En passant

Inventaire musical à la Prévert (28)

Poursuite de l’exploration des sixties suisses et leur suite avec de la pop et quelques trucs venus en voisins.

Spot – Groupe pop originaire de Genève qui enregistra sur Evasion leur seul et unique album en 1971. C’est une des quelques tentatives du label de publier de la musique pop. Leur style va de la pop pure et progressive en passant par une musique plus acoustique. Le groupe avait dans son personnel un authentique guitariste anglais, John Woolloff. C’est aussi le seul qui poursuivit l’aventure musicale en apparaissant comme musicien dans une foultitude de disques et formations, on le retrouve même avec Claude Nougaro. A sa sortie l’album connut un certain succès de curiosité, mais pouvait difficilement concurrencer les albums de Deep Purple ou Pink Floyd qui se vendaient à la pelle. A l’exception d’une assez belle de « Jersey Thursday » de Donovan, l’album ne contient que des titres originaux. Les ventes n’en furent que plus confidentielles faisant de cet album une assez grosse pièce de collection dont les copies peuvent dépasser les 700 euros. Il est vrai que pratiquement tous les albums de pop suisse de cette époque attirent les collectionneurs du monde entier, celui-ci n’échappe pas à la règle. Voici cet album.

I Am One.

By The Way.

Portobello.

In My Dreams.

Free.

Travelling Man.

Jersey Thursday, reprise du titer de Donovan.

I Know.

Oh What A Day.

Sabre Dance – Le fameux classique mis en bonus sur certaines rééditions.

Who Are You, bonus sur certaines rééditions.

The Stars Of Faith – Je pense qu’il n’y a pas beaucoup d’artistes américains qui peuvent affirmer d’avoir enregistré des albums en Suisse. C’est pourtant le cas avec cet ensemble de gospel qui avait déjà une longue carrière derrière lui quand ils débarquèrent Europe pour une tourné qui passa par la Suisse en remportant un franc succès. Ils furent abordés par Evasion qui publia plusieurs albums, dont le premier en 1967. C’est bien entendu du gospel avec tout ce que cela comporte, mais honnêtement parfois on se croirait plus dans un disque d’Aretha Franklin que dans une reprise du Golden Gate Quartet. Et puis dans ce style, je trouve que les Noirs, eux seuls, savent faire cela avec leur âme. Voici quelque extraits de l’album de 1967, enregistré en live à la cathédrale de Lausanne.

I’ve Got Shoes.

You’ll Never Walk Alone.

Prayer For Vietnam.

Jesus Gave Me Water.

I Told It.

 

The New Ragtime Band – Ces musiciens de jazz old school sont à l’origine d’une initiative des disques Evasion en 1971, de réunir le groupe avec quelques vielles gloires du vieux jazz, et pas des moindres, afin de se manifester encore une fois. Il y a Bill Coleman, Benny Waters, Mett Mezzrow, Albert Nicholas, des noms qui rappelleront quelque chose à tous les amateurs du genre. Et ma foi le résultat est plus que plaisant, même si ce genre de jazz n’est pas mon préféré, il faut reconnaître que ça balance bien. Il y a surtout une très jolie version du fameux « Summertime avec Bill Coleman à la trompette et aux vocaux. J’en connais des dizaines de versions et celle-ci n’est de loin pas la pire. Quand les pépés sont de sortie, il faut que ça s’entende.

– Summertime – Bill Coleman.

Strutting With Some Barbecue – Benny Waters.

All Of Me – Albert Nicholas.

Really The Blues – Mezz Mezzrow.

Diga Diga Do – Bill Coleman.

*****

En passant

Bas nylons et garage à Houston

*****

A côté des compilations, le label Eva a permis de remettre en lumière quelques oubliés des sixties, à minima en les rendant accessibles sur la marché français, sans passer par les imports. Parmi les premières publications vers 1982, on appela les pompiers pour éteindre un incendie qui avait pour nom Moving Sidewalks. Cette incendie est né au Texas et si son nom ne dit rien aux profanes, il n’en va pas de même pour les spécialistes. La réédition couvre les premiers balbutiements d’un groupe alors au sommet de sa popularité ZZ Top. On l’avait un peu oublié, mais les compilations « Pebbles » avaient rappelé que le titre « 99th Floor » et le groupe Moving Sidewalks avaient un cousinage avec le groupe à Billy Gibbons, le temps de quelques singles et d’un album publiés entre 1967-68. Bien entendu, il y a toujours un phénomène de racolage quand on ressort les obscurités des stars, mais c’est aussi un moyen de mettre fin à ces bruits sur vinyle qui circulent plus ou moins officiellement sous forme de bootlegs. A l’écoute, il n’est trop aisé de deviner ce que sera plus tard le style qui fera la gloire de ZZ Top. Mais ce n’est pas ringard, c’est concurrentiel avec ce qui pouvait se faire dans les studios de l’époque. Soulignons qu’il s’agit presque entièrement de matériel original composé par Gibbons, mais on peut noter au passage une reprise de « I Want To Hold Your Hand », d’ailleurs assez intéressante. La publication Eva est une sorte d’intégrale de ce qui existe officiellement des Moving Sidewalks. Voici cet album.

99th Floor.

What Are You Doing To Do.

Need Me.

Every Night A New Surprise.

Flashback.

Crimson Witch.

Pluto – Sept. 31st.

Eclipse.

I Want To Hold Your Hand.

Joe Blues.

Scoun Da Be.

No Good To Cry.

You Don’t Know The Life.

You Make Me Shake.

Reclipse.

Nous avions parlé dans un article précédent de Mystic Tide dont quelques titres furent publiés par Eva en 1983 sur un album qu’ils partageaient avec E-Types. groupe dont nous allons justement parler. Formation originaire de San Francisco qui eut une réputation locale et nationale dans une moindre mesure. Ce fut surtout quand ils publièrent leur troisième single  » Put The Clock Back On The Wall » écrit par Bonner et Gordon les responsables de « Happy Together » pour les Turtles qu’il attirèrent l’attention en dehors de la Californie. Le fait qu’il soit publié par un label assez important, Tower records, aida la promotion. C’est aussi le disque, plutôt garage psychédélique,  qui échappe le plus à leur démarche originelle, assez axée sur des vocaux harmonieux, mais surtout une instrumentation qui peut se réclamer des Byrds, cela sonne assez californien. L’existence du groupe fut brève, le publication Eva regroupe les quatre singles parus entre 66-67. Une reformation eut lieu plus de 30 ans après. Des bandes inédites sortirent aussi dans les années 2000.

Put The Clock Back On The Wall. Le plus connu.

I Can’t Do It.

Long Before.

4th Street.

She Moves Me.

The Love Of The Loved. Il s’agit du titre des Beatles qu’ils ne publièrent jamais officiellement de leur vivant. Ce fut Cilla Black qui l’enregistra et fut publié officiellement pour son premier single.

Big City.

Back To Me.

******

En passant

Dimanche en quelques manches de début d’année (9)

Une sélection au pifomètre des trucs sixties et après. Sorti comme ça de ma tête sans idée précise. Peut-être un psychiatre pourra me dire pourquoi c’est ainsi. A la limite, je m’en fous complètement, la musique c’est un peu la liberté et la choisir c’est encore mieux. Bon dimanche et bonne écoute !

Strawvberry Alarm Clock – Incense & Pepermint.

Donovan – Hey Gyp.

The Astronauts – Diddy Wah Diddy.

The Byrds – Going’ Back.

The Parachute Club – Innuendo.

The High Numbers (Who) – Zoot Suit.

The Smiths – William It Was Really Nothing.

Bow Wow Wow – The Man Mountain.

Climax Blues Band – Please Don’t Help Me.

The Rolling Stones – I’m Allright.

Chris Isaak – Lie To Me.

Stan Ridgway – The Big Heat.

Steamhammer – Down The Highway.

Roy Buchanan – That’s Why I Am Here For.

The Kinks – Sunny Afternoon.

The Damned – Eloise.

The Surfragettes – Toxic.

The Meteors – Power Of Steel.

Dollhouse – Born Under The Bad Sign.

Les Wampas – Héros.

*****