En passant

Bas nylons et suite en fée

Les aventures de Marie-Adélaïde de Savoie – Deuxième partie

Description de cette image, également commentée ci-après

Louis XIV se frotte les mains, il espérait une nouvelle étoile à la cour avec la mariage de son petit fils et Marie-Adélaïde de Savoie, il en a une et elle brille. La cour qui avait sombré dans une ambiance plutôt morose, spécialement depuis le mariage du roi avec madame de Maintenon, retrouve de son éclat. Marie-Adélaïde a ce qu’il faut pour séduire, elle est gaie, toujours de bonne humeur, farceuse. Elle a certainement un sixième sens qui lui fait entrevoir jusqu’où elle peut aller avec chacun. Elle sait se faire respectueuse quand il le faut et plus légère quand elle devine que c’est permis. De plus elle est maintenant duchesse de Bourgogne, cela pose quand même un peu une personne. Elle est très éprise de son mari et l’inverse est réciproque. C’est peut-être un des rares cas dans l’histoire de France où le mari mourut de chagrin quelques jours jours après son épouse. Elle prendra toujours fait et cause pour son époux, même si pour le reste il fait un peu figure pâlotte à côté d’elle. Très souvent dans les familles royales, c’est l’entourage proche qui est le plus sujet à tiraillements, ceux que l’on rencontre tous les jours ou souvent. Là encore, l’entente semble régner entre tous, même si elle peut paraître de façade. Il faut souligner qu’elle redonne une vie à la cour dont tout le monde profite, fêtes, bals, elle entraîne le monde à sa suite. Cela n’empêchera pas quelques intrigues par la suite, même sous le Roi Soleil, certains n’aiment pas l’ombre. Le seul qui pourrait trouver à redire, c’est Louis XIV, il est toujours le maître à bord et pour un bon moment. Heureusement, c’est encore lui qui est le plus sous son charme. Il a toujours adoré les femmes qui ont de la personnalité et cette gamine peut en revendre. Du moment que sa femme semble aussi la trouver irrésistible, il laisse aller et se réjouit très certainement intérieurement de retrouver un peu des fastes d’antan. Elle est aussi fine mouche, elle sait que pour lui elle est un rayon de soleil dans sa vieillesse et que le roi attend d’elle gaîté, bons mots, et aussi une descendance. Pour cette dernière, il faudra encore patienter un peu .

Vue de Versailles vers 1710


Elle loge à bonne enseigne, désir du roi. Il a fait réaménager le château par Mansart, en modifiant l’ancienne ménagerie. C’est aussi une sorte de résurrection de Versailles devenu bien calme. On voit réapparaître des artisans, maçons, carreleurs, vitriers, tapissiers. Ce sera les appartements de la reine-enfant, on va pas la loger dans un cagibi sous les combles, des fois qu’elle attraperait un rhume.
Même si Louis XIV est le roi et le montre, il est moins apparent qu’il eut de belles complicités avec ses proches, où l’on rangeait un peu l’Etiquette dans le placard à balais. Il adorait ses serviteurs, n’en changeait que rarement, et les voulait heureux. Il n’hésitait pas à se montrer très généreux avec eux, les pensions, les gratifications, n’étaient jamais absents pour un service bien redu. Il a eu une réelle complicité et amitié avec son premier valet, Ferdinand Bontemps. Il connaissait tout de son maître. Il en savait plus sur les amours du roi que ses confesseurs, disaient les méchantes langues.

Marie-Adélaïde fut une des bénéficiaires de ces complicités. Elle partageait de nombreux moments avec le roi, même dans son intimité proche, quand il faisait causette avec sa femme le soir devant la cheminée. Il arriva des situations qui auraient été impensables auparavant, elle s’asseyait sur ses genoux, où sur l’accoudoir où il était assis, elle lui faisait des bises, fouillait dans ses tiroirs, la vrai petite peste. Le roi riait, lui passait tout, même en redemandait. Il se sent rajeunir, en frétille de plaisir, pas besoin de recharger les batteries elles sont à coin. Madame de Maintenon est certainement plus réservée, mais du moment que le roi est heureux, ben oui c’est le roi. Il y a d’ailleurs bien longtemps qu’elle ne l’a pas vu si heureux. Même que parfois cela tourne un peu aux facéties d’écoliers. La dauphine, son mari est quelquefois de la partie, font tout pour s’amuser. On envoie des pétards vers une vieille duchesse grincheuse, on la poursuit à coups de boules de neige. Je me demande même si le poil à gratter était déjà connu, probablement, alors ils l’ont sûrement utilisé. Ah ces jeunes, ils n’ont plus de respect, pensaient sans doute quelques vieilles badernes.
Mais voyons un peu la vie à à la cour, sous son règne en quelque sorte.
La duchesse a des goûts éclectiques. La danse, le ballet, le théâtre, l’art lyrique vont avoir droit à des représentations selon les endroits les plus appropriés pour le faire, Versailles, Marly, Fontainebleau, Trianon. Elle réquisitionne les talents, organise, son mari la seconde parfois. Ils commandent des pièces à certains auteurs. Elle n’a pas vingt ans, elle a un pied partout. Cela va durer une bonne dizaine d’années, bien entendu il n’y pas représentations tous les soirs, mais quand on ne peut pas faire cela, il y a d’autres occupations, moins artistiques. Les loteries, les carnavals, le jeu, c’est avec ce dernier qu’elle aura un peu de fil à retordre. Elle est joueuse, au propre comme au figuré, elle joue et elle perd, pas son panache, mais son argent. Elle a aussi un secret envers le roi, elle prise le tabac. Ce n’est pas un grand secret, mais le roi déteste tout ce qui est tabac, fumé ou prisé. Maintes fois, madame de Maintenon épongera ses dettes et ne soufflera mot au roi sur son « tabagisme ». Elle sont devenues bien complices. mais pour la femme du roi c’est aussi un moyen d’avoir une un peu d’emprise sur elle, mais qui sait, les secrets existent peut-être de part et d’autre ?

Ambiance à Versailles

Une date dans le récit qui mentionne le 10 juillet 1689 est fausse, il s’agit probablement de 1699, Marie-Adélaïde n’est pas à Versailles, elle avait 4 ans en 1689. L’histoire de la promenade en gondole est citée dans d’autres sources.

La famille royale en 1799, Marie-Adélaïde est à la gauche du roi


Les naissances finissent par arriver, il fallait bien patienter un peu. Quand la mariée a 12 ans, il ne faut pas être trop pressé pour « l’heureux événement ». D’autant plus que le mariage ne fut officiellement consommé qu’en 1699, c’est à dire quand elle avait 14 ans. Il semble que l’on ait pas trop précipité cette première naissance puisque le premier garçon naît en 1704, le 25 juin. Avec cette naissance survient un fait unique jusque-là dans l’histoire de France, le roi est arrière grand-père. La fête fut certainement belle, mais le bonheur ne dure pas trop longtemps, il meurt l’année suivante. Le second fils naît le 8 janvier 1707, lui il a bon pied bon oeil et il vivra plusieurs années. Un dernière naissance aura lieu le 15 février 1710, elle aura une importance historique, il s’agit du futur Louis XV. Pour le grand-père, la situation n’est pas trop préoccupante, sa descendance en droite ligne est assurée, mais c’est sans compter tous les deuils qui frapperont la cour. Pour l’instant, place au bal !

Suite dans un prochain article

Source gallica.bnf.fr / BnF / DP / Wikipédia.

6 réflexions sur “Bas nylons et suite en fée

  1. Bonjour Mr Boss,

    Merci pour cette passionnante leçon d’Histoire.
    Vous êtes en quelque sorte notre Alain Decaux. L’Histoire est toujours truffée d’anecdotes plus ou moins cocasses. Ces petites histoires de cour ou de coeur qui, en dépit de leur côté léger, influencent les consciences et les hommes.
    Je me souviens avoir visité le château de Pau (65) et la chambre du jeune roi Henri IV où était exposé son berceau très écolo pour l’époque : il s’agissait d’une grande carapace de tortue terrestre !!
    Pour en revenir au futur roi Louis XV, ce dernier eut la vie sauve grâce à l’intervention de sa gouvernante qui l’emmena loin de la cour de Versailles où une épidémie de variole décimait les proches du Roi-Soleil.
    Dans le domaine de la médecine, le vaccin de la variole fut « mis au point » par le Dr Jenner, dans les années 1770-1776, en Angleterre, et inoculé avec succès chez des fermiers locaux. Son nom dérivait du mot latin « Vacca » qui désignait le paisible ruminant bien connu. Cette découverte fut le point de départ des expériences médicales suivantes qui aboutiront à d’autres découvertes salvatrices pour l’Humanité. Mais cela est une autre histoire…
    Bon WE. Peter.

    • Hello Peter,
      Merci pour la comparaison. Alain Decaux et Henri Guillemin sont deux des personnages qui m’ont amené à l’histoire et aussi un peu par le fait d’avoir fait un peu de latin dans mes études. Il y a un point où je peux me poser un peu comme historien, c’est la musique moderne, ma spécialité va de 1950 à 1980, période que j’ai passablement étudiée, mais je connais aussi assez bien le reste depuis l’arrivée du jazz et les années 20, 30, 40 et ce qui vient après 1980, mais là je suis plus dans les trucs branchés que dans les généralités.
      Mais sans être historien les périodes plus anciennes m’intéressent aussi, mais je m’attache pus volontiers aux personnages un peu secondaires, la petite histoire.
      Concernant Louis XV et sa mise en sûreté par des personnes bienveillantes, notamment la duchesse de Vantadour, j’y viens dans le prochain chapitre.
      Les médecins de la cour étaient des ânes pour la plupart. Heureusement qu’il y eut quelques lumières dans l’obscurité et des vrais chercheurs qui firent avancer les choses. C’est aussi un peu la faute des rois, plutôt que de dépenser de ‘argent inutile pour les guerres, j’imagine que favoriser les recherches par des gens capables, aurait évité bien des morts. Il y avait quand même quelques médecins éclairés. Et puis c’est toujours le même truc, il faut de l’argent et des moyens.
      Bon week-end

  2. Bonjour Mr Boss,

    Comme vous, j’ai étudié un peu le Latin en fin de classe de 6è au Collège (1979) au travers de courts extrait de textes de « L’Illiade » traduits. Mis c’était surtout le cours d’Histoire et de Géo qui m’intéressait.
    Le cours qui me stressait le plus était le cours de Musique avec l’épreuve de la flûte. En revanche, l’histoire de la Musique m’intéressait.
    J’avais récupéré d’un magazine Tintin de 1967 un dossier illustré des instruments typique du Jazz , intitulé : « Voici les clés de la musque de Jazz » avec un aparté sur le mouvement du « Ragtime » des années 1930 environ, mais en déménageant, il a du passer à la trappe.
    C’est vrai que la musique a vécu son âge d’or entre la 2è GM et la fin des années 1970, un bon quart de siècle riche en talents et en production. Le « Combat des Chefs » pour paraphraser le titre du fameux album de Goscinny/Uderzo.
    Bon WE. Peter.

    • Hello Peter
      Mon latin, je l’ai en quelque sorte perdu, ces langues qu’on ne parle pas s’oublient assez vite.
      Je n’ai jamais eu d’épreuves de musique, ni d’instruments, cela était tout à fait secondaire dans mon école. Je l’ai apprise sur le tas en l’écoutant et un peu en la jouant, mais c’est surtout son histoire qui m’a intéressée et dans ce domaine je suis assez érudit, c’est ce qui m’a valu d’être accessoirement journaliste musical, « la docte plume » comme disait le rédacteur en chef. J’ai toujours des contacts.. Récemment un label m’a écrit, car il voulait rééditer en vinyle un obscur disque pop qui cartonne chez les collectionneurs en me demandant si j’avais des renseignements sur l’artiste qui était de ma région. Ils sont bien tombés car j’ai connu l’artiste qui était un copain, aujourd’hui décédé. J’ai fait une bio de lui en me rappelant quelques souvenirs qui situent le personnage et sa musique. Elle sera publiée avec le disque dans un insert livré avec le disque. J’ai aussi eu une chaine de télévision qui m’a contacté pour parler de quelques artistes locaux et les disques qu’ils ont enregistrés. Le reportage est tourné, mais pour l’instant c’est bloqué à cause du Covid. Le réalisateur voulait encore contacter et interviewer d’autres artistes et notamment ceux dont j’ai encore des traces et qui ont participé à l’enregistrement des disques dont j’ai parlé. Mais il y en a pas mal qui sont décédés ou ont complètement disparus. Cela finira par être diffusé un jour. Enfin voilà, je suis toujours assez actif au niveau musique en dehors de mon blog. Contrairement ce que je pourrais raconter sur Louis XIV, là je suis en territoire connu.
      Bon dimanche

  3. Bonjour M. Boss,
    J’espère que vous nous en direz plus quand ce disque sortira et sur l’émission TV , quand elle sera programmée
    Merci
    cooldan

    • Hello Cooldan,
      Je vous tiendrai au courant. Le disque ce sera encore cette année. L’émission tv, je n’en sais rien pour l’instant, mais bien sûr le réalisateur m’informera quand ce sera diffusé, mais je pense que ce ne sera pas le mois prochain.
      Merci de l’intérêt et bonne semaine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.