il explore les influences de la Tamla Motown, du blues avec ou sans rythme. De plus, c’est un des premiers à avoir ce que l’on peut considérer comme un show visuel quand il se produit sur scène.

Vers 1965, la France se réveille enfin et publie le premier et unique 45 tours avec bien sûr le hit en lettres grasses. Les trois autres titres sont empruntés à différentes époques et donnent un petit aperçu des autres possibilités de l’artiste. Enfin on le tenait ce fameux disque, plus besoin d’aller chercher ailleurs. En 1966, en octobre, il se tue dans un accident de voiture. Il avait 31 ans. Dans les années 70, trois  membres des Pirates, Spencer, Farley, Green, reforment le groupe qui devient un attraction de la scène anglaise.

Des dessous et du rockabilly

Pour les plus jeunes d’entre vous, le terme de rockabilly ne vous est sans doute pas inconnu. Peut-être êtes-vous un fan de cette musique, et vous avez bien raison. A vrai dire le terme est surtout employé depuis le début des années 80, avant on parlait simplement de rock and roll. En général les puristes de cette musique aiment bien conserver toutes les attitudes de la décennie où le rock and roll est né, c’est à dire les années 50. Les filles en particulier, en plus de leurs délicieuses crinolines, aiment bien porter des bas. La grande chance quand on peut assister au spectacle de ces danseurs, dont certains sont de vrais acrobates, c’est d’assister à un spectacle des plus charmants. Quand ces robes virevoltent, il n’est pas rare de voir un peu les secrets qui se cachent là-dessous. Très brièvement, le haut des bas et les jarretelles sont visibles, ce qui n’en est que plus aguicheur. Je suis certain que certains vont se rincer tout spécialement l’oeil dans ces occasions et que leur soi-disant passion de rock and roll n’est qu’une excuse. Il n’en reste pas moins que les filles qui se passionnent pour le rockabilly traditionnel furent à travers toutes les époques les seules filles qui aimaient porter des bas à certaines occasions. Il est possible de voir dans certaines familles, la grand-mère, la mère, la fille, parer leur jambes de bas à coutures. Si ce n’est pas là le début du paradis, du moins ça y  ressemble. N’allez pas croire que ma passion pour cette musique ne s’arrête qu’aux bas. Je suis un authentique fan de rockabilly et je peux me targuer d’être un bon connaisseur en la matière.  C’est dans cette musique que j’ai eu mes premières idoles. 

En 1980 est sorti un film intitulé « Blue Suede Shoes », en référence à un titre très connu de cette musique. Il s’agissait en fait d’un documentaire qui faisait le point sur les romantiques de rock, une espèce un peu en perdition à ce moment là. Pour rappel, les Stray Cats n’avaient pas encore remis cette musique à la mode. Quelques interviews, une apparition de Bill Haley, Ray Campi et Freddy Fingers Lee, couronnent le tout. Une des séquences du film montre les danseurs. Comme la caméra est placée plutôt à ras du sol, le spectacle est total. Voici un extrait d’un reportage consacré aux teddy boys, avec quelques extraits de ce fameux film. Regardez bien et vous verrez..

Ecouter une sélection de rockabilly

Playlist rockabilly.

Au vingtième étage du paradis, Eddie Cochran

Il s’est passé quoi le 17 avril 1960? Certains me diront, il pleuvait. D’autres, je me suis marié ou encore je suis né. Chez les rockers, c’est une date précise dans leur mémoire. La mort de Eddie Cochran à 21 ans, dans un accident de voiture près de Londres, en compagnie de Gene Vincent qui lui survivra, plutôt mal que bien, d’une dizaine d’années.
Cela va faire 50 ans, il serait septuagénaire et sans doute bien ridé ou mort d’une autre chose. Au contraire, il est toujours là, paraissant si jeune sur les photos. C’est le seul cadeau de la mort, quand elle frappe tôt, on garde une image éternellement jeune.
Résumer sa carrière, des centaines l’ont fait avant moi, donc il n’est pas nécessaire d’en rajouter. On peut juste et avec plaisir, se rappeler des titres les plus populaires, immortels et toujours chantés aujourd’hui, « Summertime Blues », « Somethin’ Else », « Nervous Breakdown », « C’mon Everybody », « Twenty Flight Rock », toutes créations originales. Plus qu’un beau gosse, il fut aussi un grand guitariste et un créateur dans un style qui lui est propre. Le reste n’est peut-être qu’illusions, le rock and roll et sa légende, pas aussi maudit que l’on voudrait bien le croire. Il y avait juste des talents destinés à enflammer la jeunesse selon certains ou à la pervertir selon d’autres. Les vieux râleurs sont morts et leurs paroles avec. La musique, elle, a survécu. Et c’est tant mieux.
Ladies and Gentlemen, tonight, remember him, the one and only Eddie Cochran…

Ecouter gratuitement et télécharger une best of sur MusicMe.

Et Vian rock et Salvador roll


Au début 1956, le rock and roll était aussi présent dans l’esprit des Français que le futur voyage de l’homme sur la Lune. Quelques initiés avait juste entendu ce mot qui allait transformer le visage musical de la seconde moitié du siècle en cours. S’intéresser à la chose était bien, mais il était pratiquement impossible de mettre la main sur un disque de la production nationale, à part peut-être un certain disque de Bill Haley « Rock Around The Clock », ils ne figuraient pas au catalogue. A vrai dire, le rock en disque était plus présent chez les disquaires américains. Mais en petite quantité, car les futures idoles de cette musique n’avaient pas tous enregistré en disque. Seuls Presley et Haley et une petite poignée d’autres pouvaient prétendre signer des autographes sur leurs pochettes de disques labellisés rock and roll, les reste allait venir.
Mais restons en France, la chanson française de l’époque est dominée par un certain romantisme apprécié par les gens qui avaient franchi le quart de siècle. André Claveau est une idole, Mouloudji un chanteur plus poétique et engagé, Georges Brassens annonce un nouveau regard sur les travers de la société. Dans ce train-train, seul le jazz est plus proche des idéaux de la jeunesse dans les caveaux de Saint Germain des Prés. Un personnage emblématique de cette période est Boris Vian. Il coiffe plusieurs casquettes, écrivain dérangeant, poète moderne, auteur-compositeur à succès et contestataire. Il est lui-même interprète et musicien, principalement trompettiste. Sa véritable passion est le jazz dont il est aussi critique. De son côté, un certain Henri Salvador connaît assez bien les faveurs du public avec ses chansons tantôt gaies, tantôt tristes. Il a déjà un long passé musical derrière lui, il fut un membre de l’orchestre de Ray Ventura. Les deux personnages se connaissent et s’apprécient. Un jour de mai 56, en écoutant des disques de rock and roll, ramenés par Michel Legrand des USA, ils se marrent en découvrant cette musique nouvelle pour eux. Salvador est sans doute plus convaincu, mais Vian traitera toujours le rock avec une certaine condescendance. Pour lui, cette musique est juste prétexte aux manipulations verbales . Ils décident d’aller un peu plus loin et c’est ainsi qu’un disque bien français portera la mention « rock and roll ».
Bon ne rêvons pas, c’est de la parodie, on se prête à quelques bons, voire excellents, jeux de mots sur cette musique. Tout tourne en fin de compte autour de la rigolade, mais cela n’en reste pas moins musicalement du rock and roll. Sur plusieurs facettes, c’est une merveille de trouvailles et un bon moment de franche déconnade.
Les ingrédients:
Interprète: Henry Cording, Henri Salvador bien sûr, mais jeu de mots sur recording, enregistrer en anglais.
Les auteurs et les compositeurs: Henry Cording; Big Mike alias Michel Legrand; Vernon Sinclair, alias Boris Vian, un des pseudos de Vian, Vernon Sullivan fut celui sous lequel il publia « J’irai Cracher Sur Vos Tombes ».
Les chansons: Rock And Roll Mops; Dis-Moi Que Tu M’aimes Rock; Rock Hoquet; Va T’faire Cuire Un Oeuf Man
Style: auditivement inspiré du rock de Bill Haley
Orchestre: Michel Legrand
Enregistrement: juin 1956; publication: été 1956
Disques Fontana 460.518 ME et 1 face 33 trs 25cm 76088 fin 1956
Pochette. A l’époque deux versions, la première avec seul le nom de Henry Cording et la seconde mentionnant le nom de Henri Salvador. Le texte du verso de la pochette est lui-même un morceau d’anthologie.

Cliquer sur l’image pour agrandir

Bien que le disque eut un succès plutôt modéré, il fut édité en Belgique, Allemagne, Canada, Etats-Unis.
En le réécoutant aujourd’hui, cela fait sans doute sourire, mais n’étais-ce pas son but premier?

Ecouter gratuitement et télécharger Henry Cording sur MusicMe.